L’Economiste-watch – flashback persan

Via un commentaire de Citoyen chez Larbi, quelques considérations géopolitiques salahesques, portant sur l’Iran (ça date quand même de 2007, mais le génie est intemporel):

Démagogues

C’est une nouvelle à peine croyable, et pourtant elle est vraie: le quatrième producteur mondial de pétrole, l’Iran, est incapable de fournir à sa population l’essence dont elle a besoin. Ces besoins ne sont pas bien grands puisque le revenu par tête des Iraniens n’est pas très supérieur à celui du Maroc, malgré la manne des pétrodollars. C’est d’ailleurs ce paradoxe, et en dépit de la répression policière, qui a poussé des jeunes à se révolter violemment contre les mesures de restrictions. On comprend leur colère lorsqu’on sait que le taux de couverture énergétique (théorique) de leur pays est de 195%, quand celui du Maroc n’est que de 6%.
Qu’est-ce que le Maroc a à voir avec ces événements, qui sont, somme toute, bien lointains?
D’abord, et toute première leçon: lorsqu’on mélange la religion et la politique, les résultats sont désastreux, pour la population et pour le pays. Qu’on en juge! Ce pays millénaire de 70 millions d’habitants, qui a (avait?) une base industrielle sans commune mesure avec celle du Maroc, n’est pas capable d’offrir ne serait-ce que les instruments d’une communication moderne et confortable à sa population. Il n’y a que 62 téléphones portables pour 1.000 Iraniens. A titre de comparaison, les Marocains en ont 312.
Ensuite, deuxième leçon, quand le pouvoir politique n’autorise aucune liberté d’expression, il empêche en même temps l’autorégulation du pays. Par exemple, quand les journaux marocains s’inquiètent du déficit prévisible en électricité, le gouvernement se dépêche d’agir, ce qui pour le moins limitera les dégâts. Les journaux iraniens, eux, n’ont pas le droit de critiquer ouvertement leurs responsables. Résultat, il n’y a pas de sonnettes d’alarme, pas d’évaluation de l’action publique… jusqu’au jour où il n’y a plus d’essence à la pompe!
Enfin et en période électorale c’est important: méfions-nous des démagogues et des jeteurs d’anathèmes. Ce sont des criminels en puissance

Nadia SALAH

Un véritable feu d’artifice. Permettez-moi de souligner les points suivants:

1- « le revenu par tête des Iraniens n’est pas très supérieur à celui du Maroc » – c’est vrai, selon une fatwa d’un cheikh salafiste de la Banque mondiale le revenu par habitant du Maroc en 2006 était de 3.860 USD, tandis que le chiffre correspondant pour l’Iran était de 9.800 USD, soit en gros 2,5 fois plus par habitant que le Maroc. Mais on n’est pas obligé de prendre pour argent comptant cette odieuse propagande chiito-nihiliste.

2- « en dépit de la répression policière, qui a poussé des jeunes à se révolter violemment contre les mesures de restrictions » – seuls des nihilistes élitistes et étrangers à l’authentique modernité du terroir allégueraient qu’avec Sefrou, Ifni et Marrakech, le Maroc n’aurait rien à voir avec ces phénomènes connus des seuls pays étrangers, les émeutes au Maroc étant toujours ourdis par des marginaux à la solde des séparatistes (1).

3- « lorsqu’on mélange la religion et la politique, les résultats sont désastreux, pour la population et pour le pays » – certains ennemis de l’authenticité moderne propre au génie marocain tentent vainement de diffamer le génie national en évoquant certains passages obscurs d’un texte au demeurant inconnu et inappliqué – « Le Royaume du Maroc, Etat musulman souverain » (préambule), « L’islam est la Religion de l’Etat qui garantit à tous le libre exercice des cultes » (article 6), « La devise du Royaume est DIEU, LA PATRIE, LE ROI » (article 7), « Le Roi, Amir Al Mouminine. Représentant Suprême de la Nation, Symbole de son unité, Garant de la pérennité et de la continuité de l’Etat, veille au respect de l’Islam » (article 19), « Le Conseil de régence est présidé par le premier président de la Cour Suprême. Il se compose, en outre, du président de la Chambre des Représentants, du président de la Chambre des Conseillers, du Président du Conseil régional des oulémas des villes de Rabat et Salé… » (article 21), « Aucun membre du Parlement ne peut être poursuivi ou recherché, arrêté, détenu ou jugé à l’occasion des opinions ou votes émis par lui dans l’exercice de ses fonctions, hormis le cas où les opinions exprimées mettent en cause le régime monarchique, la religion musulmane… » (article 39) et enfin « La forme monarchique de l’Etat ainsi que les dispositions relatives à la religion musulmane ne peuvent faire l’objet d’une révision constitutionnelle » (article 106).

4- « Il n’y a que 62 téléphones portables pour 1.000 Iraniens. A titre de comparaison, les Marocains en ont 312 » – cf. « Jamais, depuis trente ans, je n’ai vu le Maroc courir à une telle vitesse ! Une classe moyenne est en train d’émerger. Il a été vendu plus de 100 000 voitures neuves l’année dernière, contre 10 000 il y a quinze ans« .

5- « quand le pouvoir politique n’autorise aucune liberté d’expression, il empêche en même temps l’autorégulation du pays » et « Les journaux iraniens, eux, n’ont pas le droit de critiquer ouvertement leurs responsables » – commentaires superflus, n’est-ce pas Ahmed Benchemsi?

6 – Nadia Salah, sans doute terrassée par l’effort de réflexion, n’a pas évoqué les dangers de l’élection du chef de l’Etat au suffrage universel (2), cause évidente du retard iranien – ces dangers ont pourtant récemment été soulignés par ses collègues éditorialistes du Matin du Sahara.

Etant moi-même terrassé par l’effort, je vous renvoie à la Gâchette du Maroc pour une analyse plus poussée du discours de la méthode salahesque.

(1) Je sais, inutile de le signaler, c’est anachronique, lesdites émeutes ourdies par des cercles séparatistes à l’étranger ayant eu lieu après ladite chronique de Nadia Salah, mais ne me cassez pas la baraque.

(2) Suffrage universel fortement limité dans le cas iranien par le filtre idéologique et institutionnel éliminant tout candidat non-favorable au caractère religieux du régime.

About these ads

12 Réponses

  1. 10/10!

    Pour le numéro quatre, il faudrait juger la croissance plutôt que les chiffres absolus. En plus, la république Iranienne n’existe que depuis 29 ans. Et puis de toute façon, les Iraniens on une pénétration de lignes fixes plus importante. L’argument tombe donc dans la gouttière.

  2. Je voudrais fairee quelques precisions sur l’ article et l’Iran.

    L’article est simplement nul, ne s’appuie sur rien de serieux, meme s’il donne l’impression de vouloir aborder un sujet serieux. Il va dans le sens des discours anti-iraniens orchestres par l’administration americaine qui toute en negociant sous la table avec les iraniens a propos de l’ Irak, sert de toutes ses forces l’agenda israelien sur le nucleaire iranien come si l’Etat d’israel n’avit pas ete le preier a en posseder au Proche Orient.

    Mais cela dit, il y a de tres serieux problemes en Iran.

    Le premier probleme a mons avis, c’est le fait que malgre la hausse du prix du petrole depuis trois ans, et bien sur l’augmentation tres importante des revenus en devises de l’ Iran, l’impact macro-economique est quasiment invisible, contrairement aux autres pays du Golfe. Mais cela n’est pas le propre de l’ Iran, c’est aussi le cas d el’ Algerie ou de la Lybie, on ne voit pas du tout l’impact de l’augmentation des revenus sur la population et les depenses d’infrastructures. L’ Algerie a plus de 120 milliards de dollars de reserves et ne sait pas quoi en faire! Quant a la Lybie, personne ne sait de combien sont les avoirs de la Banque Centrale, et encore moins ce qui est fait avec cette manne petroliere. Le point commis des trois pays cites, ce sont des similitudes quant a leur passe en politique etrangere; un certain discours economique socialisant et une infrastructure d’un autre age, la bureacratie de l’Etat omni present, son inefficacite scandaleuse dans la gestion des entreprises publiques, et surtout le grand effort en matiere de defense.

    L’ Iran reste cependant tres en avance su la Lybie en matiere d’elections ou du nombre de journaux en langue persane.

    Le gouvernement Ahmadi Najjad est l’illustration parfaite de l’ echec en matiere economique, son discours populiste ne se traduit nullement par une amelioration reelle et visible de la situation de la base electorlae qui l’ a elue. La situation des classes pauvre et moyenne se deteriore de jour en jour, l’inflation a deux chiffre et la depreciation du Riyal grignotent jour apres jour les revenus des plus demunis; et a cote de cela, l’ecart se creuse entre ses classes pauvre ou moyenne et les riches bazaris ou ceux qui beneficient d’une maniere ou une autre de la rente petroliere ou de la corruption du systeme. J’en veux pour exemple la famille de l’ex President Hashemi Rafsandjani qui possede entre autres une compagnie aerienne (Mahan Air). Les iraniens les plus riches font sortir leur argent en cash et l’investissent a Dubai dans l’immobilier, ou personne ne leur demandera l’ origine de l’argent. Des dizaines de milliers d’iraniens achetent des appartements a Dubai et benficient ainsi d’une residence a vie, pour echapper de l’Iran en cas de coup dur (guerre ou durcissement du regime)

    Le sommet du ridicule a ete par Ahmadi Najjad quand il avait decalre que son meilleur conseiller economique etait son boucher. Cela fait les delices des iraniens qui en rigolent a pleins poumons.

    Le plus surprenant, c’est que tout en etant un producteur de petrole, l’Iran rationne l’essence depuis le debut de cette annee a raison de 30 litres par voiture et par mois. Il y a des queues interminables devant les stations d’essence chaque jour, mais je dois reconnaitre aux iraniens leur ingeniosite. Que ce soit la carte de rationnement -magnetique svp!- , que ce soit la facon de detourner le rationnement. Les plus riches ont plus d’une voiture et recoivent autant d’essence que de voitures, les taxistes et les camions ayant droit a plus d’essence, se remettent a revendre au marche noir l’essence aux voitures particulieres a 10 fois son prix a la pompe. Compare aux prix occidentaux, l’essence en Iran est moins chere -sur le marche officiel- que l’eau minerale!

    A la question du pourquoi du rationnement , il y a puliseurs reponses. La capacite insuffisante de raffinage qui oblige l’Iran a exporter du brut et a importer de l’essence; la volonte du gouvernement d’exporter plus en limitant la consommation locale, le fait que les reserves ne sont pas eternelles; mais une autre raison m’ a ete donnee par un officiel, c’est la volonte limiter le gaspillage d’essence par les jeunes aises -mal vus par le regime- qui passent leur temps libre a circuler dans les voitures et faire du show-off! Quand on voit les embouteillages a Tehran -une ville tres grande comme 4 ou 5 fois Casablanca, construite sur un denivele de 800 metres entre le point le plus bas et le point le plus haut au sommet du mont Al Borz-, on se rend compte que le rationnement n’a pas beaucoup effet, si ce n’est celui d’empoisonner la vie des gens, et de rendre Ahmadi Najjad plus impopulaire au sein des classes moyennes. Le nombre des voitures est tres eleve, car l’Iran -comme la Malaisie- dispose d’une veritable industrie de montage -avec un grand niveau d’integration- sur place qui produit des centaines de milliers de voitures par an. Peugeot, Renault-Nissan, Fiat… ont exportes vers l’Iran la technologie et leur anciennes chaines de montage demandeuse de mian d’oeuvre, ainsi que les modeles obsoletes de voitures qui sont reproduits (Proton, SAIPA…) avec moins d’options et de comfort.

    Une precision Najjad a eu au moment de son election une tres grande popularite en raison de sa simplicite, le fait que c’est quelqu’un du peuple, un ancien heros de la guerre avec l’ Irak. Il est arrive au pouvoir par des elections democratiques. Il y a eu de la part des cercles proches de l’ Ayatollah Ali Khameni et des Pasardans un vertiable verouillage du systeme pour empecher l’election de quelqu’un d’autre. Rafsandjani en raion de sa corruption a servi d’epouvantail faisant basculer l’electorat pouplaire vers Najjad.

    Ceci etant, les iraniens -y compris ceux qui ne soutiennent pas le regime- veulent que leur pays se dote de l’arme atomique et y voient un motif de fierete persane si presente dans culture et la litterature. Mais beaucoup d’iraniens reprochent a leur gouvernement de negliger l’interieur pour concentrer son aide sur le soutien de ses allies en Irak, au Liban (Hezbollah) et le Hamas. Ils croieint que l’essentiel de leurs revenus petroliers va pour l’aide aux mouvements pre-cites. Apres le tremblement de Bam, il y a deux ou trois ans, il y a eu des manifestations et un des slogans repete demandait aux responsables pourquoi l’argent n’est pas utilise pour les secours au lieu d’aider le Hezbollah. Cette aide est estimee a 500 millions de dollars par mois ou 6 milliards par an, mais personne ne connait rellement son montant car elle est le fait de plusieurs sources (Pasardans, bureux de l’ Imam et du President, Armee, Services secrets, Fondation Al Sahid…). De plus cette aide ne doit pas representer un grand pourcentage par rapport aux revnus du pays.

    Cordialement

  3. Qu’on soit à ce point aveuglé par sa propre idéologie ne me surprend pas outre-mesure mais de là à ce que cet aveuglement vous pousse à imaginer et à fabriquer la réalité me laisse perplexe!
    Nadia Salah doit mal vivre sa ménopause pour être à ce point conditionné cependant même si sa mytho-paranoïa frise le patos,elle peut j’en suis sûr devenir une arme redoutable entre ses mains afin de détroner Samira Sitail du poste de rédactrice en chef à 2M où mieux encore Naciri au poste de porte-parole du gouvernement (quoique celui-là est à mon avis indépassable).

  4. IK, l’affaire Benchemsi de 2007 est aussi postérieur (de peu) à l’édito, mais il reste l’affaire Journal Hebdo et l’affaire Telquel vs. Halima Assali, on a l’embarras du choix…

    De toute façon, ta critique, comme toutes celles que tu consacres au « premier quotidien économique du Maroc », est très pertinente, puisque cette pseudo-intellectuelle ne fournit même pas l’effort de vérifier ses informations chiffrées, que dire alors pour l’argumentaire proprement dit ?

  5. @I.K
    Avec tes notes (1) et (2), je suis désarmé :D

    La pauvre, elle prend pour son grade !

    Je suis curieux de savoir si on lui sort ça dans les soirées ou les gens s’en foutent de ses articles …

  6. N.S. est diplomée de Sciences PO (Grenoble)…mais apparemment elle a du sécher pas mal de cours.

  7. bon sciences PO c’est pas le paradis, à part celui de Paris, les autres n’ont que le nom de science, beaucoup de mes amis chômeurs ici en France sortent de science PO .

  8. Vous avez l’air de donner bcp plus d’intérêt à l’économiste et cette Nadia Salah qu’ils ne méritent.

    Où plutôt par votre démonstration vous prouvez qu’ils ne sont pas dignes de confiance ni d’intérêt !!!

  9. La seule chose à retenir de cet article, c’est le leitmotiv ataturkien du conglomérat Salah-Dilami qui rêve d’un Maroc laïc ou l’Islam se résume à la harira du Ramadan (même pour ceux qui ne jeûnent pas) et aux brochettes de l’Aïd al Adha. Derrière leur soi-disant militantisme anti-extrêmiste et anti-théocratique je ne perçois qu’une haine viscérale de l’Islam. La pseudo analyse politico-économique qui leur sert de trame n’est qu’un prétexte au dénigrement systématique de l’Islam, et pour connaître leur référentiel moral je vous renvois à la dernière page du journal Assabah du même groupe de presse dirigé par M. Dilami qui se complait dans une débauche quotidienne de rondeurs féminines… pas la peine d’acheter Assabah, il vous suffit d’être assis dans un café ou dans le train pour être agressé par leurs posters en quadrichromie. Wa la hawla wa la qouatta illa billah.

    P.S.: Je trouve le commentaire sur la ménopause de Mme. Salah de très mauvais goût.

  10. [...] L’Economiste-watch – flashback persan [...]

  11. [...] L’Economiste-watch – flashback persan Via un commentaire de Citoyen chez Larbi, quelques [...]

  12. [...] the “moderate” Arab countries, or with enemies like these who needs friends?“; – “L’Economiste-watch – flashback persan“; – “Malgré la propagande étatsuno-séoudienne, les opinions arabes n’ont pas [...]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 110 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :