Le plus mauvais article de l’histoire de The Economist?

Leurs éditoriaux sur la Palestine ou en faveur de la guerre en Irak mis à part, voici sans doute le pire article de The Economist que j’ai jamais lu: il concerne la nomination de la baronne Ashton comme haut-représentant de l’Union européenne et vice-présidente de la Commission européenne. La baronne fût une militante pacifiste au Royaume-Uni, et plus particulièrement au sein du CND – Campaign for Nuclear Disarmament avant de devenir une digne représentante du New Labour blairiste. L’auteur de l’article – anonyme comme c’est la règle dans The Economist – raisonne de la manière suivante: imaginez une conservatrice britannique ayant milité dans le climat de guerre froide de la première moitié des années 80 contre l’expansion communiste en Afrique. Imaginez qu’il apparaisse que son organisation ait été financée par l’Afrique du Sud de l’apartheid. Il y aurait un scandale politique.

Et le « journaliste » de s’offusquer: la baronne Catherine Ashton fût trésorière du CND pacifiste; or, selon l’ex-dissident soviétique Vladimir Bukovsky, les pacifistes étaient orchestrés et financés par Moscou. Donc, Catherine Ashton est complice du goulag et des crimes contre l’humanité commis par Staline.Et personne n’en parle parce que l’Occident est amnésique quant aux crimes du communisme – et imaginez si les pacifistes avaient eu gain de cause dans les 80′s – je vous dis pas le cataclysme!

Lumineux, non? On croirait lire un blog ou une chronique de feu Moulay Ahmed Alaoui, mais non, c’est un article sérieux publié sur le site de The Economist (je ne sais pas s’il sera également repris dans la version papier).

Acune preuve que le CND ait été un organe dirigé ou financé par le KGB, sinon le « guilt-by-association » cher à McCarthy et au makhzen, sinon les dires de Vladimir Bukovsky. Cet ex-dissident soviétique, je le connais par écrits interposés depuis une vingtaine d’années: il écrivait régulièrement dans une revue de droite extrême voire d’extrême-droite, Contra (vous ne la connaissez pas? Normal, c’était une revue suédoise). Il est à la droite des néo-cons, en faveur des méthodes fortes cotnre les « ennemis de la liberté » qui se trouvent toujours être ceux du gouvernement étasunien. Depuis, il affirme que l’Union européenne est une nouvelle version de l’Union soviétique (ayant même publié un livre sur ce thème en 2005 – « L’Union européenne, une nouvelle URSS? »), et est un des parrains de l’United Kingdom Independence Party (UKIP), violemment europhobe. Ses propos sur le racisme pourraient être tenus par Jean-Marie Le Pen ou Eric Zemmour:

We don’t want to be racists: we’re all civilized people. But the situation is absurd. [In Britain] TV news anchors . . . it’s a requirement that she be black, swarthy. And the other one has to be something else. The recruitment of these minorities is huge. And you can’t find two news anchors. It turns out that a TV channel’s best bet is to hire a legless negro lesbian single mother. That’s great: she meets all the criteria. But if you don’t do this, you might be sued for discrimination. People do this [hire minorities] not because they’ve come to love everyone or accepted the theory of Marcuse, but because they can be sued. Sued and bankrupted. Suddenly there’s this big campaign [in Britain]: for some reason there are very few women in private companies, on boards of directors. Well, go figure, huh? It’s a national tragedy. But what do you know: these companies are forced to find women so that these women sit there stormily. This isn’t a joke, this is serious. This is private business: they don’t need these people. They need people who will work. But as a result it turns out that not only does this not produce any fairness in society, but also suspicion grows, racism grows. You go to the hospital and there’s a Pakistani doctor. For all I know he got his diploma because he’s politically correct. I don’t want to be treated by him. I would prefer to be treated by one of our guys, by a Russian immigrant. At least I know that he studied properly and learned a thing or two. But this guy [the Pakistani]? I don’t know who gave him his diploma and why. Maybe because he’s dark-skinned.

Vladimir Bukovsky, Smolny College of Liberal Arts, Saint Petersburg, 28 November 2007

Je suis réconforté dans ma décision ancienne déjà de me désabonner de The Economist, et le suis également par les réactions unaniment négatives dans les commentaires - et les commentateurs de The Economist ne sont pas à proprement parler des islamo-gauchistes…

Voici le corps du délit:

Better red than dead?

Europe.view Nov 26th 2009 From Economist.com

The peacenik past of the EU’s new foreign minister deserves scrutiny

IMAGINE a British Conservative politician—call her Catriona Aston—coming from obscurity to gain one of the top posts in the European Union, just as Baroness (Catherine) Ashton (pictured) has emerged from the Labour ranks to be the EU’s new foreign minister. Imagine that on closer scrutiny it turns out that in the early 1980s the fictional Ms Aston worked for a cold-war think-tank called something like the “African Freedom Foundation”, which campaigned against the spread of communism in Africa. Imagine that on closer examination it turns out that this outfit enjoyed strong behind-the-scenes support from the then apartheid government in South Africa. Among its supporters and officials are unrepentant defenders of the fascist regimes in Spain and Portugal and even those who said that Nazism had been a lesser evil than communism.It is easy to imagine what would happen. The hapless Ms Aston would be publicly disgraced and would have to resign forthwith. How could an EU representative credibly deal with the developing countries when she in the past had been a defender of a racist colonial regime? Nuance, context and balance would go out of the window. Nobody would ask if all causes supported by the former South African regime were equally evil, or if communism had maybe cost more African lives than apartheid.Against that hypothetical background, the lack of fuss about the real life Catherine Ashton’s involvement with the Campaign for Nuclear Disarmament (CND) in the 1980s looks puzzling. Ms Ashton (as she was then) was a paid organiser for CND in the late 1970s and its treasurer from 1980-82.It is worth remembering that CND was (and is) a legal organisation. It encompassed a wide range of views. Some supporters simply wanted Britain to get rid of its outdated and expensive “independent” nuclear deterrent. Others thought that the Reagan administration’s decision to put medium-range cruise and Pershing nuclear missiles in Europe was mistaken. Some idealists believed that a strong peace movement in Western Europe would inspire those behind the Iron Curtain to demand disarmament from their rulers too. Some were outright pacifists; others argued that nuclear weapons were so dangerous that “better red than dead” was the only rational approach.Yet the fact remains that the Kremlin found CND and other “peace movements” useful ways of undermining the unity of NATO, weakening the West’s defence posture and stoking anti-Americanism. The ex-dissident Vladimir Bukovsky, an expert in Soviet penetration of the West, says: “the worldwide disarmament campaign in the early 1980s was covertly orchestrated from Moscow. To a substantial extent it was also funded by the Soviet bloc”.As CND’s treasurer, Ms Ashton argued publicly for the organisation to produce audited accounts, to counter allegations of covert Soviet support. That does not convince Mr Bukovsky. CND funding, and who knew what when, may merit further investigation.

The real scandal, though, is the West’s continuing amnesia about the cold war. Given the Soviet Union’s history of mass murder, subversion, and deceit, it is astonishing that even tangential association with Soviet-backed causes in the past does not arouse the moral outrage now that is still so readily evoked by connections with the (undisputedly revolting) regime in South Africa. Most CND veterans see their peacenik days, at worst, as romantic youthful idealism. Warm-hearted but soft-headed, maybe: but better than being cold-hearted and hard-headed.That is a shameful cop-out. Imagine a 1980s Europe where CND had triumphed, with left-wing governments in Britain and Germany scrapping NATO, surrendering to Kremlin pressure and propping up the evil empire. Her opponents complain that Lady Ashton is ineffective. As a CND organiser, that may have been a blessing.

Pourquoi Oukacha? C’est plus proche de la prison

Lu sur le profil Facebook de Mouna Hachim, par ailleurs la meilleure chroniqueuse marocaine, la meilleure répartie de cette année-jubilé:

- Cherche local près de la prison civile d’Oukacha pour ouvrir un groupe de presse!

- Why?

- C’est plus proche de la prison!

Oukacha? C’est ça.

Jagdszenen aus Niederbayern – nun in Alger, ou comment le foot dégénère en pogroms

Ca avait très mal commencé au Caire, avec des jets de pierre d’une gravité extrême contre le bus des joueurs algériens deux jours avant le match Egypte-Algérie ce 14 novembre, qui s’est clos après une victoire égyptienne 2-0 menant à un match de barrage entre les deux équipes ce mercredi 18 à Khartoum – les vidéos, qui montrent des joueurs algériens blessés par jets de pierre, sont indiscutables et on ne peut mettre en dout, comme l’a fait de manière ignominieuse la presse égyptienne, la réalité de cette agression – voir les vidéos ici (via France 24).

Voir également le bref compte-rendu d’El Watan:

Ce qui s’est vraiment passé

Les Verts qui sont arrivés hier à l’aéroport international du Caire vers 16h, ont été victimes d’une véritable agression de la part des supporters égyptiens qui se sont faufilés au milieu des supporters algériens entassés à la sortie de l’aéroport pour accueillir leurs idoles avant de rejoindre l’hôtel Liber Hôtel (ex-Moevenpick) se trouvant à environ 200 mètres.

Au moment où le bus transportant la délégation algérienne allait amorcer son dernier virage, il a été bombardé par des pierres et des projectiles de toutes sortes qui ont atteint quatre joueurs et l’entraîneur des gardiens de but, provoquant de sérieuses blessures à certains d’entre eux. Il s’agit entre autres de Halliche et Lemouchia qui ont été sérieusement blessés à la tête, Saïfi et Chaouchi qui eux ont été touchés à la main. Le bus transportant la délégation algérienne a été sérieusement endommagé. Aussitôt arrivés à l’hôtel, la délégation algérienne a fait appel au représentant de la FIFA chargé de la sécurité, le Suisse Gagg Walter pour constater les dégâts et les blessures. Les joueurs étaient sous le choc et les présents se demandaient comment des supporters égyptiens se trouvaient sur les lieux après toutes les assurances données par les autorités du pays d’accueil.

Par Y. O.El Watan)

La théorie du complot a été embrassée des deux côtés – les Egyptiens en accusant de manière ridicule les joueurs algériens de s’être en quelque sorte auto-mutilés dans un complot anti-égyptien dont on peine à percer les motivations, sachant que la FIFA n’a jamais à ma connaissance accordé de victoire sur tapis vert à l’équipe visiteuse pour cause de violences en dehors du stade. Du côté algérien, l’attaque du bus de l’équipe algérienne n’aurait pas été le fait de hooligans mais le fruit d’une conspiration impliquant les services secrets égyptiens:

Un parlementaire égyptien à Echourouk : « le chauffeur du bus est un informateur connu par les services de sécurité égyptiens ». (…)

Un parlementaire égyptien n’a pas hésité à faire cette déclaration par téléphone au quotidien Echourouk, parlant du scénario de l’agression des Verts et du rôle joué par le chauffeur du bus, qui a fait un faux témoignage suite aux instructions qu’il a reçue quelques jours avant l’arrivée des joueurs algériens en égypte.

Ce parlementaire a affirmé que ce chauffeur est un informateur des égyptiens, qui avait été chargé par la mission de faire un faux témoignage et d’accuser à tort non seulement les joueurs, mais aussi le ministre algérien de la jeunesse et des sports, et ce en indiquant que ce dernier lui a déchiré la chemise.

Le parlementaire a été clair dans sa déclaration, et il dit : « J’ai peur que vous publiez mon nom, et subir cent fois plus que ce que vos joueurs ont subi », et de ce fait, il s’est contenté pour le moment de révéler la vérité, et à l’avenir nous allons ouvrir une enquête sécuritaire en usant de nos moyens politiques, avant de poursuivre : « Il ne faut pas s’étonner si le chauffeur maintienne ses propos pour faire croire que c’est la vérité qu’il dit, nous les Egyptiens on se connaît les uns les autres. Sa mission était et est toujours d’espionner les étrangers à travers sa soi-disant profession de chauffeur de bus, et il a été choisi pour jouer ce mauvais rôle, à savoir faire un faux témoignage »

Ce même responsable a ajouté cette déclaration : « Je suis sûr que c’est lui-même qui a déchiré sa chemise pour lui servir de preuve supplémentaire à ses faux témoignages. A savoir quelle serait sa récompense ?» (Ech-chourouk)

De même, les célébrations palestiniennes à Gaza après le second but égyptien seraient « le fruit des manœuvres des services secrets égyptiens présents en force sur les territoires occupés » (Liberté).

Des violences ont ensuite eu lieu après la fin du match au Caire, et des supporters algériens affirment avoir été agressés à coups de pierre par des hooligans égyptiens (les récits contiennent de nombreuses exagérations, mais la description des agressions semblent suffisamment détaillée pour être crédible):

« Cela a commencé juste après la fin de la rencontre. Nous attendions dans les tribunes les instructions des services de sécurité égyptiennes pour monter dans les bus. Vers minuit, on quitte le stade du Caire escortés par une voiture de police et une vingtaine de minutes après notre départ, la voiture disparaît. Le bus ralentit avant qu’une meute de supporters égyptiens nous attaque avec des jets de pierres et des armes blanches. Ils étaient comme des fous, pire que les sionistes. Ils voulaient nous tuer. Les bus qui transportaient nos supporters étaient totalement endommagés. Et tout cela sous le regard de la police », témoigne Tayeb Meriem, ancien député, qui faisait partie de la délégation. (…) « Tout au long du trajet, les Egyptiens n’arrêtaient pas de nous caillasser. Il y avait beaucoup de blessés », a ajouté l’ex-parlementaire. (

Un journaliste algérien raconte avoir été agressé par la foule également à l’aéroport, au départ du Caire:

« On croyait que tout était terminé après le cauchemar de la nuit du match, malheureusement pour nous, une centaine d’Egyptiens étaient embusqués à l’intérieur de l’aéroport. Dès qu’on a franchi les portes de l’aéroport, on a été attaqués par une foule déchaînée. Même les journalistes ont été agressés. On a été pris en otage », témoigne, Bachir Cherif, directeur du journal La Tribune.

D’autres témoignages algériens semblent crédibles:

« C’est un véritable guet-apens, un traquenard dans lequel les supporters algériens sont tombés à leur sortie du stade », dit Yacine. L’homme qui parle ainsi, c’est le docteur Yacine Hakimi, chirurgien au CPMC de l’hôpital Mustapha d’Alger il sait exactement de quoi il parle en matière de blessures et de traumatismes. (…)

Selon son témoignage, les bus des supporters algériens sont sortis vers 1h de l’enceinte du stade, escortés par la police. Seulement, au bout d’une dizaine de kilomètres, cette escorte a rebroussé chemin pour livrer ceux qu’elle était censée protéger à la furia des supporters égyptiens résolus à tailler en pièces tout Algérien qui leur tomberait sous la main. Une pluie de projectiles a commencé alors à tomber sur les bus ; les vitres ont explosé les unes après les autres. « Je croyais mon heure arrivée », poursuit Yacine.

« une Algérienne déshabillée devant nous »

Le chauffeur du bus égyptien a refusé de continuer sous prétexte que sa vie était en danger. Les malheureux supporters ont été contraints de faire le reste du trajet à pied au milieu d’une foule hostile qui continuait à les bombarder de pavés et de pierres et à les abreuver d’injures. « Ce n’est qu’une fois à l’intérieur de l’hôtel que j’ai pu donner les premiers soins. Là, j’ai eu affaire à une crise d’épilepsie, un cas de traumatisme fermé du coude, un traumatisme grave du bassin, un traumatisme oculaire grave, et deux côtes cassées sans compter les plaies ouvertes sur la face ou au cuir chevelu », raconte encore notre médecin. (El Watan)

Le gouvernement égyptien a promis d’assurer la sécurité aux Algériens,  mais rien n’a été fait, la police nous a même lâchés face à un public déchaîné. Et nous étions obligés de réquisitionner une dizaine de policiers le temps d’avertir le consulat. Ce n’est que vers les coups de 4h du matin que nous avons pus sortir du stade” (Liberté)

Plus grave, des supportrices algériennes auraient subi de l’harcèlement:

Nesma est étudiante au Caire. Elle raconte les humiliations et les brimades subies au stade. « Des femmes policières nous ont déshabillées alors que leurs collègues hommes nous regardaient. Nous avons été continuellement insultées pendant les trois heures d’attente que nous avons passées à attendre pour entrer dans l’enceinte du stade », dit-elle, en nous montrant les photos de supporters algériens couverts de sang qu’elle a prises avec son propre appareil à la sortie du stade. (El Watan)

Je suis venue de France pour voir l’équipe nationale. Étant étudiante à l’université  de Grenoble, j’ai dû faire des économies avec mes amies pour payer mon séjour et une émulation en prime. Je me suis  retrouvée à moitié nue dans la cabine du poste de police du stade. Le policier m’a indiqué la cabine destinée aux femmes pour la fouille. Je me suis exécutée en croyant qu’il s’agissait d’une procédure normale de vérification. À l’intérieur, la policière a procédé à la fouille de mon sac à main –  en me confisquant mes produits de beauté prétextant qu’ils peuvent servir de projectiles – puis elle m’a demandé de lever les bras pour une fouille corporelle.  Subitement, elle change d’avis en exigeant de moi d’enlever mon pull et mes chaussures, comme j’ai refusé, elle m’a bousculée devant une table et elle m’a menacée de le faire. Une fois fait, elles se sont mises à rire aux éclats en me regardant. Ma fouille ressemblait à celle des détenus. Et dire que j’avais une haute opinion de ce pays. Je rentre demain chez moi.” (Liberté)

Le ministre de la solidarité, de la famille et des ressortissants algériens établis à l’étranger Djamel Ould Abbas a vertement critiqué la partie égyptienne:

« on était victime d’un sketch où les autorités avaient joué leur rôle dans l’hypocrisie. Dés notre arrivée, ils nous ont donné des garanties, mais dés notre sortie de l’aéroport, on a compris l’enfer qu’on nous a préparé » « on a pris place sur la tribune officielle, on a été soumis à une pression terrible, mais jamais on a imaginé que leur haine pouvait arriver à siffler l’hymne national algérien, même les joueurs n’avaient rien entendu. J’ai salué l’hymne national algérien comme un militaire le ferait, et j’ai fait de même avec l’hymne national égyptien, mais j’ai élevé ma voix en présence de 14 ministres égyptiens, pour dire « la honte à l’Égypte, cet hymne national, c’est malheureux que la haine et le mépris arrivent au degrés de siffler le drapeau national » « dés qu’ils ont marqué le deuxième but, je fus ciblé de tirs par un grand sac, qui comprenait des figues sèches, et à ce moment là, on ne pouvait distinguer le ministre du citoyen, parce que les tirs en direction des tribunes réservées aux algériens avaient pris une tournure horrible » « on a un enregistrement vidéo mettant en évidence les agressions dont avaient fait l’objet des officiels algériens ainsi que de simples citoyens algériens sur les tribunes du stade de la mort au Caire »

« ils nous ont attaqué comme des sauvages » (Ech-chourouk)

Des rumeurs faisant état de morts algériens au Caire ont été rapportées par la presse algérienne, notamment Ech-Chourouk, quotidien arabophone – mais traduisant une sélection d’articles en anglais et en français (quotidiens marocains, prenez-en de la graine!) – à grand tirage qui semble être l’Al Masae algérien:

L’on parle de morts et de centaines de blessés. Des chiffres qui font peur et qui circulent parmi la population et au sein des redaction. En l’absence d’une information officielle, les rumeurs vont bon train. Mais, selon les témoignages de rescapés algériens présents, hier, au Caire et arrivés à Alger depuis ce matin, il s’agit de quatre morts averées dont l’un est tombé sous les yeux de notre interlocuteurs. Aucun chiffre officiel n’a été déclaré. Les speculations s’affolent face à la difficulté d’obtenir des informations fiables. Seuls, les témoignages d’algériens de retour de cet enfer en font état. (Ech-chourouk)

Le nombre des morts algériens allégués varie de 1 à 12, en passant par 4, 5 ou 7, selon les sources contradictoires, qui n’ont d’ailleurs pas été reprises par des médias non-algériens, à ma connaissance.

Le témoignage d’un rappeur algérien ayant fait le déplacement et qui fait état de quatre morts semble spectaculaire au premier abord:

Parmi ces blessés, le chanteur de Rap Reda City 16, qui est venu dés son arrivée en Algérie, à la rédaction du journal pour apporter ses témoignages, photos et vidéo à l’appui. Selon ce dernier,  » des algériens étaient « offerts » à la vindicte des égyptiens. Les policiers chargés de protéger les supporteurs algériens les guidaient à travers les dédales de ruelles cairote, tout droit dans un guet apens ou ils sont attendus par une horde de voyous. Les policiers ne s’empêchaient pas de parfaire leur forfait en criant « voici des algériens » et de prendre ensuite la fuite laissant nos compatriotes désarmés, perdus et livrés à un caillassage en règle« . Cette « opération » digne d’une période nazie aurait « coûté la vie à quatre algériens« , dont l’un est mort sous les yeux du rappeur qui déclare « avoir fait la chahada à la victime avant de la couvrir de l’emblème national« . Notre interlocuteur rapporte qu’ « Une femme enceinte accompagnant son mari, n’a du son salut » qu’à la bravoure de notre témoin qui affirme s’être  » jeté sur elle la plaquant par terre pour éviter les cailloux, son mari avait perdu connaissance, atteint par les projectiles« . « Une fois conduite à l’hôpital, cette dame aurait perdu son fœtus » ajouta-t-il. (Ech-chourouk)

Je ne suis pas vraiment convaincu, même si les images qu’il aurait filmées sur son portable sont troublantes: difficile de déterminer si les photos d’un supporter dans un drapeau algérien ensanglanté montrent un blessé ou un mort. On ne voit pas comment le nom du ou des supporters morts ne saurait pas amplement diffusé et claironné sur les toits par les très nombreux journaux et sites algériens, ni comment de très nombreux témoins, au Caire, à l’ambassade d’Algérie, aux aéroports du Caire et d’Alger puis en Algérie ne confirment pas un décès, car on ne transporte pas un cadavre d’Egypte en Algérie comme un simple colis postal (un site algérien fait état du rapatriement d’un cadavre de supporter algérien décédé, mais sans aucune information complémentaire ou confirmation par d’autres sources) , comme peuvent en témoigner les Marocains qui font rapatrier au Maroc le corps d’un parent mort à l’étranger. Ce qui est certain, encore une fois, c’est que la violence de prétendus supporters égyptiens a fait de nombreux blessés algériens.

D’autres allégations sont très excessives – El Watan (qui maintient que des Algériens sont morts au Caire) cite un supporter algérien assurant qu’un Algérien aurait été… brûlé vif:

Un autre supporter, Hellal d’Alger, a affirmé avoir vu un supporter brûlé vif par des Egyptiens, lors de son retour du stade. (El Watan)

On imagine mal que dans une ville de 20 millions d’habitants, un soir où la moitié d’entre eux se trouvait dans la rue pour fêter la, miraculeuse victoire égyptienne, il ne se trouverait aucun témoin, même par parmi les milliers d’Algériens, aucun appareil photo, aucun téléphone mobile pour enregistrer ou confirmer la scène spectaculaire d’un supporter algérien brûlé vif…

L’ambassadeur algérien au Caire, Abdelkader Hadjar, a ainsi démenti ces rumeurs, de même que, de manière plus attendue, le porte-parole du ministère égyptien de la santé:

Mondial: aucun décès d’Algérien au Caire samedi (ambassadeur d’Algérie)

L’ambassadeur d’Algérie en Egypte Abdelkader Hadjar a affirmé dimanche qu’aucun supporteur algérien n’avait trouvé la mort après le match de football comptant pour la qualification au Mondial 2010 ayant opposé samedi au Caire les équipes d’Algérie et d’Egypte.

Le porte-parole du ministère égyptien de la Santé, Abderrahmane Chahine, a également démenti à l’AFP au Caire dimanche en soirée tout décès parmi les Algériens venus soutenir leur équipe.

« Nous démentons tout décès parmi les supporteurs algériens« , a déclaré M. Chahine.

Les deux pays ont cependant fait état de plusieurs supporteurs des deux nationalités blessés.

« A cet instant, aucun décès n’a été signalé du côté des supporteurs algériens » après cette rencontre, a indiqué M. Hadjar dans une déclaration à la chaîne 1 de la radio nationale algérienne citée par l’agence APS.

« Des informations circulaient depuis samedi faisant état de la mort de supporteurs algériens au Caire, mais après vérification, notamment auprès des services hospitaliers, aucun décès nous a été signalé« , a-t-il affirmé.

L’ambassadeur algérien a également démenti les informations rapportées par certains médias, selon lesquelles « les corps de six victimes sont arrivés à l’aéroport international Houari-Boumediene » d’Alger, ajoute l’APS.

« Le gouvernement égyptien nous a informés sur les blessures de onze Algériens, qui ont quitté l’hôpital après avoir reçu des soins« , a-t-il encore indiqué, toujours de même source.

M. Chahine avait auparavant dressé un bilan de 32 personnes, dont 20 Algériens, blessées dans la nuit de samedi à dimanche.

Un journaliste de l’AFP sur place avait rapporté qu’au moins quatre bus transportant des Algériens avaient été caillassés après le match.

La sélection algérienne avait été la cible de jets de pierres peu après son arrivée au Caire jeudi soir. Trois joueurs avaient été blessés. (…) (Le Monde)

Ces démentis semblent crédibles: Le Caire n’est pas le Waziristan ou le Sud Kivu, et on y meurt pas sans la légendaire bureaucratie égyptienne – certificat de décès, permis d’inhumer et, pour victimes étrangères, les formalités nécessaires au transport d’un cadavre vers son pays d’origine, chose qui ne peut se faire qu’avec la coopération des services consulaires et aéroportuaires dudit pays, c’est-à-dire l’Algérie. On peut donc présumer que l’ambassadeur d’algérie parle en connaissance de cause, à moins qu’il ne fasse lui aussi partie d’un « complot diabolique » comme les a dénoncés le président de la fédération algérienne… Il est vrai que l’ambassadeur algérien a été vertement critiqué pour ses propos démesurément optimistes d’avant-match:

Abdelkader Hadjar est d’abord revenu sur la fameuse « Journée Mondiale de la Peur » que certaines parties égyptiennes menacent d’organiser pour semer la frayeur parmi les joueurs de la sélection algérienne. Notre interlocuteur révèle qu’il a personnellement exposé le sujet aux services de sécurité égyptiens qui lui ont donné des garanties quant à la sécurité des joueurs, des accompagnateurs et des supporters algériens. Ces services ont indiqué qu’il ne faut pas se fier aux informations communiquées par les médias ou les forum d’Internet, d’autant que les rassemblements près de l’hôtel où séjourneront les algériens sont strictement interdits. Ils ont assuré que les déplacements des Verts seront encadrés sur le plan sécuritaire, rapporte Hadjar. (…) Le représentant de la diplomatie algérienne a expliqué au sujet du séjour des supporters, que des efforts sont fournis afin que les algériens soient logés dans des hôtels proches les uns des autres, et de préférence loin du centre-ville, pour éviter un contact trop proche avec les supporters des Pharaons. L’ambassadeur rassure quant à la sérénité du climat et des intentions des responsables égyptiens qui oeuvrent pour que la rencontre se déroule dans les meilleures conditions. (Ech-chourouk)

Aujourd’hui mardi, un communiqué officiel du ministère algérien des affaires étrangères a confirmé qu’aucun supporter algérien ne serait décédé au Caire:

Aucun Algérien n’est décédé au Caire

Le ministère des Affaires étrangères a rendu public lundi un communiqué dans lequel il a réaffirmé qu’aucun citoyen algérien n’est décédé au Caire à la suite des incidents survenus après le match Egypte-Algérie.

Voici le texte intégral du communiqué du ministère rediffusé à la demande des abonnés : « Des rumeurs et des informations erronées ont été colportées, selon lesquelles des décès auraient été enregistrés parmi les ressortissants algériens qui se sont rendus au Caire pour supporter l’équipe nationale de football.

A l’issue des investigations, menées par l’ambassade d’Algérie au Caire auprès des autorités locales et au niveau des hôpitaux et des morgues, le ministère des Affaires étrangères tient à démentir formellement ces allégations. Aucun ressortissant n’est décédé au Caire à la suite des incidents survenus, ni parmi les supporters qui se sont déplacés à partir du pays, ni parmi les Algériens résidant en Egypte.

Nos supporters algériens ont effectivement été victimes d’agressions indignes de la part d’énergumènes avant ou après le match de samedi dernier. A la suite de ces incidents, il a été enregistré une vingtaine de blessés parmi nos ressortissants à des degrés divers, mais fort heureusement sans gravité, qui ont tous quitté les structures hospitalières après avoir reçu les soins nécessaires.

La liste des blessés est disponible au ministère des Affaires étrangères. Par ailleurs, plus de 300 citoyens qui ont fait le déplacement au Caire ont choisi de se rendre de cette ville à Khartoum pour soutenir encore l’équipe nationale. Leur transfert est actuellement en cours avec des vols spéciaux de la compagnie Air Algérie et des forces aériennes de l’ANP.

Le ministère des Affaires étrangères espère que ces informations seront de nature à rassurer notre opinion publique et à favoriser le retour au calme et à la sérénité. Une cellule de suivi a été mise en place au ministère des Affaires étrangères depuis le 11 novembre dernier.

Toute personne n’ayant pas de nouvelles d’un proche qui se serait rendu au Caire pour le match de samedi dernier est invitée à prendre contact avec cette cellule au numéro vert suivant : 30-40″. (El Watan)

Le mal était en tout cas fait – le mélange de faits réels de violence, absolument inacceptables, et de rumeurs sans fondement – du moins à ce jour – a entraîné des actes de violence en Algérie, contre les expatriés égyptiens qui y habitent, le plus souvent représentants des importants intérêts économiques égyptiens dans ce pays: la multinationale égyptienne Orascom est ainsi titulaire d’une licence de téléphonie mobile via sa filiale Djezzy, et d’intérêts dans le ciment qu’elle vient de cèder au groupe français Lafarge. Des voyous algériens s’en sont ainsi pris aux différentes entreprises égyptiennes en Algérie, et des cordons de sécurité renforcés ont protégé l’ambassade d’Egypte à Alger. Paradoxalement, le nouveau siège de la Fédération algérienne de foot-ball (FAF) est construit par l’entreprise égyptienne Arab Contractors, avec du personnel égyptien (cela semble souvent être le cas en Algérie, les entreprises étrangères emmènent leur propre personnel plutôt que de recruter localement) – qui ont préféré se réfugier à l’ambassade d’Egypte à Alger:

Ils sont chargés de réaliser le nouveau siège de la FAF: Les ouvriers d’Arab Contractors se réfugient à l’ambassade

Les employés de l’entreprise égyptienne Arab Contractors, qui sont en train de réaliser le nouveau siège de la Fédération algérienne de football ont changé de direction hier.

En effet, au lieu de se rendre à leur lieu de travail, ils ont choisi de se réfugier à l’ambassade d’Égypte à Alger de peur d’être agressés. C’est ce qu’on appelle l’ironie du sport. (Liberté)

Leur peur est loin d’être infondée, au vu de véritables pogroms qui ont lieu contre des Egyptiens résidant en Algérie – ainsi, le personnel égyptien d’Orascom à M’sila a vu son complexe résidentiel saccagé par la foule:

Violence anti-égyptienne en Algérie

Le 14/11/2009 à 10:41

Un groupe de jeunes Algériens a attaqué jeudi soir une résidence habitée par des cadres de la cimenterie du groupe égyptien Orascom à M’sila, au Sud-Est d’Alger, après le caillassage au Caire du bus transportant l’équipe nationale algérienne, rapporte samedi la presse algérienne.

La police est intervenue pour mettre les cadres égyptiens et leurs familles à l’abri mais «tous les appartements de la résidence ont été saccagés et pillés» et une voiture incendiée, précise le quotidien. Le Quotidien d’Oran ajoute que 14 policiers ont été blessés durant des affrontements entre les forces de l’ordre et les jeunes pendant cette opération.

A Alger, toutes les rues menant à l’ambassade d’Egypte ont été fermées dès jeudi soir et les locaux de sociétés égyptiennes sécurisées. (Avec AFP) (L’Equipe)

Une foire à Tlemcen a été attaquée par des émeutiers souhaitant s’en prendre aux exposants égyptiens:

Tlemcen: La foire commerciale attaquée

par Allal Bekkaï (Le Quotidien d’Oran)

La foire commerciale Faimap Expo (Oued Souf) qui se tient actuellement à Chetouane, dans la wilaya de Tlemcen au niveau des locaux des ex-Galeries algériennes, a été la cible, dimanche de jets de pierre lancés par des jeunes en colère. La baie vitrée de la porte d’entrée a volé en éclats. Chauffés à blanc, les assaillants voulaient en découdre avec les exposants égyptiens. Suite à cet incident, il a été décidé d’évacuer des lieux les trois commerçants égyptiens, selon le gérant rencontré sur place.

A Skikda, des travailleurs d’une filiale du groupe égyptien Orascom semble avoir pris d’assaut leur propre usine, un cadre égyptien ayant du quitter sous escorte policière:

Skikda: Des travailleurs algériens empêchés de rejoindre leur lieu de travail

par A. Boudrouma (Le Quotidien d’Oran)

Le service d’ordre a mis fin à un rassemblement de centaines de travailleurs devant les portes de la société égyptienne OCIA filiale d’Orascom après la tournure prise par les événements.

En effet, les travailleurs interdits d’accès à leurs lieux de travail pour la troisième journée consécutive se sont mis à jeter des pierres en direction des baraquements désertés par précaution en raison de la tournure prise par le match Algérie-Egypte et les informations qui ont couru au sujet des dures conditions auxquelles ont été soumis fans et joueurs de l’équipe nationale de football, en Egypte.

Les travailleurs ont quitté les lieux bruyamment pour sortir ensuite de la zone industrielle encadrés par un service d’ordre venu en renforts, en scandant des «One, two, three, viva l’Algérie» et autres slogans d’encouragement de l’équipe nationale de football.

A noter que la tension n’a pas cessé de monter durant les trois jours d’arrêt, tension exacerbée par des provocations de membres de la communauté égyptienne qui selon des témoignages de travailleurs de la plate-forme pétrochimique ont été à l’origine du débordement. Un cadre d’OCIA qui était venu le matin a été évacué sous bonne escorte policière. A noter que cette société sous-traite la partie génie civil du méga-train GNL de Sonatrach, pour le compte de la firme américaine KBR.

Au centre-ville, les forces de l’ordre ont renforcé la sécurité autour du siège de Djezzy, l’opérateur de téléphonie mobile du même groupe égyptien Orascom, tandis qu’à quelques mètres de là des centaines de jeunes avaient pris d’assaut les bureaux d’Air Algérie pour retirer le précieux billet du voyage en direction de Khartoum au Soudan.

 A Aïn Defla, 2.000 émeutiers ont assiégé un hôtel où se trouvaient des hommes d’affaires égyptiens, avant de saccager un local commercial de Djezzy, la filiale téléphonique d’Orascom, et le commissaire de police se félicite d’avoir pu éviter la perte de vies humaines:

Nuit d’échauffourées à Aïn Defla: Un hôtel et l’agence Djezzy Saccagés

par M. N. (Le Quotidien d’Oran)

La ville de Aïn Defla a été le théâtre d’échauffourées durant la nuit de dimanche à lundi. En effet, le soir vers 22h, quelque 2.000 jeunes s’en sont pris à l’hôtel «Doui» où séjournent depuis des mois des Egyptiens cadres d’une société industrielle implantée à Aïn Defla. La police s’est interposée et a tenté d’abord de calmer les esprits surchauffés en réaction aux images chocs diffusés dans certains médias et surtout d’une vidéo circulant sur le Web faisant état d’Algériens tués au Caire. Les officiers de police ont tenté de nouer le dialogue avec les manifestants pour éviter tout dérapage, rien n’y a fait. Des renforts sont dépêchés sur les lieux. Devant le bouclier placé devant l’hôtel, les quelque 2.000 manifestants ont réagi par des jets de pierres. A la dernière limite, les policiers ont tenté d’éloigner la foule de l’hôtel en usant de gaz lacrymogène, pendant que d’autres policiers utilisant une voiture blindée ont fait évacuer les ressortissants égyptiens pour les placer en lieu sûr. Tirs de bombes lacrymogènes, jets de pierres, cela a duré 2h environ.

Quelque 600 à 700 individus se sont ensuite dirigés alors vers l’agence Djezzy où déjà la police avait pris place. Là aussi les officiers de police ont tenté le dialogue pour dissuader la foule de ne pas commettre l’irréparable. Avant d’être dépassés par les événements, des policiers ont pu évacuer le gardien de nuit, les armes des gardiens et les coffres. «Ce fut et c’est notre but primordial», nous a déclaré le commissaire Halim, chargé de communication. Une fois la mission essentielle accomplie par les policiers, ces derniers ont été submergés par la foule déchaînée. Les locaux sont alors saccagés. «Les dégâts matériels comptent peu à côté des vies humaines», nous déclare le commissaire. Quelques policiers ont subi des blessures légères causées par les jets de pierres. Cependant avant que les dégâts ne prennent plus d’ampleur et ne s’étendent à d’autres secteurs, bon nombre de citoyens, des sages sont alors intervenus et après des heures de palabres, les esprits se sont calmés ici et là. Le wali en personne était sur les lieux et a pris langue avec les manifestants en colère. La police a procédé à 14 interpellations.

A Constantine, slogans à la gloire de l’armée, tentative de mise à sac d’une agence de Djezzy (filiale algérienne du groupe égyptien Orascom) et appels au boycott de produits égyptiens se sont mêlés:

La circulation était complètement bloquée au niveau de ce carrefour vital du centre-ville. Des écoliers et des jeunes chômeurs criaient « Pas d’école, pas de travail, tous avec les Verts !». «Djeïch, Châab mâak ya Saâdane» (L’armée et le peuple sont avec toi Saâdane), leur répondait avec ferveur un autre groupe massé sur le trottoir d’en face. A ce moment, un groupe d’une cinquantaine d’adolescents, agitant drapeaux et slogans, débouche de la rue Boudjeriou. Ils revenaient du quartier Belouizded où ils étaient allés dans l’intention de saccager et brûler les bureaux de Djezzy, mais ils furent repoussés aussitôt par les forces de l’ordre. En route vers les locaux de cet opérateur de téléphonie mobile, dont l’agence de la ville du Khroub a été, pour rappel, saccagée dimanche avant d’être brûlée, il a été remarqué sur les murs des affichettes recommandant un boycott des produits égyptiens. «Ce n’est pas bon et nullement rentable de faire cela», estime un cadre financier de l’APC. Selon lui, il faut au contraire «montrer aux Egyptiens que les Algériens sont plus éduqués et plus civilisés qu’eux ». Arrivés devant l’agence de Djezzy du boulevard Belouizded, nous assistons à un face-à-face entre les forces de l’ordre et des groupes de jeunes qui cherchaient à saccager les locaux de l’agence en l’attaquant avec toutes sortes d’objets. Toutefois, au bout d’un quart d’heure de «débats» contradictoire entre les deux parties, les forces de l’ordre sont parvenues quand même à dissuader les émeutiers, qui ont fini par renoncer à leur projet, se constituant en cortège bruyant pour remonter le boulevard en scandant les slogans à la gloire de l’équipe nationale. (Le Quotidien d’Oran)

A Alger, un bijoutier égyptien a vu sa boutique dévalisée par la foule:

Rumeurs, tension et agitation à Alger

par Ghania Oukazi (Le Quotidien d’Oran)

Les agences Djezzy, Egypt-Air, une bijouterie appartenant à un ressortissant égyptien ont été saccagées par des groupes de jeunes aveuglés par un esprit de vengeance désolant.

Après l’ébullition qui s’est emparée dimanche après-midi de centaines de jeunes qui ont assiégé la place Maurice Audin dans l’espoir de décrocher un billet de l’agence Air Algérie pour aller à Khartoum, la matinée d’hier s’annonçait calme. Rien ne présageait que les manifestations de soutien à l’équipe nationale allaient dégénérer. Et pourtant si. L’espoir de vaincre demain l’équipe égyptienne à Khartoum s’est transformé en une fureur de vengeance terrifiante et désolante. La bijouterie faisant face au marché Meissonnier a été saccagée et tous les bijoux exposés ont été volés. Le groupe de jeunes qui a procédé à cette sale besogne a appris, comme par hasard, que le propriétaire de la boutique est un ressortissant égyptien.

Des agences de l’opérateur privé de la téléphonie mobile, Djezzy, dont le propriétaire est aussi égyptien, ont été saccagées à l’exemple de celle de Dar El-Beïda à l’est d’Alger, celle de Bab El-Oued et celle située à place Audin. L’agence de la compagnie Egypt-Air l’a été au même moment. L’odeur de brûlé empestait encore l’atmosphère dans le milieu de l’après-midi d’hier. Les rideaux de l’agence, baissés depuis longtemps, ont été défoncés, les documents déchirés et les ordinateurs mis en miettes ont été jetés sur le trottoir de la rue Didouche Mourad.

Heureusement, en prévision des violences populaires, l’agence EgyptAir était fermée et donc vide au moment des faits, qui n’ont donc fait que des dégâts matériels. Le feu a néanmoins été mis à l’agence, au pied d’un immeuble, dont les habitants ont craint pour leur vie:

Le siège d’Egypt Air a été saccagé en plein centre d’Alger lundi par des centaines de supporters de l’équipe algérienne de football, qui ont défoncé portes et fenêtres avant de mettre le feu au mobilier, a constaté un journaliste de l’Associated Press.

Un énorme panache de fumée noire s’est dégagé des fenêtres donnant sur le boulevard Mohamed V, rendant du coup la visibilité quasiment nulle pour les automobilistes qui, contraints de s’arrêter, ont participé du coup la mêlée générale.

« One, two, three, viva l’Algérie« , scandaient les supporters, filles et garçons, pendant que les sapeurs-pompiers tentaient d’éteindre les flammes pour empêcher le feu d’atteindre les étages supérieurs de l’immeuble, d’où s’élevaient des cris d’angoisse des occupants.

« Je n’ai pas pu obtenir un billet pour aller à Khartoum (Soudan) aujourd’hui, mais pour moi, participer à la mise à sac de cette agence est une façon de venger le sang de nos camarades joueurs qui ont échappé à la mort« , a déclaré à l’AP l’un des supporteurs, Karim Habili, étudiant en interprétariat à la faculté d’Alger Centre. (…) Les services de sécurité déployés sur les lieux de l’incendie au siège d’Egypt Air lundi tentaient de convaincre la foule de s’éloigner des flammes, sans user de leurs matraques. Selon un officier de police ayant requis l’anonymat, « ordre a été donné de haut de canaliser la foule sans recours à la violence pour éviter des dérapages » (The Canadian Press).

A Bouira, une agence de Djezzy a été mise à sac par des centaines d’émeutiers. Le siège de Djezzy à Alger a également été saccagé, les ressortissants égyptiens s’y trouvant ayant du chercher refuge dans un hôtel international avoisinant:

Dimanche soir c’est le siège flambant neuf de l’opérateur de téléphonie mobile Djezzy, du groupe égyptien Orascom, qui avait été vandalisé à Bab Ezzouar par des centaines de jeunes supporteurs arrivés des quartiers environnants. Des véhicules de service ont été incendiés, du matériel informatique et des milliers de téléphones portables ont été subtilisés par les manifestants aux cris de « le peuple avec vous les Verts« . Le personnel de nationalité égyptienne s’est réfugié dans un hôtel international situé à 500 mètres du siège vandalisé.

De nombreux autres bureaux et boutiques de Djezzy ont été mis à sac dimanche soir et lundi à travers le territoire algérien. (The Canadian Press)

Plus de détails sur la mise à sac du siège de Djezzy:

A crowd of Algerian football supporters attacked the headquarters of the Algerian subsidiary of Egypt’s Orascom Telecom (ORTE.CA) (ORTEq.L), smashing windows and destroying office equipment, the company said on Monday.

The offices, in a suburb of Algiers, were attacked on Sunday night, a day after a soccer World Cup qualification match between Egypt and Algeria which sparked reports that Algerian supporters had been assaulted by rival fans.

Metal fencing surrounding the office complex was ripped down while inside the complex, computer monitors, office chairs and water coolers were lying on the ground, a Reuters reporter who visited the scene on Monday said.

Windows in a guardhouse were smashed in the attack. At least a dozen vehicles in the office car park had broken windows. Riot police with water cannon were parked outside the complex.

« During these acts of vandalism telephone and computer equipment was subject to ransacking, theft and looting, » the subsidiary, which operates under the name Djezzy, said in a statement seen by Reuters. (Reuters)

La direction de Djezzy à Dar El-Beïda attaquée par des émeutiers – Le personnel est épargné

Liberté  Par : DJAZIA SAFTA

Des jeunes avec des chaises ou des unités centrales de micro-ordinateurs, des imprimantes, des extincteurs, des paquets de puces et même des verres d’eau    courant dans tous les  sens criant à tue-tête “One, two, three, viva l’Algérie”. C’est l’image de l’assaut lancé contre le siège de Djezzy. Des jeunes plus déchaînés les uns que les autres, ivres de colère, avec une seule idée en tête : détruire tout ce qui est égyptien. Des policiers anti-émeutes et les brigades d’intervention spéciales étaient sur les lieux, mais personne n’a pu calmer ces jeunes fous de rage et déterminés à aller jusqu’au bout de leur action. Selon des témoins présents sur place, l’assaut “a débuté vers 17h30 quand des jeunes ont commencé à affluer de partout pour se rassembler devant la direction générale de l’opérateur. Juste après, la tension montant, — ils ont commencé à forcer les barrières de sécurité et le barrage de police, présent 7 j/ 7 et 24h/24 —, n’a pu que constater les dégâts. Selon des témoignages de policiers présents sur place, les émeutiers ont commencé à lancer des pierres sur les policiers, contraints de se retirer. Une fois l’obstacle des forces de l’ordre dépassé, ils sont rentrés au parking de la direction pour s’en prendre aux véhicules du personnel encore présent sur les lieux”.

Les policiers affirment, par ailleurs, que les employés n’ont pas été touchés et personne n’a été blessé. Par ailleurs, nos interlocuteurs nous ont confié que durant cette “altercation”, deux policiers et une dizaine de jeunes émeutiers seront blessés. L’un d’entre eux, qui a requis l’anonymat, nous a révélé que “l’information concernant la destruction du siège de Djezzy, si l’Algérie perd, circulait depuis mercredi. C’est pour cela que le dispositif qui protège la bâtisse a été renforcé”.  Mahdi, un jeune présent raconte : “Il était  19h30 quand des jeunes ont commencé à se rassembler devant Djezzy et tenté de défoncer les barrières qui finissent pas céder. Ensuite, ils ont pris d’assaut l’immeuble où ils ont tout dévalisé ; ce qu’ils n’ont pu prendre a été détruit et brûlé.” Il ajoute que “les forces de l’ordre présentes sur place nous ont frappés avec des matraques.”

Un autre émeutier recommande : “Nous appelons tous les Algériens abonnés chez Djezzy à détruire leurs puces.” La colère des jeunes présents sur place était grande au point que l’un d’entre eux nous a avoué : “Ce que vous voyez aujourd’hui ce n’est rien, si on perd mercredi, ce sera cent fois pire.” Son ami a tenu à souligner que leur présence sur les lieux, “c’est par pure curiosité”, tout en témoignant sa colère face aux traitements auxquels avaient eu droit les Algériens. “Le problème n’est pas le fait de perdre un match de football, mais ce sont nos frères qui sont morts là-bas. Ils en ont tué 4 et c’étaient des étudiants partis assister à une rencontre de foot et supporter leur équipe nationale et la voir qualifiée, après tant d’années, au Mondial”. Et de poursuivre : “Je sais que casser des immeubles ou des magasins, c’est nul mais le plus triste c’est que cela ne va pas rendre la vie à nos frères morts”, regrette-t-il, les larmes aux yeux.  Certains jeunes ont même refusé l’offre de Djezzy de payer le billet d’avion à 10 000 Algériens pour assister à la rencontre de mercredi à Khartoum. “Nous n’avons pas besoin de Djezzy, nous avons nos propres sponsors. De plus, nous préférons partir avec nos propres moyens que de recevoir le moindre centime de leur part”, explique un des émeutiers. Au même moment où l’immeuble de Djezzy était mis à sac, les jeunes faisaient des affaires en tentant de vendre leur butin.

Des présents nous relatent que “des micro-ordinateurs sont cédés à El-Qaria à 6 000 DA”. Un autre renchérit en assurant qu’on lui a proposé deux PC HP dernier cri à 20 000 DA. Les anecdotes n’en finissent pas. Un autre jeune nous assure avoir vu un “frère musulman” sortir avec un PC portable caché sous sa gandoura et donner rendez-vous à son ami lors de la prière du fadjr. Un autre renchérit que “même des enfants de riches étaient de la partie. Il y a ceux qui volent juste pour le plaisir.” Minuit et les jeunes ne décolèrent toujours pas. “Les jeunes se sont scindés en deux groupes. Le premier s’est attaqué au centre de réclamations à quelques mètres  de l’immeuble saccagé où ils ont fait exploser un tuyau de gaz. Ce qui a créé un mouvement de panique chez les résidents de l’immeuble où sont les bureaux de l’opérateur. Quant à l’autre groupe, il est parti à la zone industrielle de Oued Smar où ils se sont introduit dans les ateliers où les puces sont fabriquées. Même scénario que celui de la direction ; tout a été détruit.”

Le calme ne sera revenu à Dar El-Beïda que tard dans la soirée.

Les émeutiers ont visé non seulement les sociétés, mais également les hôtels et logements soupçonnés d’abriter des Egyptiens, certains émeutiers étant armés de couteaux:

Ayman Sayyed, an engineer who returned with his wife and daughter, said on arrival at Cairo airport that on Sunday « 400 Algerians besieged the building where we live with other Egyptians, but we managed to get out. » Mohannad Ibrahim, an accountant, said for his part that « our house was surrounded by Algerians carrying knives, but we were able to escape via the roof. » (AFP)

A Oran, le complexe résidentiel accueillant le personnel égyptien de la société OTA a été assiégé par des émeutiers avant d’être dégagé par les forces de l’ordre (il faut souligner au passage que les forces de l’ordre algériennes semblent plus fermes que leurs homologues égyptiens – il est vrai aussi que la violence en Algérie touche tout le pays et des cibles très diverses, contrairement à ce qui fût le cas au Caire):

A Oran, le siège d’OTA n’a pas été attaqué, contrairement aux rumeurs qui ont circulé dans la ville toujours parée aux couleurs nationales.

Le soir, alors que des Egyptiens regroupés dans la base de vie de l’entreprise Orascom donnaient les rumeurs les plus alarmistes à la chaîne satellitaire Mehwer faisant état d’un véritable lynchage, des jeunes de Chehaïria, où est implanté le camp que nous avons contacté, ont été unanimes à dire que cela relevait du mensonge et de la grossière manipulation.

«Comment voulez-vous que des milliers d’Algériens investissent un camp situé dans une zone sécurisée relevant du secteur des hydrocarbures et où l’accès est strictement filtré». Des jeunes qui habitent des zones du camp, outrés par le comportement de certains Egyptiens qui n’avaient pas cessé depuis le match de les provoquer, ont tenté d’investir les lieux.

Cette situation de tension a duré de 19h jusqu’à 22h. L’arrivée des gendarmes a permis la levée du siège», dira un élu de la commune de Bethioua dont relève la localité de Chehaïria. Hier, des sources locales ont indiqué que des Egyptiens avaient fait leurs bagages et exigé le transport pour rentrer dans leur pays.

«Les autorités locales se sont déplacées sur les lieux pour rassurer ces travailleurs, et toutes les dispositions ont été prises pour renforcer la sécurité du site dont le gardiennage est assuré par l’entreprise de sécurité chargée de la zone industrielle d’Arzew, les services de sécurité et les agents de sécurité d’une entreprise sous contrat avec Djezzy. Il ne leur arrivera aucun malheur, contrairement à certaines chaînes qui avec des pseudo-correspondants se présentant comme des résidents du camp ont voulu faire un scoop», dira la même source. (Le Temps d’Algérie)

Un restaurant acceuillant des employés égyptiens d’Orascom a également été pris d’assaut, seule l’intervention des forces de l’ordre sauvant les Egyptiens du lynchage:

Un groupe d’Egyptiens travaillant pour l’opérateur mobile Djezzy a été attaqué, dimanche à l’heure du déjeuner, par des jeunes algériens à Bab Ezzouar, dans la banlieue-Est d’Alger selon des source policière. Les Egyptiens se trouvaient dans un restaurant non loin de l’hôtel Mercure d’Alger où ils étaient venus déjeuner lorsque des jeunes Algériens ont pénétré à l’intérieur. Bilan : plusieurs Egyptiens blessés, dont un dans un état grave, selon la même source. L’intervention rapide de la police a permis d’éviter le pire. Le quartier était toujours bouclé dimanche à 16 heures et les mesures de sécurité considérablement renforcées autour du siège de Djezzy.

Un autre égyptien, occupant le poste de Directeur général au sein de Djezzy, a été agressé à l’aéroport d’Alger par des supporters algériens revenant d’Egypte, selon l’opérateur mobile. Djezzy est une filiale de l’égyptien Orascom. (Le Matin)

Conséquence: les ressortissants égyptiens résidant en Algérie commencent à fuir le pays, du moins ceux qui le peuvent, en premier les expatriés égyptiens travaillant pour les importants intérêts commerciaux égyptiens présents en Algérie:

Des Egyptiens quittent l’Algérie à cause des violences

AFP 16.11.2009, 19h10

Une centaine de personnes ont quitté l’Algérie à cause des violences visant les ressortissants égyptiens à l’approche du match d’appui Algérie-Egypte, mercredi soir à Khartoum, qui décidera laquelle des deux équipes sera qualifiée pour le Mondial 2010, et sont arrivées à l’aéroport du Caire. Ayman Sayyed, un ingénieur égyptien revenu au Caire avec sa femme et sa fille, a raconté à son arrivée que « dimanche soir, 400 Algériens ont assiégé l’immeuble où nous vivons avec d’autres Egyptiens, mais nous avons réussi à sortir« . Selon certains témoignages, des expatriés égyptiens ont dû être regroupés dans des zones sécurisées par la police algérienne.

Afin de se protéger sans doute contre les hooligans et surtout le boycott commercial de l’Egypte prôné par de nombreux journaux algériens, Djezzy a décidé de financer le voyage de 10.000 supporters algériens pour Khartoum. Son PDG, l’Algérien Hamid Grine, a mis en avant les contrats de sponsor qui la lient à quatre joueurs algériens, et accuse sa concurrente Nedjma d’attiser les rumeurs sur le soutien de Djezzy à l’équipe nationale égyptienne. Les pertes de Djezzy suite aux émeutes anti-égyptiennes sont substantielles, 70.000 téléphones portables ayant été volés par les émeutiers:

« les pertes sont estimées à plusieurs millions de dollars». Il a indiqué, en outre, que 15 agences ont été ciblées par les milliers d’émeutiers, précisant que «le préjudice de ces attaques seront évalués par des rapports d’assurances et ceux des services de police». «70 000 portables d’une valeur de 5 millions de dollars ont été volés», devait-il indiquer substantiellement. (Le Temps d’Algérie)

La maison mère de Djezzy, le groupe égyptien Orascom, a décidé de rapatrier les cadres égyptiens présents en Algérie:

Selon nos informations, l’opérateur Orascom Telecom a décidé de rapatrier en Egypte l’ensemble de ses cadres égyptien travaillant à Djezzy.   Les premiers cadres de l’opérateur mobile ont quitté Alger dimanche soir. Les autres devraient rejoindre le Caire lundi dans la journée. Les cadres égyptiens de Djezzy qui se trouvaient en fin de semaine en Egypte ont décidé de ne pas regagner l’Algérie. Tous les expatriés égyptiens de Djezzy sont concernés par cette mesure, la première du genre depuis l’implantation en 2002 du groupe en Algérie. Par ailleurs, toutes les agences de Djezzy ont été placées sous haute surveillance des forces de sécurité.   Cette décision a été prise pour des raisons de sécurité. Dimanche, des cadres égyptiens de Djezzy ont été attaqués dans un restaurant situé non loin de Bab Ezzouer, dans la banlieue-Est d’Alger. Un directeur de Djezzy a également été agressé à l’aéroport d’Alger par des supporters algériens de retour du Caire.

Au Soudan, juste retour des choses, c’est le bus de l’équipe égyptienne qui a à son tour été caillassé – par des supporters algériens en toute vraisemblance.

La presse algérienne a réagi de manière diverse: à leur honneur, de nombreux journaux ont couvert aussi bien les violences contre les Algériens en Egypte que contre les Egyptiens en Algérie (avec mention spéciale pour cet article de Ghania Oukazi dans le Quotidien d’Oran). Le Matin, tout en semblant cautionner dans un article la violence contre les Egyptiens en Algérie (« Des égyptiens attaqués à Alger : quand on sème la haine, on récolte la violence« ), parle de « chasse à l’Egyptien« . El Watan s’est extasié sur les « braves Marocains, emblème algérien à la main pour supporter nos Verts » le lendemain d’un éditorial – « Hagrouna » - commençant ainsi:

Devant les soldats marocains qui franchirent belliqueusement en 1963 la frontière algérienne, Ben Bella, le premier président de la République, eut ce cri chargé d’une forte intensité patriotique : hagrouna ! (On nous a agressés). Il n’en fallut pas plus aux Algériens qui venaient à peine de sortir de la nuit coloniale pour se rendre, par milliers, aux frontières défendre, mains nues, leur sol convoité. Aujourd’hui, une hogra d’un autre type est venue d’un pays présenté comme ami depuis toujours par l’idéologie baâssiste, l’Egypte, où un odieux guet-apens a été tendu à l’équipe algérienne de football. Manigancé en haut lieu, au Caire, le plan machiavélique visait à fragiliser et faire perdre le match aux joueurs algériens, et c’est ce qui arriva.

L’Expression appelle à la rupture des relations diplomatiques avec l’Egypte (qui a d’ailleurs convoqué l’ambassadeur algérien au Caire pour consultations):

Il y a lieu de s’interroger devant une telle situation: que reste-t-il de «la fraternité» algéro-égyptienne? Le pouvoir algérien, qui s’est suffi de condamner les agressions, doit prendre des mesures strictes aussi bien sur le plan politique qu’économique. A quoi sert-il d’avoir des relations diplomatiques avec un pays qui a manifesté une haine viscérale envers l’Algérie, ses symboles et son peuple? Devant une telle situation, l’Algérie doit rappeler son ambassadeur au Caire. Une éventualité que la presse a dévoilé ces derniers jours. Quant à sa présence à la Ligue arabe, il suffit juste de maintenir une présence diplomatique symbolique au Caire. (…)

L’Algérie constitue un espace vierge pour les intérêts égyptiens. Les Egyptiens se font de la fortune sur le dos de l’Algérie et expatrient leurs devises en Egypte. En contrepartie, nos intérêts économiques en Egypte sont très minimes pour ne pas dire inexistants. Quel intérêt d’avoir, ainsi, des relations économiques qui vont dans l’intérêt unilatéral, d’un seul pays, l’Egypte? A commencer, même s’il le faut, par la réduction des vols aériens reliant les deux capitales.

A la veille du match de barrage à Khartoum, certains sites citent complaisamment les commentaires meurtriers de certains supporters algériens:

« Les Egyptiens sont terrorisés, ici à Khartoum. Mais nous avons décidé de ne rien faire qui pourrait gêner l’équipe nationale. A la fin du match, on verra. Si on doit tuer tous les Egyptiens, on le fera».

Lundi soir, à Khartoum, Badroo, le célèbre supporter de l’ES Setif et des Verts, joint au téléphone par TSA était confiant. Les supporters algériens ont déjà pris le contrôle de la ville face à des Egyptiens terrorisés. (…)

Lundi soir, les supporters algériens ont effectué une première démonstration de force : ils ont rendu visite à un hôtel qui héberge des supporters égyptiens. « Nous leur avons montré seulement qu’on était là, présents. Ils sont terrorisés. Nous avons rebroussé chemin sans rien faire », affirme Badroo. (…)

« Des femmes ont été violées et des Algériens tués en Egypte. Il faut se venger », affirme un supporteur rencontré devant l’agence Egypte Air située place Audin au centre d’Alger. Cette agence a été complètement détruite lundi par les manifestants qui scandent des slogans de guerre. « Djeich, chaâb, maâk ya Saâdane » où encore « Maâyak ya Saâdane fi soudane moudjahidin », crient haut et fort des jeunes, torses nus. (…) (Tout sur l’Algérie)

Les supporteurs algériens continuaient de manifester mardi dans les rues d’Alger en soutien à l’équipe nationale qui affronte l’Egypte mercredi à Khartoum en match d’appui pour la qualification au Mondial 2010. Des milliers de personnes sont rassemblées devant la Grande poste.

Ils chantent, dansent en scandant des slogans hostiles à l’Egypte. « Oulach smah oulach » (pas de pardon), « Bab El Oued chouhada« , « Sehata nlabsolu lfergani« , « les Algériens« , « Mort aux Egyptiens« , sont autant de slogans scandés par des supporters toujours en colère après l’agression sauvage contre l’équipe nationale au Caire. (Tout sur l’Algérie)

Si la FIFA était véritablement animée par l’esprit sportif, une solution s’imposerait: annuler le match de barrage, suspendre les deux équipes des compétitions internationales pour un an et des matches à domicile devant public pour deux années supplémentaires, et donner la cinquième place africaine pour le Mondial 2010 au meilleur second des groupes de qualification, à savoir le Burkina Faso, deuxième du groupe E avec 12 points. Mais on peut toujours rêver, hélas, notamment ne lisant le communiqué d’une incroyable tiédeur publié aujourd’hui…

La garde à vue en matière anti-terroriste en droit comparé – et au Maroc

garde à vue
Un rapport intéressant de l’ONG britannique Liberty bien que datant de deux ans, comparant les durées de garde à vue – « pre-charge detention » en anglais, ce qui correspond à la détention avant d’être présenté à un juge. Le graphique page 4 est parlant: la durée de garde à vue en matière anti-terroriste va de 1 jour (Canada) à … 28 jours (Royaume-Uni – cette durée est restée inchangée en dépit d’une tentative du gouvernement travailliste de la faire passer à 56 puis à 42 jours – le Parlement n’a pas suivi après une rebellion de parlementaires travaillistes – voir ici pour un background complet). Pour info, au Maroc, c’est 12 jours en vertu de la loi anti-terroriste adoptée le 28 mai 2003, soit moins de deux semaines après les attentats sanglants du 16 mai à Casablanca:

« La durée de la garde à vue est fixée à 96 heures renouvelable deux fois pour une durée de 96 heures chaque fois sur autorisation écrite du Ministère Public, ce qui porte donc à 12 jours le délai de garde à vue (article 66 [du Code de procédure pénale] – 4ème alinéa) » – Rapport de la Mission Internationale d’Enquête, « LES AUTORITES MAROCAINES A L’EPREUVE DU TERRORISME : LA TENTATION DE L’ARBITRAIRE – Violations flagrantes des droits de l’Homme dans la lutte anti-terroriste« , février 2004

Sur ces 12 jours de garde à vue prolongée en cas d’infraction terroriste, le Code de procédure pénal marocain permet d’empêcher toute communication entre le gardé à vue et son avocat, s’il en a:

« A la demande de l’officier de police judiciaire, le représentant du Ministère Public peut retarder la communication de l’avocat avec son client sans que ce retard ne dépasse 48 heures à compter de la première prolongation -ce qui signifie donc concrètement une absence de toute communication avec l’avocat pendant 6 jours inclus- (article 66 – 4ème alinéa) » – Rapport de la Mission Internationale d’Enquête, « LES AUTORITES MAROCAINES A L’EPREUVE DU TERRORISME : LA TENTATION DE L’ARBITRAIRE – Violations flagrantes des droits de l’Homme dans la lutte anti-terroriste« , février 2004

Une petite précision: la garde à vue vise la détention d’une personne par les forces de l’ordre ou le ministère public, sans qu’elle ait été présentée à un tribunal impartial et indépendant chargé de déterminer si sa détention est justifiée. C’est donc une forme de détention comprenant une dose non-négligeable d’arbitraire, et c’est la raison pour laquelle elle est limitée dans le temps de manière assez étroite. Durant cette garde à vue, le gardé à vue peut, selon les droits nationaux, être ou non autorisé à avoir son avocat à ses côtés, garantie forte contre toute tentation de la part des autorités d’exercer des pressions physiques ou morales illicites sur le gardé à vue.

En Suède par exemple, le procureur peut décider de détenir une personne (« anhållande« ) à condition que cette personne soit soupçonnée d’avoir commis une infraction à un degré de probabilité (« på sannolika skäl är misstänkt för brott » selon le chapitre 24, article 1 du Code de procédure judiciaire « rättegångsbalken« ) suffisant. Le procureur doit ensuite demander au tribunal de prononcer la détention provisoire (« häktning« ) de cette personne au plus tard le troisième jour à 12.00 à compter de la décision de détention du procureur (chapitre 24, article 12 du Code de procédure judiciaire). L’avocat de la personne ainsi détenue a droit d’assister aux interrogatoires, sauf si cela peut porter dommage à l’enquête (et la jurisprudence a une vision restrictive de ce qui peut porter dommage à l’enquête, ce qui fait que l’avocat du détenu assiste de fait aux interrogatoires, cf. chapitre 23, article 10 du Code de procédure judiciaire).

Au Maroc, la personne gardée à vue n’a pas droit à la présence d’un avocat lors des interrogatoires, tout au plus peut-elle demander à communiquer avec ce dernier – je ne sais pas trop comment ça marche en pratique, si la police et le procureur du Roi acceptent de telles requêtes. Avsi aux pénalistes, votre témoignage m’intéresse…

Le problème le plus grave est le contournement quasi-systématique des délais de garde à vue en matière terroriste, par un procédé très simple: au lieu d’arrêter le suspect en bonne et due forme et de l’emmener au commissariat le plus proche pour interrogatoire, la pratique est d’enlever les suspects, de les interroger avec les méthodes que vous savez pendant des jours et des semaines, et de le remettre seulement ensuite à un commissariat, plusieurs jours ou semaines après son arrestation effective. Le délai officiel commence donc à courir plusieurs jours ou semaines après l’arrestation effective des suspects, tenus au secret dans l’incertitude sur leur sort et sans possibilité pour leur avocat et leur famille d’entrer en communication avec eux. La FIDH relève ainsi le cas suivant:

« Présentés au juge d’instruction le 18 juin 2002, les Saoudiens de l’affaire dite de la « cellule dormante » se plaignent d’avoir été détenus dans un centre de la sécurité marocaine depuis leur interpellation survenue, on s’en souvient, les 13 et 14 mai » – Rapport de la Mission Internationale d’Enquête, « LES AUTORITES MAROCAINES A L’EPREUVE DU TERRORISME : LA TENTATION DE L’ARBITRAIRE – Violations flagrantes des droits de l’Homme dans la lutte anti-terroriste« , février 2004

Ces violations du délai de garde à vue ont été légion au lendemain du 16 mai, y compris après la réforme législative du 28 mai:

« De nombreux autres exemples ont été fournis aux chargés de mission sur le dépassement quasi-systématique des délais de garde à vue au lendemain du 16 mai 2003. Ainsi, les familles de Adbelhaq Moutarbid enlevé au mois de mai et d’Abdelhakim El Mouaffak enlevé le 19 juin après une fouille à son domicile par des hommes en civil, étaient sans nouvelles de leurs proches à la mi-juillet. Pour les clients de Me Messaïef, les gardes à vue ont duré de 13 jours (Haroun Nana, Nourredine Chedli) à 32 jours (Zouhair Toubeïti, Hilal Ousseïri). A Rabat, un avocat nous a indiqué que sur 19 inculpés dont il assurait la défense après le 16 mai, seuls trois n’avaient pas été détenus dans le centre de Témara » – Rapport de la Mission Internationale d’Enquête, « LES AUTORITES MAROCAINES A L’EPREUVE DU TERRORISME : LA TENTATION DE L’ARBITRAIRE – Violations flagrantes des droits de l’Homme dans la lutte anti-terroriste« , février 2004

Ma chute du mur, oder niemand hat die Absicht, eine Mauer nieder zu reißen

8464942,pd=2,w=270,mxw=600,mxh=400,h=400

Wir haben uns dazu entschlossen, heute eine Regelung zu treffen, die es jedem Bürger der DDR möglich macht, über Grenzübergange der DDR auszureisen.“ Günter Schabowski, porte-parole du Politburo du SED, le 9 novembre 1989

J’avais juste terminé un stage d’études à Casa, mais mes tentatives répétées de surseoir à l’inévitable – le service militaire – avaient échoué: il faut savoir que du temps de la guerre froide, le service militaire était une chose très sérieuse en Suède. Ainsi, pas de passe-droits, et un seul sursis d’un an automatique pour étudiants: ce qui a fait que je me suis retrouvé dans un peloton avec un menuisier, un bûcheron, un caissier de supermarché, un doctorant en physique nucléaire dans une université étsunienne, un autre étudiant comme moi de la Stockholm School of Economics et le fils de l’ambassadeur de Suède au Koweït, qui rentrait de Tokyo où il étudiait la litterétaure japonaise et ses haïkus… Bref, un vrai brassage social, contrairement apparemment à ce qui est le cas en France, où je n’ai rencontré lors de mes études que trois (3) étudiants ayant accompli ou s’apprêtant à accomplir leur service.

Toujours est-il que j’avais été incorporé au régiment d’artillerie de marine KA5 de Härnösand, au nord de la Suède, bien loin de mes quartiers de Stockholm. Débarqué fin novembre, j’y ai passé mes « classes » (« gröntjänst » en suédois), durant lesquelles on apprend des choses indispensables à tout citoyen qui se respecte comme marcher au pas, récurer la cuvette des WC, dégoupiller un grenade et faire son footing avec un sac à dos de vingt kilos (pas en même temps quand même). Le lavage de cerveau fut tellement efficace que j’oubliais le nom de certaines connaissances dans le monde civil, et que j’étais heureusement tenu à l’écart des actualités nihilistes du monde d’en dehors. Survint alors ma première permission de week-end depuis le début de mon service militaire, que je choisis bien évidemment de passer à Stockholm, à plusieurs centaines de kilométres au sud de Härnösand. Je dus prendre le train, et changer de quai arrivé à Gävle. Et c’est là que je vis toutes les affiches de journaux, irréelles: « Muren föll » – « le mur est tombé« .

Car le service militaire en Suède avait une finalité: défendre la mère-patrie contre l’internationalisme prolétarien de la patrie du socialisme. Ceci n’était pas pour me déplaire: vu de Suède, l’envahisseur potentiel n’était pas encore iranien, afghan ou venézuelien, mais bel et bien soviétique. A titre personnel, vivant dans des quartiers aisés et fréquentant des écoles privées puis une école de commerce, j’étais assez à droite – quoique beaucoup moins au moment de faire mon service - et surtout très favorable à une défense nationale forte (c’est d’ailleurs toujours le cas, que ce soit au Maroc ou en Suède) afin d’empêcher la collectivisation forcée des moyens de production suédois par le paisible voisin soviétique. Un voyage de classe au lycée m’avait par ailleurs fait découvrir les chatoyants attraits du socialisme réel à Berlin-Est, avec, comme dans les films basés sur les romans de John Le Carré, de patibulaires Grenzpolizisten regardant sous les banquettes du train nous emmenant de Berlin-Ouest à Berlin-Est, les stations de métro à l’Est fermées et désaffectées, le mur et la frontière, les patrouilles de police vérifiant chaque cinq minutes les identités de ces jeunes nihilistes suédois venant semer le poison capitaliste dans les espris est-allemands, et le choc suprême, la visite d’un grand magasin est-allemand où les deux choss qui valaient la peine étaient les 33 tours de musique classique et la vodka – et je regrettais presque de ne pas avoir emmené bas nylons et paires de jeans à échanger au marché noir de Berlin-Est…

Si j’avais siffloté l’hymne national soviétique avec mes camarades d’infortune lors d’une marche forcée, ce qui nous valut de terminer les dix km restant au pas de course, c’était moins par adhésion au socialisme scientifique que parce que une génération de Suédois fans de hockey sur glace (c’était mon cas) avait entendu cette chanson lors de chaque rencontre Suède-URSS – seul l’hymne du vainqueur était joué, et que pendant la période 1977-1987 sur 50 matches entre les deux équipes, il y avait eu deux matches nuls et 48 victoires soviétiques – d’où l’appelation populaire de l’hymne soviétique, « hockeylåten« , « la chanson du hockey sur glace« . Outre la certitude délectable d’irriter au plus haut point nos officiers, guère enclins au philocommunisme, c’est donc un esprit véritablement sportif qui nous avait animé, et non pas l’internationalisme prolétarien. J’avais ramené quelques cartes postales de propagande ouest-allemande sur le mur, dont une avec la fameuse déclaration de l’architecte du mur, Walter Ulbricht, qui avait auparavant déclaré « niemand hat die Absicht, eine Mauer zu errichten » (« nul n’a l’intention d’ériger un mur« ) – ce à quoi Helmut Kohl répondit rigolard, lors de la chute mur, « niemand hat die Absicht, eine Mauer nieder zu reißen » (« nul n’a l’intention de démonter un mur« ).

Eh bein, le seul souvenir que je retiens de la chute du mur, c’est cette vision des affiches de journaux à la gare de Gävle, avec les lumières du soir et la foule, et le sentiment de débarquer de la planète mars après trois mois de vie exclusivement militaire. La révolution roumaine, avec les images de Ceaucescu conspué en direct par la foule, son arrestation puis exécution, les drapeaux roumains brandis par la foule avec un trou au milieu à la place de l’emblème communiste, et les snipers de la Securitate tirant sur soldats et manifestants, m’auront beaucoup plus marqué que la chute du mur, vécu de manière périphérique. Ce n’est qu’après coup que le slogan fétiche des manifestants est-allemands contre la dictature communiste – « wir sind das Volk » (« nous sommes le peuple« ) m’est paru comme le slogan politique le plus fort jamais exprimé.

Petit rappel: le mur de Berlin s’effondra suite à l’annonce citée en exergue de ce billet (voir aussi la conférence de presse ici) par Günter Schabowski, membre du SED (parti communiste), d’un décret autorisant chaque citoyen est-allemand à franchir librement les frontières de son pays – et le régime cessa de fait d’exister.

Un petit conseil tunisien à Khalid Naciri: la Cour pénale internationale n’est pas seulement faite pour Florence Beaugé, mais aussi pour Jean-Pierre Tuquoi

La liberté d’expression marche de concert au Maroc et en Tunisie, dont les gouvernements se voient contraints de donner des leçons de déontologie aux fieffés journalistes étrangers, et notamment ceux du journal subversif marxiste-léniniste « Le Monde« .

En Tunisie, l’avance de ce pays sur le Maroc ne se manifeste pas seulement en matière de naturalisation de footballeurs brésiliens, mais également dans la dénonciation d’odieux complots ourdis par des ennemis de la Nation, Le Monde en l’occurence. Et c’est par un conseil amical à la démocratie makhzénienne que nos frères tunisiens s’efforcent de parachever l’édification du Maghreb uni: Khalid Naciri, réveille-toi, la Cour pénale internationale n’est pas seulement faite pour Florence Beaugé mais aussi pour Jean-Pierre Tuquoi, Ignacio Cembrero, Ali Lmrabet voire plus si affinités.

20090805-p-KhalidNaciri

"Après Jean-Pierre Tuquoi devant la Cour pénale internationale, ce sera le tour de Roger Lemerre, Dos Santos et Clayton"

Petite précision pour les lecteurs marocains: le Jean-Pierre Tuquoi tunisien s’appelle Florence Beaugé, également journaliste au Monde. Tous deux ont la haine et la rancoeur chevillés au corps, aigris et aveuglément lancés dans une entreprise de déstabilisation des deux nations soeurs, en dépit des réalités les mieux établies – le développement économique et social patent du Maroc, et le Changement démocratique en Tunisie.

Au Maroc, on le sait, Jean-Pierre Tuquoi est fourré dans tous les complots visant à dénigrer le Maroc et ses constantes civilisationnelles, avec ses comparses Ignacio Cembrero, Boubker Jamaï, Moulay Hicham, Bob Ménard et Mahmoud Ahmedinejad. C’est ainsi qu’il s’est récemment attelé à offenser l’identité et la souveraineté marocaines dans ce qu’elles ont de plus sacré:

La martingale hasardeuse du roi du Maroc à Macao
LE MONDE | 31.10.09 | 13h38 • Mis à jour le 31.10.09 | 13h38
Article paru dans l’édition du 01.11.09

« Il s’agissait d’une faute professionnelle et nous nous sommes retirés. » C’est ainsi que, dans un entretien à l’AFP, Hassan Bouhemou, le directeur général de Siger (« roi« , en grec), le holding qui regroupe les intérêts financiers du roi du Maroc, Mohammed VI, s’est efforcé, mercredi 28 octobre, de mettre un point final à une ténébreuse affaire financière à Macao, l’ancienne colonie portugaise rétrocédée à la Chine.

L’affaire a été révélée, mardi, par le South China Morning Post. Le quotidien de Hongkong expliquait que le souverain marocain faisait partie de la poignée d’investisseurs privés victimes d’un placement malencontreux dans Macau Legend, un groupe présent dans le jeu, l’immobilier et les transports.

Sollicités par la banque Merrill Lynch, des gestionnaires travaillant pour Siger – mais aussi des fonds spéculatifs et quelques personnes fortunées du vieux continent – avaient apporté, en 2006, près de 400 millions de dollars (270 millions d’euros) à Macau Legend, à la recherche d’argent frais pour financer un projet immobilier, Fishermen Wharf, de parc d’attractions avec casino et ensemble résidentiel.

Fisherman Wharf devait être introduit dans la foulée à la Bourse de Hongkong à un cours tel que ceux qui avaient accepté de prêter de l’argent à la maison mère en échange d’actions de la filiale, souscrites « à prix d’ami », pouvaient espérer réaliser très vite un bénéfice substantiel.

« CHARTE ÉTHIQUE »

Les choses n’ont pas évolué comme prévu. Victime de la crise internationale et de prévisions de fréquentation trop optimistes, le programme Fisherman Wharf avec son casino Babylone a été un échec et, du coup, l’introduction en Bourse de la société a sans cesse été repoussée. Quant à la maison mère, elle aussi malmenée par la crise, elle a pâti en sus de désaccords entre l’un des cofondateurs de Macau Legend, Stanley Ho, un homme d’affaires âgé et malade, et des membres de sa famille.

Des réunions ont eu lieu au printemps pour restructurer la dette. Macau Legend a promis de verser à ses créanciers 100 millions de dollars après avoir, dans un premier temps, offert le double. Mais aucune somme n’a été versée à ce jour.

Dans un communiqué publié mardi au Maroc, Siger explique qu’après avoir constaté qu’« une infrastructure de jeux de hasard » figurait dans les investissements de la holding royale, elle avait fait part, « en décembre 2008″, de « son intention de se retirer de cet investissement » au nom de sa « charte éthique ». Mais, dans le communiqué, rien n’indique que la demande a été suivie d’effet.
Jean-Pierre Tuquoi

Non content d’attaquer la Nation marocaine dans son identité institutionnelle, Tuquoi a par la même occasion profité pour heurter les Marocains dans leurs sentiments religieux -sous-entendre que le Commandeur des croyants puisse investir dans un casino! - voire même familiaux, tant est fort l’attachement filial de tout Marocain pour son Souverain. Bien évidemment, le lecteur assidu de L’Economiste sait désormais que ces rumeurs nauséabondes sont dénuées de tout fondement:

Siger retiré depuis un an de Macau
L’Economiste 29 octobre 2009

· Il s’agissait d’une petite participation indirecte…

· … supprimée pour cause de contradiction avec la déontologie de la holding

· Les investissements à l’étranger à nouveau en débats

L’Afp a rectifié hier (1) l’information donnée sur la foi d’un journal chinois: le Souverain ne fait pas partie d’un groupe d’investisseurs victimes d’un investissement malheureux à Macau. Macau est un territoire spécial de la Chine, en face de Hongkong de l’autre côté du delta de la rivière des Perles. Ex-colonie portugaise, cette ville est connue dans l’histoire pour son économie… «interlope», dominée par le jeu, envers qui les cultures asiatiques n’ont pas les mêmes préventions que les religions monothéistes.

En 2007, le chiffre d’affaires des jeux de Macau, pour la première fois, a dépassé celui de la vedette mondiale, Las Vegas. Récupérée par la Chine populaire en 1999, elle a conservé un statut politique et économique spécial par rapport au reste du pays, comme Hongkong. L’économie reste très libre et dynamique, avec un PIB par tête de plus de 39.000 dollars (soit presque 20 fois celui du Maroc), intégrant néanmoins un accroissement des inégalités. Ce qui a déterminé des manifestations l’année dernière, pour la première fois depuis la récupération chinoise. Macau a donc conservé dominante son économique du jeu, avec tous les problèmes de mafia et corruption que cela peut drainer.

Un endroit «chaud»

«Ce n’est vraiment pas l’endroit où nous voulions voir des investissements de la holding royale marocaine, Siger, aussi petits et indirects fussent-ils», indique Hassan Bouhemou, administrateur-directeur général de Siger. «Dès que nous avons vu les relevés d’opérations, nous nous sommes retirés car cela était contraire à la charte d’éthique de Siger; c’était en décembre 2008, il y aura un an le mois prochain», ajoute-t-il.
En fait, c’est une histoire qui commence courant 2007, où Siger place de l’argent dans un fonds qui offre des placements en Asie. Entre autres opérations, ce fonds (et non pas Siger) investit 4 millions de dollars (environ 38 millions de DH) dans un programme immobilier et hôtelier asiatique. Ce programme se monte à 400 millions de dollars et comporte entre autres, un hôtel à Macau, hôtel avec des salles de jeux. Ce qui était donc interdit par la charte d’éthique de Siger, d’où le retrait, un an à peine après le début de l’opération.
Pour la partie marocaine, l’histoire s’arrête là, même si auprès de Siger, on est encore assez fâché contre le fonds mandataire, qui a outrepassé la règle posée. Bouhemou dément que Siger ait engagé des poursuites contre ce fonds du fait de mauvaises affaires.
Les spécialistes des marchés financiers sont unanimes sur deux points: avec un fonds comme mandataire, qui noie les participations de chaque membre au milieu des autres, il est impossible de savoir où vont les investissements avant le compte rendu qui est fait une ou deux fois par an: pas d’autre choix que de faire confiance au gérant.

Deux points en avant

Le deuxième point est plus intéressant dans la mesure où il relance une question oubliée: la possibilité pour les Marocains, personnes morales, voire les personnes physiques, d’investir à l’étranger. En dépit d’une déclaration du Premier ministre lui-même, dans nos colonnes (www.leconomiste.com du 2 mars 2009), les mentalités vis-à-vis des investissements à l’étranger restent rigides, rigidités d’ailleurs renforcées depuis la crise. Et ce en dépit de la montée au créneau d’une partie des milieux économiques, pour montrer les avantages à l’heure de la globalisation, d’une libéralisation des investissements, pour le développement des affaires avec le Maroc.

N. S.

Mais il faut croire que la haine, la hargne et le persiflage, au mépris de toutes les règles déontologiques d’une presse morale et responsable, aveuglent Le Monde et autres « néocolonialistes mal déguisés« , lequel, non content de s’en prendre au Maroc du progrès et des réformes, s’attaque avec une violence inouïe à la Tunisie du Changement, qui a, « sous le signe de la réflexion, de la globalité et de l’animation » et dans la « fidélité au Symbole de la fidélité« , renouvelé de manière éclatante sa confiance au Sauveur de la Nation, comme ce pays en a d’ailleurs l’habitude:

Des présidentielles en forme de plébiscite
Depuis l’indépendance (1956), une caractéristique des élections présidentielles est que le vainqueur l’a toujours emporté avec plus de 90 % des suffrages exprimés. Habib Bourguiba a obtenu 99,67 % en 1959 ; 99,78 % en 1964 ; 99,75 % en 1969 et 99,85 % en 1974. De 1975 à 1987, ce fut « la présidence à vie » de Bourguiba. Son successeur, le président Ben Ali, a suivi la même voie. Arrivé au pouvoir en 1987, il a recueilli 99,27 % des suffrages en 1989 ; 99,91 % en 1994 ; 99,44 % en 1999. Mais « seulement » 94,48 % des suffrages en 2004.

portrait-ben-ali

"Ne vous inquiétez pas, votre argent est bien là"

Voici la liste de ses articles publiés dans Le Monde durant le mois d’octobre, dont les titres suintent la haine et la hargne:
- « « L’opposition instrumentalise les droits de l’homme », selon le gouvernement tunisien » (Le Monde, 8 octobre)
- « A Tunis, le quotidien d’un couple d’opposants » (Le Monde, 8 octobre)
- « En Tunisie, « il y a ceux qui profitent du système et ceux qui enragent d’en être exclus » » (Le Monde, 22 octobre)
- « En Tunisie, une réussite économique mal partagée » (Le Monde, 23 octobre)
- « Le parcours fulgurant de Sakhr El-Materi, gendre du président tunisien Ben Ali » (Le Monde, 24 octobre)

C’est dans l’article du 22 octobre que Florence Beaugé a écrit les phrases suivantes:

Pourtant, l’impopularité de cet homme de 73 ans est frappante. Des trois pays du Maghreb, le régime tunisien est sans doute celui qui est le plus mal aimé de sa population. Même en Algérie, le pouvoir n’a pas droit à un tel mépris… (…)

Mais un autre sujet domine toutes les conversations et alimente la frustration générale : la main-mise de « la famille » sur le pays. Comme le dit Rachid, « après un petit verre – car le vin ça dégage tout ! -, on vous avouera la vérité : on en a marre ! ». Marre, précise-t-il, des frères, des gendres, des neveux, des Trabelsi, Chiboub, Ben Ali, El-Materi, « de tout ce clan familial qui ne cesse de grossir et de s’accaparer les richesses du pays ». (…)

Voilà longtemps, en tout cas, que le chef de l’Etat a compris que ses partenaires européens se contenteraient d’une démocratie en trompe-l’oeil en Tunisie. « Les droits de l’homme ? Après vingt-deux ans de bénalisme, la jeunesse s’en fiche ! A la limite, elle nous donne tort de continuer à mener cecombat. Elle estime que nous sommes bien bêtes de ne pas profiter du système « , se désole la sociologue Khadija Chérif, membre de l’Association tunisienne des femmes démocrates (ATFD), découragée comme beaucoup d’autres de sa génération. « Les étudiants sont totalement dépolitisés. Pour eux, la réussite passe par l’argent, non par l’effort ou les études », confirme l’universitaire Larbi Chouikha.

Résignés, indifférents, mais par-dessus tout tenaillés par la peur, les Tunisiens attendent. Quoi ? Ils ne le savent pas très bien. Que « la mort », « un coup d’Etat « , voire « un attentat », disent-ils un peu gênés, presque honteux, viennent les délivrer de cette soumission à un régime qui leur pèse, mais pas au point de se révolter. Grâce à la chaîne d’information qatarie Al-Jazira - « notre oxygène », disent-ils -, ils n’ignorent rien de ce qui se passe chez eux, en dépit du muselage de la presse nationale. « Tout a une fin », disent-ils de temps à autre, comme pour se rassurer.

Comme les meilleures plumes de La Presse ou du Temps, que Die Zeit, El Pais et The Independent envient à la Tunisie, vous y aurez reconnu « Incitation à la haine, à la mort et à l’attentat contre la Tunisie« :

Sur la Une du “Monde”: Incitation à la haine, à la mort et à l’attentat contre la Tunisie
Du temps de son fondateur Beuve Mery, le journal Le Monde s’est taillé une dimension internationale grâce à son sérieux, la fiabilité de ses informations et le sens de la mesure qui prévaut dans ses commentaires.

L’information est sacrée, le commentaire est libre” disait Beuve Mery. Un commentaire libre est un commentaire responsable et mesuré.

Or, à la faveur d’un incroyable retour des choses, Le Monde ouvre ses colonnes et de surcroît la première page à un tract dans les règles, distillé au vitriol par une “pseudo-journaliste” répondant au nom de Florence Beaugé. Elle appelle les Tunisiens à se révolter. Elle appelle à la haine. Elle appelle surtout à la violence et à la mort.

D’où tient-elle que le régime “pèse sur les Tunisiens”? D’où tient-elle que “les Tunisiens ne sont pas contents”? Quand les appels au terrorisme sont alignés en première page du quotidien le plus prestigieux de France, et qu’ils soient publiés dans le pays des Droits de l’Homme et de la Déclaration de 1789, voilà qui donne à réfléchir.

N’en déplaise à notre chère Madame Florence Beaugé, les Tunisiens vivent dans la stabilité et la sécurité grâce à la perspicacité du Régime du Président Ben Ali. Les Tunisiens protestent énergiquement contre les poisons de l’outrance et l’extrémisme d’où qu’il vienne. Car c’est encore grâce au régime avant-gardiste tunisien que toute la région s’est stabilisée et a recouvré paix et quiétude. Les Tunisiens, toutes tendances confondues, s’élèvent à l’unisson contre ces manipulations malsaines. Et qui plus est dévoilent ce côté morbide, épidermique et à la limite futile dans ce genre d’articles.

A quoi ressemble-t-il? A quelle typologie journalistique correspond cet article ? Est-ce la vocation d’un reporter que de verser dans des réquisitoires passionnels, alimentés par des rumeurs indécentes, et nourries par des traîtres qui errent comme des âmes en peine dans d’obscurs salons français ?

S’est-elle posé cette question : pourquoi six millions de touristes affluent-ils sur la Tunisie ? Pourquoi les Français apprécient-ils le pays du Jasmin?

Ce qu’elle feint d’ignorer, c’est que beaucoup de Français s’expatrient chez nous, acquièrent des propriétés et vivent en toute quiétude parmi nous.

De toute évidence, Madame “Florence la terreur”, celle qui incite au terrorisme alors que le combat de toutes les nations se concentre justement contre l’extrémisme, a la vocation d’un poseur de bombes.

Femme psychotique, hystérique, elle est bonne pour la psychanalyse.

Ce qui est sûr, c’est que les Tunisiens sont jaloux de leurs acquis, de leur stabilité, de leur sécurité et de leur bien-être.

Il fait bon vivre en Tunisie. Et les Tunisiens sont solidaires. Et ils ne sont guère disposés à écouter les “conseils” maculés de sang d’une femme maléfique, et par-dessus le marché idiote.

Raté, Madame “Florence La Terreur”

Raouf KHALSI (Le Temps)

Sous le prétexte futile et fallacieux que la Jean-Pierre Tuquoi tunisienne, Florence Beaugé, ait donc fort justement été expulsée de Tunisie, ce qui constitue « un événement statistiquement non significatif » (La Presse), Le Monde et ses complices de RSF – « avidement obstinés à faire feu de tout bois pour déstabiliser un pays qui réussit » - ont dénoncé bien mal à propos un acte de souveraineté, révélant par là-même leur appartenance au « microcosme journalistique parisien qui croit, en atterrissant en Tunisie, qu’il débarque aux Dom-Tom (Domaines d’outre-mer-Territoires d’outre-mer, territoires sous administration française) » (La Presse). Dans le ton haineux et fielleux empreint d’arrogance coloniale qu’affectionne Le Monde, le quotidien de référence, qui a depuis sombré dans la « délinquance journalistique » (Le Temps), a prétendu s’en offusquer:

A en croire la presse tunisienne de ces derniers jours, Le Monde ouvre ses colonnes à une « pseudo-journaliste », « Florence la terreur », « psychotique, hystérique », qui plus est « maléfique » « et par-dessus le marché idiote« , pour couvrir l’actualité en Tunisie… A l’occasion de l’élection présidentielle tunisienne – qui a vu, dimanche 25 octobre, le président Zine El-Abidine Ben Ali reconduit sans surprise à la tête de l’Etat, pour un cinquième mandat consécutif, avec un taux officiel de presque 90 % des voix -, les journaux gouvernementaux tunisiens se déchaînent avec une rare violence contre l’envoyée spéciale du Monde, Florence Beaugé, expulsée de Tunisie mercredi 21 octobre, après une nuit passée sur un siège de l’aéroport de Tunis-Carthage. Pour justifier leur geste, les autorités tunisiennes ont évoqué « une malveillance patente à l’égard de la Tunisie et des partis pris systématiquement hostiles ».

Car il faut savoir que Florence Beaugé a de ce fait « lancé des appels à peine voilés au meurtre« , et un journaliste venduavisé d’Afrique-Asie fait un parallèle qui s’impose effectivement:

La justice internationale, qui a condamné il y a six ans, deux responsables de la tristement célèbre Radio rwandaise « radio Télévision Mille Collines » pour incitation au génocide de 1994, devra‑t‑elle se pencher sérieusement sur le cas de la journaliste française Florence Beaugé du quotidien français Le Monde ? (Le Temps)

Je trouve pour ma part ce journaliste trop prudent face à tant d’ignominie: ne faudrait-il pas créer, ainsi qu’il fût fait au lendemain de l’assassinat de Rafiq Hariri, un tribunal spécial international pour juger les calomniateurs étrangers, les « terroristes de la plume » qui tels Florence Beaugé se gaussent du Changement tunisien et de son incarnation humaine, le général-président Zine el Abidine Ben Ali?

Florence_Beauge_-2_ph__pers__62566_G

Florence Beaugé, bientôt à La Haye?

Comme le constate lucidement et avec retenue un observateur local:

N’en déplaise aux rentiers des droits de l’Homme qui gagnent leur vie sans travailler, aux roquets payés pour exécuter de mauvais desseins et de basses besognes et qui aboient pour un rien, aux autres journalistes haineux, telle Florence Beaugé, qui n’ont de cesse de déverser leur lot de mensonges et de contre-vérités sur notre pays, la Tunisie a tracé son chemin. Et c’est avec ses hommes et ses femmes, ses jeunes et ses enfants qu’elle saura relever les défis. (Le Temps)

Jugez-en: la dame Beaugé a jugé bon de persévérer dans ses machinations diaboliques par le biais d’une tribune libre publiée dans Le Monde après son expulsion de Tunisie, « La France discréditée par son soutien au régime Ben Ali« , dont voici quelques extraits suintant la haine. Tout comme Al Qaïda en veut aux Etats-Unis pour leurs libertés, dame Beaugé semble en vouloir à la Tunisie pour sa démocratie:

Nul besoin d’épiloguer longuement sur les résultats des élections présidentielle et législatives tunisiennes du 25 octobre. En s’accordant un score inférieur à 90 % des voix – officiellement de 89,62 % -, le président Ben Ali a cherché à éviter les sarcasmes que lui avaient valus les scores à la soviétique des précédents scrutins (99 % et 95 % des suffrages).

On ne répétera jamais assez à quel point le « pluralisme » politique mis en avant par le palais de Carthage à l’intention de l’étranger est une mascarade. Le chef de l’Etat tunisien choisit soigneusement ses opposants. Il dessine lui-même la carte politique de la Tunisie, sur laquelle le parti au pouvoir, le Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), doit garder l’absolue mainmise par le biais d’un clientélisme et d’un maillage policier difficilement imaginables. (…)

Il faut cesser de se laisser prendre au langage du palais de Carthage, selon lequel la Tunisie de Ben Ali est « une démocratie émergente et perfectible ». Un argumentaire soigneusement mis au point à Tunis, où l’on sait que ce ton bonasse, faussement modeste, a toutes les chances de séduire les visiteurs occidentaux.

Si elle est performante en matière économique – mais pas autant qu’elle le pourrait, compte tenu de l’inhibition des entrepreneurs face au comportement prédateur des proches du pouvoir -, la Tunisie de Ben Ali ne progresse en rien sur la voie de la démocratie, et n’en a nulle intention. Quiconque émet une voix discordante est systématiquement combattu, et voit sa vie rendue infernale par une série de représailles dont on n’a pas idée en France : Agressions physiques graves ; filatures collantes ; courriers électroniques détournés ; domiciles assiégés ; asphyxie alimentaire, suite aux interdits professionnels ; campagnes de presse diffamatoires, et souvent même obscènes quand il s’agit de femmes. Et cela, en toute impunité

(…) « Etat de droit », « démocratie », « multipartisme » et « transparence » font partie du vocabulaire préféré du régime tunisien. On ne peut exclure que le président Ben Ali, qui commence donc un cinquième mandat après vingt-deux ans de pouvoir sans partage, finisse par croire à ces mots totalement vides de sens dans son propre pays. Mais les capitales européennes, elles, ne peuvent pas être dupes. Elles savent bien que l’espace des libertés ne grandit pas en Tunisie, contrairement à ce qu’affirmait M. Sarkozy lors de sa visite officielle à Tunis, en avril 2008.

Las, les « fantasmes apocalyptiques » de Florence Beaugé (Le Temps) se heurtent à la riante réalité tunisienne, qui, sans atteindre les rives rêveuses de la béatitude scandinave, parvient néanmoins à faire taire tous les esprits chagrins:

La vérité pourtant c’est ce nombre impressionnant de Tunisiens et Tunisiennes, jeunes et vieux, de tout âge qui l’entourent par milliers, parfois par dizaines de milliers, qui l’accueillent à chacun de ses déplacements, qui emplissent les espaces où se tiennent les meetings, du nord au sud, d’est ou ouest du pays.

A part quelques pays de Scandinavie, où voit-on de nos jours (après le 11 septembre) un Président en exercice qui se déplace au volant de sa voiture ? Qui fréquente en famille les restaurants en ville et qui dîne au milieu des clients en toute quiétude et simplicité ?

Il se rend dans les coins et recoins du pays parmi les gens de toute condition qui l’entourent chaleureusement qui l’embrassent et l’applaudissent. Un stade de football de près de 60.000 spectateurs qui l’ovationne debout pendant de longues minutes.

Toutes ces scènes, toutes ces images sont transmises par les télévisions tunisiennes et étrangères dont certaines filmées au cours de visites à l’étranger. Cela Florence n’a pas dû le voir.

La centrale syndicale, toutes les organisations professionnelles, les milliers d’associations et d’organismes de tous bords de toutes tendances, les partis politiques, les représentant de catégories socio-professionnelles, les associations sportives, tous appellent à voter pour le Président Ben Ali. Tous apprécient ce qu’il a réalisé pour son pays, tous sont reconnaissants et impressionnés par les succès dans tous les domaines. (La Presse)

Et puis la majorité a toujours raison, fût-elle composée de touristes étrangers:

A l’évidence, les 7 millions de touristes qui visitent la Tunisie chaque année ne seront pas d’accord avec B.B., puisque ces mêmes touristes reviennent les années suivantes. (La Presse)

Mais paraît-il qu’il y aurait des néocolonialistes opportunistes et haineux infiltrés parmi ces sept millions:

Ma curiosité interpelle mes interlocuteurs, qui craignent d’être écoutés, épiés par un indic’ et se méfient de moi : « vous êtes journaliste ? ». Un touriste ordinaire ne pourrait donc pas s’intéresser à la politique du pays qu’il visite ? Il y a des airs de monarchie chérifienne dans cette Tunisie, où l’on peut parler de tout, sauf du roi. Pardon, du Président. (« Tu t’es vu en Tunisie, all inclusive ?« , Bakchich Info, 7 novembre 2009)

Encore une néo-colonialiste à traîner devant la Cour pénale internationale…

Lecture complémentaire sur Le Monde au Maroc: « Le Monde traqué« , Le Journal (31 octobre 2009).

A lire, sur la Tunisie:
- « Tunisia: Military Courts that Sentenced Islamist Leaders Violated Basic Fair-Trial Norms« , Human Rights Watch (1992);
- « Tunisie: Le cercle de la repression s’élargit« , rapport d’Amnesty International (1997);
- « Tunisie : “des violations caractérisées, graves et systématiques”« , rapport de la FIDH (1998);
- « Tunisie: Les défenseurs des droits humains pris pour cible« , rapport d’Amnesty International (1998);
- « Silence, on réprime« , rapport de Reporters sans Frontières (RSF) (1999);
- « Tunisia: Attacks of the Press 1992-1999« , rapport du Committee to Protect Journalists (1999);
- « The Administration of Justice in Tunisia: Torture, Trumped-up Charges and a Tainted Trial« , HRW (2000);
- « Tunisia: a Lawsuit Against the Human Rights League, an Assault on All Rights Activists« , HRW (2001);
- « Joint report on the continuing deterioration of the human rights situation in Tunisia« , Amnesty International et al. (2001);
- « Violence against women in Tunisia 2002« , rapport de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT) (2002);
- « Childrens’ rights in Tunisia 2002« , rapport de l’OMCT (2002);
- « Tunisie : Procès contre l’ordre des avocats« , rapport de la FIDH (2003);
- « TUNISIE. Le cycle de l’injustice« , rapport d’Amnesty International (2003);
- « Tunisie : La situation des droits de l’Homme en Tunisie – Note 2003« , rapport de la FIDH (2003);
- « Human Rights Watch Alert: Human Rights Lawyers and Associations under Siege in Tunisia« , HRW (2003);
- « Tunisie : Procès de MM. JALEL et Néjib ZOGHLAMI / BEN BRIK« , rapport de la FIDH (2004);
- « Tunisia: Repression and Harassment of Human Rights Defenders and Organizations« , HRW (2004);
- « Long-Term Solitary Confinement of Political Prisoners« , HRW (2004);
- « Tunisia: Freedom of Expression under Siege« , International Freedom of Expression Exchange (IFEX) (2005);
- « Tunisia: Crushing the Person, Crushing a Movement« , HRW (2005);
- « « Vous n’avez aucun droit ici, mais vous êtes les bienvenus en Tunisie »« , rapport de RSF (2005);
- « Libraries and Censorship in Tunisia« , rapport sur la censure dans les bibliothèques tunisiennes de l’International Federation of Library Associations and Institutions (2005);
- « Freedom of Expression in Tunisia: The Siege Intensifies« , rapport d’IFEX (2005);
- « False Freedom: Online Censorship in Tunisia« , rapport de HRW (2005);
- « Tunisia: Human rights abuses in the run up to the World Summit on Information Society« , Amnesty International (2005);
- « Tunisie : La Tunisie et le Sommet mondial de la société d’information – Chronologie d’événements : avril – novembre 2005« , rapport de la FIDH (2005);
- « TUNISIE. Atteintes aux droits humains à la veille du Sommet mondial sur la société de l’information« , rapport d’Amnesty International (2005);
- « Night in Tunisia« , rapport du Committee to Protect Journalists (CPJ) (2005);
- « La Tunisie et le sommet mondial de la société de l’information« , rapport de l’OMCT et de la FIDH (2005);
- « Deception and Lies: Freedom of Expression Still Under Siege 6 Months After WSIS« , rapport d’IFEX (2006);
- « Freedom of Expression in Tunisia: The Siege Holds« , rapport d’IFEX (2007);
- « Note sur l’état des libertés en Tunisie 2007« , rapport de la FIDH (2007);
- « Ill-Fated Homecomings: A Tunisian Case Study of Guantanamo Repatriations« , HRW (2007)
- « Le CPJ conclut une mission d’enquête en Tunisie en appellant à la libération du journaliste Slim Boukhdhir« , rapport du CPJ (2008);
- « Mise en œuvre du Pacte relatif aux droits civils et politiques – mars 2008 – LA SITUATION DES DROITS DE L’HOMME EN TUNISIE« , rapport de l’OMCT (2008);
- « La Tunisie: l’oppresseur souriant« , rapport du CPJ (2008);
- « Tunisie. Au nom de la sécurité. Atteintes aux droits humains en Tunisie« , rapport d’Amnesty International (2008);
- « Tunisie : Rapport du CRLDHT et de l’ALTT: La torture en Tunisie et la loi anti-terroriste du 10 décembre 2003. Faits et témoignages pour que cesse l’impunité« , rapport de l’Association de lutte contre la torture en Tunisie (ALTT) et du Comité pour le respect des libertés et des droits de l’homme en Tunisie (CRLDHT) (2008);
- « « Tunisie, le courage d’informer »: Reporters sans frontières à la rencontre de journalistes sous haute surveillance« , rapport de RSF (2009);
- « Tunisie. Les violations des droits humains se poursuivent au nom de la sécurité« , rapport d’Amnesty International (2009);
- « Tunisie. Derrière le « miracle économique » tunisien : les inégalités et la criminalisation de l’opposition. Le droit de ne pas subir de discrimination est un droit fondamental« , rapport d’Amnesty International (2009);
- « Une campagne impossible pour les médias d’opposition« , rapport de RSF (2009);
- « Tunisie : Les élections présidentielles et législatives, l’environnement de la campagne électorale« , rapport de la FIDH (2009)

(1) Note d’Ibn Kafka: je n’en ai retrouvé aucune trace sur Internet, mais simplement d’un compte-rendu par Reuters du communiqué de presse de SIGER.

Infos supplémentaires sur l’affaire de la diplomate suédoise expulsée du Maroc

L’expulsion de la diplomate suédoise par le Maroc, que j’ai évoquée hier, n’a pas vraiment fait la une de la presse suédoise (un tout petit article dans Svenska Dagbladet et dans Dagens Nyheter), ce qui est relativement surprenant étant donné que ce n’est pas une chose courante pour un diplomate suédois. Mais les rares infos sur cette affaire sont néanmoins intéressantes.

Le ministère suédois des affaires étrangères (UD) a tout d’abord pour la première fois réfuté les allégations marocaines selon lesquelles la diplomate en question aurait fourni un document officiel marocain distribué lors d’une réunion avec les missions diplomatiques de l’Union européenne présentes à Rabat. Boris Vasic du service de presse d’UD avait ainsi déclaré qu’ »un dialogue diplomatique était en cours« , sa collègue Cecilia Juhlin précisant que « nous allons bien évidemment tenir un dialogue [avec les Marocains] là-dessus, mais par voie diplomatique. Il n’y aura pas de communiqué de presse« . L’ambassadeur de Suède à Rabat, Michael Odevall, a décliné tout commentaire, renvoyant au service de presse d’UD.

Un peu plus tard, cependant, la Suède a convoqué l’ambassadeur du Maroc en Suède afin d’exiger des explications sur la décision du gouvernement marocain. Boris Vasic, porte-parole d’UD, a ainsi déclaré, de manière plus ferme par rapport à ses déclarations initiales, que « la Suède maintient que les agissements du Maroc sont déraisonnables et difficiles à comprendre« , tout en se refusant à commenter ce qui est reproché à la diplomate. Anders Jörle, également du service de presse d’UD, a précisé, interrogé sur le fait de savoir si la diplomate était toujours en fonction auprès du ministère: « bien sûr. Nous estimons que la décision du Maroc est tout à fait erronée et qu’elle constitue une réaction très excessive« . Ceci semble indiquer que la Suède ne conteste pas les faits – qui sont flous, puisque l’identité des « éléments liés au Polisario et à l’Algérie » auxquels des documents officiels marocains aurait été remis n’a été révélée ni par le Maroc ni par la Suède - mais plutôt la réaction marocaine, jugée disproportionnée.

Assez peu de réactions à ce stade des supporters du Polisario en Suède. Une dépêche cite celle de Johan Strömdahl, président de l’association pro-séparatiste Västsahara (« Sahara occidental »): « Ce n’est pas si surprenant que le régime marocain réagit si durement. Ils veulent d’une façon ou d’une autre punir la Suède qui a de différentes manières exprimé son soutien au droit des sahraouis à l’autodétermination« . Ledit Strömdahl cite l’octroi du prix Per Anger au militant séparatiste Brahim Dahane - par ailleurs un des sept militants séparatistes marocains arrêtés à Casablanca au retour d’une visite de propagande auprès du Polisario à Tindouf et déféré au tribunal permanent des forces armées royales pour atteinte à la sûreté extérieure de l’Etat - ainsi que la décision récente du congrès du parti social-démocrate suédois d’oeuvrer pour la reconnaissance de la « RASD ». Le prix Per Anger, décerné par le Forum pour l’histoire vivante, est remis par le ministre suédois de la culture, en l’occurence Lena Liljeroth Adelson, et consacre des personnes ayant oeuvré pour l’humanisme et les droits humains.

De son côté, Urban Ahlin, vice-président de la commission des affaires étrangères du Riksdag (parlement) et porte-parole du parti social-démocrate pour les affaires étrangères, a fait des déclarations en flèche: « nous allons faire avancer cette question de la reconnaissance de la RASD et si nous gagnons les prochaines élections nous la mettrons en oeuvre. Nous avons coopéré très longtemps et très étroitment avec le Polisario et nous soutenons leur combat pour un Sahara occidental libre et indépendant« .

Me voilà bien embarassé pour mon vote lors des élections législatives suédoises de 2010: impossible de voter pour un parti officiellement pro-Polisario, mais les partis qui ne le sont pas sont à droite – beurk!

PS: avec un jour de retard, bonne célébration du 34e anniversaire de la Marche verte à vous tous!

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 110 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :