Un intéressant sondage iranien


Il faut se méfier des sondages en temps et dans des démocraties bien établies, et encore plus lorsqu’ils ont lieu en Iran. Ce préalable étant fait, voici un sondage étatsunien réalisé il y a quelques mois en Iran – selon les conditions suivantes:

The poll of Iranians was conducted with a randomly selected sample of 710 Iranian adults, from rural as well as urban areas, January 13—February 9, 2008. The margin of error is +/-3.8 percent.

Interviews were conducted in every province of Iran. Professional Iranian interviewers conducted face-to-face interviews in Iranian homes. Within each community, randomly selected for sampling, households were chosen according to international survey methods that are standard for face-to-face interviewing. In some cases, a respondent did not want to be interviewed because the interviewer was of the opposite sex. Interviewers then offered to either reschedule the interview for a time when the male head of household would be present, or to have an interviewer of the same sex visit.

The poll questionnaire was developed in consultation with experts on Iran as well as the Iranian polling firm.

In addition to the poll, focus groups were conducted in Tehran with representative samples of Iranians.

Me reposant sur la fameuse citation de Cioran – "il faut avoir vécu en Espagne pour comprendre le plaisir qu’il peut y avoir à tuer un prêtre" (il parlait de l’Espagne franquiste) – et sur mes rencontres avec des Iraniens exilés, j’ai longtemps cru, comme le rapporte la presse mainstream étatsunienne et européenne, que le système de gouvernement théocratique iranien était vomi contesté par sa population, y compris sur le plan de son principe.

La prudence suggère de ne pas prendre un sondage effectué en Iran pour argent comptant – c’est d’ailleurs une précaution applicable à tout sondage effectué dans tout pays – mais faute d’autre élément de comparaison, en l’absence d’élections libres (les candidats aux élections présidentielles et législatives iraniennes sont d’abord filtrés par le Conseil des gardiens de la révolution).

Les résultats de ce sondage sont néanmoins surprenants, même si ils le sont un peu moins après réflexion. A titre d’exemple, les Iranien-ne-s interrogé-e-s sont 69% à avoir un avis défavorable sur les Etats-Unis en tant que pays et 85% sur l’administration du président Bush (p. 8) – quelle surprise… – mais seulement 37% sur le peuple étatsunien. 64% estiment possible de trouver un terrain d’entente entre "Occident" et "monde musulman" (p. 9), 57% veulent un dialogue politique direct entre Iran et Etats-Unis (p. 10) (on notera, p. 13, que 82% des Etatsuniens interrogés en parallèle sont favorables à ce dialogue politique direct), 84% estiment que les Etats-Unis veulent diviser le "monde musulman" (p. 11), 58% estiment la possession d’armes nucléaires contraire à l’islam (p. 14), et 63% souhaitent que l’Iran continue à adhérer au traité de non-prolifération nucléaire (p. 15) – bref, une option très soft et pacifique en matière de politique étrangère et de défense.

Sur le plan intérieur, et c’est là où sont les réelles surprises de ce sondage, ceux parmi les personnes interrogées qui font un peu ou beaucoup confiance au gouvernement (iranien) sont 74% contre 13% dans le cas contraire (p. 19). Beaucoup plus étonnant, ils sont 66% (75% parmi les bas revenus, 80% parmi ceux au niveau d’éducation peu élevé) à approuver le travail d’Ahmedinejad contre 22% d’opinions contraires (38% parmi les hauts revenus, 34% parmi ceux à niveau d’éducation élevé). Encore plus consternant: 45% estiment que le gouvernement est en droit de censurer les informations qu’il estime déstabilisatrices contre 31% qui estiment qu’il n’a pas le droit de censurer l’information (p. 23).

Plus rassurant, 78% des personnes interrogées estiment que la question d’une complète égalité des droits entre l’homme et la femme est importante, contre 8% seulement d’avis contraire (p. 24).

Et voici qui m’a surpris (p. 26):

When asked whether “Shari’a should play a larger role, a smaller role, or about the same role as it plays today” in the way Iran is governed, only 14 percent wanted Shari’a to play a smaller role. However, only a third wanted it to play a larger role (34%). Nearly half preferred to hold the status quo on Shari’a (45%).

Only one in three Iranians favor punishing an Iranian Muslim who converts to another religion. Asked, “Do you think that the government should or should not punish an Iranian citizen who converts from Islam to a non-Muslim religion?” 32 percent said the government should, while 50 percent said it should not.

Respondents who said, in the question discussed above, that Shari’a should play either the same or a larger role in Iranian governance—79 percent of the whole sample–were presented six aspects of the application of Shari’a’ and asked for each, “how important is [this] for the government to do?”

The highest priorities in the application of Shari’a are preventing usury and providing welfare to the poor. A 51 percent majority (of the full sample) called “preventing usury” very important, and another 16 percent said it was somewhat important. Nearly as many (48%) said “providing welfare to the poor” was very important, and another 20 percent said it was somewhat important. Forty-six percent also said “making education and healthcare available to all” was very important in applying Shari’a (somewhat: 22%).

Anti-vice aspects of Shari’a also received high ratings. Highest was “punishing those who consume alcoholic beverages in public” (45% very important, 22% somewhat), followed by “policing moral behavior such as gambling and prostitution” (43% very important, 22% somewhat).

The lowest priority was assigned to “applying severe physical punishments to people convicted of certain crimes.” Only 22 percent called this very important (28% somewhat important). Overall, though, severe physical punishments were still endorsed by half.

Une position plutôt centriste – majoritairement contre la punition des apostats, mais encore plus majoritairement favorable à la punition de ceux qui boivent de l’alcool en public – sachant que l’Iran est un des rares pays, avec l’Arabie séoudite, à appliquer pleinement le droit musulman, y compris en matière pénale. Cela m’étonne personnellement, je croyais le rejet du régime pénal islamique iranien plus fort – ne jamais croire que les exilés représentent l’opinion du pays qu’ils ont quitté, ne jamais croire que les exilés représentent l’opinion du pays qu’ils ont quitté, ne jamais croire que les exilés représentent l’opinion du pays qu’ils ont quitté…

Mais est-il tellement surprenant que certains leaders/régimes décriés de par le monde soient plus populaires chez eux qu’à l’étranger? On a bien vu que Bush a été triomphalement réélu, en connaissance de cause, et que Berlusconi a pour la troisième fois remporté des élections législatives, porté au pouvoir par l’électorat italien, là aussi en connaissance de cause. On pourrait rapprocher ces deux exemples du cas Sarkozy, longtemps ministre de l’intérieur et – un peu moins longtemps – des finances avant de se faire élire triomphalement – en connaissance de cause – sur un improbable programme de rupture et de renouveau…

Et serait-on certain que les résultats au Maroc seraient si différents? Nous avons tous en tête les résultats plus qu’ambigus des dernières législatives…

Par exemple, est-on sûr qu’une majorité de l’opinion marocaine privilégie la liberté d’expression sur la "stabilité" du régime makhzénien? Que pense le Chinois de base du Tibet? Certes, et c’est heureux, la majorité n’a pas toujours raison, et elle varie, mais il faut cesser ce nombrilisme dangereux qui veut que l’opinion partagerait toujours les options politiques qu’on – les élites notamment – lui prête…

A méditer.

About these ads

19 Réponses

  1. Effectivement à méditer. La différence entre les pays avec de systèmes de gouvernance démocratiques et les autres c’est que les premiers utilisent des moyens de propagande, comme dirait Chomsky, dont les ficelles sont plus fines et les moyens plus astucieux. Alors que chez les autres, ces ficelles sont plutôt grossières.

    Tiens, depuis 3 mois, à chaque fois que je tombe sur un article sur le Zimbabwe je ne le rate pas. Ce qui se passe dans ce pays est incroyable. Rien qu’économiquement, ils ont un taux d’inflation de 100.000%. La première fois que je l’ai lu, je me suis frotté les yeux pour m’assurer que je ne voyais pas double voire quadruple !
    Aujourd’hui, je découvre cette citation de Jean-Pierre Béjot (Directeur de la dépêche diplomatique) connaisseur d’Afrique apparemment : "Robert Mugabe ne considère pas qu’il tient sa légitimité des élections, mais de l’histoire. Dans son esprit et dans celui de nombreux zimbabwéens, une nouvelle lutte de libération est actuellement engagée contre l’opposition, qu’ils estiment être à la solde de l’occident et tous les coups sont permis" Quand on sait ce que vivent les zimbabwéens dans l’Afrique du Sud on ne comprend plus rien. Ces derniers ont immigré en Afrique du sud à cause de l’écroulement de l’économie depuis que Robert Mugabe (président) avait décrété la réforme agraire début des années 2000. Jamais les sud-africains n’ont porté les armes contre les blancs même à l’époque de l’Apartheid et pourtant ils ont, contre les zimbabwéens, organisé des chasses à l’homme. Et aujourd’hui, on peut lire que ce président, décrié par la communauté internationale, qualifié d’"escroc" et d’"assassin" par Kouchner, de "la honte de l’Afrique" par Conde Rize [ce ne sont pas des références non plus], est supporté par une partie du peuple. Au delà des considérations démocratiques et ses formulaires ronronnantes, je croyais qu’à cause de la crise économique et le désastre dans lequel ils vivent, les zimbabwéens sont contre le président qui est au pouvoir depuis 1980 ! Ben il faut croire que non du moins pour une partie
    La vérité est ailleurs !

    Il y a aussi le cas "cubain". Tous les cubains vivant dans l’île ne sont pas contre le régime en place. Des mécontents il y en a. Mais pas autant qu’on peut l’imaginer vu de loin. Eh comme tu dis ne jamais croire que les exilés représentent l’opinion du pays qu’ils ont quitté.
    Reste à savoir si ceux qui sont restés expriment leur véritable opinion !

    Pour le cas iranien, j’avoue mon ignorance du système de gouvernance intérieur. N’empêche que je considère leur président, ainsi que celui libyen, comme instable pour ne pas dire un peu dingue. Mais, je ne suis pas surprise de constater que les iraniens fassent la distinction entre le peuple américain et l’administration Bush bien que ce sont eux qui ont conduit cette administration au pouvoir (bon, c’est plus compliqué que cela). Quant à leur réponse sur l’application stricte du droit musulman, je suis un peu sceptique. Les biais qui peuvent altérer un sondage sont nombreux. Ils sont présents tout au long de la chaîne : de la constitution de l’échantillon jusqu’à l’interprétation des résultats en passant par l’élaboration du questionnaire. Sans oublier, les biais inhérents aux personnes interviewées : la volonté de plaire, la projection etc…

  2. les iraniens sont un grand peuple qui a énormément souffert des ingérences des occidentaux et de leurs vassaux, il ne l’oublieront jamais et cette sale guerre n’a jamais arrêté juste les moyens changent.
    @marocaine comparer le président iranien et le roi libyen est d’une grande cruauté pour le président Ahmedinejad.

  3. Ibn Kafka,
    Je ne comprends pas ton étonnement, franchement … Sachant que la majorité des Iraniens exilés sont parmi les élites, et ont été poussées à l’exil pour des raisons politiques et/ou "culturelles, on ne peut que douter qu’ils représentent l’opinion de la rue. Le régime Iranien a d’ailleurs été porté au pouvoir par le peuple en 1979, soit il n’y a pas plus de 30 ans.
    D’un autre côté, heureusement que ce peuple affiche des positions globalement pacifistes…
    Après, je t’accorde volontiers que tu vises juste lorsque tu conclus que des régimes critiqués par les élites peuvent être malgré tout populaire. Seulement, je crois qu’il y a beaucoup de cas où c’est la propagande de l’Etat (qu’elle soit visible ou masquée) joue un rôle très important, comme en France ou Etats-Unis (les lobbies médiatiques), au Maroc (le fameux JT de 20 heures). Je pense que ce facteur relatif à la propagande ne doit pas être négligé…

  4. Très intéressant article. Je vais certainement y faire référence dans l’article que je prépare sur l’Islam.

  5. Tout pays qui se donne pour politique de vivre en marge de l’histoire en refusant toute rationalité fruit de l’évolution de la pensée humaine en s’attachant à une idéologie ou un dogme obsolète est exposé à l’exclusion et un avenir hypothéqué. Quel que soit le résultat de ce sondage en Iran,la réalité demeure anachronique et porteuse d’incertitudes quand à l’avenir de ce pays. L’ex URSS malgré sa puissance a vu juste d’abandonner une idéologie qui a fait preuve de sa faillite. Toutes les dictatures,quelque soit leur support apportent incertitude, aliénation, guerres, embargo et avenir incertain à leur peuple. L’ingérence des USA en Irak n’aurait jamais été possible sans le régime de Sadam. Tous les pays du monde doivent jouer une carte de consensus pas nécessairement idéale mais certainement la meilleure pour garantir l’immunité et la prémunition contre toute ingérence qui trouve la brèche pour se justifier.

  6. et hop, voilà le billet dont je parlais :

    http://heresie.hautetfort.com/archive/2008/06/24/de-l-islam-surgira-l-islam.html

  7. une marocaine: "La vérité est ailleurs !" Signé: agent spécial Ibn Kafka

    Spy Jones: bien évidemment, la propagande gouvernementale joue en faveur d’un alignement de l'"opinion" sur la ligne politique gouvernementale. Remarque, le cas contraire existe aussi – les médias mainstream français étaient à 99% pour le oui au référendum sur le projet de Constitution européenne, mais ça n’a guère fait bouger l’opinion sinon la renforcer dans son rejet de l’élitisme qui distinguait les tenants du oui.

    MG: ton raisonnement me semble très vaseux. L’anachronisme s’appliquerait sans doute plus au modèle politique séoudien qu’à l’iranien, et pourrait même s’appliquer avec plus de force au Maroc qu’en Iran, où la population a un rôle même réduit dans le choix du chef de l’Etat.

    Sur la faillite des idéologies, je ne sais pas si tu lis l’actualité, mais le cataclysmique changement climatique ne me semble pas démontrer de manière climatique un succès éclatant du capitalisme libéral.

    L’hérétique: l’orthodoxie républicaine française est une des idéologies qui me saoûle le plus. Quand elle s’allie avec une méconnaissance encyclopédique de certaines situations concrètes, comme le Maroc, ça ne me saoûle même plus – ça me donne envie de mieux occuper mon temps. Sans rancune!

  8. ibnkafka: l’anachronisme concerne tout système politique basé sur un dogme fossile ,je ne fais pas de différence entre le modèle saoudien, iranien ou tout autre modèle apparenté.Le régime iranien est une dictature qui se pare derrière un simulacre système républicain, on a beau élir le chef d’état c’est toujours l’ ayat oulah suprème de la dictature qui gouverne; le modèle saoudien à au moins le merite et le courage d’assumer son anachronisme!

    Quant au problème de changement climatique il est naif de le lier au capitalisme libéral, il n’est pas idéologeo- dépendant, la preuve ces deux nations les plus pollueurs qui sont aux antipodes(capitalisme-communisisme) que sont les USA et la Chine…

  9. La Chine n’a pas vraiment un système économique socialiste, à la différence de son système politique…

  10. @ peuimporte :
    "comparer le président iranien et le roi libyen est d’une grande cruauté pour le président Ahmedinejad."

    Je t’avoue que je n’ai pas compris ta phrase.
    PS : la Libye a un régime comment dire… normalement ça devait être "présidentiel" mais la réalité est toute autre. En français, on appelle le pays comme en arabe cad "jamahiriya". Donc parler de roi est un peu bizarre à moins que ça ne soit dans le sens "monarchie républicaine" ou "république monarchique" puisque le président occupe le poste à vie et le transmet à son fils ! La Syrie a ouvert le bal. L’Eypte et la Libye sont en train de lui emboiter le pas.

    @ IK, pardon agent spécial IK, :)

  11. @ ibn kafka
    Il va falloir être un peu plus explicite. Argumentaire lapidaire parce qu’inexistant. C’est tout ? Je croyais les liens de Farid Taha un peu plus intéressants…

  12. L’hérétique: pour que les lecteurs comprennent, voici ton passage sur le Maroc, qui est self-explanatory comme disent les jurisconsultes internationaux:

    "C’est un chef d’état remarquable qui dirige le Maroc. Hassan II était un homme intelligent, mais dur et sans scrupules. Mohamed VI, son fils, est un dirigeant sage. Sa réforme du code de la famille est un morceau d’anthologie de modération et d’habileté politique. Il a très bien compris qu’une amrche forcée vers la modernité générerait d’autant plus de résistances, et il s’est donc appuyé avec bon sens sur le Coran, l’autorité de sa fonction, des théologiens universitaires et des hadiths fameuses pour faire passer sa réforme.Les Marocains sont des gens modérés. Je ne dis pas que l’islamisme ne parvient pas à s’y implanter, mais il y demeure circonscrit sous l’action d’un roi efficace."

    Say no more!

  13. Je sais ce que veut dire self-explanatory en général, mais pas chez les jurisconsultes.
    La réponse n’est donc toujours pas claire.
    Par ailleurs, en ce qui concerne la situation au Maroc, je la connais plus que vous ne le pensez.
    J’ajoute que je ne me sens nullement partie prenante de l’orthodoxie républicaine, qui m’agace au moins autant que vous, mais sans doute pas pour les mêmes raisons, vraisemblablement…

  14. @ l’hérétique (de droite?)

    je connaissais l’ebuzzing avec leur fameux slogan "aimer, recommander, monétiser".
    Je connais les articles sponsorisés, notamment par babyliss le fer qui chauffe et qui lisse. Mais je ne savais pas qu’on pouvait faire la même chose pour des monarques… a priori merveilleux!
    C’est dans le cadre d’une convention MODEM- ambassade du bled ou bien?

    Ma parole, ça pue le thuriféraire!

  15. @ Bint Foucault
    de droite je ne sais pas, mais en en tout cas, certainement pas islamo-gauchiste, et surtout pas alter ni marxiste (ménagez mes ulcères à l’estomac, svp).
    Ce que je dis n’engage que moi, et pas le MoDem, au sein duquel je trouverai certainement des avis très divergents du mien, à mon avis.
    En plus, je ne suis ni marocain, ni musulman, et même pas croyant.
    Et je comprends évidemment très bien qu’un roi comme Mohamed VI emm… à la fois les islamistes et les gauchistes. Il ne laisse pas d’espace politique pour les premiers et il est trop "libéral", j’imagine, pour les seconds…

  16. L’hérétique: "trop libéral"? Il y a une caméra cachée? Le poids de ton expertise m’écrase…

  17. [...] la propagande étatsuno-séoudienne, les opinions arabes n’ont pas bougé“; -”Un intéressant sondage iranien“; – “Le sondage Zogby sur l’opinion publique (qui n’existe pas) arabe en [...]

  18. Il faut faire attention aux préjugés, dans un pays à régime forts, les 1ers à fuir sont les elites et les personnes visées.
    Leur pt commun, ils ont quelquechose a perdre ou craindre.
    1/ les elites ont certes un meilleur niveau d’éducation, et sont moins manipulables, elles sont plus proche de la vérité….
    2/ mais elles craignent de perdre leur acquis et la répréssion suite a un changement de régime car elles profitaient du systeme aussi.

    Donc ceux qui fuient sont pas forcément des anges ni trés objectifs.
    C’etait quand même une époque coloniale où les pays reprenaient leur destin en main aux détriments de colons ou de ‘lelite de leur propre pays.

    perso je pleures pas les pieds noirs algériens qui ont perdu leur exploitation agricole…ni les américains qui ont fuit cuba dans les anénes 50.
    ils ont bien profités du systeme.

    D’aillerus un révélateur d’opinion, le blocus de cuba (suite d’ère coloniale/guerre froide us ) est dénoncé par toutes les nations à l’onu, sauf les USA et Israel (ils sont plutot contre mais vote oui car allié+portefueille us. (+2 etat iles, à avis fantome).
    Il y a également tout les réfugiés cubains des us qui sont majoritairement pour.

    Alors est ce que touts les etats du monde meme totalitaire se trompent quand ils trouvent le blocus injuste pour le peuple cubain?
    je ne crois pas,
    je crois que quand on parle de communauté a l’etranger, et d’un pays qui a été colonial, il ya beaucoup de succeptibilité et d’historie qui entre en jeu…il ya uen culture anti"régime", l’objectivité est pas là….
    C’est pour ça par exemple qu’israel malgré qu’elle soit décrillé dans le monde, trouve normal et justifié d’isntaller des colonies en plein milieu de la palestine…pourtant ils sont éduqués….

    Pour revenir a l’iran, comme dans beaucoup de régime fort, il ya une propagande forte, il ya un manque d’information, de la désinformation.
    Bref les gens ont pas trop de véritable autre choix de dirigeant oude régime….c’est pas pour autant que le régime est inhumain, ni qu’ils sont contre.ni qu’il est corrompu.
    je fais un parallele avec berlusconi en italie, ce type est le +riche d’italie controle les médias , c’est une crapule il est grossier, mais les gens l’adorent et le réélisent, c’est l’effet médias…
    pourtant les italiens sont éduqués….

    Donc l’éducation ne fait pas tout.
    La puissance et l’historie d’une culture incarnée par un pouvoir fort peut aussi amener aux pires injustices….
    car pour eux c’est leur culture qui a raison, ils n’ont pas de pt de vue extérieur…
    c’est une raison du fascisme et du nazisme aussi, faut pas oublier que ces régimes méprisables de notre pt de vue etait adulé a leur époque car ils répondaient au besoin culturel d’une société agréssée et pauvre.

  19. ce sondage de 2008 montre qu’Ahmedinejad n’a pas volé son election de 2009, et qu’il y a bien une pression internationale.

    Car il y a un décalage, un choc des cultures…

    Côté occidental, On ne comprend pas pourquoi ils l’adorent, pour nous c’est un dictateur intégriste qui veut la bombe…

    Sauf que côté iranien, ils se sentent entourés de totue part (américains en afghansitan au nord, et en irak au sud…)
    + le passif colonial anglo américains…
    leur main mise sur le pétrole…
    leur volotné d’infleur sur les gouvernement arabe.
    pour eux les USA déstabilisent la région, et ils ont raison sur ce pt.
    ils trouvent israel dégueulasse avec les palestiniens.

    Bref tout est réuni pour que l’iran veuille un gouvernement fort et trés identitaire, alors il est normal qu’il soit réélu et plébiscité.

    Si l’occident veut une Iran cool, il faut être cool avec l’iran, c’est une démocratie et s’ils n’ont plus besoin d’un président va-t-en guerre, ils éliront un président avec un programme +social et économique.

    S’ils veulent qu’Ahmedinejad parte du pouvoir, le meilleur moyen , c’est un retrait de l’ingérance américaine au moyen orient qui permettra la transition…
    Les usa vont pas partir dafghanistan ou d’irak bientot, ils vont pas lacher israel, ni leur main mise politique ou réelle (irak) sur le pétrole…

    Bref ca m’étonnes pas que la syrie ou l’iran soit des régimes forts et trés militarisés….question de contexte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 108 autres abonnés

%d bloggers like this: