« Nous étions toujours dominés par l’image que l’Occident se fait de nous… »

Bien avant cette situation créée depuis le 11 septembre, nous étions toujours dominés par l’image que l’Occident se fait de nous et que nous adoptons. Nous sommes plus ou moins colonisés. Il y a une réappropriation de l’image que l’Occident renvoie de nous.

J’ai posé le problème de l’islamisme au Maroc. On est confronté à un défi du terrorisme. Le monde entier, y compris l’Islam lui-même. Face à cette menace, il y a la nécessité de se défendre. Mais si le problème n’est pas analysé et posé en termes politiques, le sécuritaire n’arrive pas à écarter le danger.

Précisément, ce qu’on a vu au Maroc, c’est que la gauche a repris la terminologie utilisée en France concernant les islamistes: les barbus, les barbares, les fanatiques. On a tenu le discours de l’autre. On n’a pas cherché à battre l’islamisme sur le terrain de la religion. La riposte ne peut venir que de l’intérieur de la religion. J’aimerais revenir plus longuement sur Edward Saïd, à l’occasion.

Edmond Amran El Maleh, in Marie Redonnet, « Entretiens avec Edmond Amran El Maleh« , Publications de la Fondation Edmond Amran El Maleh, Editions La Pensée sauvage, Grenoble, 2005, p. 181.

J’ai quelques petites réserves:

1- Tout comme l’Orient, l’Occident est un terme idéologique qui devrait être utilisé entre guillemets.

2- « La riposte ne peut venir que de l’intérieur de la religion » – la phrase devrait à mon sens s’arrêter après « de l’intérieur » – le reste est supreflu, me semble-t-il, tant le terrorisme – islamiste ou non – est la résultante de facteurs sociaux, politiques et – peut-être – culturels, et non pas religieux.

Pour le reste, Edmond Amran El Maleh, un écrivain tout de même d’une autre trempe que Tahar Benjelloun ou Fouad Laroui, me semble exprimer assez parfaitement la conséquence des rapports centre-périphérie particulièrement tangibles au Maroc auprès de ceux qui sont exposés à l’influence médiatique française, mais également présents dans tous les milieux socio-culturels de ce que l’on appelait, à une époque reculée, Tiers-Monde.

Il n’est que de consulter, à titre d’illustration, les résultats d’un récent sondage: 71% des Tanzaniens interrogés pour ce sondage estiment que la très hypothétique possession d’armes nucléaires par l’Iran constituerait une menace pour eux (p. 59), de même que 62% des Libanais interrogés pour ce sondage estiment que la puissance militaire de la Chine, présentée comme étant en hausse, serait une mauvaise chose pour le Liban (p. 132) – « on a tenu le discours de l’autre« …

About these ads

6 Réponses

  1. cela relève de manière flagrante la question de la communication, il y a à mon sens une colonisation dans ce domaine particulier qui nous empeche de penser par nous même puisque nous consommons la pensée de l’autre qu’il nous communique de manière omniprésente

    ceci dit je ne pense pas personnellement qu’il faille s’arrêter à  »de l’intérieur », il est je pense très important qu’une réponse interne à la religion puisse se faire entendre (encore une question de qui communique mieux que qui)

    je suis d’accord sur les facteurs politique, socio et culturels qui rentrent en ligne de compte, mais je pense que la réponse de l’interieur de la religion est nécessaire pour combler ce vide qui devient le four tout de tout et n’importe quoi

  2. J’ai tjrs apprécié le côté posé de Edmond Amran El Maleh.

    Pour ta remarque (1) tout à fait d’accord. Ces deux mots sont quelque part des mots bateaux. Chacun d’eux englobe tellement de réalités choses qui ne sont pas forcément identiques.
    Pour ta remarque (2) d’accord et pas d’accord. Car pour moi la réponse au terrorisme doit effectivement venir de l’intérieur des sociétés musulmanes, particulièrement arabes. Mais, la religion a aussi un rôle à jouer dans cette réponse puisque ceux qui commettent ces atrocités le font au nom de la religion. Les oulémas doivent procéder à une lecture des textes qui prend en compte l’époque dans laquelle nous vivons. D’ailleurs cette lecture devra être perpétuellement renouvelée à défaut on est condamné à la sclérose !

    « le reste est superflu, me semble-t-il, tant le terrorisme – islamiste ou non – est la résultante de facteurs sociaux, politiques et – peut-être – culturels, et non pas religieux. »
    Pour moi, et tu dois t’en douter :) , c’est le facteur culturel qui rentre en ligne de compte en premier. Les autres facteurs sociaux et politiques n’en sont que les symptômes. Quant au facteur religieux, il n’est pas à exclure mais il ne faut pas non plus tomber dans l’extrémisme de certains qui imputent tous les maux à la religion musulmane. Encore une fois, il y a la religion en tant que telle et il y a ce que ceux qui s’en réclament en font.
    J’avais, au moment des attentats de Casa, exprimé de manière détaillée mon point de vue sur ce sujet. Pour les curieux, voici le lien (particulièrement les commentaires 91 & 92):

    http://www.larbi.org/post/2007/04/12/350-injustifiable-terrorisme

    Dernière chose, certes les français avaient collé des adjectifs péjoratifs aux islamistes (il y en a même qui n’acceptent pas le mot « islamiste ») tels « barbus », « fanatiques » et « barbares ». Mais, j’ai aussi le souvenir qu’au Maroc, en tout cas dans le quartier où j’habitais, d’entendre particulièrement le mot « barbu » de la bouche de gens qu’on peut qualifier de « marocains de classe moyenne » avant même qu’il n’ait cette explosion de l’extrémisme. Je me rappelle qu’il y avait un seul épicier qui était « barbu » qui a des affinités avec les mouvances pakistanaises et autres. Ensuite, leur nombre n’a cessé d’augmenter. Début des années 90, c’était même de manière exponentielle ! Le pire c’est que c’était, pour une bonne partie d’entre eux, des personnes qui avaient des problèmes de dépendance à la drogue ou bien des problèmes familiaux et financiers qui du jour au lendemain se sont auto-proclamés des imams ! Sans aucune formation. C’était d’ailleurs des personnes qui étaient en échec scolaire. Discuter avec eux relève de la mission impossible. Tiens, certaines anecdotes remontent dans mes souvenirs. Si ce le sujet était pas grave et sérieux, je dirai qu’elles sont marrantes. J’ai croisé à Tanger, version féminine (des femmes portant le niqab) dans des cérémonies telles les mariages. Mon Dieu, l’étendue de leur ignorance fait peur. On serait tenté de dire qu’ils seraient presque en train d’inventer une nouvelle religion ! tellement ce qu’ils avancent est loin de ce que nous connaissons en tant que malékites et parfois, même dans les autres « madahibes ». Ils sont tellement sûrs d’eux qu’on y perd son latin. Tout cela pour dire que c’est aussi à cause de leurs comportements qu’ils se sont attirés ces qualificatifs peu réjouissants homme comme femme car les femmes aussi ont leur lot !
    Mais il est aussi vrai que ces qualificatifs péjoratifs sont repris par un pan de l’élite marocaine qui les utilisent comme outil de diabolisation. C’est une grave erreur en tout cas à mon sens.

    Quand il s’agit de terrorisme (je parle de terrorisme cad tuer des innocents délibérément), pour moi ceux qui le clament haut et fort comme la réponse ultime à la suprématie « occidentale » sont bel et bien des fanatiques. Ils ont une telle véhémence dans leurs propos vis-à-vis de tous ceux qui ne se réclament pas de leurs idées qu’ils soient musulmans ou pas d’ailleurs que, perso, je ne trouve pas un autre mot pour qualifier leurs actes. Un certain moment, il faut appeler un chat un chat. Et si ce n’est pas du fanatisme je me demande ce que c’est ! C’est bien une adhésion passionnée et inconditionnelle à une cause, un enthousiasme durable et presque monomaniaque pour un sujet quelconque, ou un attachement opiniâtre, aveugle et parfois violent qu’il s’agit.

    PS 1 : nous n’avons pas la même opinion sur Fouad Laroui. Je dirai tant mieux. C’est dans la diversité que la richesse se crée :)
    PS 2 : j’ai passé le bouquin « origines » à ma sœur, je ne l’ai pas sous la main dommage. Il y a un passage très intéressant (il est d’autant qu’il date du début du 20ième siècle) qui décrit, avec un peu d’ironie et surtout bp d’amertume, cette tendance que nous autres arabes avons de copier, pour ne pas dire singer !, l’ »occident » (en l’occurrence dans le discours et la terminologie) sans presque jamais pousser le raisonnement au point de comprendre l’essence des actes, terminologie, comportements, agissements des « occidentaux ».
    Tiens cette histoire de singer me rappelle une anecdote avec Mehdi El Menjra. J’avais assisté à une de ses conférences où il avait cité un intellectuel africain qui a dit : « chez nous les singes sont plus intelligents que les hommes ! Quand quelqu’un fait une grimace, les signes le miment sur le champ. Nous on attend dans les meilleurs des cas 5 ans sinon plus avant de copier la France » !!!

  3. Dans un précédent texte ( http://moidanstousmesetats.blogspirit.com/archive/2008/03/07/la-troisieme-voie-de-l-islam.html), j’avais évoqué presque le même sujet, et ironie du sort, j’avais évoqué une autre interview d’E.A.M :
    De cette dominance occidentale sur le plan économique et politique, l’emprise culturelle a touché notre élite. Cette dernière, en s’identifiant à cet occident sans pour autant en avoir la base historique ou vécu la mouvance sociétale ayant produit le modèle occidental est confrontée à une question existentielle : Le modernisme, passe-t-il inéluctablement par le modèle occidental ? Justement dans la même foulée, notre élite engagée dans ce qu’on convient d’appeler « dialogue des civilisation » devient dès lors dans la posture : se défendre, prouver sa bonne fois, … Edmond Elmaleh avance cet argument de taille : « la tolérance : une justification bidon »
    Finalement, on reconnait ceux, EAM entre-autres, qui savent ne pas se contredire, car, qu’on soit d’accord ou pas avec ses propos, il est un homme de principe.

  4. J’ai un commentaire sur le commentaire de IK.
    Il me semble aussi que :
    tant le terrorisme – islamiste ou non – est la résultante de facteurs sociaux, politiques et – peut-être – culturels, ET religieux.
    Lecteurs islamo-gauchistes de ce blog ne soyez pas choqués. Je ne parle pas de la religion en tant que telle mais je parle de l’ensemble de l’héritage religieux et notamment du discours religieux …
    Il faut noter aussi qu’il y a des gens qui essayent de faire bouger les choses de « l’intérieur ». Exemple : Mohammed Adeb Al-Jabri, Jamal Al Banna, Mohammad Shahrour …

  5. J’ai oublié :
    Je suis à 100% d’accord avec ‘une marocaine’.

  6. On n’est pas obligés – sous prétexte de s’affranchir des pesanteurs coloniales – de réinventer la roue en permanence… A quoi donc ressemblerait un discours « indigène » sur la question de l’islamisme?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 110 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :