Réveillon à Gaza

3145672644_288164d1c8

Via le blog de Mazen Kerbaj (traduction: "à Gaza, un garçon attend de pouvoir dormir").

La première victime de Gaza est morte de joie

29578_une-gaza-hamas-police

"Décès de Samuel Huntington, auteur du célèbre "Choc des civilisations"

? مين إرهابي

Her Jewish state

livni-her-jewish-state

Devoir de mémoire.

gallery2-9778

L’histoire retiendra peut-être malheureusement que ceux de Khartoum étaient dans le vrai, et ceux d’Oslo dans leur tort.

Etat de barbarie

pano013_454499a

617115

Le regretté chercheur français Michel Seurat, enlevé par des ravisseurs appartenant au Djihad islamique libanais (distinct du groupe palestinien du même nom) et mort faute de soins lors de son rapt, avait écrit une série d’articles lumineux sur la Syrie, recueillis sous le titre "L’Etat de barbarie" – l’adjectif lui avait inspiré notamment par la sauvage répression, par le pouvoir baathiste et plus particulièrement les milices de Refaat El Assad – qui allait plus tard être écarté par son frère Hafez El Assad – de la révolte islamiste à Hama en 1982. Ses travaux soulignaient le caractère communautaire, quasi-tribal ou clanique, du pouvoir baathiste syrien.

275livni_ap

Il serait plus que pertinent et opportun de remettre à l’honneur ces travaux, et les mettre à jour par l’étude de cet autre terrorisme d’Etat, cet autre tribalisme étatique, qui manifeste dans ses actions un terrorisme intrinsèque à son histoire et à son idéologie. Il faut chercher assez loin pour trouver un exemple d’Etat bombardant une agglomération dans un territoire dont il est légalement le responsable – enfin, loin n’est pas le terme approprié puisque le Soudan et la Tchétchénie ne sont pas si loin que ça de  Gaza.

Les grandes douleurs étant muettes, il faut croire que ce qui tient lieu de dirigeants aux pays arabes est traversé de douleurs d’une ampleur inégalée.

Tzipi Livni serrant la main au ministre des affaires étrangères d'un pays ami

Tzipi Livni serrant la main au ministre des affaires étrangères d'un pays ami

268714-2

248livni_mubarakreuters

02200720israeil20fm_new1

21901

c16n1

"Nice little dress you've got there, sheikh Hamad"

"Nice little dress you've got there, sheikh Hamad"

2007_20_19_meeting1_6001

La bande des quatre...

La bande des quatre...

abbasolmert

"Mr Abbas, Tzipi here will help you get rid of Hamas"

"Mr Abbas, Tzipi here will help you get rid of Hamas"

"Mr Talabani, when I'm through with Gaza, it'll be a pleasure to give you a hand in Sadr City"

"Mr Talabani, when I'm through with Gaza, it'll be a pleasure to give you a hand in Sadr City"

Mais ce serait injuste d’oublier les chefs d’Etat non arabes, également mobilisés dans le combat pour le droit d’Israël à exister:

MIDESAT-ISRAEL-PALESTINIAN-EU-LIVNI-SOLANA

BELGIUM-EU-ISRAEL-BARROSO-LIVNI

sarko-livni

britishprimeministergordonbrownvisitsfun2g9k3mwml

barackobamavisitsisrael-t_5ghbc30ll

Les nominations aux prix Douglas Feith et Thomas Friedman pour 2008 sont ouvertes

Les nominations pour l’année 2008 pour les deux prix distincts que sont le prix Douglas Feith et le prix Thomas Friedman sont ouvertes à tous les lecteurs de ce blog, jusqu’au 31 décembre à minuit. Le vote final pour désigner un vainqueur dans chaque catégorie sera ouvert à compter du 1er janvier. Ceux qui souhaitent proposer d’autres candidats que ceux indiqués ci-dessous peuvent soumettre leurs propositions dans les commentaires de ce billet.

Le prix Douglas Feith est décerné en l’honneur de Douglas Feith, ex-under secretary for defense et néo-con patenté. L’ex-commandant en chef des troupes d’occupation étatsuniennes en Irak, le général Tommy Franks, l’avait décrit comme "the fucking stupidest guy on earth". Il est bien évidemment entendu que les nominés peuvent être d’autres persuasions politiques, et que la consécration finale est ouverte à tou-te-s sans distinction de sexe, d’ethnie, de nationalité, de religion, d’orientation sexuelle, d’origine sociale ou d’opinions politiques, pourvu que le candidat/la candidate soit dans la lignée de l’appréciation portée par Tommy Franks.

Le prix Thomas Friedman est quant à lui décerné à un journaliste, chroniqueur ou éditorialiste dont les écrits ou propos s’inscrivent dans la lignée du chroniqueur étatsunien Thomas Friedman, qui sévit au New York Times. Un style boursouflé, des platitudes, des stéréotypes, des erreurs à profusion, des poncifs et des raisonnements approximatifs, voire une bonne pincée de mauvaise foi, chaque lecteur, téléspectateur ou auditeur pourra en relever. Ce qui sera primé ici sera la constance dans l’effort et le talent déployé à atteindre les sommets friedmanesques. Là aussi, il est bien évidemment entendu que les nominés peuvent être d’autres sensibilités politiques ou supports médiatiques, et que la consécration finale est ouverte à tou-te-s sans distinction de sexe, d’ethnie, de nationalité, de religion, d’orientation sexuelle, d’origine sociale ou d’opinions politiques, pourvu que le candidat/la candidate soit dans la lignée de l’oeuvre friedmanesque.

Trois conditions à chaque nomination:

1- Elle doit être fondée sur un écrit ou une déclaration faits durant l’année 2008, de préférence avec un lien ou une référence;

2- Le prix Doug Feith est réservé aux non-journalistes, tandis que le prix Thomas Friedman est réservé aux journalistes voire exceptionnellement à des organes de presse écrite ou audiovisuelle.

3- Les bloggeurs et commentateurs de blogs sont exclus de ces deux compétitions, à grand regret car il y là un gisement de talents inépuisable.

Mes nominés pour le prix Douglas Feith, avec mes regrets pour Rachida Dati, méritoire par la constance de son incompétence et par la carence de son bon sens, mais qui n’a pas réussi à mettre à son palmarès des pics de performance qui lui assureraient une place sur le podium:

1- Abbas El Fassi, premier ministre marocain. Il est presque hors concours. Il mériterait le prix pour l’ensemble de son oeuvre mais encore plus pour son entretien déjà mythique avec Jeune Afrique il y a quelques mois.

2- Salaheddine Mezouar, ministre des finances marocain. Il a raté le prix Nobel d’économie, mais ses déclarations sur la chute de la bourse de Casablanca, dût aux repas de rupture du jeûne resteront dans les annales.

3- John Mc Cain. Il a déclaré en septembre que les fondamentaux de l’économie étatsunienne étaient bons. Sans commentaire.

Mes nominés pour le prix Thomas Friedman:

1- Nadia Salah, rédactrice en chef de L’Economiste: un peu comme pour Abbas El Fassi, c’est le couronnement d’une oeuvre de longue haleine, avec des pics de performance qui forcent l’admiration. C’est aussi un peu injuste: c’est toute l’équipe éditoriale de L’Economiste qui devrait être primée.

2- Khalil Hachmi Idrissi, éditorialiste d’Aujourd’hui Le Maroc, pour la parfaite maîtrise des réalités constitutionnelles marocaines manifestée par le constat que "la famille royale est une famille comme toutes les familles marocaines".

3- Je me rends compte que la patrie des droits de l’homme est injustement absente de la liste des nominés.  S’agissant du domaine médiatique, c’est sans doute que la concurrence y est trop rude pour distinguer une seule individualité: entre les blocs-notes de BHL, les approximations du Monde, la haine raciale d’Ivan Rioufol dans Le Figaro, l’esprit partisan de Claude Askolovitch et l’insondable abîme de flagornerie qu’on retrouve régulièrement dans les pages des newsmagazines, difficile d’en distinguer un de peur d’en oublier. Mais il faut cependant garder une mention spéciale pour Charlie Hebdo, l’organe de propagande islamophobe de Philippe Val, le plus célèbre lecteur de Spinoza de France. Si les éditoriaux du maître des lieux sont d’une bêtise difficilement égalable, l’incohérence de ses propos en fait un orfèvre de la mauvaise foi journalistique. Mais me rendant compte que ces deux listes de nominés comptent aucune femme, Rachida Dati ayant été recalée in extremis, je me dois de proposer le nom de soeur Caroline Fourest, papesse du clergé laïcard, qui aime les caricatures lorsqu’elles visent le prophète Mohamed mais semble plus circonspecte quand elles visent Philippe Val.

A vous de jouer.

Rapport de Human Rights Watch sur le Sahara

C’est ici, ça fait 216 pages (dont 60 d’annexes – et notamment un "jugement" rendu par un "tribunal" du Polisario à Tindouf concernant l’affranchissement d’un esclave, cf. pp. 210-211) et ça couvre tant le Sahara marocain que les camps de Tindouf. Je n’ai lu que le résumé en français pour l’instant: rien de bien révolutionnaire. Des violations des droits de l’homme ont, quelle surprise, lieu au Sahara, le gouvernement marocain avançant pour sa défense qu’il n’y a pas plus de violations des droits de l’homme au Sahara que dans le reste du territoire marocain, un argument – comment dire – assez réaliste, même s’il étonne dans la bouche d’un gouvernement: "vous battez votre femme?" "oh, vous savez, pas beaucoup plus que mes enfants"… HRW n’est pas convaincue par cette explication, mais ne la rejette pas catégoriquement non plus.

Ce qui est étonnant, à moins que cela m’ai échappé, c’est à quel point HRW évoque les violations des droits de l’homme qui ont lieu à Tindouf, en Algérie et sous contrôle du Polisario, etde quelle manière très ferme HRW souligne la responsabilité du gouvernement algérien pour ce qui se passe à Tindouf.

Le conflit du Sahara est un conflit qui ne connaît guère plus, depuis la finalisation du mur, de victoires ou de défaites éclatantes, y compris sur le plan diplomatique. La démission d’un fonctionnaire de l’ONU ou le changement de position du Malawi ou du Burundi font figure de victoires retentissantes. Dans ce contexte, le fait que les violations des droits de l’homme dans les camps du Polisario soient présentés, par une ONG aussi crédible et reconnue que HRW, de manière équivalente à celles qui sont imputées aux autorités marocaines peut être considéré comme une demie-victoire – le gouvernement marocain est un habitué aux chapeaux noirs des méchants des films de western dans les rapports des ONG étrangères, il a désormais le plaisir de porter un chapeau gris, ou plutôt de voir le Polisario chercher en vain son chapeau blanc, envolé dans les dunes de Tindouf.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 109 autres abonnés

%d bloggers like this: