Un ancien diplomate étatsunien à Gaza confirme: les Etats-Unis ont financé et armé le Fatah contre le Hamas

abbasandbush
Norman H. Olsen, ancien diplomate étatsunien en poste à Gaza, confirme ce que l’on savait déjà:

Hamas never called for the elections that put them in power. That was the brainstorm of Secretary Rice and her staff, who had apparently decided they could steer Palestinians into supporting the more-compliant Mahmoud Abbas (the current president of the Palestinian authority) and his Fatah Party through a marketing campaign that was to counter Hamas’s growing popularity – all while ignoring continued Israeli settlement construction, land confiscation, and cantonization of the West Bank.

State Department staffers helped finance and supervise the Fatah campaign, down to the choice of backdrop color for the podium where Mr. Abbas was to proclaim victory. An adviser working for the United States Agency for International Development (USAID) explained to incredulous staffers at the Embassy in Tel Aviv how he would finance and direct elements of the campaign, leaving no US fingerprints. USAID teams, meanwhile, struggled to implement projects for which Abbas could claim credit. Once the covert political program cemented Fatah in place, the militia Washington was building for Fatah warlord-wannabee Mohammed Dahlan would destroy Hamas militarily.

Malheureusement pour les Etats-Unis, Israël et leurs alliés arabes, les électeurs palestiniens en ont voulu autrement:

Their collective confidence was unbounded. But the Palestinians didn’t get the memo. Rice was reportedly blindsided when she heard the news of Hamas’s victory during her 5 a.m. treadmill workout. But that did not prevent a swift response.

She immediately insisted that the Quartet (the US, European Union, United Nations, and Russia) ban all contact with Hamas and support Israel’s economic blockade of Gaza. The results of her request were mixed, but Palestinian suffering manifestly intensified. The isolation was supposed to turn angry Palestinians against an ineffective Hamas. As if such blockades had not been tried before.

Simultaneously, the US military team expanded its efforts to build the Mohammed Dahlan-led militia. President Bush considered Dahlan "our guy." But Dahlan’s thugs moved too soon. They roamed Gaza, demanding protection money from businesses and individuals, erecting checkpoints to extort bribes, terrorizing Dahlan’s opponents within Fatah, and attacking Hamas members.

Finally, in mid-2007, faced with increasing chaos and the widely known implementation of a US-backed militia, Hamas – the lawfully elected government – struck first. They routed the Fatah gangs, securing control of the entire Gaza Strip, and established civil order.

Its efforts stymied, the US has for more than a year inflexibly backed Israel’s embargo of Gaza and its collective punishment of the Strip’s 1.5 million residents. The recent six-month cease-fire saw a near cessation of rocket fire into Israel and calm along the border, yet the economic siege was further tightened.

Conclusion:

Our "good," US-supported Palestinians did not vanquish the "bad" Palestinians any more than Washington’s Lebanese clients turned on Hezbollah, despite the suffering and death of the 2006 war with Israel. Abbas sits emasculated in Ramallah. The Israelis continue to build settlements while blaming Iran for their troubles, as though the Palestinians have no grievances of their own. And we are further than ever from peace.

Ses recommandations à Obama:

That’s why President-elect Obama must reconsider his plan to appoint a traditional Washington-based Middle East envoy, reportedly former envoy Dennis Ross, and instead pursue a course that signals change. He should:

Declare his determination to pursue from his first day in office, not the final six months, full peace between Israel and all its neighbors. Only by doing so can he win support among Israelis, Palestinians, the Congress, and the international partners we’ll need to support this historic effort.

Name an outstanding peace envoy to be resident full time in the region with authority over our missions in Tel Aviv and Jerusalem. He or she must have the presidential backing and stamina to withstand the pressures and pitfalls of a comprehensive peace process over the long haul. In addition, this envoy must have authority over all US interactions with the Palestinians and Israelis and later, with other parties, reporting directly to the president in collaboration with the National Security Adviser and secretary of State. Assisted with staff comprising the US government’s foremost experts, this envoy would be the single US voice on this issue.

Empower the envoy to engage with all parties to the conflict, regardless of current prohibitions, on all issues, overturning long-established policy.

Fund a political and economic development process second only to those in Iraq and Afghanistan.

Sur le soutien étatsunien au Fatah et surtout à Mohamed Dahlan, l’Oufkir palestinien, voir l’article-révélation de Vanity Fair d’avril 2008.

About these ads

23 Réponses

  1. Mohamed Dahlan, l’Oufkir palestinien ? et quid de Said Siyam ? enfin disons qu’ils s’occupaient des affaires intérieures sécuritaires palestiniennes…

  2. Momo: Je ne connais pas bien le personnage de Saïd Siyam, je ne sais donc pas trop à qui le comparer. S’agissant de Dahlan, le personnage est connu. Ce que j’ai pu lire sur lui donne l’image d’un mafioso, à la solde de l’étranger, et qui aime mettre la main à la pâte; les déclarations, off ou on, de responsables sécuritaires israëlo-étatsuniens en parlent comme un des leurs. Oufkir, collabo, agent du SDECE, informateur d’autres services, Mossad & CIA, et qui aimait aussi mettre la main à la pâte, me semble avoir le même profil de soudard supplétif.

  3. A toutes fins utiles :

    http://www.planetenonviolence.org/Palestine-Qui-est-Mohammed-Dahlan-_a1267.html

  4. Cet article sent le tendancieux et me parait verser sournoisement à la faveur d’une approche islamiste du problème palestinien, j’espère que je me trompe…

  5. Bon Ok c’est bien tout ça mais qu’est ce qu’on peut faire …

    Tiens toi qui est juriste, y a t’il un moyen pour que des citoyens lambda portent plainte pour crime contre l’humanité ou devons nous attendre que les enc. qui gouvernent le monde arabe le fassent … à reculons ?

  6. Farid: Attends un peu…

  7. @ alibaba & IK

    il faut garder à l’esprit que l’agression contre Gaza c’est d’abord et avant tout un réglement de compte qui réunit israel, Fattah, certains pouvoirs arabes impliqués historiquement dans le déroulement des tractations et de la politique autour de ce conflit. car nous sommes face à un problème interne palestinien, qui a degéneré entre Fattah et Hamas et donné aux israeliens une sorte de "légitimité" et franc feu vert de la part du fattah et de ces gouvernements arabes, pour passer à l’action militaire.

    Israel n’aurait à mon avis jamais tenté une pareille aventure sans le feu vert de régimes arabes et leur benediction, sinon leur insistance pour que le Hamas soit exclut du jeu politique.

    Al jazeera rapportait déjà de 18 décembre quelques jours avant l’agression, une info du journal maariv israelien, qu’israel a reçu des demandes des gouvernements arabes pour raser le hamas de Gaza; en voici un lien daté ; http://www.aljazeera.net/NR/exeres/AEC35BB3-9C88-4CDA-A4C6-853BEE88F95D.htm

    parler de Dahlan, des dernieres années d’arafat et de la situation politique en la palestine, permet d’identifier sur le terrain une double lutte politique, et une expérience unique qui réunit deux expériences contradictoires se déroulant en même temps ; 1 – la lutte contre la colonisation. 2 – la lutte pour le pouvoir et les idées dans un projet d’état indépendant qu’est la Palestine !

    il n’est donc pas surprenant de voir en un Dahlan un oufkir ou plus récemment un futur basri qui est un pur produit d’un régime arabe redevable aux occidentaux ou a israel de sa légitimité. comme il n’est pas surprenant de voir en le Hamas, une espèce de mouvance nationaliste qui prône la résistance contre l’occupant et le régime ‘factice’ imposé aux palestiniens.

    il n’est pas surprenant non plus, que Dahlan ait recours au méthodes classiques et brutales des régimes arabes post indépendances, qui ont servi à imposer le régime et lui donner une légitimité nationaliste historique et incontestable.

    le Hamas étant aux yeux des nombreux régimes arabes un cancer islamiste dont il faut se débarrasser au plus vite, ces derniers n’ont pas hésité un instant afin d’utiliser israel pour qu’elle prenne part à ce réglement politique brutal contre le Hamas. Israel ne pouvait que saisir cette belle opportunité. le résultat est on ne peut plus cruel, car ce que les régimes arabes n’ont pas prévu, c’est que l’opération se déroule sous les objectifs des caméras d’al jazeera, et de toutes les ONG qui défendent les droits de l’homme, au point que ces mêmes régimes arabes sont aujourd’hui à se lamenter sur ce choix hasardeux qui est susceptible de les mener eux mêmes à leur perte face à une opinion arabe qui leur est fondamentalement opposée.

    il n’empêche que les palestiniens ne sont pas sorti de l’auberge pour autant, car devant mener de front une résistance à l’occupation et une lutte pour la démocratie, il ne peuvent que mettre la totalité de la facture sur le dos d’israel et de ses alliés arabes et espérer qu’un jour ils puissent avoir les leaders capables de les tirer de là !

    comme disait IK sur un autre post, la palestine n’a pas de Nelson Mandela, et les israeliens n’ont pas de "métropole" pour se retirer. Dans un contexte pareil, il faut croire que nous assistons à une double tragédie qui n’est pas prête de se terminer bientôt.

  8. http://www.legrandsoir.info/spip.php?article7857

    Urgent : 300 ONG et associations vont saisir la Cour Pénale Internationale
    DIVERS
    Environ 300 ONG et associations vont saisir le Procureur près la Cour Pénale Internationale, pour qu’une enquête soit ouverte à propos des crimes de guerre commis par Israël à Gaza. Votre soutien est indispensable. Signez et faites circuler cette « pétition universelle ». C’est urgent.

    Pétition universelle
    A Monsieur le Procureur près de la Cour Pénale Internationale (CPI)
    Le droit est la marque de la civilisation humaine. Chaque progrès de l’humanité est allé de pair avec le renforcement du droit. Le défi que nous lance l’agression d’Israël sur Gaza est d’affirmer, au cœur de ces souffrances, qu’à la violence doit répondre la justice.

    Crimes de guerre ? Seuls les tribunaux peuvent condamner. Mais nous devons tous témoigner car un être humain n’existe que dans son rapport aux autres. Les circonstances donnent toute sa dimension à l’article 1er de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1949 « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droit. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité ».

    La protection des peuples, et non pas celle des Etats, est la raison d’être de la CPI. Un peuple sans Etat est le plus menacé de tous, et, devant l’histoire il se trouve placé sous la protection des instances internationales. Le peuple le plus vulnérable doit être le plus protégé. En tuant les civils palestiniens, les chars israéliens font saigner l’humanité. Nous avons milité pour que le pouvoir du Procureur général soit au service de toutes les victimes, et cette compétence doit permettre d’adresser au monde entier un message d’espoir, celui de la construction d’un droit international fondé sur le droit des personnes. Et ensemble, un jour, nous pourrons rendre hommage au peuple palestinien pour tout ce qu’il a apporté dans la défense des libertés humaines.

    Retournez votre signature : achrhm@noos.fr Objet : « Pétition »

  9. MG: votre perspicacité en la matière mérite d’être applaudie. Vanity Fair, le Christian Science Monitor et les diplomates étatsuniens en retraite sont en effet des relais bien connus des Frères musulmans. D’ailleurs, je tiens également à louer votre sagacité: la question palestinienne est une question opposant tenants de la laïcité et opposants de la séparation de l’Eglise et de l’Etat, et non pas une question coloniale/nationale, comme une insidieuse propagande islamiste tente de le faire accroire.

  10. Ibn Kafka,

    Meme notre Mansouri national et notre vénéré Hamouchi auront toujours les mains sales une fois qu’il auront quitté leurs postes actuels : Jamais un responsable des affaires sécuritaires interieures ou extérieures n’a jamais fait son travail en respectant la loi ou en n’empactisant pas avec les services de l’ennemi…

    Quant au passif de Dahlan, tout le monde le connait et cela meme en temps en réél sans reférer à Google ou un autre moteur de recherche. Alors Siyam (persécution contre les membres du Fatah -corrompus ou innocents-) ou Dahlan ? ils sont tous dans le meme panier…

  11. momo: question d’appréciation visiblement, s’agissant notamment de ton assertion selon laquelle tout sécuritaire pactise avec l’ennemi., qui me semble infondée.

  12. Il est des fois où les intérets des uns et des autres convergent…

    Les services secrets en général n’obeissent à aucune régle déontologique ou juridique et peuvent rester en contact durant meme une guerre ou des accroches militaires (Cf. les rapports des services Marocains et des Algériens – "Le dernier Roi, Crépuscule d’une dynastie" où il est relaté que Basri rencontrait des responsables sécuritaires algériens dans des boites parisiennes).

  13. Être en contact, certes, ça fait partie de la job description, mais pactiser veut dire autre chose.

  14. pour rester objectif, on peut pas prétendre non plus que le Hamas se compare à un parti d’opposition d’extrême gauche, ou même une faction rebelle armée sur le modèle des oppositions armées africaines.

    le Hamas est plus comparable à l’IRA ou au mouvement basque dans le sens que c’est un parti qui se définit lui même comme une résistance armée contre l’occupation et le régime dominant…

    le seul hic, est qu’ils soient musulmans ! donc facilement assimilables à al quaida, ou "pire" selon les régimes arabes "sunnites" qui dans leur calculs inspirés par les USA et israel, veulent lui coller le status de branche armée du Hezbollah et de l’iran en palestine.

    il est clair que le citoyen palestinien lambda est le dernier à avoir son mot à dire… à moins qu’il ne pète les plombs et rejoigne volontairement l’un ou l’autre des camps, avec le doute et l’ironie en plus… ceux de se sentir qq part un peu traitre, et surtout trahi !

    aujourd’hui, je ne sais pas s’il faut croire que la question palestinienne ne connaîtra son dénouement en fin de compte que lorsque ce sont les occidentaux qui ont crée israel..qui se décideront eux même à trancher sur cette question !

  15. @ IK

    Etant très peu sensible au type de compliments que vous me faites, je vous remercie de les garder pour vous au cas ou il vous arrivera un jour de les utiliser de façon cohérente. Ceci dit, je continuerai à satisfaire ma curiosité en lisant vos fines investigations révélatrices de vérités cachées; comprendre par exemple comment réussir un coups d’état, faire sécession dans un territoire occupé tout en faisant gagner une guerre génocidaire à son ennemi ! Ou encore comment les frères musulmans qui n’ont de lien qu’avec leur charte éschatologique, pouvaient tisser des liens avec des retraités diplomates étasuniens pour voir comment on peut améliorer la charte des droits de l’Homme. Enfin bref, sauf sacrilège, chacun est libre de penser et d’écrire comme il lui sied.

  16. Soit !

  17. J’adore ces commentateurs critiques si sensibles aux commentaires critiques de leurs propres commentaires. Vous devriez former un club.

  18. Un club Kafkaien.

  19. Ou un cercle des poètes farfelus.

  20. Je connais quand mêmes quelques rares juristes qui apprécient la poésie.

  21. Poésie, oui, surréalisme, pas forcément, et puis d’ailleurs Kafka était juriste.

  22. Le surréalisme est un mouvement qui concerne tous les courants littéraires et artistiques, Kafka est philosophe doublé d’un juriste méconnu !

  23. A lire et noter :

    http://www.amnesty.org/fr/library/asset/MDE21/002/2009/fr/77b0c833-f9d4-11dd-b1b0-c961f7df9c35/mde210022009fra.html

    Alors que les bombes du Tsahal assassinaient des innocents civils palestiniens, le Hamas s’occupait de son vrai ennemi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 110 autres abonnés

%d bloggers like this: