Le Maroc devrait passer à l’anglais

Je suis partiellement d’accord avec Saïd Bellari: l’anglais devrait être la deuxième langue du Maroc, après l’arabe:

While illiteracy has been recognized justly as an important factor in the lagging behind of the development of Moroccan society I wish to propose in this essay that another, perhaps far more important factor, is a much less acknowledged cause: "disliteracy". While you will not be able to find this word in a regular English dictionary I think that it matters nonetheless.  The more so because it is especially prevalent amongst the educated elite. It means that they are speaking the wrong language in Morocco amongst themselves and with the rest of the world. Because of that we fail to go with the global flow and we isolate ourselves more and more from the development growth of other areas abroad like the one in South East Asia. Just to be clear from the onset: with this assertion I do not want to say that we should stop speaking Arabic in Morocco. Allah yastar! Not in the least, perhaps we should do that even more. With it I mean in fact that we should aim to fade out the French language as soon as possible. Simultaneously we should give the English language a fresh stimulus in all aspects of Moroccan society and let it take its place as a second language of Morocco. French should not even be 3rd or 4th language for that matter. This change from a francophone to an "Arab-Anglophone" country will introduce a second era of Istiqlal. It will unleash a sense of freedom of spirit in our Moroccan society that will erode historic brakes and obstacles settled in Moroccan collective mind. Let me explain further. (…)

While I am in the least propagating a severing of ties with France or its culture, it would be foolish indeed, I am merely asking Moroccans to count to 10, think again and again and ask themselves plainly why they would choose French as a second language in this 21st Century? France and its culture has become a niche society on Earth and following it as a Moroccan amounts to civilizational self-destruction. While it was understandably hard to make this massive cultural transition in the sixties or the seventies of the 20th Century, nothing ought to keep the Kingdom and its people from choosing their own future nowadays. And this counts especially for the second language that we are cultivating collectively in Morocco. So that is why I am proposing to kick out the French asap and welcome the English in our homes, of course secondly behind our treasured Arabic. There is also a powerful psychological reason behind this transition that will mean a world of difference on this grassroots level.

France and French are part of our history. And that is exactly all it should be. A part in our history that we did not choose voluntarily. A part also that cost our society a lot to shed definitely, if not  at least partially. For the remaining part, French as a Lingua Franca in Moroccan society, consciously, but even more unconsciously, still reminds us of being slaves, of being dependent, of being backward, of being unable and of being all the things that second rate people are, or better phrased: of being what racist people want you to think of yourselves, of being second rate: "I am less worthy, less able”. This mental complex deeply rooted in our collective mind would take generations to overcome otherwise. By audaciously and emphatically peeling French from our society, which was not of our own choosing, we heal ourselves collectively. And by replacing it of our own accord by English (as a logical alternative to better connect to world society and be better prepared for the future) we would heal ourselves even more! It would emanate a second grand wave of independence in Moroccan society. A true collective grass-roots wave that speaks ofwill-power, self-determination, self-expression and new trust, hope and optimism for the future. It is the collective people’s effort of riding the Laraki of Moroccan destiny while halting the constant watching in the rear mirror and start looking through the front window, to 2050 and beyond, in the sole interest of our children and grandchildren. (Moroccoboard, via GlobalVoices)

Je ne pense cependant pas que le français et l’espagnol devraient être éradiqués – leur utilité politique, diplomatique et commerciale nécessite une approche prudente. Mais j’estime comme Saïd Bellari que le maintien de la prédominance de la langue française au Maroc présente en 2010 plus d’inconvénients que d’avantages.

Je m’en tiens à mon domaine, le droit. Comme le savent les juristes marocains, la production doctrinale juridique au Maroc est pauvre – les principales influences doctrinales étrangères sont françaises (pour les juristes francophones) et égyptiennes (pour les arabophones). On trouve nombre de manuels de droit marocain, écrits dans les années 2000, incluant sans commentaires des références à la jurisprudence ou à la doctrine française, comme si le Maroc était un territoire d’outre-mer. La raison en est simple: outre la part importante du droit marocain adoptée sous le protectorat (1912-1956) puis avant l’arabisation de la procédure judicaire et la marocanisation de la magistrature (1965), le droit adopté depuis 1965 est en général le fruit d’un copier/coller plus ou moins habile de textes français plus ou moins récents. L’insuffisance des services juridiques ministériels, le manque de rigueur du secrétariat général du gouvernement, l’inexistence réelle du Parlement en tant que rédacteur de la loi, tous ces défauts se greffent à cette forme de débilité mentale propre au Maroc (et peut-être à d’autres ex-colonies françaises) selon laquelle l’étranger se résume à la France. Plusieurs fois, en discutant telle ou telle question juridique ou institutionnelle, je me suis heurté à l’objection "mais c’est comme ça qu’ils font à l’étranger". "Comment ça, à l’étranger?". "Oui, c’est comme ça qu’ils font en France". Inutile de préciser que la France n’est qu’un modèle juridique parmi d’autres, d’ailleurs en perte de vitesse par rapport au modèle anglo-saxon (ce terme est impropre, le droit étatsunien et celui du Royaume-Uni étant assez distincts, mais passons sur cette facilité de langage), et que l’infantile suivisme marocain n’améliore en rien la qualité de la production législative ou doctrinale marocaine.

On pourrait bien sûr élargir le raisonnement à d’autres domaines – pour l’homme d’affaires marocain moyen, exporter, c’est vendre en France, par exemple. Pas besoin d’être un francophobe forcené pour se rendre compte du caractère stérile de cette fixation des élites marocaines pour la France et ce qui est français. Si écarter le français de sa position de langue dominante est nécessaire pour élargir l’esprit de nos cercles dirigeants, then so be it.

Cela donnerait donc arabe comme langue officielle, tamazight, tashelhit, tariffit (ou une langue amazighe standard) et hassania langues nationales (éventuellement l’hébreu si la communauté israélite le souhaite), et anglais première langue étrangère, avec mentions spéciales pour le français et l’espagnol (on pourrait conçevoir qu’une régionalisation réelle impliquerait la latitude pour certaines régions d’opter pour l’espagnol comme première langue étrangère). Ce serait le choix le plus rationnel – inutile de dire dès lors qu’il ne sera pas retenu.

About these ads

21 Réponses

  1. AzUL cher Miss n’Kafka

    «arabe comme langue officielle, tamazight, tashelhit, tariffit (ou une langue amazighe standard) et hassania langues nationales (éventuellement l’hébreu si la communauté israélite le souhaite), et anglais première langue étrangère, avec mentions spéciales pour le français et l’espagnol»

    ► c’est antidémocratique d’imposer une langue étranger l’arabe sur une majorité marocain amazighes amazighophnes !

    1. langue official : Thamazight tout court !
    ensuite pour chaque region les variétés de cette langues : (ex. langue officiale rifaine pour le Rif)

    2. le choix de deuxième langue doit être laisser a chaque région de Maroc de le choisi démocratiquement entre l’arabe, espagnole , anglais , français

    ex. pour le cas de Rif le choix est clair la majorite des rifains vont opter pour l’espagnole tout simplement parce que ce sont nos voisins au nord(et puis c’est une langue de tous un continent nos amis le latinos, le plaisir de entendre chavez en espagnole contre attaque le roi d’espagne :D ) ! et puis biensur l’arabe

    puis la 3ieme langue l’anglais

    ex. pour le cas de casablanca le choix de la majorite serait entre le francais ou l’arabe et il faut respecter ce choix

    ex. sahara : la majorité vont choisir l’arabe mais aussi l’espagnole ! sont aussi des voisins des espagnoles :-)

    sinon al hassania ce n’est pas une langue mais un dialect de langue arabe et quelque mot de thamazight, et non pas une langue en sois ! :-)

    Bref : le choix des langues doit être dans le cadre des compétences fédérales et un choix démocratique des habitants de chaque région qui disposerait de son autonomie avancée! comme c’est le cas dans tous les pays démocratiques !

    c’est l’unique solution logique, démocratique qui respect l’identité de la majorité des marocains.
    pour les minorités comme les juifs je ne pense pas que ca sois un problème car il ne l’était jamais ils utilise toujours leurs langue l’herbeux comme langue maternelle dans l apres thamazight ou Darija marocaine ,

    finalement je rappelle que alors que le Maroc est une terre Amazighe par définition, et la langue de cette terre c est thamazight qu’est toujours vivante malgré l’apartheid linguistique qu’elle soufre toujours par la politique makhzanien official.

    Dans la partique thamazight l’unique langue vivante au Maroc qui toujour en partique et pour les dialectes on bien sur la darija marocaine dont al hasaniya ont fait partie

    et inchAllah bientôt le Maroc va terminer ce long procédure de la reamazighitisation et enfin la majorite des marocains peuvent parler,étudier , travailler vivre penser avec leurs langue maternelle comme le font les chinois avec le chinois chez eux , et les iraniens avec le perse , et les turque avec le turc .. et les arabes chez eux au pays arabes au moyens orient..

    c’est pas trop demander comme même pour un pays qui se dit démocratique et plusbopays au Monde ! n’est ce pas ou les mentalités ne veulent toujours pas évaluer ?

    Amazighement,
    Le Riflandais

    Ps ; mais pourquoi personne ne pense au chinois pourtant c’est la premier langue parler au Monde et la premier langue économique mondiale !

  2. "I do not want to say that we should stop speaking Arabic in Morocco. Allah yastar!"

    Tout comme le français, l’arabe est la langue du colonisateur. Et Allah n’est un argument que pour ceux qui y croient.

    Frankly, who speaks Arabic in Morocco? We all speak Amazigh or Moroccan!

  3. IK, dis donc tu fais dans le choc des photos en plein ramadan toi ! :)

    je suis d’accord pour dire que l’anglais serait le bienvenu au maghreb en général et au Maroc en particulier sur le plan économique surtout… si ne n’est déjà fait depuis des lustres pour ceux qui veulent s’en sortir et franchir le seuil francophone… mais à une échelle nationale, c’est-à-dire dans les programmes scolaires, je ne pense pas qu’en remplaçant le français, il puisse résorber le déficit intellectuel, technique, socio économique et politique… l’enseignement de l’anglais se heurtera aux mêmes obstacles que rencontre le français…c’est-à-dire les problèmes structurels, et naturellement politiques !

    je ne veux pas m’éloigner du sujet, ni avoir l’air d’un ampoulé qui a du mal à supporter le ramadan  mais il me semble important de réformer l’enseignement en premier, renouer avec la rigueur de l’enseignement en général, et ce bien entendu dans la langue mère l’arabe… avant d’espérer qu’une seconde langue va accomplir un miracle ! on a beau tourner en rond, on revient toujours au point de départ ! aujourd’hui, le monde arabe est le seul pôle au monde qui ne dispose pas d’une plateforme universtaire, scientifique et intellectuelle arabisante, dans la langue et la culture mère donc, qui se doit d’être avancée, compétitive, standardisée, homogène…etc pourquoi pas ?! car il faut suspecter à mon avis cet ignorance et mépris de cette langue mère qui soit à l’origine de ce délabrement de l’apprentissage en général, et du déficit social qui s’en suit ! il n’a jamais existé dans le monde arabe une quelconque volonté de mettre à niveau la langue mère, ni l’exploiter et l’utiliser comme outil crucial de développement et d’émancipation, une initiative qui aurait pu enfin ancrer la société dans le présent ou la projeter dans le futur, rattraper des siècles de retard comme les asiatiques ont pu le faire, les turques aussi, ce qui leur a valu de gagner la confiance et l’admiration du monde entier…

    Adopter la langue anglaise sur le tard et vouloir l’imposer comme l’a été l’arabisation.. (sous forme de projet politique factice sans fondements sincères ni véritable volonté de changer les choses) ne réglera rien dans ce contexte déficient et dépendant à 100% des autres..! Le Maroc à échoué là ou ont échoué la quasi totalité des pays arabes, si ce n’est l’ensemble des pays africains avec qui il partage tant de spécificités… qu’avons nous fait de notre "indépendance" 50 ans après, si ce n’est avoir mis chacun à la hâte son propre modèle de "dépendance" de l’occupant, qu’il soit british, français ou germanique…sans grand résultat !

    A ce titre la francophonie à pourtant réussi à éviter le chaos total dans les ex colonies de la france, comme l’anglais à certes eu de bons "résultats" dans les colonies anglaises (africaines et moyen orientales), mais sans plus… la théorie de la réussite anglo saxonne dans ses ex colonies de cette partie du monde est un mythe fabriqué par les opposants à la france-afrique à mon avis, rien de plus! les véritables leviers de développement ont été comme chacun le sait les programmes structurels imposés par la banque mondiale, du FMI et et des bailleurs de fonds… quant c’est pas les petro dollars et c’est pas demain que ça changera. Point barre !

    Sur le plan du développement global, des échanges, du commerce et de l’influence en général, l’influence du français dans nos contrées n’a pas eu que des ratés, bien que la prédominance de l’anglais soit incontestable, notamment pour les affaires, la technologie et le transfert de savoir… alors que, comme tu le soulignes, sur le plan intellectuel ou technique nos cousins arabes anglophiles ne font guère mieux que nous ! ont on a beau constater la ‘’réussite’’ des pays du golf, et la publicité qu’il peut y avoir autour, aujourd’hui ces pays là continuent d’importer de la main d’œuvre qualifiée du monde entier, et aux dernières nouvelles, on parle même de Juges marocains qui vont faire carrière à Dubai, y suivre quelques cours de rattrapage en jurisprudence locale et multiplier leur salaire par dix ! globalement donc, on fait encore partie d’une entité qui est définie de l’océan atlantique au Golf persique, toujours sous la dénomination ou catégorie ‘’Afrique-Moyen orient’’… l’étiquette eternelle qui signifie presque bienvenu en zone tribale !

    Quel constat faire alors ? que la langue seconde dans cette zone stagne dans un rôle de langue de communication, de consommation ou d’élites sans jamais se généraliser à l’ensemble de la population ? il faut craindre que le problème se situe en effet dans ce constat, et que la langue seconde ne pourra jamais se substituer à la langue mère, donc résoudre le problème intégralement comme ont pu le faire d’autres pays qui jouissent d’une indépendance culturelle véritable.

    Il y a une vingtaine d’années, les fleurons de l’industrie occidentale tous secteurs confondus ont compris qu’afin de se faire une place dans ce marché arabe qui comptera bientôt 400 millions d’habitants, il fallait se mettre à l’arabe, et ils l’ont fait sur leur propres frais, avec leurs propres moyens… aujourd’hui, cette même industrie occidentale peut livrer une solution informatique complexe, une centrale électrique ou une usine de médicaments clé en main, et même la bmw pour le pdg avec un manuel en arabe ! nous ne sommes même pas foutus de créer une base de données qui rassemble cet immense savoir que les occidentaux nous offrent en cadeau dans notre propre langue ! qu’est ce que je raconte… nous ne sommes même pas capables d’avoir des bases de données informatisées sur nos propres populations, inventaire de biens et services tous secteurs confondu ! nous sommes défaillants même en matière de collecte d’information sur nos propres ressources ! en 2010, il n’existe même pas d’annuaire téléphonique fiable, ou consultable sur internet…, sauf peut être dans les fichiers des ministères de l’intérieur et encore !

    A mon avis on aura beau trouver des moitiés de solutions, nous n’aurons rien résolu d’ici les 50 ou 100 prochaines années si ce monde arabe, riche, prospère mais déficient.. (ne devant sa richesse qu’a ses ressources physiques…) ne se réveille pas de son sommeil, il est encore frappant de constater comment les chrétiens arabes du moyen orient soient les seuls qui se préoccupent de cette langue, et n’ont céssé de la hisser sur le plan intellectuel… pendant que la totalité des musulmans arabisants n’ont céssé de folkloriser cette langue et la rabaisser au rang de dialectes locaux, si ce n’est s’en servir à des fins purement politique et de propagande ! ou je me trompe ?…

    Je suis conscient qu’un tel discours ‘’baathiste’’ nous paraît encore déplacé et archaique… en bons schizophrènes, nous continuons de croire que l’arabe est notre dialecte privé, celui de la religion, de la poésie et de la littérature ancienne… alors que le monde ne cesse de montrer du doigt et même se moquer de cet ensemble panarabe désigné comme axe du mal, du terrorisme, tout en lui refourguant la marchandise qu’il sait paiera sans rechigner ! jusqu’à quand ?

    Bon ramadan !

  4. Hello Son of Kafka

    Ma3reft wach n’jaweb bengliziya ou la francia? I’ll go with Shakespeare then.

    The trouble goes down with the kind of education the Moroccan elite pursues. Most of them go through the French "Grandes Ecoles" system, mainly because of its prestigious Classes Preparatoires and the like. In any case, even these Engineer/Business schools are converting to Anglo-Saxon oriented syllabuses, with courses mainly if not solely in English.

    My guess is, it is only a matter of time until all of our western-educated bright people turn US or British. The problem remains with the extra-curriculum stuff. One cannot underestimate the effect student life can have on the sort of bias one develops towards French culture.
    I would love to see some Oxford or Harvard-educated (exclusively so) mandarins in our top civil service, they would have, I think, a different scope on the issues.

  5. Excellent post!

    Deux petites remarques cependant: .

    1- Au vu de la détérioration du système d’éducation marocain, la maîtrise (plus ou moins acquise du français) est la seule carte dont disposent nos étudiants (et l’écrasante majorité de nos bureaucrates). Sans réforme profonde du système éducatif, l’abandon du français au profit de l’anglais (aussi souhaitable soit-il) serait suicidaire. À moins de poser la question en ces termes: est-ce qu’il vaut mieux parler un anglais médiocre plutôt qu’un français passable?

    2- La résistance bureaucratique à ce genre de changements dans le cas du Maroc me semble indépassable. L’élite marocaine en place dans son écrasante majorité ne parle pas anglais et serait évidement la première à se sentir menacée par un tel projet (même si la nouvelle génération ne devrait à priori pas). La masse des fonctionnaires n’est pas en reste puisque le fonctionnaire de la mouqataa (déjà aux prises avec des difficultés linguistiques en français) sera le dernier à encourager un tel changement. Même nos diplomates à l’étranger (pourtant tenus de le faire correctement) sont incapables de s’exprimer en anglais. Essaie de parler à quelqu’un de l’Ambassade Marocaine à Ottawa en anglais pour voir :)

  6. Ça sera pas pour tout de suite. Mais la marche est en cours. Je vois autour de moi, les ados s’intéressent de plus en plus a l’anglais sans délaisser pour autant le français.
    Comme tu l’as dit la clé est en train les mains des élites. Celles ci se forment de plus en plus en Amérique du nord qu’en France. La france passe pour un pays has been comme ils disent. Les lois contre l’immigration qu’elle n’arrête pas de voter n’arrangent pas les choses pour elle même si elle continue attirer des étudiants qui ne peuvent se permettre de payer des frais de scolarité exorbitants.
    Son influence s’est nettement amoindrie. Il reste encore du chemin a faire…
    Bref, il faut du temps et surtout un projet clair.

  7. La photo vient de se télécharger. Elle est pas mal du tout. Belle trouvaille :)

  8. Excellente anecdote : « pour l’homme d’affaires marocain moyen, exporter, c’est vendre en Franc » !

    Croyant que les affaires se limitent à la seule mère patrie ! C’est tout simplement l’esprit colonial français qui continue de sévir au Bled ! Cela montre à quel point le syndrome de Lyautey a fait des ravages sur la pseudo élite du Makhzen !

    C’est pour cela que le Maroc reproduit à l’infini les mêmes erreurs dans lesquelles patauge la France depuis la révolution ! Car la langue n’est pas simplement un support, un vecteur de communication mais aussi un véhicule de comportements, d’attitudes… Pour certaines familles marocaines très branchées, pratiquer la langue de Lyautey ça fait très chic devant le peuple !

    Quand je parle de comportements et d’attitudes, je parle précisément de ce genre de comportement qu’on trouve fréquemment dans les anciennes colonies de la France :

    Ce qui fait encore plus gravement sourire c’est l’irrationalité de cette élite ! Ainsi, les journalistes makhzéniens francophones insistent dans leurs écrits de nommer expressément les villes de Ceuta et Melilla selon l’orthographe et la consonance arabes : « Sebta, Mellilia » !!! Cependant, ils continuent d’appeler et d’écrire sans rougir les autres villes et toponymes par les noms donnés par les colons français ! Ainsi Rabat à la place de ArRibat, Rrbat, Arrbat, Casablanca à la place de Ddar-l-Bida, Tanger à la place de Tanjah, Tétouan à la place de Thittawine… !!! Pour ainsi dire leur flagrante duplicité !

    S’ils étaient un peu rationnels, au moins cohérent avec eux-mêmes, ils auraient appelé et désigné les villes marocaines et surtout dans les documents officiels du Makhzen par leurs appellations d’origine et ces villes selon leurs appellations en langue tamazight locale, en Tarifit : Sevta & Mritch !

  9. [...] has some perverse local implications that sometimes defy common sense. Moroccan blogger and lawyer Ibn Kafka touches upon [Fr] the implications of the systematic copycat of French laws that are transfered (or only rarely edited) and adopted as Moroccan Law, “exactly as if [...]

  10. Illustration du commentaire de Jamal:

    Je me suis amusé à remplir ma carte d’entrée à l’aeroport de Rabat en arabe lors de mon dernier séjour. Surprise: le douanier a du réecrire les mêmes informations en français afin qu’elles soient acceptées dans le système. Alors oui, la route de l’anglais passe par celle de l’arabe (ou de l’amazigh s’il le faut mais faut pas rêver).

  11. En tant qu’allemand je m’étonne de ces propos de remplacer le francais par l’anglais au Maroc. Est-ce que tout le monde doit s’adapter exclusivement à l’anglais? Est-ce que vous croyez vraiment que nous nous entendons tous en parlant l’anglais? Une vraie compréhension des peuples ne se limite pas à une simple communication. C’est beaucoup plus.
    Et l’argument anticolonialiste est complètement idiot. Alors il serait convenable pour tous les anglophones de l’Afrique et de l’Asie de rejeter l’anglais "(reminding them) of being slaves, of being dependent, of being backward, of being unable" etc.
    L’espagnol, le portugais, l’anglais et le francais sont des langues introduites par les puissances coloniales. Ce n’est pas le privilège du francais qui est d’ailleurs parlé en Algérie, en Tunisie et en Afrique subsaharienne. Le francais et un atout pour le Maroc car il lie ce pays à son environnement francophone. Il est indéniable que l’apprentissage de l’anglais est nécessaire mais pas un destin incontournable. Mais à mon avis il faut renforcer le francais partout pour se débarrasser d’une vision unique du monde.

  12. Ibn Kafka, It would be great to have English as a second language ! However, you and Said Bellari seem to neglect the "collateral damages" that will result from such a decision. It would take at least a generation to go over the mess that would be produced in educational system. Which is going to effect economy…
    Do we really need this now ? Can’t we just let things go naturally, and postpone that decision to a moment when collateral damages would be minimal ?

  13. AzUL,

    @kecke : servus ! je vous cite «Ce n’est pas le privilège du francais qui est d’ailleurs parlé en Algérie, en Tunisie et en Afrique subsaharienne. Le francais et un atout pour le Maroc car il lie ce pays à son environnement francophone. Il est indéniable que l’apprentissage de l’anglais est nécessaire mais pas un destin incontournable. Mais à mon avis il faut renforcer le francais partout pour se débarrasser d’une vision unique du monde.»

    je suis désoler mais c’est vraiment de n’importe quoi !

    ►tout d abords car vous prétendez avec vos généralité sur les pays de Thamazgha (afrique de nord dont le colonialisme français a attribuer le terme Maghreb ) que ces pays le français est parlée, ce qu’est tout simplement faux ! car la majorité amazighes dans ces pays parlent la langue Amazighe dit Thamazight !

    Thamazight est l’unique langue parler au Maroc, Algerie , Tunisie , Lybie, Egypte (region de Siwa), Niger, Mali, et voir meme les iles cannaris donc c’est l’unique langue qu’il faut renforcer si on veut vraiment renforcer le liens entre ces pays voisins et non pas le francais ou l’anglais ou je ne sais quoi !

    c’est comme prétendre que Polonie, Tschque ou solvaqie parlent l’allemends rien que par le fait que l’Allemagne Nazi les a colonialiste pour un certain temps ! c’est une vrai utopie !

    ► Je ne vois pas en quoi le Français est un atout pour le Maroc ?

    a risque de vous décevoir je vous informe sur place d’ici de Maroc que la langue étranger la plus parler et compris au Maroc ce n’est pas le français

    la preuve : au nord de Maroc c’est dire Le Rif on parle et voir meme on maitrise l’espagnole comme langue étranger qui se pratique chaque jour a cause de contact quaotiedien entre les rifains et les espanophones des deux enclaves rifaines colonialser par l’Espagne Sevta et Mritch (Sebta et Melillia pour les outsider) , mais pas le français ni meme l’arabe

    au sud au Sahara de meme la majorité des sahraouites marocains parlent et surtout comprennent l’espagnole comme langue etranger sans oublier l’arabe pour une minorité hassanites !

    donc point de vue des habitants et de surface géographique c’est l’espagnole comme langue étranger qui fait l’interface entre le Maroc et son voisin l’espagne et non pas le francais !

    et pour les voisins africains et canaris c’est plus thamazight ! comme langue maternelle ! et non pas le français

    Donc a partir de cette logique au moins pour ceux deux régions frontière stratégique marocains : le Rif et sahara il faut plus renforcer la langue maternelle Thamazight plus bien sur la langue étranger l’espagnole !

    puis apres peut venire les autres langues étrangers : l’arabe ou autre langues comme l’anglais !

    et voir meme au point historique et ca on l’oublie souvent le Maroc a becoups plus d’histoire commun avec l’espagne cote de nord et avec les pays de Thamazgha cote de sud, est, ouest que avec la France ! il ne faut pas oublier ca ..

    c’est au fait comme les pays de l Est qui ont plus de liens avec la russie que avec l’Allemagne .. en Pologne,Tcheque , Slovaquie .on tourvent pas mal qui maitrise le russe contrairement a l’allemends car tous simplement le liens historique avec la Russie est plus ancien ;-)

    Bref : le français est un prothèse qu’il faut amputer le le prothèse français de corps de Maroc, puis se débarrasser de Français dans la poubelle de colonialisme linguistique de l’histoire,

    puis renforcer un Maroc avec des marocains fière de leurs identité acquise de leurs propre langue maternelle thamazight et dialect Darija .. et le choix des langues étrangers doit se faire a base historique , sciologique , régionales, antropologiques chaque region doit avoir la chance et la possiblite de faire son choix de la langue etrangers qu’il veut

    au Rif , et SAhara : espagnole , a Doukala peut etre l’italien, et CAsa Derb sultan = arabe , Casa California = francais o zid o zid .. ou voir meme l’anglais la c’est pas un problem

    ce qu ‘important c’est renforcer la langue de la majorite des marocains amazighes qui thamazight , car la majorité des marocains sont amazighes donc ils pensent Amazighe et non pas français ni même arabe ni même espagnole ou anglais ! et c’est ça le plus important

    c’est un moment historique qu’il faut saisir ,alors que dans le passe c’est les français qui décident sur le sort linguistique des maorcains, aujourd’hui c’est au marocains de prendre les choses en mains et décider démocratiquement loin des démagogie coloniale francocentriste, sur le futur linguistique des générations marocaines de futur.

    comme c’est le cas chez vous en Allemagne rien que vous changez ou reformez votre l’écriture de votre langue «neu rechtschreibung» vous donnez le choix démocratique au peuple allemands dans chaque Bundesland de dire oui ou non a cette reforme a travers les urnes ! n’est pas ! ;-)

    voila ce que on demande nous ici au Maroc c’est pas trop demander comme même ! :-)

    a la fin je vous rappelle une information très important qui symbolise la littérature marocain mondiale ce n’est pas forcement Tahar benjaloune le francophilocentriste, mais c’est plus le rifain Mohamed chokri et lui n’a pas maitrise un seule mot en francais mais juste : Thamazight rifain (langue maternelle ), et comme langue étrangers espagnole, Darija et bien sur l’arabe .. pourtant ca lui suffit pour marquer son génie littéraire au monde entier , car justement un écrivain n’est pas fait pour traduire , mais pour écrire la traduction c’est le job des traducteurs eux doivent apprendre a maitriser les langues étrangers !

    dernier exemple : je ne vais pas vous apprendre quand je vous dit que le grand écrivain algérien amazighe Kateb Yacine une fois qu’il a reconnue le danger de francocentrisme et de la francophonie sur les pays de l’afrique de Nord il a amputer le prothèse de la langue française de son corps littéraire et il a commencer a écrire en thamazight, darija …. a méditer !!! ;-)

    dans cet esprit de liberté linguistique des deux amazighes Mohamed Chokri et Kateb YAcine .. qu’il faut continuer donc pour réussir !

    Mit Amazighische Gruesse aus Thamazgha !
    Le Riflandais

  14. "It would take at least a generation to go over the mess that would be produced in educational system"

    It’s already a mess.

  15. Il est allemand dit-il ! Mon œil !

    Je ne vois pas d’ailleurs quel est l’intérêt pour le sujet ici !

    Peut-être pour nous prouver que le français est la première langue étrangère enseignée en Allemagne ?!!!…Ou encore pour nous dire que la langue française n’est pas en perte de vitesse par rapport à la langue espagnole qui progresse de plus en plus dans le monde … !!!

    Allez raconter ça aux allemands !

    Plus de 95 % des élèves allemands en primaire apprennent l’anglais ! Et l’anglais est la langue étrangère traditionnelle du système scolaire allemand.

    Ensuite le français n’est pas la langue la plus parlée en Europe ! C’est l’allemand et l’anglais qui sont les langues les plus parlées dans l’Union Européenne. L’allemand est parlé par plus de 100 millions de personnes. Outre-Atlantique, quand on parle de l’Europe, on pense directement à l’Allemagne et à la Grande Bretagne ! L’Allemagne est la locomotive économique de toute l’Union Européenne, donc la logique linguistique doit suivre la logique économique !

    Comme tout le monde le sait, l’Allemagne est un Etat fédéral avec 16 Länder et donc le système allemand de l’éducation est un système régionalisé. En Allemagne, on a donc 16 ministères de l’éducation ! Il y a donc 16 Programmes d’éducation !

    Il y a des régions qui refusent l’enseignement du français aux élèves du primaire en ne préconisant que l’anglais et des régions qui acceptent l’enseignement du français en laissant le choix aux écoles… Et sachez que la plupart de ces quelques élèves qui ont appris le français en primaire choisissent l’anglais comme première langue étrangère au secondaire !

    « l’argument anticolonialiste est complètement idiot », dit-il !

    Même l’Algérie qui a subi et encaissé 132 ans de colonialisme français se débarrasse au fur et mesure de la langue française en adaptant et adoptant la langue anglaise à sa place ! Allez savoir pourquoi l’Algérie ne veut même pas être membre de l’organisation de la francophonie !!!

    « Mais à mon avis il faut renforcer le français partout pour se débarrasser d’une vision unique du monde», dites-vous !

    Ok, je suis tout à fait d’accord avec vous pour se débarrasser de la vision unique du monde mais aussi de la vision franchouillarde de certaines parties du monde, surtout en renforçant les langues maternelles locales !

    Alors, allez raconter ça aux allemands qui préfèrent l’anglais au français !

    PS : Au nord du Maroc, dans le Rif, en plus du Tamazight Tarifit les langues les plus couramment parlées sont l’espagnol, le néerlandais, le flamand, l’allemand et l’anglais…et bien sûr le darija chamali !

  16. changer le français en anglais est une solution qui apportera ses fruits au maroc à court terme, pour le tourisme et les investissements, de même les français qui dominent le marché marocain dans de nombreux secteurs tirent l’economie vers le bas, les français ont verouillé tout ce qui leur est donné à commencer par le tourisme les services jusqu’à exclure le maroc des appels d’offres internationaux, un systeme sclerosé par les français qui savent bien que l’arrivée des autres puissances economiques au maroc risque de les ecarter.

    voir le monde par le prisme français est une erreur capitale, l’anglais sera plus que jamais utile pour un vraie decollement du maroc, comme les pays d’asie du sud est.

    alors basta le français au maroc et même remplacer les français par les allemands les hollondais ça ne fera que du bien

  17. Si le Maroc passait à l’anglais,que deviendraient l’élite des bobo-adorateurs-de-Fransa, laquelle France est sortie par la porte en surveillant le travail de ses protégés par la fenêtre. Parler français, c’est consommer français, tout le monde le sait. L’ex-puissance coloniale n’est pas prête à lacher le morceau. Dire que ses béni-oui-oui d’élèves militent même en faveur de la darija à l’école!, car disent-ils l’arabe est une langue étrangère.
    Tant qu’à faire, impérialisme pour un autre, je préfère encore bouffer chinois !

  18. Le mécanisme de l’influence (4/4) : le suivisme moutonnier…

    Trackback : article traitant du même sujet sur notre blog…

  19. Salam à tous,

    Dieu Seul sait que cela m’est toujours difficile de discuter et d’écrire en français pour échanger avec des compatriotes marocains. Mais bon, on fait avec les moyens du bord.

    Je pense qu’instaurer l’anglais comme 1ère langue étrangère ne pourra être que bénéfique pour le pays. Tout le monde parle anglais. Même les grandes boites françaises utilise l’anglais comme langue de l’entreprise.

    Je trouve aberrant de continuer à enseigner une langue qui ne sert à rien pour le développement du pays si ce n’est pour satisfaire l’égo de l’ancien colonisateur qui voit sa langue maitriser par les anciens colonisés.

    Je vais vous parler de ma petite histoire. J’ai quitté le Maroc après mon bac pour aller faire une prépa en France. après j’ai intégré une école d’ingénieurs.

    Dans mon milieu professionnel, même en France, on s’en tape du français. C’est l’anglais qui domine. Aussi, pour la recherche et les publications, il n y a que l’anglais.

    Un pote à moi du rif m’a dit une fois: imagine que chez moi je dois parler rifya, dans la rue je parle darija, à l’école arabe classique. Au lycée on t’apprend le français. et en France, on te dit qu’il faut apprendre l’anglais! Pourquoi toute cette perte d’énergie et de temps. Deux langue: L’arabe et l’anglais. et ca marchera sans souci. L’arabe car c’est lié à notre histoire, à notre culture et à notre religion. N’oublions tout de même pas que c’est une très belle langue parler par pas moins de 350 millions d’habitants. l’arabisation: ca marche, j’en suis un pur produit. Aussi, insister sur l’anglais. Ça devrait être beaucoup plus simple que le français puisque les règles de l’anglais sont simples par rapport au français.

    Encore faut-il le vouloir. Les marocains ne sont pas encore assez prêts pour considérer que l’apprentissage d’une langue étrangère est plutôt une arme de plus pour pouvoir communiquer et commercer avec le monde extérieur. les marocains hélas méprisent leur propre culture et préfèrent communiquer en égyptien, libanais ou français plutôt que le faire dans leur langue maternelle. Je n’ai jamais vu un peuple aussi peu fier de sa langue et de sa culture. je n’ai jamais vu deux français discuter en anglais ou deux égyptiens discuter entre eux dans une autre langue que l’égyptien. Par contre, j’ai vu des marocain, du Maroc, qui discutent en français tranquillement et sans gêne. Cela prouve un grand malaise dont il faut analyser les causes pour avancer Inchallah!

    Salam,

  20. [...] for foreign languages, just as my colleague pointed out, we need to break away from the crippling French influence. Therefore, English should [...]

  21. Bonsoir,

    Je suis très amusé de l’angélisme dont font part les commentaires vis à vis de l’anglais, langue idéale pour le développement de tout peuple, langue supérieure de l’économie et de toute société dans le monde…. on dirait une propagande américaine, héritée de la dernière guerre mondiale.. je suis d’accord qu’il faut reconnaître officiellement les langues maternelles du Maroc, minorisées par l’arabe, c’est bien certain… ensuite la position de l’espagnol (héritée du colonialisme quand même) est à maintenir aussi, étant donné la proximité de l’Espagne. Maintenant, vouloir enlever férocement le français du Maroc vous sépare avant de la france, de l’afrique francophone qui existe bien.. elle aussi ! ensuite, il existe beaucoup de liens entre les deux pays … malgré tout. Avoir deux ou trois langues étrangères est sans doute la solution, non ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 107 autres abonnés

%d bloggers like this: