Mohamed Erraji livre sa première interview


Mohamed Erraji, en liberté provisoire, et dont l’appel contre la condamnation est mis en délibéré pour jeudi par la Cour d’appel d’Agadir, alors que le ministère public a requis l’irrecevabilité de l’action publique (ce qui devrait en toute logique aboutir à un acquittement en appel de Mohamed Erraji, même si le tribunal n’est pas obligé de suivre les réquisitions du ministère public), a donné une interview au site maghrébin de l’armée des Etats-Unis:

Interview avec le bloggeur marocain Mohammed Erraji
Magharebia.com 2008-09-16

Le bloggeur marocain Mohammed Erraji répond aux accusations portées contre lui et parle de la liberté d’expression au Maroc.
Interview par Naoufel Cherkaoui pour Magharebia à Rabat – 16/09/08

[Naoufel Cherkaoui] Le bloggeur marocain Mohammed Erraji a parlé à Magharebia de sa récente arrestation, des conditions de détention et de l’état de la liberté d’expression au Maroc.

Un jour après avoir publié un article critique envers les faveurs spéciales que le Roi accorde parfois à certains citoyens, le bloggeur marocain Mohammed Erraji a été arrêté vendredi 5 septembre et condamné très rapidement à deux ans de prison. Premier Marocain à être emprisonné pour ses écrits, Erraji a été libéré sous caution moins d’une semaine plus tard, après que la cour d’appel eut démontré que l’audience en première instance avait été entachée d’erreurs. Magharebia a demandé à Erraji de parler de ces récents événements et, plus généralement, de la situation de la liberté de la presse au Maroc.

Magharebia: Comment avez-vous obtenu votre libération conditionnelle ?

Mohammed Erraji: J’ai déposé une requête de mise en liberté provisoire auprès du gardien de la prison vendredi matin, et à midi ce même jour, j’ai été déféré devant le juge du tribunal de première instance, qui m’a dit que ma requête avait été acceptée et que la prochaine audience était prévue le 16 septembre. J’ai ensuite été libéré dans l’attente de cette audience.

Magharebia: Comment l’enquête a-t-elle été conduite ?

Erraji: Un groupe d’officiers des renseignements se sont présentés chez moi mercredi, mais je n’étais pas là à ce moment-là. Ils ont dit aux membres de ma famille que je devais aller les voir. Je me suis rendu jeudi à dix heures du matin au siège de l’unité de recherche scientifique, et n’en suis ressorti qu’à 17 heures. L’enquête a été conduite par les responsables de cette unité dans de bonnes conditions et avec respect. Ils m’ont demandé de me présenter à nouveau le lendemain.

Lorsque je suis revenu vendredi matin, l’enquête a été menée à son terme par la même unité, après près de trois heures. Après quoi, j’ai été emmené auprès de la police judiciaire, où les policiers ont à leur tour repris l’enquête pendant près de cinq heures sur mes affiliations politiques et intellectuelles. J’ai été maintenu en détention, et c’est là où j’ai commencé à souffrir, parce que la cellule dans laquelle j’étais détenu était dans un état pitoyable. L’enquête s’est poursuivie samedi et dimanche.

J’ai ensuite été escorté dimanche matin par des policiers à mon domicile, qu’ils ont fouillé, en s’attachant particulièrement à mon ordinateur et à mes livres. Ils m’ont ensuite ramené au poste de police, où j’ai signé les déclarations qu’ils avaient préparées. J’ai ensuite été menotté et déféré devant le procureur adjoint du Roi au tribunal de première instance, qui m’a interrogé sur les raisons de certaines phrases dans l’article en question. L’audience n’a pas duré plus de quatre minutes. Après avoir attendu pendant plus d’une heure, un policier est venu et m’a dit que j’avais été condamné à deux ans de prison. J’ai alors été conduit en prison.

Ils m’ont ramené lundi matin au tribunal de première instance pour entendre le verdict de la cour, ce qui n’a pas duré plus de quatre minutes. Le juge m’a seulement demandé ma position face aux charges retenues contre moi, c’est-à-dire le manquement au respect dû au Roi. J’ai réfuté avoir jamais eu l’intention d’offenser le Roi. Interrogé sur mon intention de désigner un avocat pour me défendre, je lui ait dit que je ne disposais pas des moyens financiers nécessaires.

Magharebia: Vos articles se caractérisent par une critique sévère des conditions sociales et économiques au Maroc. Quelle en est la raison ?

Erraji: La raison tient à mon enthousiasme pour ce pays, parce que je veux que mon pays avance et atteigne un certain niveau de démocratie et de respect des droits de l’Homme, pour faire en sorte que cela ne reste pas que de l’encre sur du papier. Si j’ai parfois recours au sarcasme et à la sévérité dans l’écriture de mes articles, je n’ai jamais eu l’intention de blesser quiconque, ni le Roi ni personne d’autre.

Magharebia: Votre situation actuelle va-t-elle avoir un effet sur vos prochains articles ?

Erraji: Je n’ai pas encore décidé si j’allais continuer ou non à écrire. Les jours que j’ai passés en prison me font craindre de seulement porter la plume, ce qui équivaut actuellement pour moi à signer une nouvelle condamnation à la prison. Je vais donc étudier la question avec soin avant de décider de continuer ou non à écrire.

Magharebia: Vous n’avez à ce jour publié aucune excuse. Cela veut-il dire que vous vous considérez comme non coupable ?

Erraji: Encore maintenant, j’ai du mal à croire ce qui m’arrive en termes de poursuites judiciaires et d’emprisonnement. Je ne pense pas offenser quiconque, y compris le Roi, par mes articles. J’ai été très surpris d’être convoqué pour une enquête. Si je suis convaincu à l’avenir d’avoir offensé le Roi ou quiconque, je serai prêt à présenter des excuses. Mais pour l’heure, je ne pense pas avoir porté préjudice à quiconque.

Magharebia: Envisagez-vous un pardon royal, comme dans l’affaire de Mourtada ?

Erraji: J’attendais un pardon royal durant les jours que j’ai passés en prison à l’occasion du Ramadan ou de l’Aïid El Fitr, parce que l’état psychologique dans lequel je me suis trouvé durant ces journées a été terrible et insupportable.

Magharebia: Selon vous, quelle est la réalité de la liberté d’expression au Maroc ?

Erraji: Je pense que certaines personnes ne souhaitent pas voir la liberté d’expression évoluer. Je suis triste de voir mon propre pays, que je souhaiterais voir avancer plus rapidement, vivre en retrait en termes de démocratie. Je veux que mon pays embrasse la doctrine de la démocratie une fois pour toutes. De plus, nous ne devrions pas continuer de penser que la liberté d’expression constitue un danger pour le pays ou pour l’institution monarchique.

Je rejette le principe consistant à quitter le Maroc pour le critiquer depuis l’étranger. Je préfère vivre dans mon pays. Je rejette également totalement le fait de recevoir une assistance financière extérieure pour ce faire. La liberté d’expression dans un pays donné montre que ce pays respecte les règles de la démocratie. Si au Maroc la répression de la liberté d’expression se poursuit, cela voudra dire que l’Etat cherche à cacher certains problèmes ; c’est une chose qui conduira les citoyens à remettre en cause l’existence même de la démocratie. Je pense que la seule solution pour faire avancer le Maroc est d’étendre le respect de la liberté d’expression.

Magharebia: A quoi avez-vous pensé pendant ces journées en détention ?

Erraji: La seule chose à laquelle je pensais, c’était la liberté. J’ai été distrait durant ces jours en détention, et ne parlais même pas aux autres prisonniers qui étaient avec moi. Mon esprit était tout occupé à penser à la liberté. Je peux dire aujourd’hui que si cette détention s’était prolongée, je serais certainement devenu fou du fait des conditions insupportables de la détention. Une chose qui m’a fortement pesé a été les charges retenues contre moi. Je respecte le Roi, et je considère que la monarchie est garante de la stabilité du Maroc. Je ne pensais qu’à une seule question : comment pourrais-je passer deux années de ma vie en prison ? Encore maintenant, je ne me suis pas remis du choc qu’a été le fait d’entendre prononcer la sentence envers moi. J’espère que le tribunal prononcera un arrêté d’acquittement.

Ce contenu a été réalisé sous requête de Magharebia.com.

Remarques:
- aucune violence physique n’a été exercée par la police contre Mohamed Erraji, un fait suffisamment rare dans ce type d’affaires pour ne pas être relevé;
- ce sont des officiers des renseignements qui ont les premiers ont cherché à interroger Mohamed Erraji, à son domicile. Quel service? La DST probablement, mais aucune précision n’est indiquée. Ceci signifie soit qu’ils ont été informés des écrits d’Erraji par un informateur, soit qu’ils assurent un veille des différents sites et blogs.
- l’audience a duré moitié moins longtemps qu’indiqué intialement dans les articles de presse – quatre minutes au lieu de dix.
- un policier lui annoncé son verdict à la fin de l’audience, soit la veille du prononcé du verdict…

About these ads

20 Réponses

  1. Si le procureur qui a ordonné l’arrestation avait pensé qu’il ferait de Mohamed Erraji une vedette du net, il aurait réfléchi à deux fois.

    Mais le pauvre homme a dû se dire : c’est l’occasion de ma vie de me faire bien voir de la hiérarchie!

    Loupé, monsieur le juge …..Li darha bi yaddou y foukha bi sennou!

  2. Ibn Kafka,
    magharebia.com is, as of October 1st, sponsored by Africa Command (AFRICOM). In the past, similar initiatives dealing mostly with radio broadcasting have been noted in regions where DoD commands have been operating. It is the first time that the DoD takes on the web as a means to reach local populace and moderate its views vis-a-vis US military policies in the region. I have written a few articles on AFRICOM and its mission. Feel free to read them on my site …:-)

  3. « Premier Marocain à être emprisonné pour ses écrits »?

    Si c’est une blague, elle est de mauvais gout.

  4. Tout à fait, lixy…. de trés mauvais goût !
    Décidément, dans ce pays on n’a pa peur du ridicule !

  5. « Je rejette le principe consistant à quitter le Maroc pour le critiquer depuis l’étranger »
    Eeeeeeeeeeeeeeeh ben…

    Je me joins à lixy et alibaba.

  6. @ Ibn Kafka

    N’est-il pas bizarre que ce soit ce SITE AMERICAIN qui ait recueilli l’interview de Mohamed Erraj?

    je crois que en l’occurence L’INTERVIEWER est bien plus important que l’interviewé…

    Il aurait été intéressant de soulever ce point, non?

  7. J’ai lu un autre interview avec Erraji dans Al Massae. Certains détails m’ont semblé plus ou moins similaires dans les 2 articles et encore davantage dans celui de Magharebia. C’est curieux que cet organe de presse du Commandement Américain dédié à la zone Afrique connu sous l’Africom soit aussi intéressé par cette affaire. Il ne reste plus que Sawa, Radio Farda (Zut, c’est en perse !) et Voice Of America pour compléter le tout.

    Fait plus important : Cette affaire a démontré, après le choc des premiers jours suivant la capture du blogueur gadiri et son feuilleton judiciaire, une divergence entre les blogueurs marocains. Certains se sont même demander sur l’utilité de faire la grève ou bien ils ont critiqué la tournure que d’autres blogueurs ont pris pour défendre la cause d’Erraji. (Voir les Pro: Larbi, Hmida, etc et les Con: 7didane, Le Mythe, Najlae, etc.) C’est pour cette raison que j’ai évité d’entrer dans cette polémique et de faire le wait and see.

    Moralité de cette histoire : savoir bien critiquer sans se faire taper les doigts et avec des arguments et des preuves. Comme l’a dit le professeur Keating dans « Dead Poets Society « (Le cercle des poètes disparus) : « There is a time to dare and a time to be aware » (Enfin ce que je me rappelle)

  8. Il est de notoriété publique que le mot « AL HOGRA », communément employé dans nos pays arabes, trouve sa source dans le complexe de supériorité des « supérieurs autoproclamés ».

    Aussi , et grâce à ce complexe naturellement des nôtres , bcp de nos intellos autoproclamés, mais eux jamais interviewé par un organe de presse ni avoir eu la notoriété qu’ils réclament de tout leur être , trouvent le chemin du dénigrement – C’est rassurant, c’est conforme aux attentes -
    C’est symptomatique de la débandade de nos pays arabes ; ce complexe de supériorité infondé et qui trouve ses sources dans l’habitude d’être flatté dans le sens du poil toujours, sans limite et s’y plaire. C’est lui, ce redoutable complexe de supériorité, qui assassine nos autodidactes, nos créateurs … etc – et dans le même ordre d’idée , nos femmes sous prétexte que ce sont des faiblardes – qui n‘ont pas droit de cité ! Pire , il sont l’objet de toutes les critiques , abjectes et humiliantes dès que leurs droits sont reconnus .
    A ce garçon Mohamed Erraji, que je ne connaissais pas avant son arrestation, je trouve mille et une mérite – sans forcément être d’accord avec ses points de vus – , bien plus que ça, il me donne des raisons d’espérer : ça change, pour une fois des « machi souki » et des opportunistes, nombreux lesquels sous prétexte de militantisme intelligents dénient le droit d’existence à des militants « non intelligent » : faute de papiers officialisant leur intelligence .
    Que l’on aime ou que l’on n’aime pas les analyses de Mohamed Erraji, force est de constater que le contenu de ses écrits – au delà de la forme – a du sens .
    Que ses articles plaisent ou déplaisent, il y a de l’effort, il y a de la recherche, de l’abnégation et de l’amour non pas de soi – comme certains intellos autoproclamés l’aboient ici et ailleurs – mais d’une certaine idée de la justice, de son pays , des siens et sans pour autant perdre de sa lucidité en gardant à l’esprit que la monarchie est garante de la stabilité actuelle – je le pense aussi par réalisme : je ne vois pas à qui passer la bride aujourd’hui si on devait la passer à quelqu’un – .
    Loin de faire comme le font l’écrasante majorité – qui elle à la paix de nos nouveaux intellos autoproclamés qui eux des diplômes et un blog dont ils espèrent tant -, oisifs à souhait , Mohammed Erraji a fait le choix d’être utile à lui et aux autres si possible : il écrit .
    De son malheur naît une notoriété que certains ne semblent pas lui pardonner , conformément à l’esprit et habitudes courants dans nos pays : EL HOGRA. Beaucoup n’y vont pas de mains mortes ; Certains, sous couvert d’érudition exclusive matérialise EL HOGRA par : « je crois que en l’occurence L’INTERVIEWER est bien plus important que l’interviewé… » dixit « hmida » le DESCARTES fait maison ! Je ne vois pas en quoi l’interviewé est moins important ..

  9. La route est longue mes amis, la route est longue.
    Il ressort de cette affaire que tout n’est que poudre au yeux, vernis trompeur, tout n’est qu’apparences, en réalité, rien ne changera jamais. Je n’ai jamais voulu commencer de blog car j’aurais eu la peur au ventre de livrer une vision trop décalée, trop borderline, mais on peut rêver, ça fait vivre, personnellement les zozos qui croient encore au changement m’apparaissent comme de pauvres naifs. Vous voulez du changement? Une solution : harrag.

  10. @ abdel

    Tu devrais te demander pourquoi ce SITE AMERICAIN s’interesse à notre Erraji?

    C’est en ce sens que l’interviewer est plus important que l’interviewé…

    Je n’éprouve aucune hogra envers Erraji mais je suis inquiet de voir qu’un SITE MAGHREBIN DE L ARMEE AMERICAINE s’intéresse à lui….

    Emomo d’ailleurs se pose la même question que moi et il a bien raison!

    Si nous aplaudissons bêtement la notorité de Erraji, sans essayer de l’analyser, c’est que nous ne voyons pas plus loin que le bout de notre clavier!

  11. @hmida
    « Tu devrais te demander pourquoi ce SITE AMERICAIN s’interesse à notre Erraji? »

    Je ne savais pas qu’il était Américain, je l’ai su dans ton commentaire. Ceci dit, la première chose qui m’est venu à l’esprit est que le Maroc pour les USA est un pays ami. Quel enseignement tiré d’une interview d’un journal de pays ami ? Je n’en sais rien.

  12. Abdel: « Je ne savais pas qu’il était Américain, je l’ai su dans ton commentaire. »

    Et pourtant, dans le corps de l’article « site maghrébin de l’armée des Etats-Unis »…

    hmida: Ce site, clairement un site de propagande officielle, s’intéresse à toute l’actualité maghrébine, sauf sans doute ce qui toucherait directement aux intérêts étatsuniens. Le degré de propagande qui s’en dégage sur le dossier Erraji est cependant infinitésimal comparé à celui qui se dégage du Matin, de la MAP ou d’autres organes comparables.

    Maintenant, sur le fond, on peut évidemment disqualifier Erraji pour avoir accordé une interview à un site de l’armée US (je ne l’aurais pas fait personnellement, mais je n’ai jamais été incarcéré ou condamné à deux années de prison, donc difficile pour moi de le condamner). On peut agiter le spectre de l’oncle Sam, comme tu le fais, chaque fois que RSF critique les atteintes à la liberté de la presse au Maroc.

    Mais vois-tu, tout ceci serait quelque peu plus crédible de ta part si ces critiques contre des relations indirectes avec les Etats-Unis étaient également dirigées contre l’Etat marocain, dont les liens avec les Etats-Unis sont directs: sous-traitance de la torture, alignement sur la politique moyen-orientale, discussions sur l’accueil d’une base militaire étatsunienne dans la région de Tan-Tan, coopération militaire et sécuritaire, signature d’un accord de libre-échange totalement déséquilibré, etc…

  13. Enfin une sortie honorable à cet imbroglio judiciaire et juridique et finalement une fin heureuse à ce feuilleton en 4 épisodes !

    Vivement la prochaine série fiction avec la même jurisprudence !

  14. vous êtes ridicules de croire que vous avez gagné quelque chose dans cette affaire

    elle était pliée depuis lgtps

    réveillez vous

    http://www.yellowcakes.blogspot.com

  15. @IK
    « Et pourtant, dans le corps de l’article “site maghrébin de l’armée des Etats-Unis”… »

    Ouuui, mais on ne s’appelle pas tous IK .
    Il n’y a pas de mal à avouer une faiblesse, et pour tout dire ce maghribia je ne le connaissais pas et n’a pas bcp titiller ma curiosité , aussi je ne l’ai pas regardé : à quoi bon, l’article tu l’as copié dans son intégralité
    Je te l’ai déjà dit IK, tu es mignon mais je n’aimerais pas être ton voisin ! Si tu as des enfants ou tuteur de quelqu’un , je les plains : si à chaque faiblesse avouée tu leur tires les oreilles , sans comprendre, un peu comme nos juges d’une certaine manière, ils finiront par ne plus rien dire ! .
    En revanche là où il y a de l’info à apporter : c’est quand « hmida » me demande de me demander pourquoi un support média ricain s’intéresse à Mohammed Erraji . Moi je ne sais pas ! toi, qui sait tout et voit tout , tu le sais peut-être !

  16. « Ouuui, mais on ne s’appelle pas tous IK  »

    Le constat ne m’avait pas échappé. Désolé pour les autres.

    Et ceux qui veulent savoir pourquoi Magharebia écrit sur Erraji, ce n’est pas une tâche surhumaine – il suffit de leur demander par mail ou de laisser un commentaire sous l’article.

  17. @IK

    « “Ouuui, mais on ne s’appelle pas tous IK ”

    Le constat ne m’avait pas échappé. Désolé pour les autres. »

    Ton côté mesquin te perdra ! ce que tu dis être à l’origine de ton constat n’était qu’une boutade. Le constat qui ne t’a pas échappé mais que tu as pris le soin d’occulter – intello démocrate que tu es – c’est : « et pour tout dire ce maghribia je ne le connaissais pas et n’a pas bcp titiller ma curiosité , aussi je ne l’ai pas regardé : à quoi bon, l’article tu l’as copié dans son intégralité » .
    En fait tu me reprochais d’être un « nullos » pour ne pas avoir remarqué l’appartenance du canard à l’armée ricaine mais tu n’as pas pensé que je pouvais ne pas l’avoir lu me contentant de ton copié collé intégrale .
    Il m’arrive d’avoir des inquiétudes en te lisant ! trop rigide : « tout ce qui est exagéré est insignifiant »

  18. Je remarque que cette histoire de Erraji est née juste après le passage de la Condie dans la région. Elle n’a pas été reçue par Mohamed VI je crois …..Juste après, notre blogueur accorde une interview à MAGHRARIBIA.

    Ce site se présente comme étant : « Le portail Magharebia est sponsorisé par le United States Africa Command, le commandement militaire responsable du soutien et du renforcement des efforts américains pour promouvoir la stabilité, la coopération et la prospérité dans cette région du globe. » Cela me rapelle ce que les USA voulaient faire au MO…

    Dommage que ce point n’est pas été suffisement relevé par notre ami IBK ….Cela aurait donné un autre sens et une autre portée à l’info qu’il reprend.

    Ce qui rend ce billet terriblement TENDENCIEUX!

    PS : je ne m’appelle pas IK et je m’en porte très bien!

  19. S’il s’agit effectivement d’un informateur, il y a fort à parier que c’est Hmida !

  20. [...] qui avait osé, dès septembre 2008, critiquer nommément l’action de Sa Majesté le roi (billet à l’époque sur le très bon blog d’Ibn Kafka). Un déni de majesté qui en annonçait [...]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 110 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :