Si tu n’as pas honte, écris ce que tu veux

albright-coree-du-nord-3f635
Vous vous rappelez de Madeleine Albright? Elle fût ministre des affaires étrangères – Secretary of State – sous le second mandat de William Clinton, avec pour principal fait d’armes – à mes yeux – sa réponse lors d’une émission sur CBS (« 60 minutes« ) le 12 mai 1996 à une question sur l’embargo implacable imposé par les Etats-Unis sous le couvert du Conseil de sécurité de l’ONU contre l’Irak, dont le bilan exact en vies humaines n’est pas encore fait:

Lesley Stahl (on U.S. sanctions against Iraq): We have heard that a half million children have died. I mean, that’s more children than died in Hiroshima. And, you know, is the price worth it?

Secretary of State Madeleine Albright: I think this is a very hard choice, but the price–we think the price is worth it.

–60 Minutes (5/12/96)

Le raisonnemment est rigoureusement identique à celui d’Osama Ben Laden: qu’importent les flacons, pourvu qu’on ai l’ivresse; qu’importent les victimes, pourvu que l’objectif politique soit atteint. D’autres part, vu le nombre d’enfants qu’elle était prête à faire passer de vie à trépas, des questions par rapport à l’article III de la Convention de 1948 sur la prévention du crime de génocide pouvaient légitimement se poser, même si elle ne vise pas directement l’apologie de génocide, infraction pourtant présente dans certains droits nationaux.

Seront punis les actes suivants :
a) Le génocide; b) L’entente en vue de commettre le génocide; c) L’incitation directe et publique à commettre le génocide; d) La tentative de génocide; e) La complicité dans le génocide.

Bien sûr, Albright n’étant ni serbe ni soudanaise, la question n’a pas été posée et ne le sera jamais, du moins dans une enceinte judiciaire.

Par la suite, Albright a déclaré « regretter » ses propos - mais il semblerait plutôt qu’elle ait regretté l’effet désastreux de ses propos en termes de relations publiques que ces propos eux-mêmes:

Albright has just published her memoirs, Madam Secretary, in which she clarifies her statement. Here’s what she writes:

I must have been crazy; I should have answered the question by reframing it and pointing out the inherent flaws in the premise behind it. Saddam Hussein could have prevented any child from suffering simply by meeting his obligations…. As soon as I had spoken, I wished for the power to freeze time and take back those words. My reply had been a terrible mistake, hasty, clumsy and wrong. Nothing matters more than the lives of innocent people. I had fallen into the trap and said something I simply did not mean. That was no one’s fault but my own. (p. 275)

In the paragraph before this one she complains about the 60 Minutes report because “little effort was made to explain Saddam’s culpability, his misuse of Iraqi resources, or the fact that we were not embargoing medicine or food.”

Zappons en avant, plus d’une décennie plus tard. Dans « Preventing Genocide: A Blueprint for U.S. Policymakers« , ouvrage collectif du co-dirigé par Madeleine Albright et un ancien ministre de la défense étatsunien, William Cohen, pour le compte de la Genocide Prevention Task Force, la dédicace en exergue de l’étude – qui porte non seulement sur le génocide mais également sur les « atrocités de masse« , une notion non-juridique – dit ceci:

We dedicate this report to the millions of innocent children, women, and men who have suffered and died from mass atrocities and genocide.

Comme le dit le hadith, « si tu n’as pas honte fais ce que tu veux« .

PS: On notera qu’Albright ne contestait pas alors le nombre d’enfants morts entre 1991 et 1996 suite à l’embargo onusien tel qu’avancé par la journaliste Lesley Stahl.

About these ads

6 Réponses

  1. Qui a honte de nos jours ?! :D

  2. Ils appellent ça : LA POLITIQUE!
    Bon, on les empêchera de tourner en rond comme même. Ces hypocrisies POLITIQUES n’ont que trop durées.
    Au plaisir de vous relire.

  3. Ibn Kafka se moque de La Religion en détournant les hadiths. C’est une offense capitale au royaume Islamique.

  4. @lixy : ce n’est (alors là) pas un détournement : si citer un hadith (traduit en français) devient un détournement, je ne vois pas à quoi serviront les hadiths. Peut-être à les mettre dans des pendentifs sur les rétro des voitures ?
    Les paroles, faits et gestes du prophète devront (et sont) une source de sagesse pour ceux qui veulent les voir ainsi.

  5. […] que Dieu multiplie sa descendance. Je demande pardon à la presse algérienne. Je demande pardon à Madeleine Albright. Je demande pardon à Barack Obama. Je demande pardon à Salaheddine Mezouar. Je demande pardon à […]

  6. je suis tres triste :(

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 110 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :