« What good has it done the Palestinians to recognise you? »

Sur Al Jazeera, un ancien ambassadeur israëlien à Washington, Zalman Shoval (Likoud), s’est fait reprendre en pleine volée par un professeur de sciences politiques irakien, Saad Naji Jawad, alors qu’il répétait le mensonge le plus courant dans la bouche des talking heads israëliens et pro-israëliens: « Hamas ne reconnaît pas Israël« . On sait que c’est faux: pas plus tard qu’en novembre 2008, Ismaïl Haniyeh a accepté le principe d’une reconnaissance d’Israël, de même que Khaled Meshaal à plusieurs reprises et dernièrement dans un entretien accordé à Alain Gresh du Monde diplomatique, et il a longtemps été clair que la question de la reconnaissance d’Israël – dans la perspective du Hamas -était d’ordre politique et tactique, pas idéologique, alors qu’Israël aurait tendance à instrumentaliser la question afin de justifier son refus de toute négociation et concession.

La réplique de Saad Naji Jawad était tout aussi fulgurante que parfaitement logique: « what good has it done the Palestinians to recognise you? » – « qu’est-ce que ça leur a rapporté que de vous reconnaître, aux Palestiniens?« . Si Mohamed Dahlan a peut-être tiré personnellement profit de cette reconnaissance, il est indéniable que du point de vue du peuple palestinien, et de la création d’un Etat palestinien, cette reconnaissance d’Israël matérialisée par le calamiteux processus d’Oslo a été désastreuse – la reconnaissance d’Israël doit faire partie de l’issue finale des négociations, pas des préalables. Abandonnant sa meilleure carte avant le début des négociations sur le fond, sur l’étendue et les modalités d’un Etat palestinien, le Fatah n’a pu que subir la poursuite de la colonisation et des tueries israëliennes.

Cette question devrait hanter les nuits et les jours d’Abou Mazen, après avoir rongé ceux de Yassir Arafat.

About these ads

5 Réponses

  1. Côté négociations nous avons encore des choses à apprendre…

  2. C’est un peu comme ceux qui veulent que l’Iran arrête ses activités nucléaires avant les négociations.

  3. @Une marocaine: T’es palestinienne ?

  4. Le processus d’Oslo a voulu permettre de commencer par de « petites » choses pour établir une certaine confiance avant de passer aux grandes questions. L’approche avait sa logique.

    Cette fois-ci comme dit le proverbe marocain: « men llewwel yemoute l’mouche ». Il faut clairement parler de l’État palestinien, des lieux saints et donc de Jérusalem et les réfugiés.

    Malheureusement il va falloir maintenant commencer par des négociations intra-palestiniennes avant de passer aux négociations avec les « autres ». Et ca complique les choses !

  5. @ Reda : de coeur oui.
    Cette phrase n’est pas valable que pour les palestiniens d’où le « nous ». A titre d’exemple y a qu’avoir comment l’affaire du Sahara est gérée par le Maroc. Je ferme la parenthèse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 110 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :