Il faut sauver le lycéen Belassal!

Yassine Belassal ne doit plus jamais refranchir cette porte

Yassine Belassal ne doit plus jamais refranchir cette porte

La Cour d’appel de Marrakech a tenu une audience ce 5 novembre, et a annoncé une décision pour le 12 novembre. Yassine Belassal, déjà remis en liberté provisoire par la même cour le 29 octobre, attend donc son sort. Pour rappel, il avait été condamné à une peine de 12 mois de prison ferme – la base légale n’est cependant pas connue avec certitude: les éléments indiquent que ce serait l’article 41 du Code de la presse incriminant l’offense au Roi. Cependant, un article récent de Maroc Hebdo indique que ce serait plutôt l’article 166 du Code pénal, ce qui est totalement inexact: l’article 166 réprime l’attentat contre la personne du Prince héritier…

Mais c’est symptomatique de cette affaire: les faits exacts sont insaisissables ou contradictoires, comme l’a relevé Bahia Amrani dans son édito du Reporter. Ainsi, si ce qui était initialement reproché à Belassal semblait être d’avoir travesti la devise nationale (« Dieu, la Patrie, le Barça« ), par la suite des propos – ou plutôt des tags – injurieux lui ont été reprochés – «Que Dieu maudisse le père du Roi». Pour sa défense, c’est le Roi d’Espagne qui aurait été visé, mais cet argument n’a pas convaincu les juges.

Il est évident que ces incertitudes changent partiellement la donne: autant le premier propos n’est en rien offensant ou injurieux, autant le second l’est incontestablement.

Ce qui est tout aussi incontestable, c’est qu’une peine d’un an de prison ferme pour un tag sur le mur d’un lycée est absolument disproportionnée. Il s’agit tout d’abord d’un fait qu’une sanction disciplinaire au sein de l’établissement aurait idéalement pu réprimer. Il y a ensuite des facteurs atténuants: la jeunesse de l’intéressé (majeur, mais de quelques mois seulement), une situation familiale ordonnée (fils d’enseignant), une personnalité sans passé judiciaire (pas de casier), la situation scolaire (il prépare son bac), la nature de l’infraction (un délit d’opinion), le fait que l’infraction ne s’inscrivait pas dans une action militante organisée contre le Roi ou la monarchie mais plutôt dans une bêtise de lycéens désoeuvrés un soir de ramadan, l’absence de toute violence ou de tout vol, tout cela devrait inciter les juges à écarter toute privation de liberté – sachant qu’il a déjà passé trente jours en détention provisoire puis en détention suite à sa condamnation en première instance.

Pour avoir une idée de la façon dont justice est faite au Maroc, si l’offense au Roi valait jusqu’à l’affaire Belassal en moyenne trois années de prison, des pédophiles s’en tirent, comme le gardien d’une crèche à Rabat ayant violé plusieurs enfants, avec deux ans (vous avez bien lu) de prison, et une simple expulsion du territoire marocain s’ils ont le bonheur d’être européens.

On rajoutera qu’enfermer un lycéen dans une prison pour une vétille aura pour principale conséquence de l’exposer au contact de prisonniers de droit commun, qui lui apprendront sans doute autre chose que la devise royale ou le respect du Code de la presse…

Et si la bêtise devait mener en prison, le Maroc serait sérieusement dépeuplé, y compris dans ses tribunaux…

Concluons avec Bahia Amrani:

Ainsi donc, tout le monde s’est trompé ! Toutes les agences de presse internationales, tous les journaux nationaux et internationaux qui n’ont pas attendu la libération provisoire du lycéen pour traiter de l’affaire, toutes les ONG qui se sont saisies du dossier… Tous – y compris nous-mêmes – avons foncé dans le panneau, tête baissée…
Soit. L’information qui a circulé était bourrée d’inexactitudes.
(…)
Des erreurs donc, oui, mais elles appellent deux séries de commentaires.
D’abord, quelles que soient les inexactitudes sur les faits, cela ne change rien aux conclusions. Le jeune lycéen a bel et bien été condamné à une peine de prison pour manquement au respect dû au Roi, alors que ce n’était qu’un collégien indiscipliné ayant commis une faute pour laquelle il aurait pu être corrigé autrement. Combien de jeunes écervelés de 16 à 20 ans n’avons-nous pas vus maudire leur père, leur mère, leur patrie et même Dieu le tout puissant ?

About these ads

6 Réponses

  1. Moi je propose qu’on mette en prison pour lui tenir compagnie le directeur du lycée qui n’est pas foutu faire régner l’ordre dans son institution (eu une grima de taxi au délateur de proviseur), de donner 100 coups de fouets à tous les profs d’éducation civique succesifs et de décapiter sur la place Jamaâ El-Fna aussi bien le ministre de l’Education nationale que le ministre de la justice.

  2. Pour le dernier point, je suis avec toi à 100%.

  3. Selon Le Soir échos, qui relate la version des faits de Yassine Bellassal, il aurait écrit « Allah Al-Watan, al Barça », mais les gendarmes lui aurait « conseillé » d’endosser les tags insultant, arguant qu’il s’en tirerait à moindre frais…

    Pitoyable !

  4. Je rejoins Aisha parce qu’un prof d’éducation nationale est foutu d’expliquer les zones grises.. Et de moins en moins ai-je envie de monter aux barricades, tout simplement envie de voir ces zélotes mis au rencart,. Parce qu’il n’est plus question de zones grises. En espérant que le jeune s’en sorte. Parce que sinon, nous devrions tous être en prison comme l’indique la plume de Bahia Amrani.

  5. « Il faut sauver le lycéen Belassal »? Oui. Mais faudrait aussi penser a traiter la source du foutu probleme.

  6. La cour d’appel de Marrakech a confirmé la condamnation de Yassine mais en limitant sa peine à un an de prison avec sursis.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 110 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :