Walid Jumblatt wakes up and smells the coffee


Qui l’eût cru? (1) Walid Jumblatt ne pense ni à des voitures piégées, ni à des missiles, mais à obtenir l’intercession de son rival druze Talal Arslane (oui, Arslane de chez Arslane, le descendant de Chakib Arslane et de l’émir druze Arslane), allié du Hezbollah et du Tayyar, ainsi que du président chiite du parlement – Nabih Berri, zaïm du parti Amal – auprès du Hezbollah, selon Time:

There are no longer any Hizballah fighters surrounding the grand red sandstone Beirut town house belonging to Walid Jumblatt, a member of Parliament and one of the leaders of Lebanon’s governing coalition. Still, Jumblatt, a top American ally, is under virtual house arrest. After the lightning speed with which opposition Hizballah fighters defeated government supporters in a six-hour battle on Thursday — only to vanish a few hours later — it became clear that it is pointless to resist the Iranian and Syrian-backed militia, which could return at any time. "I am a hostage now in my home in Beirut," he said over the telephone to his rival Nabih Berri, the speaker of parliament and a top opposition leader, while TIME waited nearby for an interview. "Tell [Hizballah leader] Sayeed Hassan Nasrallah I lost the battle and he wins. So let’s sit and talk to reach a compromise. All that I ask is your protection."

Celui qui appelait au soutien militaire des Etats-Unis, à des actes de terrorisme à Damas et attendait de pied ferme la guerre civile au Liban en est tout ébahi – le Hezbollah, qui a vaincu l’armée israëlienne, n’a pas eu de problème à écarter d’un revers de main les milices de Hariri et de Jumblatt:

Yet, despite the fact that Hizballah is perhaps the world’s most fearsome guerrilla organization, somehow Jumblatt misjudged the ease with which Hizballah could pull Lebanon back into the Syrian and Iranian orbit.

Ses alliés étatsuniens n’ont pas été à la hauteur, semble-t-il:

Sitting in his garden terrace in Beirut, with just a few family members and loyal retainers, Jumblatt is quickly coming to grips with the new political landscape. "The U.S. has failed in Lebanon and they have to admit it," he said. "We have to wait and see the new rules which Hizbollah, Syria and Iran will set. They can do what they want."

Il semblerait que le PSP, le parti-milice de Jumblatt, ait abandonné ses positions en faveur de l’armée. Le Figaro – dont le correspondant au Liban, Pierre Prier, me semble plus proche de la réalite que celle du Monde, Mouna Naïm – nous en apprend un peu plus:

Des affrontements ont opposé la veille et toute la nuit les combattants d’Amal et du Hezbollah aux Druzes du ministre Walid Joumblatt, membre de la majorité. Mardi, dit un officier, les combats ont cessé, les combattants du Hezbollah sont partis, « mais ils ne sont pas loin ». Comme dans Beyrouth-Ouest, l’accalmie ne semble être là que pour entériner la défaite du camp de la majorité. (…)

Walid Joumblatt fait pour l’instant figure de perdant. La présence de l’armée nationale sur la hauteur entérine une nouvelle situation. Après deux jours de combat, Joumblatt a dû faire machine arrière et appeler à l’aide son grand rival, l’émir Talal Arslan, chef d’une famille rivale. Ce dernier dirige un petit parti rattaché, lui, à l’opposition. Il a accepté de collecter les armes du PSP c’est-à-dire les armes lourdes, pas question ici de renoncer aux armes individuelles , et de les remettre à l’armée. L’émir Arslan a cependant prévenu : si les troupes du Hezbollah entrent dans les villages de la montagne, ses hommes se retourneront contre eux.

Pour la première fois en trente ans de règne, Walid Joumblatt se trouve mis en difficulté au cœur de la montagne. Qui tient la montagne tient le pays, dit l’imaginaire libanais. Pendant la guerre civile de 1975-1990, les Druzes ont massacré leurs voisins chrétiens, à qui ils ont livré des combats féroces. Jusqu’ici, jamais la minorité druze, 150 000 membres environ, n’a été dépossédée de ses montagnes, dont elle connaît chaque recoin.

Son nouvel adversaire ne s’était jamais avancé jusque-là. Mais le Hezbollah, avec son allié Amal, semble vouloir peser sur le Chouf comme sur Beyrouth. Dimanche, les chiites ont affronté les milices druzes au pied de la montagne, dans le quartier de Choueifat, qui montre aujourd’hui des façades noircies. Bilan : 16 morts. Les affrontements ont continué à Aley, dans la montagne. Mais le parti chiite s’est bien gardé de prendre la ville, la contournant par les vallons pour aller faire le coup de feu contre les miliciens druzes. (…)

La stratégie du Hezbollah apparaît clairement : sécuriser ses hauteurs en neutralisant la milice de Joumblatt, et contrôler la route qui mène à la frontière syrienne, par laquelle le parti chiite reçoit son approvisionnement en armes et en munitions. Bien plus que les accrochages de Tripoli, au nord, qui opposent sunnites et alaouites ultra-minoritaires, la nouvelle bataille du Chouf revêt un caractère stratégique.

The Guardian confirme:

Despite calls for a ceasefire, Hizbullah fighters defeated militants loyal to the Druze leader Waleed Jumblatt in clashes starting on Sunday night, gaining control of Niha, a village in the southern Chouf mountains, 25 miles south-east of Beirut.

On Sunday, Hizbullah fighters took over key positions in Aley, a Druze town north of the Chouf, which abuts the main Beirut-Damascus highway, giving them control of another key artery. Both Druze areas have since been turned over to the army, which has a longstanding agreement on military cooperation with Hizbullah over Israel.

Selon des observateurs cités par The Guardian, le Hezbollah ne chercherait pas à se débarasser de Jumblatt, mais plutôt à contrôler les voies de communication entre ses fiefs de la Bekaa et de la banlieue sud de Beyrouth:

Despite calls for a ceasefire, Hizbullah fighters defeated militants loyal to Druze leader Waleed Jumblatt in clashes starting on Sunday night, gaining control of Niha, a village in the southern Chouf mountains, 25 miles south-east of Beirut.

Analysts said the village provides the Iranian-backed group, also an ally of Damascus, with a crucial link between its stronghold in the eastern Bekaa Valley and the coastal highway that leads to Hizbullah’s bases in Beirut’s southern suburbs.

"Hizbullah have shown they are not interested in unseating Jumblatt but rather opening a possible supply route between Bekaa and the southern suburbs," said Ousama Safa, director of Beirut’s Lebanese Centre for Policy Studies. "They can now use the area as a second front, behind the Bekaa."

On Sunday Hizbullah fighters took over key positions in Aley, a Druze town north of the Chouf, which abuts the main Beirut-Damascus highway, giving them control of another key artery. Both Druze areas have since been turned over to the army, which has a longstanding agreement on military cooperation with Hizbullah over Israel.

Il faut dire que Jumblatt et Nasrallah furent des alliés il y a quelques années seulement:

Nasrallah and Jumblatt had been good friends and strong allies during the heyday of the Syrian presence in Lebanon. The Druze leader had positioned himself as one of the main protectors of Hezbollah arms throughout the 1990s. A political animal, however, he changed sides when it was clear the Syrians had fallen out with Washington after the Iraq war and he transformed himself into one of the loudest critics of Syrian power in Beirut.

Les parrains séoudiens de la coalition du 14 mars (Hariri, Jumblatt et Ja’ja) sont atterrés. Il est amusant d’ailleurs que les séoudiens, qui chez eux considéreraient sans aucun doute un druze comme un hérétique ou un apostat, tressent des lauriers au zaïm druze – un chroniqueur séoudien dans Al Sharq al awsat parle au sujet du Hezbollah de "holocauste", une opinion pour le moins hétérodoxe par rapport aux normes acceptées en Europe et aux Etats-Unis au sujet de l’usage public de références au génocide juif – mais mon petit doigt me dit que ce chroniqueur ne sera pas cité par MEMRI ou flétri par l’Anti Defamation League.

La presse israëlienne, que ce soit Haaretz ou The Jerusalem Post, est affligée, mais a le sens des réalités. Haaretz estime ainsi, dans un article intitulé "New reality has taken over", que la demande du vieux patriarche phalangiste Amine Gemayel, à savoir que le Hezbollah promette de ne plus utiliser ses armes contre d’autres Libanais, est une reculade par rapport à la résolution 1559 du Conseil de sécurité, adoptée sur pression étatsuno-franco-israëlienne, laquelle résolution exige le désarmement de "toutes" les milices, le Hezbollah étant considéré comme une de ces milices:

"Those who previously demanded that Hezbollah be disarmed are now being compelled to disarm themselves," noted one Lebanese commentator. "Lebanon needs to start getting used to the new reality." (…) The bottom line is that the Arab League delegation due to arrive in Beirut today faces a seemingly irreversible reality that will force it to grant a seal of approval to Hezbollah’s political takeover. Over the weekend, Yemen’s president said publicly that Siniora ought to resign. And that, it seems, is likely to be the basis for any plan to resolve the crisis.

Le Jerusalem Post, proche du Likoud, constate catastrophé le triste sort de Jumblatt et est outré que l’armée libanaise n’ait pas fait ce que n’a pu faire l’armée israëlienne, à savoir battre le Hezbollah:

Jumblatt has been the March 14 movement’s gadfly opposing Lebanon’s steady transformation into an Iranian-Syrian proxy through Hizbullah. Sunday he laid bare the powerlessness of the movement when he begged Hizbullah leader Hassan Nasrallah to spare his followers in the Shouf Mountains. Speaking under Hizbullah siege from his home in Beirut, Jumblatt said in a television interview, "Through the LBC I address Sayyed Hassan Nasrallah: If you have a personal issue with me, that’s fine. But we cannot allow attacks on the people of Al-Jabel [i.e. Druse villagers in the mountains around the capital city]. We must all work for a ceasefire with the army, and leave personal issues aside."

Jumblatt made his plea for the lives of his people after he was obliged to instruct them to lay down their weapons and place their faith in the Lebanese army on Sunday afternoon.

Le bloggeur attitré du Jerusalem Post au Liban est bien évidemment catastrophé par la défaite de la coalition pro-étatsunienne de Hariri, Ja’ja et Jumblatt. Quant au Yedioth Aharonoth, son chroniqueur estime que la victoire du Hezbollah oblige Israël à négocier un deal avec la Syrie – le Golan pour Israël, le Liban pour la Syrie.

Tiens, à propos de l’armée libanaise, elle aurait conclu un deal avec le Hezbollah - elle ne serait de toute façon pas en mesure de combattre et encore moins de vaincre ce dernier, à supposer qu’elle le souhaite (le général Michel Suleiman est un proche de l’ex-président pro-syrien, le général Emile Lahoud, et n’a strictement rien fait pour entraver la résistance, que ce soit avant ou après la guerre de 2006):

Politicians, analysts and fighters, however, said the army’s performance suggests that the better-armed Hezbollah has struck a deal with Lebanese military brass. At the same time, there’s bafflement that the army hasn’t been able to defend the government despite receiving more than $400 million in U.S. aid since 2006.

"We know that Arab armies are mostly instruments for internal security, and even in this, the Lebanese army has failed," said Hilal Khashan, a Beirut-based political science professor and expert on Hezbollah. "They waited for Hezbollah to launch its attacks and prevail, and then they took charge of roadblocks."

""Sometimes, neutrality is a position," Khashan said. "There is a deal between Hezbollah and the commander of the army, no doubt about it. What the terms of such a deal is, we don’t yet know. I wouldn’t say the army is an extension of the opposition, but I would say it colluded with the opposition." (…)

Politicians, analysts and fighters, however, said the army’s performance suggests that the better-armed Hezbollah has struck a deal with Lebanese military brass. At the same time, there’s bafflement that the army hasn’t been able to defend the government despite receiving more than $400 million in U.S. aid since 2006.

"We know that Arab armies are mostly instruments for internal security, and even in this, the Lebanese army has failed," said Hilal Khashan, a Beirut-based political science professor and expert on Hezbollah. "They waited for Hezbollah to launch its attacks and prevail, and then they took charge of roadblocks."

""Sometimes, neutrality is a position," Khashan said. "There is a deal between Hezbollah and the commander of the army, no doubt about it. What the terms of such a deal is, we don’t yet know. I wouldn’t say the army is an extension of the opposition, but I would say it colluded with the opposition."

Bush ne semble pas au courant, lui qui vient de promettre plus d’aide militaire au Liban pour aider l’armée à défendre la coalition pro-étatsunienne. Comme le dit un sécuritaire étatsunien à la journaliste Helena Cobban:

As one former US government officer commented on news that Lebanese Druze leader Jumblatt had basically surrendered to Hizbollah, "Same guys that gave you Gaza gave you this. Do you think any of them are smart enough to see what they’ve done?" Adds another former US official who served in Lebanon: "This administration is bankrupt in every way — absolutely hopeless."

Le bloggeur sud-africain Tony Karon le constate aussi:

One of the adages popular in the treatment of recovering alcoholics in America is the notion that repeating the same behaviour and expecting a different result is insanity. President George W Bush, however, appears to have recovered from his own youthful drinking problem without digesting that particular lesson. Last week’s events in Lebanon suggest that his administration remains intent to the very end on repeating the strategies that have failed in Gaza and Basra and Sadr City, expecting that the result in Beirut would somehow be different.

Et c’est peu de dire que le bloc pro-étatsunien Hariri/Ja’ja/Jumblatt en veut à son parrain d’outre-Atlantique – voir par exemple ce qu’en dit le Washington Post, "In Lebanon, a Call for U.S. Action", qui cite des dirigeants du bloc pro-étatsunien appelant à une intervention militaire:

Politicians in Lebanon’s Western-backed governing coalition criticized the United States on Monday for not doing enough to counter the opposition Hezbollah movement’s recent takeover of West Beirut. (…) "We need the U.S., but we are hearing nothing substantial from them," said Nayla Mouawad, a cabinet minister and leading member of the March 14 coalition. (…)

One March 14 politician, who spoke on the condition of anonymity, called for "tactical strikes" against Syria to pressure the government to rein in Hezbollah.

Bush, in the interview, offered a stock reply to a question about the possibility of U.S. military action: "There’s always that option."

The Pentagon denied reports that the USS Cole, a U.S. warship that appeared off the coast of Lebanon in February, was again on its way to the Lebanese coast. A U.S. Navy official said the Cole is in the eastern Mediterranean.

Le Los Angeles Times rapporte les mêmes faits:

Shaken by a Hezbollah military offensive in recent days, Lebanon’s pro-Western parties have launched an intensive campaign to lobby allies in Washington, Europe and the Arab world to intervene diplomatically or even militarily on their behalf, officials here said. (…)

The coalition of pro-Western Christian, Sunni and Druze politicians under the so-called March 14 banner has embarked on an effort to draw international backers into the conflict, said coalition leaders and Western diplomats. They fear Hezbollah is trying to use its military strength to cow the government into submitting to its demands, which include noninterference with the militia’s drive to build up its arsenal to confront Israel.

The coalition’s arguments appear aimed at playing on Western and Arab officials’ fears of growing Iranian power. The Lebanese officials want other countries to pressure Iran and its ally, Syria, by seeking condemnation of and perhaps new economic sanctions against the two nations at the U.N. Security Council.

One official went so far as to suggest unspecified attacks on Damascus, the Syrian capital, to punish Hezbollah’s backer and restore a regional balance of power.

"Iran took a decision to take Lebanon hostage, and from Lebanon, come back to the Mediterranean Sea to be able to infiltrate much more easily the whole Arab world," said another official, Nayla Mouawad, a minister in the government of Prime Minister Fouad Siniora. "It is very obvious that we’re not getting a clear-cut reaction from the U.S., Arabs and the international community which is sufficient to the gravity of the situation."

The faction’s officials have telephoned contacts in the White House and the State Department and deployed lobbyists in Washington to press the U.S. government, Mouawad said. They have also canvassed diplomatic contacts in Beirut and abroad to ask for more forceful condemnations of Hezbollah’s move, said officials in the March 14 camp. (…)

But despite words of support from Washington, there was little sign it would forcefully rescue its Lebanese allies. The U.S. Embassy in Beirut did not respond to an interview request.

"The Americans are telling March 14 they have to resist," said one Western diplomat in Beirut. "But they’re not bringing much operational support." (…)

But the use of force appeared unlikely. The Pentagon squashed rumors that the U.S. warship Cole, steaming to the Mediterranean Sea from the Persian Gulf, was responding to the Lebanon crisis.

"Yes, we are maintaining a watchful eye on the area, but not any more than we have been recently," a Defense official in Washington told The Times, speaking on condition of anonymity.

De vous à moi cependant, le bloc pro-étatsunien du 14 mars ne peut s’en prendre qu’à lui-même:

The Lebanese government made a fatal underestimation of how far leaders of the Shi’ite group Hezbollah would go to preserve what they believe are their rights, such as an intelligence network and the freedom to carry weapons. (…)

Hezbollah secretary general Hasan Nasrallah spoke just hours after the crisis started, saying the communication system and Shuqyar were "red lines" that could not be crossed. He reminded his audience that when Siniora became prime minister in 2005, one of the main points of his political program was "supporting the resistance" and giving it (Hezbollah) a free hand to wage its "war of liberation" against Israel in any way it saw fit.

Veteran Shi’ite cleric Abdul-Amir Qabalan, deputy chairman of the Higher Shi’ite Council, contacted the Lebanese government and advised it to back down, warning that Nasrallah must not be provoked and that he would not stand by and watch his security system being torn down. Qabalan said, "Touching this [communication] system affects our nationalism, integrity and loyalty to the nation."

The government refused to change course, arguing that security must be monopolized by the state and that it was inconceivable that a non-state party like Hezbollah could run a parallel security system at Beirut Airport.

In this stubbornness, the government failed to anticipate the value Hezbollah places on what it believed its key rights. Worse, Defense Minister Elias al-Murr, Interior Minister Hasan al-Sabe and Public Persecutor Said Mirza were tasked to create a team to look into other security violations committed by Hezbollah.

Enfin, le clou de la journée: Hariri accuse le Hezbollah de complicité avec Israël… Well, he would know, wouldn’t he? Car les services de renseignement israëliens s’inquiètent du sort du gouvernement Siniora, redoutant que le bloc du 14 mars en perde le contrôle:

Defense officials, meanwhile, expressed concern Sunday that the growing instability in Lebanon would lead to a dissolution of the power of the UNIFIL peacekeepers, as well as pave the way for Hizbullah to obtain control of at least a third in the Lebanese cabinet, granting it the power to veto major government decisions.

Israel is concerned that the March 14 group, led by Saad Hariri – son of assassinated former prime minister Rafik Hariri – could lose control of the government to Hizbullah. The Shi’ite group could then shoot down government initiatives, including the upcoming renewal of UNIFIL’s mandate to operate in southern Lebanon.

(1) Attention, 234568987eme degré.

About these ads

22 Réponses

  1. Merci pour ce tour d’horizon !

  2. Merci pour tous les liens (sur ce billet et les autres).

    Ce qui me chiffonne, c’est cette impression que toute avancée de l’opposition rend plus inévitable l’intervention occidentale…

  3. Aussi stupide que cela puisse paraitre, d’ailleurs on ne voit que ça chez moi, je pense que Jumblatt est un monstre politique et qui est celui qui va s’en sortir le mieux du camp gouvernemental.

    Si j’étais pro-syrien, je sortirai de ma manche un membre de la famille Hamadé pour tenter de tuer le stratège Jumblatt, mais je pense qu’il saura de toute façon faire alliance au bon moment avec le vainqueur.

    En tout cas, je pense que si chacun leader défend aussi bien les intérêts de son camp comme le fait Jumblatt, les arabes n’en seraient pas là.

  4. Et si on parle aussi de lui, Sayyedokom :
    وضع حسن نصر الله اللبنانيين أمام خيارين : الآن ليس هناك أن تكون مع شيعى وسني ومسيحي، الآن أنت إما أن تكون مع أميركا وإسرائيل أو تكون مع" المقاومة"!! لم يقل : أنت إما مع الحسم بالسلاح أو مع سيادة الحوار، لم يكن الخيار بين أن يبقى لبنان الصوت الديمقراطي الوحيد في الشرق الأوسط وبين مشروع ديكتاتورية الحل، لا قال: أنت إما مع أمريكا وإسرائيل وإما مع "المقاومة"، وذلك لتسهيل التكفير وتسهيل احتلال المناطق والمدن وإشاعة الحرائق وتسهيل قطع الأيدي.

  5. I.K. a dit

    Quote
    Celui qui appelait au soutien militaire des Etats-Unis, à des actes de terrorisme à Damas et attendait de pied ferme la guerre civile au Liban en est tout ébahi – le Hezbollah, qui a vaincu l’armée israëlienne, n’a pas eu de problème à écarter d’un revers de main les milices de Hariri et de Jumblatt:
    Unquote

    A vous lire, on a l’impression que le Hezbollah n’est pas une milice et que ces miliciens sont pourvus de toutes les vertues.

    Quelque soient les attaches / connivences du 14 Mars avec les USA ou l’ Arabie, ce que le Hezb a fait a Beyrouth et dans la montagne est une blessure qui ne va pas se refermer de si tot. Hassan Nassrallah a menti, et ce n’est pas la premiere fois, quand il a dit qu’il ne tournerait pas les armes contre le peuple libanais. C’est une erreur ou fautre tres garve, qui lui coutera cher dans le futur.

    La strategie de l’opposition est simplement machiavelique. sa propagande balance a longuer de journee que le Hizb , c’est la resistance et qu’il a du se defendre.

    Se defendre contre qui? les habitans de Tariq Jdida? ou ceux de Basta? Peut etre que le Hezb utilise un GPS deregle, qui lui indique les positions de l’ennemi sioniste a l’interieur de Beyrouth.

    Les exactions de la semaine derniere sont de la responsabilite du Hezb et de ses allies. Quant Isarael a mene sa guerre en 2006, le Hizb avait dit a l’epoque que l’enlevement des deux soldats n’etait qu’un pretexte et qu’Israel preparait la guerre depuis longtemps. Les deux decisions- imbeciles et non executables dans les faits- prises par le gouvernement Seniora ne sont que le pretexte aune prise de controle de Beyrouth Ouest par les hordes de miliciens assoifes de vengence envers les sunnites et tous ceux qui ne sont pas de leur avis. si non, pourquoi ont -ils brule les locaux de la TV et ceux du journal du Future?

    Les morts de Tariq Jdida sont tombes sous les balles d’un tireur d’Amal qui de sang froid a tire dans la foulle d’un cortege funebre. Une chose n’aurait pas ete possible sans le lachage des miliciens dans les rues pour imposer l’ordre hezbollahi.

    IK, je t’invite a venir discuter avec les gens a Beyrouth, ceux dont les immeubles ont ete touches, ceux qui ont ete trauimatises et ceux qu’on est venus interroger.

    Le Hezbollah malgre son passe glorieux est aussi une milice, mais il n’en demeure pas moins que c’est aussi un parti religieux totalitaire et sa conivence avec la Syrie en dit long sur ses orientations peu democratqiues.

    Je n’absous pas les gens du 14 Mars, les seigneurs de la guerre (Joumblat) et les fascistes, mais il est un fait, meme si le Future n’est pas a mon sens un parti consistant et digne de respect, il ne s’est jamais livre a des exactions.

    Ce qui s’est passe dans le Nord a Halba est un crime horrible, une vengence de quelques criminels qui ont attaque le siege du PNSS et tue 11 personnes apres les avoir torturees. J’espere que la justice dira son mot et condamnera les coupables.

    Mais alors quelques questions:

    Qui jugera les Hizbollahis coupables d’exactions?
    Pourquoi les miliciens de l’opposition peuvent parader avec leurs armes et pas les autres?

    En tout cas, je peux affirmer que le Hezbollah malgre tout le soutien qu’il peut avoir de la rue Arabe, n’a vraiment de l’influence qu’au sein de la communaute shiite qu’il tient d’une main de fer. Il a perdu les sunnites a jamis et les druzes. Quant aux chretiens, et malgre l’alliance avec Aoun, ils ne sont pas et ne seront jamais les sympathisants du Hezb.

    Au cas ou vous ne le seriez pas, les miliciens du Hezb n’ont nullement abandonne la rue. Ils y sont, sauf qu’ils ont tout simplement palnque leurs treillis dans les voitures et ils continuent a controler les rues en civil, leurs armes de poing sous leurs vestons et sont reconnaissables a leur talkie walkie. Ils continuent a poser les questions aux gens dans la rue et frappent aux portes des maisons a la recherche des militants du Future.

    Trouvez vous cela norma I.K ? vous le defenseur des libertes? Trouvez vous normal qu’un groupe au nom de la resistance, puisse se constituer en Etat dans l’Etat et se subsitituer a cet Etat? Quelqu’en soient les motifs, cela ne me parait pas acceptable, et je peux assurer que la grande majorite desaprouve ce que fait le Hezb et finira par se retourner contre lui.

    Vous semblez succomber a la tenation de traiter les gens du 14 mars d’etre tous des pro etats uniens. Vous oubliez tout simplement que le gouvernement de F. Seniora a ete qualifie par le Hezb de gouvernement de la resistance durant l’agression isrelienne de 2006.

    Je parlais de manicheisme dans mes differents posts au Monde Diplo, et je dois dire que ce que vous ecrivez est d’un manicheisme qui me depasse. D’un cote les mechants (14 mars et consorts) et de l’autre les bons d el’opposition.

    En fait qui sont les allies du Hezbollah?

    Amal: un mouvement dirige par un ancien chef de guerre sanguinaire qui a tue les palestiniens par centaines pour ne pas dire par milliers dans les annees 1833-1986 et a fini ce que Israel avait commence auparavant et pendant l’invasion de 1982. Les miliciens d’ Amal sont connus pour leur indiscipline et le fait qu’ils sont plus une bande de voyous qu’autre chose. Berri trone sur la communaute shiite en puisant dans les deniers de l’etat via le conseil du sud, la CNSS, le parlement…etc. Jusque’n 2005, Amal et le Hezbollah s’etaient regulierement livres a de veritables combats dans les villages shiites.

    Le PNL ou Tayyar dirige par Aoun est un mouvement qui s’est illustre par son opposition radicale a la Syrie depuis l’exil de Aoun en France au debut des annees 80 et jusqu’en 2005. C’est Aoun qui est a l’origine du "Syria Act" adopte au Congress et qui a ete le point de depart des sanctions contre la Syrie. Aoun est mu par une soif du pouvoir, qui lui fait prendre la position et son contraire. le risque avec lui, c’est tout simplement un embrasement du pays s’il accedait a l’independance. C’est un militaire felon, tres ambitieux eet versatile. De surcroit, les mauvaises langues disent qu’il a deja subi un traitement psychiatrique!

    Le PNSS, le parti d’Antoune Saada apres avoir ete le premier parti qui a resiste contre Israel apres l’invasion de 1982, a completement vire depuis. Au fil des divisons, il est devenu une milice a la solde des syriens et se distingue aussi par des faits d’armes en matiere d’assassinats en sous traitance pour les moukhabarates de la Syrie.

    C’est le PNSS qui a incendie les locaux de Future TV et en reaction d’autres criminels favorables au gouvernement ont assassine et torture 11 militants du parti.

    Le parti Baas, il n’ y a rien a commenter. Ce sont les moukhabarates syriennes cqvd…

    Talal Arslane est un feodal comme Joumblat, mais il n’a ni charisme, ni veritable large assise . Ce qu’il lorgne c’est la place de Joumblat.

    Weam Wahab, c’est un coursier travaillant pour les moukhabarates syriennes. Il est mediocre, avide de pouvoir et pret a tout.

    Abderahim M’rad: Ancien chef de milice et ex ministre de la Defense. Il a distribue pas moins de 10,000 autorisations de port d’armes la veille de son depart du ministere – suite a la demission du gouvernement de Karame apres l’assasssinat de Hariri- , y compris des cartes vierges a des personnes ou groupe de l’opposition.

    Najah Wakim: un pseudo nassarien, vivant depuis qu’il a perdu son poste de depute en 2000, sur les subsides que lui paye Tahsine Khayatt, le patron tres controverse de New TV …

    Ce sont la les soutiens du Hezbollah. Une belle brochette de "progressistes" a qui il ne reste du progressisme que les slogans creux.

    Mais IK, peut me dire: Comment se fait-il que tu ne dis rien des accointances des gens du 14 Mars.

    La coalition du 14 Mars est hetroclite, comprenant des ex chefs de guerre sanguinaires (Geagea, Joumblatt), les Kataeb (extreme droite), des anciens collabos avec Israel. Dans le precedent post, d’IK, j’ai donne un eclairage sur les deux principales figures du 14 Mars.

    J’invite I.K. a venir discuter avec les gens sur place et voir les realisations "progressistes" du Hizb quand il veut. s’il y a d’autres volontaires, ils sont les beinvenus.

    Cordialement

  6. Pour votre information

    نشر جوني منيّر في "الديار" اليوم تفاصيل الاجتماع الذي عقد في قريطم ليلة "سقوط بيروت"، وكشف في مقال حمل عنوان "نقاش عاصف وانتقادات قاسية في قريطم ليلة سقوط بيروت حول تحميل المسؤوليات. واشنطن أبلغت الحريري أنها تعمل وفق توقيتها" تفاصيل النقاش الذي دار في قريطم، فقال: "على دويّ المعارك العنيفة في الجبل، وبعد أن تولى الوزير السابق طلال ارسلان مسؤولية انهاء الوضع في الجبل، كان النائب وليد جنبلاط يجري اتصالاته بحلفائه في الحكومة، ناصحاً اياهم باعلان مجلس الوزراء (الذين من المفترض ان ينعقد اليوم بعد عودة الوزير طارق متري الى بيروت) قبوله بالشروط الموضوعة كما هي: اي اعلان التراجع عن القرارين موضع النزاع، وان يجري اعلان الموافقة على البدء بالحوار حول النقاط السياسية التي ما برحت ترفعها المعارضة منذ اكثر من سنتين. لكن موقف جنبلاط لم يخفف من الانتقادات العنيفة التي يكيلها الفريق السني له، لا بل زاد منها.
    فالاجتماع الذي عقد في قريطم ليلة سقوط بيروت في يد «حزب الله»، شهد نقاشات عاصفة وانتقادات عنيفة للذين جرى تحميلهم مسؤولية ما آلى اليه الوضع. وجاء الانتقاد الأول لجنبلاط والخطوة التي ورّط بها الحكومة وكان ما كان. وتحدث احد الوزراء السنّة بقساوة عن خفة النائب جنبلاط واتخاذه لقراره. وعندما اجابه وزير درزي بأن الحكومة كلها اخذت هذه القرارات، اجابه الوزير المنتمي الى «تيار المستقبل: «انت تعرف ان الرئيس السنيورة لم يكن يرغب في اتخاذ هذين القرارين".
    وتابع منير: "لكن عندما اعلن جنبلاط مواقفه التصعيدية، لم يعد بوسع الرئيس السنيورة والحكومة معه سوى ملاقاته والوقوف على نفس الموجة.
    ورغم ذلك، أصررت انت وزميلك على اعلان القرارين بعبارات قاسية».
    وقال مسؤول كبير في تيار المستقبل خلال الجلسة العاصفة: «كنا نعتقد ان جنبلاط قد استبق مواقفه بالتشاور مع العواصم الكبرى.
    لكن تبين لنا ان هذه العواصم منزعجة جداً مما فعلناه».
    واجاب الوزير الدرزي: «لماذا تحملوننا المسؤولية لوحدنا. فلقد دخل سعد الحريري على الخط. وهو طالب الوزراء باتخاذ هذه القرارات.
    ألم يقف الوزير أحمد فتفت جانباً ليتحدث مع النائب سعد الحريري بواسطة هاتفه الخلوي ثم يعود متحمّساً لصدور القرارين بعدما كان مترددا».
    لكن احد كبار المسؤولين في تيار المستقبل استدار فجأة باتجاه احد المسؤولين البارزين في قوى 14 اذار (وهو من الطائفة المسيحية) متوجها اليه بكلام قاس حول الخفة التي جرى فيها التعاطي مع كافة المناخات السياسية ولا سيما مع مسألة كاميرات المراقبة قرب مطار بيروت والتي أدت الى اشعال غضب جنبلاط. وعندما حاول زميله وهو نائب مسيحي، الدفاع عن موقفه على اساس ان المسألة كانت خطيرة، وان المطروح كان صدور قرار بحق العميد وفيق شقير فقط، ولكن صدور القرار المتعلق بالشبكة الهاتفية هو الذي أشعل الوضع. عندها ثار المسؤول في تيار المستقبل غاضباً، وهو يقول بأن التوقيت الدولي لم يكن يسمح بذلك، وكان من المفروض وفي اقل تقدير اخذ الغطاء الدولي وليس اتخاذ مواقف تصعيدية من دون حسابات".
    ويتابع منيّر سرده قائلا: "واستمر النقاش عاصفا، وطال في احد جوانبه النائب السابق سليم دياب، حيث جرى توجيه اللوم له على اساس انه كان المكلف بتنظيم ورعاية القوة القتالية عند تيار المستقبل، وان هذا الامر كلف موازنات ضخمة، فاذا بهذه القوة تسقط مع اللحظات الاولى للقتال.
    والجواب الوحيد الذي نطق به النائب السابق سليم دياب، بأنه صحيح بأن هنالك فجوات وثغرات عسكرية ظهرت، ولكن النائب الحريري هو الذي أعطي اوامره بالاستسلام بعد وقت قصير على بداية المعارك حقناً للدماء.
    واستمر النقاش صاخباً والانتقادات قاسية حتى ساعات الفجر الاولى.
    وعزز كل ذلك ما لمسه النائب الحريري حول ان واشنطن لن تتحرك «فنحن نعمل حسب توقيتنا وليس حسب توقيتكم». وربما هذه العبارة الجافة من واشنطن دفعت بجنبلاط الى خفض السقف الى ادنى درجة ممكنة والعمل على تفادي معارك الجبل".
    وعن الموقف الأميركي من التطورات، يتابع منير فيقول: "واذ حاول بعضهم تقديم شكوى بحق قائد الجيش العماد ميشال سليمان الى المسؤولين الاميركيين حول دور الجيش، كان الجواب الاميركي واضحا: «ربما الجيش اللبناني لا يقوم بما تفرضه عليه مسؤولياته، ولكن لنكن واقعيين فهو يقوم بأفضل ما يمكن فعله ضمن الواقع الممكن ونحن نتفهم موقفه جدا واننا راضون عليه، فالمهم بقاء مؤسسة الجيش موحدة». ومن ضمن هذا المناخ توسّل النائب الحريري الى فريق 14 آذار الذي اجتمع في معراب طالبا اليهم الا ينتقدوا الجيش في بيانهم، «فلا تنسوا انني موجود هنا بحمايته».
    وما لم يقله الاميركيون للنائب الحريري مباشرة، رددوه امام المتصلين الكثر للوقوف على رأي واشنطن مما يجري وجاءت المواقف الاميركية وفق النقاط التالية:
    - لقد دخلتم في مغامرة من دون استشارتنا.
    - نحن نعمل وفق توقيتنا الذي لا يتلاءم مع اي عمل الآن.
    - ان مجلس الامن غير قادر على اتخاذ قرار الآن حول الوضع في لبنان.
    - الادارة الاميركية تعيش في جو الانتخابات الداخلية والرئيس جورج بوش يتحضر لزيارة تاريخية الى الشرق الاوسط.
    - سنرى ما اذا كانت الدول العربية قادرة على القيام بشيىء.
    - المهم ان تحافظوا على وحدة الجيش لأن دوره اساسي في المرحلة المقبلة.
    ولكن احد كبار المسؤولين في مجلس الامن القومي الاميركي قال لأحد المسؤولين الفرنسيين حين سأله عن الوضع في لبنان «.
    .ربما سيكون مفيداً للحل، فيما بعد، ان تستمر المواجهات في لبنان لبضعة اسابيع». وامام دهشة المسؤول الفرنسي، تابع المسؤول الاميركي وهو يقول: ربما قد يساعد الواقع الجديد الذي سينشأ في لبنان، الى التوصل الى تسوية سياسية كاملة تؤدي الى وضع سلاح حزب الله في اطار جديد داخل كادر الدولة اللبنانية مما يلغي عنوانه الاقليمي في مقابل اعادة تركيب سلطة جديدة في لبنان ينال فيها حزب الله الضمانات السياسية التي سيطلبها".
    وختم منير مقاله: "انها المدرسة الواقعية التي تشتهر بها السياسة الاميركية، حيث تبدي مصالحها من خلال الامر الواقع وعلى حساب صداقاتها.
    ولكن هل كان لبسطاء فريق الاكثرية ان يكتشفوا ذلك قبل ادخال لبنان في المصيبة والكارثة التي اضحى فيها اليوم؟".

  7. Ce qui est fascinant chez certains marocains, abreuvés de rhétorique « Aljazeeratesque » et dopés de discours du leader maximo Nasrallah, c’est leur capacité d’acceptation de situations qu’ils ne pourraient pas admettre pour leur pays…Imaginons qu’un jour, l’Union Constitutionnelle ou le RNI, se dote d’une milice plus puissante que les FAR, reçoit ses directives et son financement d’une puissance étrangère ( on va dire la Somalie, par exemple), prends d’assaut les locaux des autres partis marocains et ferme les sièges de leurs journaux, rend toute circulation impossible, et paralyse les activités de tout le pays, et de surcroit, décide de zigouiller des mauvais citoyens, qui ne sont pas d’accord avec lui, est ce qu’on va considérer cela comme normal ?

    Ce qui est aberrant, chez ces marocains, anti-impérialistes et anti-sionistes devant l’éternel, les héritiers des « trois non d’al khartoum » , qui ont toujours pensé que « la sawta fawqa sawti al maaraka », et qu’il faut se battre jusque dernier palestinien ( ou libanais), c’est d’applaudir un parti, qui a cessé d’être un parti de résistance, en devenant, le porte-étendard d’un fascisme en marche.

    Devant le dilemme de choisir la domination des Almoravides ou l’humiliante soumission au roi d’Espagne, Al Mouatamid ibn abad avait tranché « je préfère les chameaux de Youssef ibn tachafin, aux porcs d’Alfonso », et nous, on est pas obligés ni de se rallier sous la bannière étoilée américaine, ni de supporter les drapeaux jaunes d’un parti, aspirant à faire de Beyrouth une banlieue de Téhéran…

  8. J’aimerais bien qu’ibnkafka éclaire ma lanterne. J’avoue que la situation au Liban me dépasse mais ces derniers jours et à force de suivre les débats passionnés et passionnants , il y a des questions qui s’imposent :
    - Est-ce vrai que joumblat est un féodal doublé d’un seigneur de guerre?
    - Est-ce vrai que hariri a la nationalité seoudienne et qu’il est à la tête d’un holding qui est au Liban ce que l’ona est au Maroc?
    -Est-ce vrai que nasrallah est le fils d’un monsieur qui tenait une échoppe?
    Si c’est vrai , tous les damnés de la terre vont soutenir la résistance libanaise et mister bush , israel et les émirs séoudiens mènent une guéguerre perdue d’avance.

  9. @hboughafer

    Je me permets de repondre a la place d.IK, qu’il m’en excuse. Je considere ce blog comme etant le mien et voudrait topujours y contribuer, meme si par moments, je peux divirger avec IK.

    Joumblat est un Bek cad feodal, issu d’une famille de Bek, titre qui leur avait ete attribue par les ottomans. Mais il n’en demeure pas moins que son pere de son vivant avait ete un nationaliste arabe, progressiste et le plus garnd defenseur des palestiniens au Liba et cela lui avait coute sa vie en 1978 assassine par les syriens.

    Rafic Hariri etait un fils d’artisan pauvre. Actuellement, le groupe Hariri est la plus grande fortune libanaise. Rafic Hariri, le pere assassine est parti de rien. Il etait simple comptable. Puis parti travailler en Arabie, il a quitte la comptabilite pour se lancer dans la construction durant le boom des annees 70. Il a commence par realiser de petits chantiers et a grandi depuis. Ayant ete remarque pour son serieux et sa rapidite d’execution, on lui a confie la construction du palais de Taif qui allait abriter une conference islamqiue ou arabe, et il l’a delivre avant la date limite de livraison, ce qui lui a valu l’estime du roi Fahd. On lui a octroye la nationalite saoudienne en reconnaissance a ses services, Sa fortune a depuis connue une progression fulgurante. Actuellement le groupe Hariri comprend qualques joyaux: Le groupe Ogero, specialise dans les travaux publics, et depuis peu a une compagnie turque de telecom, les banques du groupe mediterrannee, Solidere, promoterur immobilier et restaurateur du centre de Beyrouth detruit par la guerre et enfin, la famille Hariri possede pas loin de 20% dans l’Arab Bank, une des plus importantes banques arabes, creee en Palestine avant la Naqba par la famille Shouman et delocalisee a Amman pour fuir les exactions sionistes. Il a egaelement une TV (Future) et un journal. C’est un Tycone comme en dit en Anglais.

    Mais le plus fascinant dans l’itineraire de Hariri, c’est son oeuvre sociale. Il a finance les etudes superieures de 40 000 etudiants de toutes les confessions, aussi bien qu’au Liban, qu’a l’etranger. Il a des dizaines d’ecoles gratuites, des hopitaux, des dispensaires, des centres sociaux… Il a construit, rehabilite des dizaines de mosquees et meme d’eglises et a ce jour le principal pouvoyeur d’aide sociale au Liban, ou l’Etat me fait strictement rien. Alors pourquoi? et comment?

    A la fin des annees 70, l’Arabie Saoudite avait voulu venir en aide aux sunnites libanais, qui etait coinces entre des chretiens maronites, soutenus par l’occident et disposant de relais internationaux, une communaute chiite qui grandit de par la natalite et dont la presence est renforcee par la montee en puissance du "mouvement des de.sherites" de l’imam Moussa Sadr, ancetre du mouvement AMAL (Harakat Al Moukawama Al Islamia fi Loubnan), dirige depuis la disparition de Sadr en Lybie en 1979, par Nabih Berri, actuel president du Parlement. La revolution iranienne a depuis le debut soutenu materiellement et politiquement le mouvement chiite. Donc, l’ Arabie a utilise Hariri, en qui le roi avait confiance comme relais de l’aide et de la presence saoudiennes.

    Hariri s’est illustre par la ssuite en etant l’artisan de l’accord de Taif qui a mis fin a la guerre civile au Liban. Il a depuis ete plusieurs fois premier ministre et ses passages au pouvoir lui ont permis de lancer de grands chantiers de reconstruction.

    Rafic Hariri, meme apres son assassinat jouit d’une tres garnde popularite au sein de toutes les communautes. Son assassinat le 14 fevrier 2005, a ete le declencheur d’une longue crise, qui a vu les syriens quitter le Liban apres 30 ans d’occupation; et puis depuis le clivage entre las anti syriens et les pro-syriens (Hezbollah, Amal…) n’a cesse de se creuser pour deboucher sur les evenements du 08,9, 10 Mai 2008.

    Quant au chef du Hezbollah, Syed Hassan Nasrallah, c’est un fils d’epicier, qui s’est illustre par sa soif de connaissances, ce qui l’a pousse a faire des etudes de theologie a Qom en Iran. De retour au Liban, il s’est engage dans Amal, puis a ete un des fondateurs du Hezbollah, sous l’impussion des gardiens de la revolution iraniens. Il est retourne depuis a Qom pour completer ses etudes de theologie, et a la mort de Moussawi, s’est retrouve Secreatire General du Hezbollah. Il a mene le Hezb a de tres garndes victoires contre Israel, qui se se sont soldes par le retrait de l’armee isralienne du Liban en 2000 et la mise en echec de l’armee israelienne lors de la guerre de 2006.

    Hassan Nasrallah est tres populaire au Liban surtout aupres de la communaute shiite et dans le monde arabo-islamique. Mais a mon humble avis, cette popularite a ete ecornee par l’intrusion du Hezbbollah dans le jeu mafieux de la politque libanaise.

  10. Chak: "Je considere ce blog comme etant le mien et voudrait toujours y contribuer, meme si par moments, je peux divirger avec IK" – ça me fait plaisir de lire ça, en dépit de nos divergences libanaises…

    Effectivement, Joumblatt est "le" zaïm des druzes, au parcours politique dont la seule constante a été de garder un rôle pivot pour "sa" communauté – un accord entre "les" sunnites, "les" chiites et "les" maronites lui ôterait son rôle pivot, les druzes étant à peine 5% de la population contre 35/40% pour les chiites par exemple. La communauté druze a un rôle important en raison de sa localisation géographique (en montagne, surplombant les voies d’accès à Beyrouth) et de son rôle, à cheval entre musulmans et chrétiens, passant d’un camp à l’autre avec une facilité déconcertante (Walid Jumblatt fût un pro-syrien tout aussi extrémiste qu’il fût, jusqu’à il y a quelques jours, un pro-US extrémiste). Le jour ou les sunnites, le Hezb et Aoun se mettront d’accord, l’influence des druzes et donc de Jumblatt sera proche de zéro. Mais comme ce jour là n’arrivera pas…

    Ce qui rapproche Nasrallah et Aoun c’est leur origine sociale modeste. Pour Saad Hariri, ce n’est pas le cas, étant né riche. Je ne crois pas non plus que Ja’ja soit d’origine aisée. Mais la concentration de zouama héréditaires est assez forte chez les sunnites (Hariri jr, Karameh) et surtout chez les maronites (Gemayel, Cham’oun, Frangié, Eddé), alors que les chiites en sont dépourvus.

  11. Une analyse de سعد محيو (en arabe) :
    http://www.swissinfo.org/ara/news/detail.html?siteSect=111&sid=9090704&cKey=1210842723000&ty=st

  12. ibnkafka

    Bonjour ,

    Fais attention de na jamais tirer des informations d’une seule source car elles peuvent tres souvent etre monsengeres. Dans cet article que je cite

    "Après deux jours de combat, Joumblatt a dû faire machine arrière et appeler à l’aide son grand rival, l’émir Talal Arslan, chef d’une famille rivale."

    il est dit que les druzes dans la montagne n’ont pu contenir les militants du hezbollah. FAUX
    Je te signale que il y a eu plus de 70 morts du cote du hezbollah et une dizaine chez les druzes dans la montagne . Meme les tirs de mortiers et de canons n’ont pu pemettre aux fous de dieux de s’emparer de la montagne. Ils ont subit une grosse raclee et se sont retires tout penauds . Mais si les druzes avaieint une tele comme al manar ou comme future ( la future auraint pu mais elle etait reduite au silence grace aux Hezbollahs ), ils auraient pu faire eloges de leur victoire. Le hezbollah est fort dans ses terres , son territoire , mais pas dans un territoire inconnu.Ils ont subit la meme defaite que celle qu’ls ont inflige aux israeliens.

    Et au passage les gens de arslane se sont rejoints a ceux de Joumblatt et se sont combattus l’un a cote de l’autre contre le hezbollah.
    Les druzes en depit des differents poitiques se sentent solidaires devant une menace de l’exterieur . Je n’invente rien il suffit juste de vivre au Liban ( car je vois que tu n’habites pas ici) .
    Tu peux jeter un coup d’oeil a cet article ou meme a d’autres

    http://yalibnan.com/site/archives/2008/05/lebanons_300_he.php

    LA PROCHAINE FOIS ESSAIE DE DIRE LES CHOSES TELLES QU’ELLES SONT SINON TON SITE N’A AUCUN INTERET . IL SERAIT RELEGUE AU RANG DES BANALITES ET MEDIOCRITES QUE L’ON RETROUVE TROP SOUVENT SUR INTERNET.

    SALUT

  13. 70 morts du hezbollah? Seulement? Je croyais qu’il y en avait 700, dont 200 pasdarans iraniens, 150 parachutistes syriens et 100 guérilleros des FARC.

  14. I.K.

    Ce qui est sur, c’est que les Druzes ont combattu le Hezbollah et stoppe son avancee. Apparamment la resistance des Druzes aurait surpris le Hezbollah.

    Et je ne crois pas qu’il faille prendre a la legere la perte de 70 morts par le Hezbollah, qui est en theorie tres superieur en armes, soutiens et munitions.

    Quant a l’article de Yalibnan, il est surrealiste.

  15. d’après les informations disponibles depuis le 7mai les affrontements aurait fait 80 mort alors 70 dans la montagne ça me semble chimérique

  16. Chak: ce n’est guère crédible. Comment expliquer alors que Jumblatt ait demandé à Arslane et Berri ce dimanche d’intercéder en sa faveur auprès du Hezb, en reconnaissant sa défaite, si comme tu dis ils avaient tué plus de combattants du Hezb en trois jours que l’armée israëlienne en deux semaines? Je veux bien que les combats aient été durs, et que le Hezb a subi des pertes (une dizaine de morts à ce que j’ai lu), mais il faut avoir un minimum de cohérence.

    PS: Les 70 morts, on en aurait vu des photos si c’était vrai.

  17. Au fait, Walid Phares, cité dans Ya Libnan, est un évangéliste libano-étatsunien. Il est aussi crédible que Dick Cheney.

  18. ""70 morts du hezbollah ? Seulement? Je croyais qu’il y en avait 700, dont 200 pasdarans iraniens, 150 parachutistes syriens et 100 guérilleros des FARC "

    Avec 30 milliards de dollars debourses par l Íran dans la banque Hezbolli depuis sa creation ca devrait faire meme plus que ca , non ?

    Bien sur que lárticle est surealiste, mais il est a l ‘hauteur de la suprise qu’a suscite chez l auteur l echec du plan du hezbollah dans la montagne’.

    Si vraiment le hezbollah avait eu la main haute dans la montagne il y aurait hisse sa banniere comme il l a fait partout dans beyrouth ouest et aurait place ses sbires un peu partout . Et bien pas l ómbre d un etendard , c est dire. C est vrai que ca ne rejouit pas certains mais bon …

    .

  19. Bon, résumons donc cette version des faits: 1. Le Hezbollah se fait tailler en pièces par la milice du PSP comme il ne l’a jamais ét par l’armée israëlienne. 2. le dimanche, Jumblatt, éclatant vainqueur dans le Chouf, demande l’intercession de son rival historique Talal Arslane ainsi que de Nabih Berri pour obtenir la mansuétude de Nasrallah, leader du parti dont il a écrasé les troupes. 3. Il propose de remettre ses armes lourdes à l’armée. 4. Il déclare que Nasrallah a obtenu ce qu’il a voulu. 5. Il déclare au Time la défaite militaire du 14 mars faute d’intervention US. 6. Les deux décrets litigieux, dont son bras droit Marwan Hamadé était l’instigateur, sont abrogés par le gouvernement. 7. Il se rend dans le chouf aujourd’hui vendredi en faisant des louanges à la "résistance"…

    J’ai raté un épisode?

  20. Je reviens à la charge et j’en suis désolé. Je voudrais avoir des réponses convaincantes pour au moins comprendre ce qui se passe à la réunion de Qatar.
    Bush débarque à Ryad et il gagne le gros lot : l’arabie saoudite annonce augmenter sa production de 300.000 barils par jour en mai pour soulager l’économie et l’automobiliste américains. Le geste des émirs survient le lendemain de la déclaration bis de belfour de mister bush en israel. Ne sommes-nous pas devant un événement majeur au moyen-orient , à savoir la mise en place d’une alliance stratégique entre les usa , israel et les émirs saoudiens?
    Même moubarak est hors-jeu, il s’occupe de la sous-traitance entre olmert et hamas.
    On comprend mieux par ricochet les revirements d’un joumblat.

  21. Je ne doute pas un instant que le Hezbollah aurait pu mettre en pieces les milices druzes ( et toutes les autres milices en passant ) dans la montagne avec la superiorite de son arsenal et de ses troupes si il avait continue mais comme je ne doute pas un instant que Israel aurait pu mettre en pieces tout le Hezbollah si il avait continue sa demence destuctrice durant la guerre de l’ete 2006.

    La question est de savoir est ce que le Hezbollah peut se permettre la destruction totale dune population ( car croit moi les druzes se seraient battus jusqu’au dernier hezbollah ) au risque de voir des forces etrangeres entrer dans le pays ?Et dans ce cas c;est le carnage assure

    Quant a "Il déclare au Time la défaite militaire du 14 mars faute d’intervention US" supposons que c’est vrai ce qu’avance cet article Jumblatt aurait raisonablement pris cette decision pour eviter le caranage dans les deux cotes.
    LES DRUZES NE SONT PAS ARMES jusqu’aux dents comme le Hezbollah. Et je te pose la question si JUmblatt est bien un sioniste comme ne cesse de le repeter la rhetorique de l’opposition ( c’est lassant a la fin) n’aurait il pas armes tous ses gens dans la montagne aves un arsenal americain ou israelien.
    Les druzes se sont battus avec des armes qui datent des dernieres guerres qu ‘ils avaient gagnes ( t’en souviens tu ?)

    les 2 decrets ont ete abroges . Heureusement car le hezbollah n’aurait pas hesite un instant de continuer a parlayser tout le pays , en continuant de laisser l’aeroport ferme et en brulant d’autres institutions et en terrorisant la population. Il n’aurait recule devant rien.
    Mais pour moi c;est une victoire a la pyrrhus , car il le paiera tres cher dans le futur.

    Supposons que le gouvernement a fait une erreur dans ses decisions en adoptant ces decrets. Est ce que ceci justifie une riposte et une folie meurtriere pareille ? Est ce que ‘enlevement de 2 soldats israeliens justifie l’attaque disproportionnee d’Israel ?

    Et quant a "Il se rend dans le chouf aujourd’hui vendredi en faisant des louanges à la “résistance"
    Encore pur mensonge ( decidement je ne sais pas ou tu vas chercher tes sources, bon mais si ca t’arranges comme ca)

    Il a ete faire une tournee dans la montagne c’est normal mais pas pour faire la louange de la resistance mais pour calmer les esprits car n’oublie pas qu’il y a des villages chiites et une personne qui habite dans un de ces villages m’a dit " c’est nous qui avons perdu car nous avons perdu de tres bon voisins avec qui ont vivaient tres bien"

    J’avais un repect sans bornes pour le Hezbollah ,mais je pense qu’ils m’ont prouve qu’ils avaient les dents longues.
    Je te signale qu’en Iran il n’y a pas une seule mosquee sunnite alors que les sunnites representent 1 million de la poplution. Cela en dit long …

  22. Salam de la part d’un z’migrés de France,

    Tout d’abord bravo pour tes articles très pertinents et bien écris. J’avoue être franchement subjectif et préféré de loin (très loin ) le Hezbollah qui est peut être une milice, mais qui combat vaillament le cancer sionniste.. Je me fou royalement qu’il est été aidé par l’Iran (qui est incomparable face à ces faux culs de séoudo-wahhabite, toutou de l’oncle Sam et qui en plus distille leur venin depuis des décennies à travers les mosquées qu’ils financent ainsi que les livres qu’ils diffusent gratuitement).
    Un libanais sunnite, m’a raconté que feu Rafic Hariri avait commencé et fait fortune comme proxénète de nos chers Emirs Wahabbites, à bon entendeur..
    Evidemment je suis pour l’unité et le respect des différentes communautés libanaises : sunnites, druzes, maronites…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 104 followers

%d bloggers like this: