Yamanagate: la House of Lords cède à la realpolitik

Someone\'s terrorist is another\'s freedom fighter...

Someone's terrorist is another's freedom fighter...


Je vous ai déjà entretenus du volet judiciaire de l’énorme scandale de corruption et de trafic d’influence liée à la colossale vente d’armes britanniques à l’Arabie séoudite (hachek). Pour rappel, suite à des déclarations alléguées du prince séoudien Bandar Bin Sultan Bin Abdelaziz Al Saoud, lui-même soupçonné d’avoir bénéficié de pots-de-vin, selon lesquelles toute coopération anti-terroriste entre le Royaume-Uni et l’Arabie séoudite cesserait si une enquête serait menée par le Serious Fraud Office (SFO), le gouvernement britannique avait annoncé au SFO que des vies britanniques seraient dès lors en jeu, et le directeur du SFO avait décidé de mettre fin à l’enquête. Des associations britanniques avaient attaqué en justice cette décision de mettre fin à l’enquête, et avaient obtenu gain de cause devant la High Court.

Le SFO avait décidé de faire appel de ce jugement devant la House of Lords (cour suprême britannique, sauf pour ce qui est des affaires pénales écossaises). La House of Lords est nettement moins sensible aux considérations constitutionnelles de la High Court, qui estimait fort justement que cèder face au chantage séoudien était la négation même de l’état de droit. Dans un arrêt unanime, la House of Lords accueille l’appel et annule le jugement de la High Court – la décision du SFO de ne plus poursuivre l’enquête sur les pots-de-vin versés à la cleptocratie séoudienne est donc maintenue.

Pour faire bref, les law lords estiment que la question n’est pas tant de savoir si la décision de cèder aux menaces séoudiennes était juste ou mauvaise, mais plutôt si elle était légale. L’appréciation doit porter sur la marge de manoeuvre que la loi accordait au directeur du SFO, et non sur le caractère justifié ou non de la décision du SFO:

41. The Director was confronted by an ugly and obviously unwelcome threat. He had to decide what, if anything, he should do. He did not surrender his discretionary power of decision to any third party, although he did consult the most expert source available to him in the person of the Ambassador and he did, as he was entitled if not bound to do, consult the Attorney General who, however, properly left the decision to him. The issue in these proceedings is not whether his decision was right or wrong, nor whether the Divisional Court or the House agrees with it, but whether it was a decision which the Director was lawfully entitled to make. Such an approach involves no affront to the rule of law, to which the principles of judicial review give effect (see R (Alconbury Developments Ltd) v Secretary of State for the Environment, Transport and the Regions [2001] UKHL 23, [2003] 2 AC 295, para 73, per Lord Hoffmann).

42. In the opinion of the House the Director’s decision was one he was lawfully entitled to make. It may indeed be doubted whether a responsible decision-maker could, on the facts before the Director, have decided otherwise.

Une des law lords, la baronne Hale of Richmond, exprime explicitement ses regrets tout en partageant l’opinion unanime de ses confrères:

52. I confess that I would have liked to be able to uphold the decision (if not every aspect of the reasoning) of the Divisional Court. It is extremely distasteful that an independent public official should feel himself obliged to give way to threats of any sort. The Director clearly felt the same for he resisted the extreme pressure under which he was put for as long as he could. The great British public may still believe that it was the risk to British commercial interests which caused him to give way, but the evidence is quite clear that this was not so. He only gave way when he was convinced that the threat of withdrawal of Saudi security co-operation was real and that the consequences would be an equally real risk to "British lives on British streets". The only question is whether it was lawful for him to take this into account.

53. Put like that, it is difficult to reach any other conclusion than that it was indeed lawful for him to take this into account. But it is not quite as simple as that. It is common ground that it would not have been lawful for him to take account of threats of harm to himself, threats of the "we know where you live" variety. That sort of threat would have been an irrelevant consideration. So what makes this sort of threat different? Why should the Director be obliged to ignore threats to his own personal safety (and presumably that of his family) but entitled to take into account threats to the safety of others? The answer must lie in a distinction between the personal and the public interest. The "public interest" is often invoked but not susceptible of precise definition. But it must mean something of importance to the public as a whole rather than just to a private individual. The withdrawal of Saudi security co-operation would indeed have consequences of importance for the public as a whole. I am more impressed by the real threat to "British lives on British streets" than I am by unspecified references to national security or the national interest. "National security" in the sense of a threat to the safety of the nation as a nation state was not in issue here. Public safety was.

54. I also agree that the Director was entitled to rely upon the judgment of others as to the existence of such a risk. There are many other factors in a prosecutor’s exercise of discretion upon which he may have to rely on the advice of others. Medical evidence of the effect of a prosecution upon a potential accused is an obvious example. Of course, he is entitled, even obliged, to probe that evidence or advice, to require to be convinced of its accuracy or weight. But in the end there are some things upon which others are more expert than he could ever be. In the end there are also some things which he cannot do. He is not in a position to try to dissuade the Saudis from carrying out their threat. Eventually, he has to rely on the assurances of others that despite their best endeavours the threats are real and the risks are real.

55. I am therefore driven to the conclusion that he was entitled to take these things into account. I do not however accept that this was the only decision he could have made. He had to weigh the seriousness of the risk, in every sense, against the other public interest considerations. These include the importance of upholding the rule of law and the principle that no-one, including powerful British companies who do business for powerful foreign countries, is above the law. It is perhaps worth remembering that it was BAE Systems, or people in BAE Systems, who were the target of the investigation and of any eventual prosecution and not anyone in Saudi Arabia. The Director carried on with the investigation despite their earnest attempts to dissuade him. He clearly had the countervailing factors very much in mind throughout, as did the Attorney General. A lesser person might have taken the easy way out and agreed with the Attorney General that it would be difficult on the evidence to prove every element of the offence. But he did not. (…)

57. For these reasons, although I would wish that the world were a better place where honest and conscientious public servants were not put in impossible situations such as this, I agree that his decision was lawful and this appeal must be allowed.

On notera qu’aucune mesure de rétorsion quelconque n’aura été prise au niveau du Conseil de sécurité vis-à-vis d’un Etat qui menace un Etat étranger de "non-coopération" en matière de lutte anti-terroriste afin de bloquer une enquête sur la corruption ayant bénéficié à ses dirigeants. On peut se dire que l’Etat menaçant en question était l’Iran, la Syrie ou Cuba, les réactions de ce que certains propagandistes nomment "communauté internationale" ("wenn Ich "communauté internationale" höre, entsichere Ich meinen Revolver") seraient bien différentes. On peut ainsi valablement penser que les décisions du Conseil de sécurité en matière terroriste ont la légitimité des décisions de la cupola. On se dira aussi que les Etats qui ont compris que la force fait le droit, tels les Etats-Unis, la Chine, la Russie et Israël, ont tout compris, et que les autres se font les complices ou les dupes d’une sinistre mystification.

On notera bien évidemment que le gouvernement britannique n’a pas tiqué, sans doute soulagé que la société BAE soit ainsi partiellement épargnée d’une enquête éclaboussant le principal constructeur aéronautique britannique. On relèvera enfin que les médias mainstream n’ont pas mobilisé leurs disciplinés bataillons d’éditorialistes pour dénoncer le terrorisme d’Etat séoudien.

Bonne nuit les petits!

PS: Pour les insomniaques, je conseille les commentaires critiques – "Oh My Lord, les Lords sont amers" – de l’indispensable blog De Defensa, ainsi que ceux du site anti-corruption du parti britannique d’opposition, les Liberal Democrats.

About these ads

12 Réponses

  1. La House of Lords cède AUSSI à la realpolitik britannique.

  2. Bien vu. Je modifie le titre.

  3. Les raisons de l’Etat et la puissance des lobbies l’emportent sur les principes. Mais malgrè cette décision de la House of Lords j’ai bp plus de respect pour les anglais et les américains pour ce qui est des enquêtes dans les hautes sphères de l’Etat que pour les français. L’opacité en France est encore plus grande.

    Sinon une question et un service à te demander :
    1- la question : le "hachek" c’est bien le mot marocain qu’on utilise dans certaines situations bien précises ? Si c’est le cas, s’applique t-il à la vente d’armes ou bien aux "saoudiens" ?!!!
    2- le service : pourras-tu STP traduire cette phrase : ”wenn Ich “communauté internationale” höre, entsichere Ich meinen Revolver“. Merci d’avance.

  4. 1- pas aux séoudiens, à l’Arabie dite "séoudite".
    2- "quand j’entends le mot "communauté internationale", je relève le cran de sûreté de mon revolver". L’original est "wenn Ich Kultur höre, entsichere Ich meinen Revolver", et fût attribué à Goebbels – en fait, c’est le dramaturge nazi Hanns Johst qui en fût l’auteur. C’est devenu une expression idomatique fréquemment détournée.

  5. Question totalement hors sujet à IbnKafka: c’est toi sur la photo en chapeau melon???

  6. C’est ressemblant, hein?

  7. @ IK,
    Merci :)

    Tu sais, je viens à l’instant de terminer le visionnage du film "Shake hands with the devil". "Communauté internationale" mon oeil ! Dans certaines situations, il est fort recommandé de relever la surêté de son revolver en entendant cette expression !!! Je ne me suis jamais fait d’illusions là dessus. Mais, on espère tjrs que certaines limites du cynisme ne soient pas dépassées surtout quand il s’agit de vies humaines. Force est de constater qu’on espère trop !
    Si tu ne l’as pas encore vu, je te le recommande. Tout le monde prend pour son grade surtout la France et cet arriviste de Bernard Kouchner.

    Navrée pour le hors sujet.

  8. La grande taille et le teint oui. Les traits, je ne suis pas sûre!

  9. @ Aisha Q.,
    IK m’avait déjà dit que c’était la photo d’un personnage de je ne sais plus quelle oeuvre… Encore cet allemend d’Alzheimer qui me joue des tours :) ))))))))))))))))))))
    Mais dis-moi, tu vois à travers les pages du web maintenant ?! ;)

  10. Le chapeau melon est de moi, mais le visage est celui de John Cleese, ancien des Monty Puthon. Sur cette photo, il incarne The Minister For Silly Walks – le ministre des démarches stupides (démarche dans le sens "façon de marcher").

  11. J’ai pas fait le lien avec les Monty Python. Mais je pense qu’il y a en effet une ressemblance physique.
    Et oui, Marocaine, je vois à travers le Web. C’est que j’ai dû le croiser dans une autre vie…non virtuelle.

  12. La chaine Al jazira avait diffuse il y a quelques temps (2006 ou 2007) un reportage sur le scandale Al Yamama. La diffusion de ce reportage avait ete un sujet de discorde entre l’Arabie et le Qatar. mais les revelations de ce documetaire vous laissent pantois. Il s’agit un scandale qui porte sur 20 milliards de Livres sterling ou 39 milliards de dollars! Les details sont stupefiants, il y a meme des listes detaillees de ce que BAE avait paye aux princes saoudiens a leurs familles en sejour notamment a Huston au Texas y compris les chewingums, les hamburgers…. Quand la soeur du Roi etait venu se faire hospitaliser a Huston, elle est arrivee avec trois 747 pour elle et la cour et appararament c’est BAE qui a paye une bonne partie des depenses. A Huston, le chef d’orchestre de la logistique des princes et protagoniste de ce scandale n’etait autre que le libanais Said Ayyas, ex trfiquant d’armes et probablement un des principaux intermediaires dans ce scandale. Il avait voulu jouer les malins avec les princes, en etant trop gourmand, mais l’a paye tres cher. Il s’est vu confisquer son yacht a Monaco ete tous ses biens en Anglettere par decision de la justice britannique probablement sous la pression du gouvernement. Il a ete ex filtre d’Arabie de justesse et a echappe a la prison, voire meme a la decapitation.

    Juste une remarque, dans toute operation de vente d’armes, la commission payee -sous la table bien sur- aux intermediaires peut atteindre les 50% ; cela m’a ete confirme par un "commercial" ayant travaille pour des fabricants d’armes dans le Golfe.

    Apres la premiere guerre du Golfe, l’invasion du Koweit et maintenant avec le conflit entre l’ Iran et les USA, les marchands d’armes sont tres actifs dans la region. Ils exploitent les peurs des monarchies, ayant des surliquidites en centaines de milliards de dollars pour leur "fouguer" de la ferraille qui ne va generalment pas servir. Cela va du derneir cri de l’aviation de combat, juqu’aux systemes de securite et armes individuelles en passant par toute la gamme des armes. La question est que ces armes seront obsoletes dans 10 ou 15 ans, ne serviront a rien, si ce n’est engraisser les marchands d’armes et les intermediaires

    Il y a lieu aussi de faire remarquer que pour les affairistes saoudiens, la commission d’intermediaire n’est pas percue comme illegale et de maniere negative. Il s’agit presque d’argent "halal". C’est competement fou!

    Le Koweit, est un pays ou les scandales de corruption sont frequents et le parlement en debat regulierement. Les Emirats echappent a ce phenomene et les transactions commerciales -hors armement- se font par appel d’offres, et il n’ y a quasiment pas -ou peu- de corruption.

    D ‘une maniere generale dans le Golfe, la corruption n’est pas tres visible, car elle ne touche pas directement le citoyen ou le resdent moyen. Personne ne vous suggere de payer pour un residence, un permis de conduire ou ne infraction routiere. Elle ne touche essentiellement que les transactions commerciales. Mais la corruption est remplacee par le systeme des "sponsors" qui eux touchent sur tout du moment que vous etes obliges d’avoir un sponsor pour resider et faire des affaires. Dubai ayant compris le caractere negatif de l’obligation de se faire sponsoriser et creee des zones franches partout.

    Cordialement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 107 autres abonnés

%d bloggers like this: