La rupture marocaine avec l’Iran, suite

J’ai commis un autre article en anglais chez Maghreb Political Review – "Morocco breaks off with Iran – some background and speculation" - sur les raisons officielles et cachées de la décision marocaine de rupture des relations diplomatiques avec l’Iran. J’y ai notamment fait une chronologie des événements à compter du 11 février, date de la déclaration litigieuse d’Ali Akbar Ategh Nouri sur Bahraïn, jusqu’au 6 mars, date de l’officialisation par le Maroc de cette rupture:

February 11: Nouri makes his comments on Bahrain, causing widespread condemnation – Morocco joins the chorus.

February 20: Iran summons Morocco’s chargé d’affairesin Teheran, Mohamed Darif, over "the stances taken by the Moroccan king". In a message to his Bahraini counterpart, Mohammed VI had describedNouri’s declarations as "abject" as well as "absurd": «Ces déclarations abjectes à l’endroit d’un pays arabe frère et membre actif dans son environnement régional et au sein de la communauté internationale ont suscité notre fort étonnement et notre profonde inquiétude (…) Nous considérons de même que ces déclarations absurdes sont en contradiction flagrante avec les principes et les règles du droit international, ainsi qu’avec les valeurs de coexistence et de bon voisinage auxquelles incite Notre religion islamique tolérante». The Moroccan chargé d’affaires allegedly took a low profile during that meeting, replying that "Morocco is interested in expanding relations with Iran, which he called a regional power with an ancient civilization". A communiqué by the official Iranian press agency IRNA is allegedly published (I haven’t found it though), evoking that call-up and criticising Morocco for its reaction.

February 22: Morocco’s foreign minister, Taïeb Fassi Fihri, travels to Bahrain to convey a personal message from King Mohammed VI to King Hamad Ibn Aissa Al Khalifa, a gesture widely publicised in Moroccan media as well as on the Moroccan foreign ministry’s website.

February 23: Taïeb Fassi Fihri meetswith Bahraini prime minister Sheikh Khalifa Ben Salman Al-Khalifa.

February 25: On his return from Bahrain, Taïeb Fassi Fihri summons Iranian ambassador to Morocco, Vahid Ahmadi, to convey him Morocco’s displeasure at Iran’s call-up of Morocco’s chargé d’affaires and strong rejection of the wording of the IRNA communiqué  mentioned earlier. Morocco’s chargé d’affaires is called back for consultations in Rabat for one week on the same day. 

February 26: Taïeb Fassi Fihri reiteratesMorocco’s astonishment at being allegedly singled out by Iran over its support for Bahrain’s territorial integrity – Morocco’s chargé d’affaires would apparently have been the only foreign head of mission to have been summoned to the Iranian ministry of foreign affairsover the issue, despite the many other Arab and non-Arab countries taking a similar stance – at least if we are to believe Morocco’s MAEC.

March 6: Morocco decides to break off diplomatic relations with Iran - if the diplomatic spat over the Bahrain affair is still mentioned, the sectarian aspect is given much larger proeminence – Iran’s embassy is accused of having meddled in internal Moroccan affairs by proselytising – claims that had never been raised previously on an official level. The spat has continued thereafter, with Iran chiding Morocco over its decision, and Morocco asserting its sovereign right to break off diplomatic relations with whomever it wants.

J’ai également passé en revue les différents motifs de rupture de relations diplomatiques de par le monde ces dernières années pour conclure que les raisons avancées par le Maroc ne tiennent pas debout. Mais j’arrive à une conclusion différente qu’il y a quelques jours: à chaud, j’avais accordé plus de poids au désir marocain de plaire aux Etats-Unis et à Israël que je ne le fais aujourd’hui – après avoir passé en revue les différents motivations possibles – et en écartant bien évidemment les motifs officiels qui frôlent l’irrationalité – je conclus plutôt au poids séoudien et khaliji auprès des du décideurs marocains, ainsi qu’à ce qui, de la part du monarque marocain, a sans doute été perçu comme une atteinte personnelle. Ce dernier point mérite d’être développé:

Another intriguing detail could also explain the violent Moroccan reaction. In his public message to Bahrain’s ruler, Mohammed VI had used very strong and unusual words for messages of such a dignity – "abject" and "absurd" characterising in his words Nouri’s declarations, seen as representing the Iranian leadership’s views. It was at that stage that Iran summoned Morocco’s chargé d’affaires, and issued a communiqué explicitly criticising the King’s "stance". This might be the "inappropriate" language later denounced by the Moroccan foreign ministry. And this perceived personal slight – prompted by the King’s extremely strong language – is probably what carried the day.

En effet, dans la lettre signée de sa main au monarque bahreïni rendue publique le 20 février, le Roi du Maroc avait recouru aux termes "abject" et "absurde" pour qualifier les déclarations litigieuses de Nouri – des termes particulièrement forts. Dans un communiqué de son agence officielle, IRNA, l’Iran aurait explicitement critiqué "les prises de positions" de Mohammed VI. Je n’ai pas pu retrouver trace de ce communiqué, sinon en version très abrégée sur le site du quotidien anglophone officiel Tehran Times:

The director of the North African Affairs Department of the Foreign Ministry also informed the Moroccan diplomat about Iran’s discontent over the stances taken by the Moroccan king.

The diplomat was urged to inform the Moroccan of the Iranian government’s surprise and discontent and ask for the necessary explanations.

On notera que le communiqué iranien se contente d’exprimer le mécontentement du gouvernement iranien avec les propos du Roi – qui avait lui utilisé les termes "abject" et "absurdes", ce qui entre parfaitement dans le cadre du langage diplomatique. Mais ce qui peut paraître impardonnable dans le contexte de cour marocain, c’est sans doute la mise en cause nominative du Roi – là encore, vu le caractère public et officiel de la missive de Mohammed VI à l’émir de Bahreïn, cela n’a rien de choquant eu égard aux usages en vigueur, et l’Iran se contente d’exprimer son mécontentement (sous réserve bien évidemment que l’extrait du Tehran Times rende bien compte de la teneur du communiqué initial). Mais j’ai l’impression que c’est là qu’il faut chercher la vraie raison de cette rupture – un "crime" de lèse-majesté – que l’observateur impartial aura du mal à constater dans les faits tels qu’ils sont connus à ce jour.

Rétroactes:
- "Conspiration? Quelle conspiration?";
- "Le Maroc rompt ses relations diplomatiques avec l’Iran";
- "Pendant que le Maroc fait du zèle anti-iranien";
- "Maroc, Algérie & Vénezuela: let me get this straight…";
- "Maroc/Venezuela: Honni soit qui mal y pense"
- "Hier l’Iran…";
- "Israel and the “moderate” Arab countries, or with enemies like these who needs friends?";
- "L’Economiste-watch – flashback persan";
- "Malgré la propagande étatsuno-séoudienne, les opinions arabes n’ont pas bougé";
-"Un intéressant sondage iranien";
- "Le sondage Zogby sur l’opinion publique (qui n’existe pas) arabe en 2008"

About these ads

10 Réponses

  1. Si ta conclusion est juste, cela en dit long sur les conditions ds lesquelles les marocains se retrouvent qd ils expriment leur désaccord avec le Roi! Et cela donne un éclairage nouveau sur tous ces procès pour lèse-majesté et le silence la Cour.

  2. Probablement.

    Accessoirement, l’IRNA ne traduit pas tout. Il faut voir du coté d’une agence de presse privé. e.g:

    http://www.presstv.ir/Detail.aspx?id=87791&sectionid=351020101

  3. Très bon message de paix adressé la nuit dernière par Barack Hussein Obama au peuple iranien et à ses dirigeants, à l’occasion de la fête Norouz, le printemps perse…
    et s’il vous plait par le Président américain lui-même et dans une vidéo claire et nette à travers les ondes électromagnétiques !

    Certains régimes arabes comme l’Egypte, l’Arabie Saoudite et les autres qui tournent dans ou autour de leur galaxie doivent être jaloux à en mourir, voire même à s’en mordre les doigts. D’ailleurs certains signes, ne trompent pas: après le signal fort adressé au régime Moubarak par la nomination d’Avigdor Lieberman à un poste clé du gouvernement israélien, le chef des services égyptiens est rentré, avant-hier, bredouille de Washington !

    Je comprends maintenant pourquoi certaines dictatures arabes et à leur tête l’Arabie saoudite faisaient tant de gesticulations médiatiques dernièrement contre l’Iran et en plus sur…des questions débiles !

    C’est clair comme de l’eau de roche : les dirigeants de ces dictatures espéraient tout simplement par leur attitude risible influencer la stratégie américaine au Moyen-Orient et surtout la politique de l’administration Obama envers l’Iran en augmentant de sa tension ! Ce qui fait rire, bien évidemment, les professionnels de la diplomatie et de la géopolitique !

    Est-ce qu’ils croient que les USA sont une république bananière naïve pour les tromper aussi facilement ou pour leur dicter leur politique étrangère ou ils pensent que l’Administration américaine raisonne comme leurs régimes moyenâgeux ??!!

    Elle est superbe cette douche froide pour ces régimes désertiques dictatoriaux et archaïques et… qui nous annonce, je l’espère, un printemps bien florissant !

    PS : Norouz ou Náw-Rúz est une fête les plus joyeuses pour les Persans. La poésie iranienne compare les jeunes aux fleurs; cette métaphore est très populaire et les Iraniens l’utilisent souvent dans leurs conversations.

  4. J’ai rêvé ou vous avez retiré un article après publication?

  5. Not that I know. Might however be a mischievous plot from those crafty little shia buggers…

  6. Je ne comprend pas la décision des autorités marocaines de rompre leur lien avec l’Iran, alors que l’iran ne reconnait pas la RASD et s’est toujours montré du côté des justes comme Hamas et hezbollah.
    serait-il vrai alors que le roi qui préside le comité al qods se sente dépassé par les activités et le dynamisme de l’Iran dans ce domaine ?

  7. [...] La rupture marocaine avec l’Iran, suite [...]

  8. [...] l’ambassade marocaine au Vénézuela (mais sans rupture des relations diplomatiques) et de rompre les relations diplomatiques avec l’Iran. On a également vu l’indécente danse du ventre marocaine en direction de l’Algérie [...]

  9. [...] réel: se signaler au lobby pro-israëlien, Chavez venant alors juste de rompre avec Israël) ou avec l’Iran (motif officiel: ingérence iranienne dans les affaires intérieures marocaines – motif réel: [...]

  10. [...] se signaler au lobby pro-israëlien, Chavez venant alors juste de rompre avec Israël) ou avec l’Iran (motif officiel : ingérence iranienne dans les affaires intérieures marocaines – motif [...]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 107 autres abonnés

%d bloggers like this: