Maintenant je me rappelle pourquoi je ne suis plus abonné à The Economist

the_economist_trainee
Via The Angry Arab, j’ai lu cette recension d’un livre de deux auteurs sionistes, parue dans The Economist. On aurait pu, en ne connaissant pas la source, que l’article était tiré du Jerusalem post ou du Washington Post, mais non, c’est de The Economist. Il faut que le foreign editor, Peter David, est un farouche – et rusé – partisan d’Israël. Il n’est pas isolé – le talentueux John Micklethwait, ancien US editor devenu editor de cet hebdomadaire, est aussi objectif vis-à-vis de Bush et des néo-cons que Samira Sitaïl, Nadia Salah, Hamid Berrada ou Fahd Yata au sujet des sérieux problèmes démocratiques que connaît le Maroc. Un journaliste de The Economist m’a raconté une soirée de discussion passée avec David à discuter du rapport Peel et de l’immigration en Palestine entre 1936 et 1948 – puis l’avoir rencontré par hasard en couvrant une activité du très néo-con American Enterprise Institute.

Revenons-en à l’article de The Economist:

Jewish and democratic
Oct 23rd 2008
From The Economist print edition

Two Israeli academics offer a robust and timely defence of the Zionist idea
IT IS a little sad that Alexander Yakobson and Amnon Rubinstein felt the need to write this book. Is it really necessary, 60 years after Israel’s birth, to argue the Zionist case all over again? Alas, yes.

(…)
Mr Yakobson and Mr Rubinstein are both Israelis, the former a historian, the latter a professor of law who served in the cabinet of Yitzhak Rabin. In rebutting the arguments of Mr Judt and others, their aim is not to whitewash Israel. They strongly oppose the colonisation of the West Bank and admit that, in practice, Israel’s treatment of its Arab citizens has fallen far short of the standard that should be demanded of a liberal democracy. But however deficient the practice, they say, there is no reason in principle why Israel cannot be both a Jewish state and a democracy whose non-Jewish citizens enjoy full civil equality. On the contrary, they insist, it is those who do not accept the legitimacy of a Jewish state who undermine the principle of equality, by denying to the Jews the right of self-determination they extend to others.

This book is being sold at a silly price. It is not an enjoyable read, and certainly not a light one. Its arguments are dense, dry and legalistic. But it is an important book, whose ideas deserve to be widely heard. By the end the authors have constructed a methodical defence not only of the Zionist idea but also of the two-state solution in Palestine, an idea which—six decades after the UN’s partition resolution of 1947—is losing the support of some intellectuals but is still the most plausible way to reconcile the Jews and Arabs of Palestine.

Et je me souviens comment j’avais appelé le service abonnement de The Economist, en 2002 ou 2003, pour résilier mon abonnement, déclarant, à la question de l’employé à l’autre bout du fil pourquoi j’avais fait ce choix, que la ligne éditoriale du magazine sur la Palestine et l’Irak m’étaient devenus physiquement insupportables. Depuis, je l’achète de temps en temps, me disant que finalement, peut-être, vu la qualité du magazine, qu’il me faudrait reprendre l’abonnement, et c’est alors que je tombe sur une apologie de Bush ou d’Israël, et que je retourne à la case départ (je ne suis pas le seul)… Ces déniaisements répétitifs sont en tout cas utiles.

About these ads

23 Réponses

  1. Dans la même lancée, tu peux résilier ton abonnement au Monde, Figaro, Libération, Charlie Hebdo, Telquel, l’Economiste…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………, etc, etc, etc,

  2. Je n’y ai jamais été abonné.

  3. Eh bien.. reste comme tu es

  4. Heh. J’ai souvent lu et entendu des arguments defendant que The Economist est, non seulement anti-Israel mais anti-semitique en plus de cela.

    M’enfin…moi je doute que l’on puisse les reconcilier avec the two-state solution. Les Palestiniens (en majorite) n’accepteront jamais les bantustans proposes, et le Israeliens (Juifs comme Arabes) n’accepteront jamais de faire des colonises des citoyens a part entiers.

    Et autant j’oppose le Sionisme par principe, je ne peut que constater l’echec des Palestiniens a faire grand chose de constructif. Ceux assez chanceux pour foutre le camp tournent le dos en general. Tout ce qu’ils font, les locaux (no puns intended) c’est pondre des momes creeant encore plus de tensions dans une des region les plus denses du monde. Au final, il est difficile de mettre tout le blame sur Israel.

    Imagines tu un peu combien de sang la parution d’un tel article ferait couler s’il venait a etre publier dans les Territoires Occupes?

    http://news.bbc.co.uk/2/hi/middle_east/7739198.stm

    En bref, le Sionisme c’est horrible. Le nationalisme fanatique des Palestiniens c’est encore pire.

  5. Excuse moi mais quelque chose m’échappe apparemment
    pouvez vous m’expliquer brièvement en quoi l’article vous offense, l’article présente un livre qui revendique le droit d’existence d’Israël entant que état juif, ils sont contre la colonisation difa algharbya! « They strongly oppose the colonisation of the West Bank  »
    vous êtes contre l’existence de Israel? ou biens vois ete un laïc qui est contre l’existence d’un état religieux ?

  6. simpldespruy: you betcha!

    lixy: ah oui, le nationalisme des opprimés, ces fanatiques xénophobes qui pondent des gamins au lieu d’écouter lixy…

    Marocain fier: 1- Je ne suis pas offensé.
    2- Le panégyrique pour un ouvrage défendant le sionisme m’exaspère.
    3- Je suis effectivement contre l’existence d’un Etat juif en Palestine, et pour un Etat binational.
    4- Je ne suis pas laïc, terme qui a une connotation très particulère et spécifique en français, et renvoie à une situation spécifiquement française.
    5- Si des juifs sur une terre qui est la leur veulent édifier un Etat religieux, be my guest, mais pas sur la terre palestinienne.

  7. La ligne éditoriale du magazine est discutable. La qualité est indéniable..

  8. @Lixy: Si tu pourrais te relire. un nombre incroyable de conneries en peu de mots. Bravo!

  9. Ibnkafka, voilà pourquoi je ne pourrais jamais restée fâchée avec toi, ou plus précisément, pourquoi je me sens proche de toi: ta posture sans équivoque telle qu’éprimée dans tes réponses à Lixy!

  10. Ou plutôt teà Marocain!

  11. En lisant ton billet j’ai pensé à une question (ce n’est pas la première fois que je le fais) pourquoi n’y-a-t-il pas des médias quelle que soit leur nature qui soient favorables à la cause palestinienne ?
    Comme l’avait dit Mahmoud Darwish dans « la Palestine comme métaphore » pourquoi quand on montre sur le JT d’ARTE un soldat israélien cassant les cotes d’un enfant palestinien on passe un mois de documentaires sur la Shoah !!!
    Pour moi toute la question est là. Car si on se base sur les lignes éditoriales il est difficile de garder les abonnements et il faudra aussi éteindre la télé et la radio par la même.

    Actuellement, il y a un blocus sur Gaza plus sévère qu’auparavant. Ban Ki-Moon parle d’une crise humanitaire qui se profile.

    http://fr.news.yahoo.com/3/20081119/twl-israel-palestiniens-onu-951b410.html

    Qui en parle ? Qui s’en soucie ?

  12. [...3- Je suis effectivement contre l’existence d’un Etat juif en Palestine, et pour un Etat binational]

    On pourrait sentir un vent de laicité dans ce qui est écrit ci-dessus alors que la Gaule ne se situe pas au proche orient…

  13. Je l’ai échappé belle! Je ne risque pas de le lire…je n’ai jamais appris l’anglais! Dommage! Car j’aime bien me faire une opinion des choses moi même…
    Cordialement!

  14. moul: le réel problème est que la ligne électorale se reflète très – trop -souvent dans les articles de fonds de The Economist – sans parler des rubriques Bagehot, Charlemagne et surtout Lexington (cette dernière aurait pu être imprimée dans le National Review ou le Washington Times). les articles récents sur la crise financière font parfois penser à ce durent être les articles de la Pravda à la chute du mur de Berlin – de l’apologétique désespérée.

    Aïcha Q: à la bonne heure…

    too banal: je crois que Courrier International et Jeune Afrique publient régulièrement des articles traduits, de même que l’hebdo marocain Challenges.

    momo: pas vraiment, si on entend par laïcité la séparation très sélective, outragusement discriminatoire et passablement bombastique de l’église et de l’Etat que connaît la France. On peut considérer un Etat binational où la loi applicable aux individus serait toujours d’inspiration religieuse et où l’Etat financerait les institutions religieuses et reconnaîtrait les pratiques religieuses.Nier le facteur religieux en Palestine, dans un Etat binational plus particulièrement, tant chez musulmans, chrétiens ou juifs, me semble passablement décalé.

  15. @ IK,
    « management trainee » à 42 ans. Ca ne fait pas vieux pour un stagiaire. Quoi que par les temps qui courent on est appelé à changer de métier plusieurs fois dans sa vie.
    Bon courage :)

  16. trainee à 42 ans, ce n’est pas une trajectoire rapide…

  17. @ IK,
    Effectivement « trainee » à 42 ans on ne peut pas dire que c’est une trajectoire rapide. Mais dis moi dans ton COM, « trainee » que tu as écrit c’est en français ou en anglais ? Comme tu le sais la signification n’est pas la même d’une langue à l’autre ! :D
    J’ai pas pu m’en empêcher :D Bon, je sors de la classe et je reviens avec un mot d’excuse. Mais tu sais ton blog est très sélectif et pas n’importe comment ! Hier j’ai posté un com sur le contenu de ton billet mais apparemment il n’est pas passé alors qu’aujourd’hui je poste des coms déconneurs et ça passe. Comme dirait grand-père Yahya (Gad) « des fois ça passe des fois ça passe pas » :)

  18. Trainée à 42 ans? Il n’ya pas d’âge pour se recycler!

  19. Ibn kafka, je laisse de côté ton jugement assez expeditif pour un magazine qui, finalement, ne differe pas vraiment par ses orientations de ce qu’on peut lire dans la presse occidentale. Je veux réagir à ceci :

    « 3- Je suis effectivement contre l’existence d’un Etat juif en Palestine, et pour un Etat binational.
    [...]
    5- Si des juifs sur une terre qui est la leur veulent édifier un Etat religieux, be my guest, mais pas sur la terre palestinienne. »

    Voila bien un passage qui brille par son caractère résolument anticonformiste.

    Non sérieusement, il me semble que les arabes sont aujourd’hui un peu comme un espece de peuplade diverse sous une variété de régimes plus ou moins dictatoriaux n’ayant pas grand chose comme opposition crédible à manifester face à l’impérialisme quel qu’il soit, si ce n’est … l’islamisme radical.

    Oui, c’est certainement la solution : refusons tout net.
    Par ce que, n’est ce pas, ils ont besoin de notre accord pour continuer.

  20. Abbas: ton commentaire est particulièrement décousu – à te lire a contrario, il me faudrait accepter un Etat religieux juif en Palestine pour montrer que je ne fais pas partie d’une peuplade diverse sous un régime dictatorial refusant tout et faisant par là preuve de mon islamisme radical?

    Quant à l’anticonformisme, ce n’est qu’un conformisme comme les autres. Disons que ce n’est généralement pas un critère rationnel à mes yeux pour déterminer la justesse d’une réponse à une question sérieuse.

  21. @IK

    « Quant à l’anticonformisme, ce n’est qu’un conformisme comme les autres. » : celle là, il fallait la chercher !

  22. Tu m’as mal compris.

    Je veux dire qu’objectivement, aujourd’hui, ne pas accepter la réalité d’un état juif en Palestine, c’est ne tout simplement pas accepté la réalité.
    Quand je pense que -ne serait ce que- la création d’un Etat palestinien dans « les frontières de 1967″ ressemble de plus en plus à un voeu pieux, on peut tout aussi bien choisir de ne rien reconnaitre du tout.

    On est tous d’accord sur Israel, non ? Ensuite, il y a la réalité : un rapport de force à notre désavantage.

    Régimes dictatoriaux et islamisme radical ne sont que le resultat malheureux de l’histoire des arabes.
    Je suis triste de nous voir dans cet état. En un mot : arriérés.

    Aussi, je ne reproche rien à ta position. Je ne fais que constater son inanité.

  23. au fait, je ne te traite pas d’islamiste radical, loin de moi cette idée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 110 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :