Pendant que le Maroc fait du zèle anti-iranien…

0217fec5d43c51128538f55d9befb3ac

Larbi l’a relevé, la diplomatie marocaine semble désormais plus zélée à accourir au secours d’Israël et de Bahraïn que de sa propre intégrité territoriale, le tout dans une incohérence assez prononcée. La récente mini-crise entre l’Iran et Bahreïn a fait suite aux déclarations certes inacceptables d’un officiel iranien – Ali Akbar Natiq Nouri, connu au Maroc, ex-président du parlement iranien et conseiller du Guide suprême,  l’ayatollah Ali Khameneï – selon lesquelles Bahraïn serait la quatorzième province iranienne – précisons que si la dynastie régnante de Bahraïn est sunnite, la majorité de Bahraïnis est chiite. Tous les pays arabes ou presque ont fort justement réagi à cette déclaration, indéniablement provocatrice comme l’a souligne Abdelbari el Atwan, le célèbre rédacteur en chef d’Al Qods al Arabi.

La crise semble passagère, l’Iran officiel s’étant démarqué des propos de Natiq Nouri: Ahmedinejad a adressé un courrier personnel à l’émir bahraïni Hamad bin Isa al-Khalifa, le ministre de l’intérieur iranien a réitéré les assurances de Téhéran quant à l’importance de bonnes relations avec Bahraïn (tout en rappelant l’existence d’un litige frontalier avec les Emirats arabes unis au sujet de trois îles dans le Golfe occupées par l’Iran en 1971, sous le Shah), le ministre des affaires étrangères iranien, Manouchehr Mottaki, a rencontré son homologue bahraïni Sheikh Khaled bin Ahmed Al-Khalifa pour insister sur la nécessité d’améliorer les rapports bilatéraux, Ali Larijani – secrétaire du Conseil national de sécurité iranien – a qualifié la déclaration de son compatriote d’irresponsable,et enfin Mahmoud Ahmedinejad lui-même a assuré le ministre des affaires étrangères bahraïni de la volonté de Téhéran d’améliorer les relations bilatérales, qualifiées d’amicales et fraternelles. Une conférence de presse commune a été tenue à cette occasion à Téhéran, avec déclarations lénifiantes en abondance – les deux ministres des affaires étrangères ont déclaré l’affaire close.

Mais elle ne l’est pas encore pour le Maroc: le Maroc a sorti l’artillerie lourde – message personnel du Roi à l’émir du Bahraïn, exprimant la solidarité absolue du Maroc avec Bahraïn, convocation de l’ambassadeur marocain à Téhéran par le ministre iranien des affaires étranngères, puis convocation logique au MAEC de l’ambassadeur iranien à Rabat – mais après, c’est l’escalade – l’ambassadeur marocain en Iran a été rappelé à Rabat pour consultations, le 25 février, le jour même où le ministre bahraïni des affaires étrangères Sheikh Khaled bin Ahmad al-Khalifa et l’émir de Bahraïn parlaient tous deux d’un renforcement des relations avec l’Iran…

Sur le fond, le Maroc a absolument raison d’être intraitable sur le principe de l’intégrité territoriale, pour des raisons tellement évidentes qu’il est inutile de s’y attarder. Mais sa manière de manifester son attachement à ce principe est particulièrement maladroite dans son suivisme.

Alors que Bahraïn et Iran ont surmonté le cap et que les missions et visites de haut niveau se multiplient entre les deux pays – il est vrai que Bahraïn dépend grandement du gaz naturel iranien – le Maroc, plus chiite que l’ayatollah Khomeiny, se retrouve avec une relation déteriorée avec l’Iran, pays qui émerge de plus en plus comme étant le pivot du Golfe au même titre que l’Arabie séoudite. Ca n’a rien d’un hasard: on se rappelle le « complot sioniste-khomeiniste » dénoncé par feu Hassan II au lendemain des émeutes de 1984, le glacis instauré par Téhéran qui reprochait au Maroc d’avoir accueilli le Shah lors de son périple d’exil, et qui en rétorsion décida de reconnaître le Polisario, et le soutien marocain – comme de tous les pays arabes sauf la Syrie – à l’Irak dans sa guerre d’agression contre l’Iran. La mort de Khomeiny allait notablement améliorer les relations: s’il ne semble pas possible de savoir si l’Iran est revenu sur sa reconnaissance du Polisario, les visites de haut niveau se sont succédées entre les deux pays, déjà dans les années 90. Mais la dépendance marocaine vis-à-vis des Etats-Unis et de l’Arabie séoudite d’une part, et l’exacerbation de la rhétorique anti-iranienne à Washington, Tel Aviv et Riyad d’autre part, ont amené le Maroc à durcir son approche.

On notera que cette tentative maladroite étatsuno-israëlo-séoudienne de mobiliser l’opinion sunnite arabe contre les chiites en général et l’Iran et le Hezbollah en particulier est un fiasco spectaculaire – à preuve un récent sondage de WorldPublicOpinion.org, portant notamment sur la position de l’opinion au sein de plusieurs pays musulmans au sujet de la présence de bases militaires étatsuniennes dans le Golfe persique, dont le but déclaré serait bien évidemment de « protéger » les pays de la région contre la prétendue menace iranienne:

Asked specifically about the US naval forces based in the Persian Gulf, there is widespread opposition across the Muslim world, though it is strongest in the Middle East. Eight Muslim publics were asked « Overall, do you think having US naval forces based in the Persian Gulf is a good idea or a bad idea? » On average, 66 percent said it was a bad idea; only 13 percent called it a good idea. Opposition was largest in Egypt (91%) and among the Palestinians (90%), followed by Turkey (77%), Jordan (76%), Azerbaijan (66%), and Indonesia (56%). In Pakistan opposition was lower (a 45% plurality) but only 1 percent said it was a good idea; a remarkably high 54 percent did not provide an answer. Nigerian Muslims were the only public with a positive view—54 percent said US forces in the Persian Gulf are a good idea and 31 percent a bad idea.

On se rappelle aussi l’invraisemblable tentative du ministre de l’intérieur, Chakib Benmoussa, d’impliquer le Hezbollah – et donc l’Iran dans l’esprit de ceux qui sont sensibles à la rhétorique anti-iranienne – dans la toute aussi invraisemblable affaire du réseau Belliraj (c’est pas tant Belliraj lui-même, qui ne semble pas être une enfant de choeur, que la partie politique du réseau qui est invraisemblable), et la mise en cause de personnes du fait de leur conversion au chiisme (« Certains membres d’Al Badil Al Hadari avaient une certaine proximité avec le mouvement chiite« ). On se rappelle la réunion l’automne dernier à Sharm el Sheikh où des pays arabes dits « modérés » (c’est-à-dire alliés ou dépendants des Etats-Unis) auraient tenu un discours belliqueux vis-à-vis de l’Iran, quelques semaines avant la guerre sanguinaire d’Israël contre Gaza – le Maroc était représenté à cette réunion, de même que Bahraïn. On peut également relever la propagande sécuritaire (voir également ici) sur les conversions au chiisme au Maroc, percues comme un risque sécuritaire.

Comme avec l’affaire du rappel de l’ambassadeur marocain au Vénézuela, officiellement motivé par le soutien accordé au Polisario par Caracas mais en réalité probablement conçu comme un geste supplémentaire d’allégeance perpétuelle aux Etats-Unis et à Israël (le Vénézuela venait de rompre ses relations diplomatiques avec Israël quelques jours auparavant), le Maroc fait preuve d’un zèle maladroit dans son suivisme – qui n’en est pas un, puisque le disciple va plus loin que le maître. Ainsi, jamais Bahraïn n’a rappelé son ambassadeur de Téhéran durant cette mini-crise. Ce n’est pas la première fois que la diplomatie marocaine fait montre de son insigne faiblesse: on se rappelle tous le vaudeville pignonesque du rappel de l’ambassadeur marocain à Dakar suite aux déclarations d’un leader d’un parti d’opposition – de manière cruelle, le ministère des affaires étrangères sénégalais rappela dans un communiqué que l’ambassadeur du Maroc à Dakar n’était pas accrédité auprès de l’opposition sénégalaise mais auprès du gouvernement sénégalais…

Pendant ce temps, les grandes personnes parlent et agissent. On lit ainsi que la Syrie et l’Arabie séoudite enterreraient la hache de guerre, alors que la guerre du Liban en 2006 et celle de Gaza récemment n’ont fait que renforcer l’axe Téhéran/Damas/Doha face à l’axe Le Caire/Amman/Riyad. Le numéro 2 du Hezbollah, Naïm Kassem, a ainsi accordé un entretien au Figaro avec des déclarations intéressantes: 

Les États-Unis cherchent ouvertement à établir des liens avec la Syrie pour tenter de l’éloigner de l’Iran et affaiblir son soutien au Hamas ou au Hezbollah. Je crois que tout cela relève de l’illusion. Ce qui se passe sur la scène régionale met au contraire en lumière les succès enregistrés par cet axe du refus. Le rapprochement en cours entre l’Arabie saoudite et la Syrie en est un exemple. Ceux qui ont parié sur le projet américain dans la région sont contraints de revoir leur position.

J’espère que le MAEC est abonné au Figaro…

ADDENDUM: Ceci m’avait échappé:

La République islamique d’Iran et le Maroc entretiennent pourtant de bonnes relations. Sur le plan politique, l’Iran avait réaffirmé par le biais de Vahid Al Ahmadi, il y a quelques jours, le gel de ses relations avec le Polisario. Le pays des Ayatollahs est aussi l’un principaux importateurs de phosphates marocains.

De mieux en mieux!

PS: Un peu hors sujet, une analyse très juste de Naïm Kassem sur les guerres israëliennes de 2006 et 2008/2009:

Je ne crois pas que dans les circonstances actuelles Israël ait intérêt à une nouvelle guerre avec le Liban. L’offensive sur Gaza a montré que son armée n’a pas tiré les leçons de la guerre de 2006. Il reste incapable de transformer sa puissance militaire en succès politique.

Très juste: si militairement la « victoire » israëlienne à Gaza est sans discussion, le coût politique de cette victoire – qui fait penser aux victoires militaires françaises durant la guerre d’Algérie, indéniables mais sans effet sur le résultat final – est à ce jour négatif, le Hamas étant sorti politiquement renforcé de cette guerre d’agression.

About these ads

25 Réponses

  1. Excuse moi mon ami Ibn Kafka, je n’ai pas pu finir la lecture de ton billet, rien que le début me gerber
    Ce n’est pas la qualité de ton billet qui est mise en cause, mais cette diplomatie quasi inexistante qui veut construire une notoriété ailleurs…
    Et si elle s’occupait de Sebta et Melilia

  2. Je trouve ton analyse très subjective.

    T’as des problèmes avec le Maroc?

    Tu te crois plus malin qui les dirigeant d’un pays comme le Maroc?

    Pour tu portes des jugements, agressifs, sur la situation en utilisant des adjectifs comme « maladroite », que j’ai pas l’habitude de lire dans des journaux dignes de respect?

    Merci pour l’effort.

    Simon

  3. @Simon: « Tu te crois plus malin qui les dirigeant d’un pays comme le Maroc? »

    Si Kaf ne te réponds pas, c’est surement qu’il est plus modeste que ces (ce?) « dirigeant d’un pays comme le Maroc » dont tu parle.

    Le terme étant ambigu, Je ne sais pas si il est « plus malin » ou pas. Mais il fait en tout cas preuve de plus de consistance (ce qui n’est pas forcement un compliment vu ce avec quoi (ou qui) je le compare), d’ouverture d’esprit, d’acharnement au travail, etc.

    Et pour te retourner la question, « t’as des problèmes » avec ceux qui ont des problèmes avec le Maroc?

  4. Excellent post qui condense à peu près toutes les tares de ce ministère qui se débrouillerait mieux si on mettait aux postes de commandes des déséquilibrés mentaux…

    Simon : au cas où tu ne le saurais pas, Ibn Kafka est de nationalité marocaine, il n’a donc pas de problèmes avec le Maroc, mais avec sa politique extérieure néophyte, maladroite et vicieuse.

  5. Je me demande si le MAEC est devenu dans cette mini-crise plus Bahreïni que le Bahreïn. Certes, dénoncer ce qu’a dit le résponsable iranien et soutenir le Bahrein est normal, mais hausser le ton devant l’Iran pour cette histoire alors que cela ne concerne que les 2 pays…là je me pose des questions.

    Question: comme on entre dans le MAEC? avec des compétences ou bien….? Des bourdes comme ça, je me demande si on prend le Maroc au sérieux côté diplomatique.

  6. Je ne vois pas de zèle dan cette histoire.
    Le Maroc a soutenu le Bahrein en vertu de la charte de la ligue arabe.
    Les pays arabes du Golfe nous ont toujours aidés financièrement lorsque le Maroc en avait besoin. La moindre des choses que peut faire le Maroc est de manifester on soutien aux moments difficiles. C’est l’échange de bons procédés entre alliès.

    Pour ce qui est des déclarations de l’ambassadeur iranien au Maroc, sur le gèle des relations avec le polisario, à la même semaine, un autre ambassadeur iranien en Algérie déclare le contraire .

    Hossein Abdi Abyaneh, « Interrogé sur le Sahara Occidental, il réitère la position de Téhéran en disant que « nous avons reconnu la République démocratique sahraouie et nous restons sur cette position. On espère, d’après les résolutions des Nation unies, que les discussions entre le Maroc et le Front Polisario vont régler ce problème. »

    Alors, quel ambassadeur enturbanné croire ? celui d’Alger ou de Rabat ?
    Nous sommes habitués au principe de « Ta9iya » pratiqué dans la doctrine chiite. C’est-à-dire; caccher ses véritables intentions en recourant au mensonge pour arriver à son but.
    Bon bref !

  7. dans le même sens du billet et pour aller plus loin, est-ce que quelqu’un a une idée, liens , publications sur les personnes clés qui influence la politique étrangère marocaine, la mécanique de décision, les théoriciens et experts qui conseillent M6 …
    déjà moi je trouve ce fassi fehri null il me gonfle avec ses expressions de visages et ses crispations lors de ses interviews sans parler de son arabe fracassé …

  8. A al-Maghribi
    Vous écrivez et je vous cite
    « Les pays arabes du Golfe nous ont toujours aidés financièrement lorsque le Maroc en avait besoin.  »
    J’avoue que je n’ai pas bien compris le « nous » . Qui a profité de la manne des pétrodollars ? Sûrement pas les victimes des inondations du Gharb.

  9. L’illustration est très explicite !

    La diplomatie chérifienne ne s’est pas contentée de publier un communiqué banal en des termes courtois et pesés, comme ont fait et réagi les autres pays et particulièrement les pays limitrophes directement concernés par cette question. Non elle a frappé fort !

    Par cette réaction le Makhzen veut-il paraître royaliste plus que le roi ?

    En tout cas, il a été au-delà des normes et des usages diplomatiques employés pour des affaires et des cas similaires. Il a utilisé un langage non-diplomatique avec des expressions excessives et des verbes provocateurs, en plus pour une affaire qui ne le concerne qu’accessoirement.

    Pourquoi on n’a pas entendu parler des autres pays qui ont condamné les propos de ce conseiller ? Et pourquoi ces pays ne se sont pas faits tirer les oreilles par l’Iran ?

    Parce qu’ils se sont faits plus modestes et plus discrets en adoptant un ton de basse intensité pour un petit malentendu et en corrélation avec leurs moyens et leur capacité sur la scène régionale et internationale !

    Bref, ils se sont comportés en vrais diplomates !

    Par contre, la diplomatie chérifienne, elle, s’est faite remarquer comme un borrico blanco (ou si vous préférez una borrica blanca) qui braille en plein Jamaâ Lefna !

    Le Makhzen cherche-t-il une hypothétique reconnaissance ou une récompense, de la part de je ne sais qui, à travers cette attitude zélée ? Vraiment incompréhensible !

  10. al maghribi: chacun ses idées, mais je ne peux laisser passer le passage suivant, dont je suis étonné qu’il n’ait pas suscité de réactions – il est vrai qu’il ne s’agit pas de juifs ici.

    Je cite: « Nous sommes habitués au principe de “Ta9iya” pratiqué dans la doctrine chiite. C’est-à-dire; caccher ses véritables intentions en recourant au mensonge pour arriver à son but. »

    Ca veut dire, dans la logique de ton commentaire, que les ambassadeurs iraniens ne mentent pas ne racontent que ce qui plaît à leur interlocuteur non pas parce que c’est leur métier (je doute que les ambassadeurs d’Espagne ou des Etats-Unis à Rabat et à Alger tiennent un discours rigoureusement identique sur le Sahara, ou les ambassadeurs marocains en Syrie et aux Etas-Unis un discours identique sur l’Irak) mais parce qu’ils sont chiites et donc congénitalement menteurs en raison de l’existence du concept de taqiya. Par extension, en raison de l’existence du concept de djihad, tous les musulmans sont des terroristes, non? Comme tu dis, bon bref.

  11. Je dirais même plus, IK, c’est une manifestation d’un sectarisme très présent chez le sunnite lambda, qui se forme à partir de préjugés caricaturaux sur la doctrine chiite. Conséquence, on est indigné par l’islamophobie alors qu’on n’arrive même pas à se réconcilier entre sunnites et chiites…

  12. spy jones; ça na rien à voir avec le sunnite lambda, mais plutôt avec ceux qui véhiculent le discours de politique étrangère séoudp-israëlien…

  13. Cette réponse me donne l’occasion la seule critique que je puisse faire de tes analyses : c’est que tu oublies un peu trop l’Histoire (la médiévale surtout) et tout ce qui touche à la religion. J’ai l’impression qu’à te croire tout les problèmes du monde se rapporterait à la politique. Pour ma part, je pense que certes, les conflits actuels peuvent être en grande partie expliqués par la politique, mais les idées reçues en religion influent. Exemple : l’homme de la rue arabe soutiendra volontiers l’Iran face à l’Occident et glorifiera Nasrallah et le Hezbollah, il n’en traitera pas moins les chiites d’hérétiques, sur un plan strictement religieux.

  14. L’homme de la rue marocain sait à peine ce qu’est un chiite, du moins avant que médias officieux marocains/séoudiens lancent leur hasbara. Au Liban ou en Irak, c’est effectivement autre chose.

  15. @ Ibn Kafka

    Ce n’est ni les saudiens ni les israeliens ni les sunnites lambda ou non lambda qui ont inventé ce principe de « ta9iya ». Ce sont les chiites eux mêmes.
    Et c’est un principe universel que l’on trouve chez toutes les minorités opprimées qui doivent dissimuler leurs intentions ou leurs rites de peur d’être persécutées.

    Je ne vais pas rentrer dans un débat chiito-sunnite car ça ne m’interesse pas vraiment. Je ne suis pas religieux et je ne défend aucun camp sur des bases purement religieuses. Ce qui m »intéresse c’est la ta9ia politique. Il y a des comportements religieux qui déteignent sur le politique. L’ambassadeur iranien en Algérie n’avait pas un langage diplomatique. Il n’a pas eu recours à la langue du bois ou des formulations ambigües qui peuvent être interprétées de manière multiple et variables. Il a utilisé un langage clair et direct : « nous avons reconnu la République démocratique sahraouie et nous restons sur cette position. » Les responsables Algériens l’ont poussé à ôter le voile de la « taqia » et éteindre le système de codage esotérique pour parler le plus clairement possible. Il y avait des contrats à signer :-)

    Et comme toute transaction avec les algériens est conditionnée par la soumission au chantage concernant le sahara, l’ammbassadeur a éteint son système de taqia.

    Il se trouve que l’agressivité iranienne et le desir d’exportation de leur modèle dans le monde musulman, suscite des inquiétudes chez les voisins musulmans. Le Monde arabe voit d’un mauvais oeil l’implantation de mouvements chiites politico-militaires aussi bien au Liban, en Palestine occupée en Irak ; et dans certains pays du Golfe.
    L’es responsables iraniens ne sont pas des enfants de coeur. C’est un pays émerrgent qui aspire à retrouver sa place dans la région et bien au-delà de sa zone d’influence au temps du Chah.
    On peut legitimement, en tant qu’Arabes, avoir des inquiétudes sur cet expansionnisme perse rampant qui s’ingère dans les affaires des pays arabes.

    En plus, l’iran n’est pas vraiment un modèle de bonnes gouvernance (lapidation, exécutions en public de personnes qui ne rentrent pas dans l’éthique définie par la ligne officielle, persécution de sunnites etc…) Tu vas me rétorquer que ca ne diffère pas des pratiques retrogrades des Wahabites. Certes ! Mais changer un totalitarisme avec un autre !
    On voit bien leur stratégie en Irak et comment ils ont avancé leurs pions pour s’accaparer le pouvoir sous occupation américaine. Aucun fait d’armes ! aucune résisatance des milices chiites contre la presence américaine.
    En Afghanistan, Idem Ils donnent même un coup de main pour venir à bout des résistants, parce qu’ils ne sont pas chiites.
    Je ne vais pas parler de leur jeu à Gaza avec Hamas. Mais c’est le même processus de division qui est en marche pour fagocyter la société palestinienne et créer un fossé entre les deux territoires occupés.

    L’iran cherche son intérêt et a des ambitions et des appetits pour exporter sa « révolution » et récolter les dividendes de ses pions qu’il implante à chaque fois que l’occasion et le contexte lui sont favorables.

    Très cordialement.

  16. Il sait à peine ce qu’est un chiite, c’est pourquoi il dira que leur prophète serait Ali ou qu’il auraient un Coran différent… L’ignorance ici pousse à l’exclusion et les programmes marocains d’instruction islamique (et d’arabe) n’arrangent pas les choses. L’influence des médias ici ne fait que renforcer cette idée, mais ce n’est pas elle qui l’a créée… Et puis je ne crois pas que la perception du chiisme en tant que « hérésie » était différente quand le Shah, ami du Roi, était au pouvoir ! Je pense donc qu’il faut faire la part des choses.

  17. Ach ddak tjbed 3lina lbla assi Kafka. Tu aurait pu ignorer le commentaire comme l’ont fait les autres.

    @Al-Maghribi:

    [quote] » « Ce n’est ni les saudiens ni les israeliens ni les sunnites lambda ou non lambda qui ont inventé ce principe de “ta9iya”. Ce sont les chiites eux mêmes. »[/quote]

    Non. Mais c’est surement un des organes de presse servant les interets de l’un ou de l’autre qui t’a fait croire a des choses aussi ridicule.

    [quote] » »Je ne vais pas rentrer dans un débat chiito-sunnite car ça ne m’interesse pas vraiment. Je ne suis pas religieux et je ne défend aucun camp sur des bases purement religieuses. Ce qui m”intéresse c’est la ta9ia politique. Il y a des comportements religieux qui déteignent sur le politique. L’ambassadeur iranien en Algérie n’avait pas un langage diplomatique. Il n’a pas eu recours à la langue du bois ou des formulations ambigües qui peuvent être interprétées de manière multiple et variables. Il a utilisé un langage clair et direct : « nous avons reconnu la République démocratique sahraouie et nous restons sur cette position.” Les responsables Algériens l’ont poussé à ôter le voile de la “taqia” et éteindre le système de codage esotérique pour parler le plus clairement possible. Il y avait des contrats à signer :-) « [/quote] »

    Tu est lourd de la comprenette. Le diplomate Marocain n’est pas plus ou moins menteur que l’Iranien. C’est une histoire de demi-vérité et autres bifurcations rhétoriques.

    [quote] » »Et comme toute transaction avec les algériens est conditionnée par la soumission au chantage concernant le sahara, « [/quote] »

    Comme toute transaction avec les Marocains est conditionnée par la soumission au chantage concernant le sahara.

    What’s your point?

    [quote] » »Il se trouve que l’agressivité iranienne et le desir d’exportation de leur modèle dans le monde musulman, suscite des inquiétudes chez les voisins musulmans. »[/quote] »

    Agressivité? Parce qu’ils fabriquent des armes pour se défendre contre une menace réelle (US)?

    [quote] »Le Monde arabe voit d’un mauvais oeil l’implantation de mouvements chiites politico-militaires aussi bien au Liban, en Palestine occupée en Irak ; et dans certains pays du Golfe.[/quote]

    Excuse l’objectivité, mais le « Monde arabe » a toujours été l’agresseur. Il on tous applaudi Saddam et ses boucheries contre les Iraniens.

    .[quote] »L’es responsables iraniens ne sont pas des enfants de coeur. ».[/quote]

    Contrairement aux Saouds, Alaouites, Moubarak et compagnie?

    [quote]C’est un pays émerrgent qui aspire à retrouver sa place dans la région et bien au-delà de sa zone d’influence au temps du Chah.[/quote]

    C’est un pays encerclé par des gens qui veulent le voir échouer. Les Americains en Iraq et Afghanistan. Israel. Puis les Arabes.

    Le plus gros souci de l’Iran est la survie actuellement.

    [quote] »On peut legitimement, en tant qu’Arabes, avoir des inquiétudes sur cet expansionnisme perse rampant qui s’ingère dans les affaires des pays arabes.[/quote]

    A-ha! Le masque tombe. Suprématie Arabe et racisme a deux sous.

    [quote]En plus, l’iran n’est pas vraiment un modèle de bonnes gouvernance (lapidation, exécutions en public de personnes qui ne rentrent pas dans l’éthique définie par la ligne officielle, persécution de sunnites etc…) Tu vas me rétorquer que ca ne diffère pas des pratiques retrogrades des Wahabites. Certes ! Mais changer un totalitarisme avec un autre ![/quote]

    Si, si, ça différe. En Iran, les femmes ont le droit de conduire, les Juifs ont leur liberté de religion, et le chef d’état est élu!!!

    Comparer a une monarchie, il n’y a pas photo.

    [quote]On voit bien leur stratégie en Irak et comment ils ont avancé leurs pions pour s’accaparer le pouvoir sous occupation américaine. Aucun fait d’armes ! aucune résisatance des milices chiites contre la presence américaine.
    En Afghanistan, Idem Ils donnent même un coup de main pour venir à bout des résistants, parce qu’ils ne sont pas chiites. [/quote]

    Hmmm…tu veux mettre l’invasion de l’Iraq et de l’Afghanistan sur le dos de l’Iran maintenant?

    [quote]Je ne vais pas parler de leur jeu à Gaza avec Hamas. [/quote]

    C’est les seul a mettre la main a la poche pour aider les Palestiniens a résister l’occupation. Quel est le probleme?

    [quote] Mais c’est le même processus de division qui est en marche pour fagocyter la société palestinienne et créer un fossé entre les deux territoires occupés. [/quote]

    J’aurais jure qu’Israel constituait le « fossé entre les deux territoires occupés ».

    [quote]L’iran cherche son intérêt [/quote]

    A l’inverse du Maroc qui cherche l’intérêt du voisin.

    Ca, c’est un scoop!

    [quote]et a des ambitions et des appetits pour exporter sa “révolution” et récolter les dividendes de ses pions qu’il implante à chaque fois que l’occasion et le contexte lui sont favorables.[/quote]

    Awww…le pays est frappe de plein fouet par le sanction de l’ONU, le petrole est a son plus bas depuis des annees, il est encerle par les militaires Americains et tu trouve que « le contexte lui sont favorables ».

    C’est le monde a l’envers.

  18. @ lixy
    eh bein ! d’après toi je suis de lourd de la comprenette ! c’est gentil tout ça !

    Par contre, toi tu es léger (e) telle une dansseuse 5 étoiles qui surfe et glaisse sur les horeurs de la « révolution » iranienne avec grâce et volupté !
    Bravo l’artiste ! J’admire ta desinvolture !

  19. @ lixy
    eh bein ! d’après toi je suis de lourd de la comprenette ! c’est gentil tout ça !

    Par contre, toi tu es léger (e) telle une dansseuse 5 étoiles qui surfe et glisse sur les horreurs de la “révolution” iranienne avec grâce et volupté !
    Bravo l’artiste ! J’admire ta desinvolture !

  20. […] pas honte, é…E-Energumene sur Si tu n’as pas honte, é…al-Maghribi sur Pendant que le Maroc fait du z…7didane sur Si tu n’as pas honte, é…al-Maghribi sur Pendant que le Maroc fait du […]

  21. […] d…MUSTAPHA ALI sur Le Maroc rompt ses relations d…Le Maroc rompt ses r… sur Pendant que le Maroc fait du z…Hussein sur Srebrenica? Pourquoi Sreb…E-Energumene sur Si tu n’as pas honte, […]

  22. A mon avis, cette querelle entre qui a raison et qui ne l’a pas, est stérile. Le Maroc a pris une décision que je qualifie de regrettable. Pour plusieurs raisons. Mais la principale, c’est le timing.
    Ceci dit, je suis sûr que les relations entre les deux pays vont se rétablir, car la diplomatie marocaine a horreur des relations conflictuelles. Elle préfère toujours garder un semblant de relationnel, même avec ses pires ennemis.

    PS: très belle analyse IK.

  23. […] avec l’IranCan’t help itTexte intégral de l’entretien avec Abdallah Laroui (Economia octobre 2008)Pendant que le Maroc fait du zèle anti-iranien…Va voir à Dien Bien Phu si j’y suis…Pour un journal algérien, Maroc = IsraëlPornographie […]

  24. Vous en faites quoi de cette info ?

    Iran : mort d’un jeune blogueur en prison

    TEHERAN – Un jeune blogueur iranien, Omid Mir Sayafi, est décédé mercredi à la prison d’Evine, où il était détenu pour insulte au guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a déclaré jeudi à l’AFP son avocat Mohammad Ali Dadkhah.

    « Il n’y a pas encore de rapport officiel, mais les responsables de la prison ont déclaré que M. Mir Sayafi s’était suicidé », a déclaré M. Dadkhah, qui a demandé « l’ouverture immédiate d’une enquête et une autopsie pour connaître les raison du décès ».

    Il a ajouté qu’un autre prisonnier, le docteur Hessam Firouzi, avait peu auparavant prévenu les responsables de la prison de la dégradation de l’état de santé du jeune blogueur.

    « Le docteur Firouzi m’a appelé de la prison pour m’informer qu’Omid avait eu une baisse de son rythme cardiaque. Il l’avait alors emmené immédiatement à l’infirmerie de la prison mais les médecins n’ont pas pris son cas au sérieux et affirmé qu’il faisait semblant », a déclaré M. Dadkhah.

    Selon le médecin, le jeune blogueur était dépressif.

    Agé d’environ 25 ans, M. Mir Sayafi avait été condamné en novembre à 30 mois de prison pour insulte au guide suprême et à l’imam Khomeiny, le fondateur de la République islamique.

    Le 7 février 2009, il avait été convoqué au tribunal révolutionnaire de Téhéran et arrêté.

    Reporters sans frontières a demandé dans un communiqué l’ouverture immédiate d’une enquête sur les circonstances de ce drame.

    Il avait été arrêté une première fois en avril 2008 et relâché après 41 jours de détention contre le paiement d’une caution d’un milliard de rials (environ 100.000 dollars).

    Les autorités ont lancé une campagne contre les blogueurs et les internautes pour des écrits considérés comme hostiles au pouvoir et aux valeurs islamiques.

    Par ailleurs, les Gardiens de la révolution, l’armée idéologique du régime islamique, ont annoncé dans un communiqué « avoir démantelé plusieurs réseaux qui avaient créé des sites internet anti-religieux, obscènes et contre-révolutionnaires ».

    Selon le communiqué, les responsables de ces sites étaient soutenus par des groupes basés dans des pays étrangers, en particulier aux Etats-Unis.

    Ils publiaient des « articles contre le régime islamique », « des écrits contre les valeurs religieuses » mais aussi « des histoires sexuelles.

    En outre, les Gardiens de la révolution accusent Google et des sociétés publicitaires de soutenir ces sites.

    Selon le communiqué, « plusieurs personnes, dont certaines résidant (habituellement, NDLR) à l’étranger, ont été arrêtées et remises aux autorités judiciaires ».

    Cette opération a été menée par le « centre des délits internet des Gardiens de la révolution », selon le communiqué.

    (©AFP / 19 mars 2009 13h38)

  25. […] entre ministres marocain et israëlien des affaires étrangères (tiens, déjà Tzipi Livni), rupture avec l’Iran et fermeture de l’ambassade marocaine au Venézuela peu après la rupture des relations […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 110 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :