Guest post de Hicham Houdaïfa: Maroc-U.E: Le statut avancé en questions.. ?

J’ai le plaisir d’accorder l’hospitalité à Hicham Houdaïfa, ancien journaliste du Journal Hebdo que nous regrettons tous (Le Journal, pas Hicham, qui est encore parmi nous heureusement…), pour un article consacré au statut avancé accordé par l’Union européenne au Maroc. Il va de soi que les opinions exprimées sont les siennes.

Les lecteurs curieux d’en savoir plus sur les relations Maroc/Union européenne peuvent se reporter aux sites suivants:
– le
site officiel marocain du Statut avancé du Maroc et de l’UE;
– le
site de la Délégation de l’Union européenne au Maroc;
– la
page Facebook du service de presse et d’information de la Délégation de l’Union européenne au Maroc;
– les relations de coopération avec le Maroc telles que
vues par la Commission européenne;;
– les relations commerciales avec le Maroc vues par la Commission européenne;
– la politique européenne de voisinage (c’est dans ce cadre que s’inscrit le statut avancé accordé au Maroc) vue par le
Ministère marocain des affaires étrangères et de la coopération (MAEC) (ce document est cependant daté – 2005);
– la
page du MAEC consacrée aux relations Maroc/Europe;
– le
compte-rendu officiel de la présidence tournante espagnole de l’Union européenne sur le premier sommet UE/Maroc du 7 mars, avec des extraits vidéo de la conférence de presse commune , un résumé du message royal marocain (dont la version intégrale est ici), les déclarations du chef de gouvernement espagnol Jose Luis Zapatero en faveur d’un nouvel élan des relations économiques et commerciales, la déclaration de Barroso ainsi que la déclaration conjointe de l’UE et du Maroc;
– la
factsheet de l’ENPI (European Neighbourhood Policy Initiative, soit la Politique européenne de voisinage) Info Centre sur le Maroc, ainsi que la page consacrée au Maroc de leur site;
– les déclarations de l’UE au
VIIe (2008) et VIIIe (2009) sessions du Conseil d’association Maroc/UE;
– les
aspects douaniers de l’accord d’association Maroc/UE selon la douane marocaine;

Maroc-U.E: Le statut avancé en questions.. ?
Par Hicham Houdaïfa

Le Maroc donne l’impression d’avoir gagné le jackpot avec le statut avancé octroyé par Bruxelles depuis octobre 2008. La commission européenne tout en saluant les réformes réalisées attend beaucoup plus d’un pays qu’elle a érigé en exemple pour les pays du Sud. Un peu hâtivement peut-être…

Soyons clairs là-dessus : les rapports entre l’Union européenne et le royaume chérifien se résument en une classique histoire de real politik. « Plus de réformes sans toucher à la sacro sainte stabilité du pays », explique Rosa Balfour de l’European policy center, un Think tank établi à Bruxelles. Alors que le Maroc se réunit avec l’Union des 27 les 6 et 7 mars à Grenade, dans une Andalousie jadis arabe et dans un sommet, le premier du genre avec un pays du Sud de la Méditerranée, à Bruxelles, quartier général de la Commission européenne, les déclarations quoique positives à l’égard du Maroc dégagent aussi un sentiment de « peut mieux faire». C’est à l’occasion d’un séminaire qui a réuni du 1er au 5 mars dans la capitale belge une brochette de 24 journalistes venus du Maroc, mais aussi de l’Algérie, de la Tunisie et du Liban que l’on en a eu la démonstration. Réunis dans le cadre de l’European Neighbourhood journalism network , les journalistes sont venus également en apprendre un peu plus sur cette fameuse « politique européenne de voisinage (PEV) et ses perspectives d’avenir ».

A star is born…

« Le Maroc est la star de la PEV, le bon exemple à suivre pour les pays du Sud. C’est pour cette raison qu’il obtient le plus de la commission », renchérit Mme Balfour. Et les chiffres sont là pour l’étayer. Entre 2011 et 2013, le Maroc recevra un peu moins de 600 millions d’euros en aides dont une bonne partie ira pour l’appui budgétaire sectoriel. Loin, très loin de la Tunisie et de l’Algérie. Le Maroc est le seul pays du Sud de la rive à bénéficier depuis octobre 2008 d’un statut avancé. Un partenariat plus que l’association, mais moins que l’adhésion. Et c’est exactement ce que Mohammed VI appelait de tous ses vœux, en mars 2000, moins d’un an après son intronisation à Paris. Le statut avancé est également l’expression de la confiance de l’U.E vis-à-vis du royaume chérifien. « Nous n’avons pas de véritables problèmes avec le Maroc. Nos rapports sont presque privilégiés. Une commission mixte verra le jour les prochaines semaines pour discuter des moyens pour appliquer toutes les dispositions du statut avancé », tranche Pier Antonio Panzeri, président de la délégation interparlementaire pour les relations avec les pays du Maghreb au Parlement européen. Le Maroc a d’ailleurs entrepris de nombreuses réformes, notamment dans le secteur de la réglementation. Il est également un grand allié dans la lutte antiterroriste et « joue » très bien le rôle de gendarme de l’Europe en arrêtant, parfois violemment il est vrai, les masses de migrants économiques subsahariens cherchant à rallier le vieux continent. Dans un autre registre, les premières années de règne de Mohammed VI ont donné l’impression que le Maroc se dirige vers une alternance démocratique et l’établissement d’un véritable Etat de droit. Le pays a adopté un code de la famille plus juste envers son « sexe faible» et s’est essayé à travers la création de l’Instance équité et réconciliation (IER) à revisiter le triste passé d’Hassan II. Une sorte de justice transitionnelle unique au monde puisqu’il n’y a pas eu de changement de régime… Une opération de charme qui a permis au Maroc de convaincre son vis-à-vis européen du sérieux de son entreprise. De toute manière, les pays de l’Est de l’Europe étaient des pays totalitaires pendant des décennies et un appui de l’U.E leur a bien permis d’opérer la démocratisation voulue.

Le revers de la médaille

Pourtant, le Maroc a enregistré ces dernières années un net recul dans les domaines des droits de l’homme et de la liberté de presse. Toutes les organisations de droits de l’homme comme Human Right Watch (HRW), Freedom House ou Amnesty International le soulignent dans leurs rapports régulièrement. Plus encore : alors que le Maroc reçoit cette importante manne financière de l’U.E, le pays voit son classement dans des secteurs aussi vitaux que la corruption, l’indépendance de la justice ou encore la qualité de l’enseignement s’empirer. Un responsable sur place nous a confié que la commission européenne ne va plus s’investir dans la réforme de la justice, « le Maroc n’ayant pas présenté un plan sérieux et ne semble pas avoir une volonté politique pour le faire ». Idem pour l’Initiative nationale de développement humain (Indh) dont la commission était un des financiers « et qui a prouvé toute son inefficacité », ajoute le même responsable. 2009 a été aussi une année de violations répétées par le Pouvoir marocain contre la presse : emprisonnement de journalistes, fermetures de journaux… Les responsables de la Commission sont conscients de la situation. « Plus de moyens et plus d’opportunités impliquent de la part du Maroc plus d’engagements envers l’U.E. Un engagement dans le sens d’une progression vers le modèle européen. Et cela s’applique également sur les normes des droits de l’homme et de démocratisation », lance Bernard Brunet, chef d’unité Maghreb des relations extérieurs de la commission européenne. Une déclaration qui fait écho à une autre faite le mois dernier à Marrakech par l’Ambassadeur de l’U.E à Rabat insistant sur le fait que « l’U.E ne va plus être un simple facilitateur, mais un acteur de la promotion de la liberté d’expression au Maroc. » Ce qui veut tout simplement dire que si le royaume veut aller de l’avant dans sa coopération avec le vieux continent, cela passera nécessairement par une plus grande démocratisation du pays et l’établissement d’un véritable Etat de droit. C’est tout le mal qu’on lui souhaite…

Hicham Houdaïfa

About these ads

7 Réponses

  1. http://ec.europa.eu/external_relations/morocco/index_fr.htm

    La commission europeen et le webmaster attendent la réincarnation de l’ancien pirate: "LaHRami HarraKssiss" de l’Oued Noun pour comprendre que la superficie du Maroc est 710 850 km2 et non pas 446 550 km2.

  2. Tiens, il faudra se (me) renseigner sur les aspects économiques de ce statut avance accorde au Maroc. La hasbara met en avant les aspects avantageux rarement pour ne pas dire jamais les contraintes voire les aberrations quand on connait la structure du tissu économique marocain.
    Le montant de l’aide accordée au Maroc est intéressant. Pourvu que l’UE veuille sur la justesse de son utilisation…
    Quant a la liberté d’expression, sans pression de l’extérieur notamment de l’UE les choses ne risqueront pas d’avancer dans le bon sens.

  3. AzUL a Miss n’Kafka

    Merci pour ce partage en effet c’est bien dommage la perte de l’un des rares magazines francophone que j’aime bien lire Le Journale Hebdo pour ces qualités d’investigations sur les sujets qui concernent les marocains.

    Si on revient de plus pres sur les déclarations des deux parties on dirait que ce sommet on dirait qu’il s’est terminée avec plus de désaccords

    retour au faits :

    ►Le Premier ministre marocain Abbas El Fassi , 07.03.2009
    «Quand on parle des droits de l’homme il faut parler d une façon universelle bien sur au Maroc il peut y avoir des violations mais ces des cas, et les responsables sont immédiatement sanctionner» fin de citation

    Abbas dit belle et bien d’une façon universelle ? ah bon c’est dire en comparaison avec la chine? cuba? ou l’iran ?
    ou avec Islande, suède ou la Norvège ? et rajoute que les responsables sont «immédiatement sanctionner» ?haa ? lol

    l’autre discourt celui de president du conseil EU il était plutôt un avertissement clair plus qu’ un conseil diriger au Gouvernement Marocain :

    ►Le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, , 07.03.2009 :

    «On connait les problèmes on connait aussi les progrès c est au Maroc c d’on jugée mais il a reçu un signale clair et sans équivoque de la part de l’union européenne »

    Un signale clair et sans équivoque !!!!

    Source : vidéo est en espagnole et en Français les propos d’Abbas El Fassi et de Herman Van Rompuy, , sont en Français.


    (ce video ne serait jamais diffuser sur les chaines marocains lol )

    Amazighement,
    Le Riflandais

  4. Personne ne s’attend à un ordre ferme d’un Général à son soldat pour qu’il se démocratise, s’amarre fermement à l’Europe et devienne illico presto un Etat normal de droit !

    On n’attend pas d’un super-galonné Général à pousser son jeune poussin soldat naïf et loyal à la désobéissance militaire, pardon je veux dire civile, et aux incivilités européennes comme un vulgaire objecteur de conscience mais au moins de le rappeler à l’ordre et en lui disant de respecter le minimum qui se fait en Europe !

    Personne n’est dupe ! On sait d’avance le degré de fermeté que va engager le Général envers son jeune appelé soldat quand celui-ci est tenu strictement à son « strict rôle » de gendarme qu’on lui a assigné !

    N’est-ce pas que le gendarme est soumis à la discipline militaire, au garde-à-vous et d’être toujours présent au poste, au front, au maquis africain s’il le faut comme un sous-traitant mercenaire et rien d’autre ou de plus ! Donc incompatible avec la vie civile et citoyenne, ou incompatible tout court avec la démocratie !

    En observatrices et observateurs avertis, je suppose que ça ne vous a pas échappé la sortie très fulgurante l’autre jour d’un membre très influant du club très fermé du Makhzen actuel, dit le Néo-Makhzen, menaçant même d’une désobéissance civile et militaire et d’appeler même à une mutinerie dans la caserne Makhzen pour la non-soumission au diktat de l’Europe pour coopérer dans les affaires dites de l’immigration et du terrorisme si celle-ci ne baisse pas ses gardes et ferme ses yeux quand aux dépassements autoritaires et les hors-la-loi du Makhzen et des Makhzéniens !

    Personne ne s’attend à une révolution dans les mœurs des Européens, surtout de la part de leurs mentors parisiens pour faire pression sur l’un de leur complice préféré, à savoir le Makhzen !

    Voici un exemple de ces membres privilégiés du club de lobbying parisien sur qui le Makhzen compte pour durer en contre-argumentant les contradicteurs cartésiens et cela sans rougir :

    Quand Hubert Védrine, ancien ministre soi-disant socialiste des AE, connu pour sa complicité, comme la plupart de ces réseaux parisiens et provinciaux greffés à ceux de Paris, de gauche ou de droite, avec les hauts dignitaires du Makhzen parle des Marocains, du régime et de la démocratie dans ces termes prudents en nous livrant une « analyse » au Maroc Hebdo International sur le soi-disant processus de « transition démocratique » dont ‘l’ancrage’ à l’Europe a soi-disant rendu le Maroc éligible au « Statut avancé » on comprend l’opération marketing des initiateurs de ce sommet !!!

    Avertissement : l’ordre des questions a été légèrement modifié…

    MHi: Quelle lecture faites-vous du Statut avancé octroyé au Royaume…?

    Hubert Védrine: Ce statut accélère d’abord le mouvement du partenariat Maroc-UE et couronne aussi une dynamique forte et soutenue de rapprochement entre deux partenaires appelés à inaugurer de nouveaux champs de coopération. Il traduit ensuite une véritable politique européenne du Royaume, ainsi qu’une reconnaissance et un acte de confiance de l’Union européenne à l’égard de votre pays.

    [ Que du blabla et du baratin ! ]

    Quel regard portez-vous sur le Maroc d’aujourd’hui?

    Hubert Védrine :

    Le Maroc se gouverne comme il l’entend mais, globalement, on peut dire qu’il a été bien géré. Il y a évidemment des critiques sur la dimension démocratique de la part des Marocains eux-mêmes (…). Mais il faut dire qu’il existe un mouvement des droits de l’Homme qui, en dépit des critiques qui lui sont adressées, est le plus développé démocratiquement comparé aux autres pays du Maghreb et du monde arabe.

    [ Donc, on est condamné à nous mesurer et à nous comparer aux pires que nous, aux pays arabes, et re-donc on ne mérite pas d’être comme l’Europe, même pas comme nos voisins qui sont très culturellement et géographiquement plus proches comme l’Espagne et le Portugal… voire même pas comme certaines démocraties lointaines africaines, latino-américaines, asiatiques… ]

    Et si vous aviez à formuler des critiques…

    Hubert Védrine:

    Pour moi, l’Education est le premier grand handicap du Maroc. Il y a un grand retard à ce niveau. Les chiffres sont connus. (…). Le but de l’Education est que les jeunes se forment et ne deviennent pas les proies de la propagande islamiste.

    Il me semble que le roi Hassan II ne s’est pas trop engagé dans ce secteur parce qu’au début des années soixante, toutes les facultés de droit étaient dominées par des gens qui menaient campagne contre lui. La situation n’est plus la même aujourd’hui. Et je pense que même en termes de pérennité de la monarchie, il y a vraiment un intérêt à se projeter dans l’avenir sur ce plan. !!!!

    [ Que pouvons-nous attendre de quelqu’un qui voit l’avenir de notre pays non pas dans l’intérêt général de sa population, de quelqu’un qui voit l’éducation non pas dans ses termes nobles d’émancipation du peuple mais comme instrument pour la pérennité de la monarchie, d’un régime même s’il est injuste et non-démocratique ! ]

    Faites-vous allusion, par ce lien entre l’Education et le roi Hassan II, aux années de plomb qui ont marqué l’histoire politique du Maroc?

    Hubert Védrine:

    C’est vrai qu’il y avait des années noires, des années de répression cruelles, mais il y avait aussi de vrais complots et la monarchie était vraiment menacée. La répression était dure, mais les complots existaient quand même. C’était donc une période très dure. J’ai des amis de gauche au Maroc qui ont souffert de la répression… Mais, avec le recul, on s’aperçoit que le roi Hassan II avait l’intelligence politique de sortir indemne de ces années. Il faut dire aussi que la fin du rège de Hassan II était remarquable.

    [Tout ce blabla pour démonter une chose et son contraire : pour justifier la répression et se montrer à la fois compatissant envers les victimes de la répression…]

    Dans quelle mesure?

    Hubert Védrine:

    Il a utilisé son autorité pour faire évoluer le Maroc. Il a aussi accéléré le rythme de la modernisation pour habituer le pays à l’idée de l’alternance politique. Celle-ci ne s’imposait pas.

    [ Il dit une chose est son contraire sans broncher, des contradictions flagrantes quant il dit que le péché de Hassan II est de ne pas s’être trop engagé dans le secteur de l’éducation (en le justifiant en même temps…) et de faire évoluer le Maroc en accélérant le rythme de la modernisation…Il use du même stratagème de langage et de verbiage, de la même langue de bois exactement comme celle de son copain André Azoulay ]

    Vous êtes parmi les hommes politiques français qui se rendent régulièrement au Maroc. Pourquoi?

    [ C’est vrai, c’est une question pertinente je l’ai croisé au moins deux fois à l’aéroport de Casa et figurez-vous… j’étais choqué de le voir escorté par un garde du corps marocain et passer directement à l’embarquement sans faire la queue comme monsieur-tout-le-monde pour les formalités douanières et de la police des frontières…Un privilège qu’il ne peut avoir ailleurs, à part peut-être dans ces anciennes colonies de la France en Afrique !]

    Hubert Védrine : Il y a tout un ensemble de raisons. La beauté de ses paysages, l’hospitalité de
    ses habitants et aussi sa richesse culinaire, dont l’originalité tient à la multitude d’influences qu’elle a subies: influence arabe, berbère, juive méditerranéenne, européenne et autres … Votre cuisine permet de découvrir, à travers les spécialités spécifiques à chaque région, les traditions et coutumes marocaines qui représentent une véritable mosaïque culturelle.

    [Que du blabla pour flatter l’ego marocain…]

    http://www.maroc-hebdo.press.ma/

  5. Je suis satisfait de la déclaration commune, elle répond à une demande que nous avions faite : faire de l’application des recommandations de l’IER une pierre angulaire dans le statut avancé. Nous devrons nous en féliciter.

    "L’UE et le Maroc ont réaffirmé leur attachement au respect, à la protection et à la
    promotion des droits de l’homme et des libertés fondamentales, et à la consolidation de
    l’Etat de droit, de la démocratie et de la bonne gouvernance, qui constituent l’un des piliers
    fondamentaux du partenariat UE-Maroc. L’UE salue les réformes lancées par le Maroc ces
    dernières années dans ce cadre, tout en soulignant l’importance de poursuivre ce processus
    de réformes législatives, politiques et institutionnelles notamment en matière de justice et
    de liberté d’expression, de presse et d’association. L’UE et le Maroc considèrent que la
    mise en oeuvre de toutes les recommandations de l’Instance Equité et Réconciliation (IER)
    permettra au Maroc de consolider les acquis réalisés et de progresser dans la consolidation
    du respect et de la promotion des droits de l’homme, et dans ce cadre saluent la publication
    du rapport du Conseil Consultatif des droits de l’Homme, en décembre 2009, sur le suivi
    de la mise en oeuvre de ces recommandations."

  6. [...] des Droits Humains (OMDH) et l’Espace Associatif. Lisez d’autres points de vues chez Larbi, Ibn Kafka, Réflexions et [...]

  7. Le premier ministre du Maroc a déclaré lors de la conférence de presse organisée au terme du Sommet de grenade à propos du Sahara que:

    « il n’y a plus de plan apporté par l’ONU » mais a salué le fait que cette dernière ait convié toutes les parties, y compris l’Algérie et la Mauritanie, à chercher une solution.

    La position de la Mauritanie est connue: une solution mutuelle entre les paries concernées.

    Il ne reste que le Maroc, l’Algérie et le Polisario. Or l’actuel Polisario n’est pas l’ex-Polisario qui est un mouvement séparatiste Marxiste Leniniste battu par le Maroc et dont la majorité des dirigeants ont ralliés la mère patrie, l’étau se resserre autour de l’Algérie.
    La solution actuelle proposée par le Maroc qui est l’autonomie pour les provinces du sud ne peut pas durée. L’Algérie doit saisir cette occasion en Or avant qu’il ne soit trop tard, sauver sa face, s’occuper de sa population et laisser les réfugiés retournés chez eux car le Maroc ne permet plus que des attaques militaires ou terroristes vient du sol Algérien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 108 autres abonnés

%d bloggers like this: