links for 2011-01-26

links for 2011-01-25

"La législation tunisienne dans le domaine des droits de l’homme est déjà largement conforme aux standards internationaux"

Si, si, c’est vrai, puisque c’est écrit ici, en dépit des critiques nihilistes de quelques esprits chagrins:

Herman van Rumpoy, président de l'Union européenne, serre la main à Ben Ali, sous le regard attendri du Guide suprême

En matière de démocratie et de droits de l’homme, le dialogue dans le cadre du sous-comité spécifique prévu en 2009 a eu lieu après la période de référence, en février 2010. Les objectifs fixés par le Plan d’action, notamment en matière des libertés d’association et d’expression, n’ont pas été atteints, ce qui confirme la nécessité de renforcer le dialogue et la coopération dans ce domaine entre la Tunisie et l’UE. La réforme de la justice reste un défi à relever pour asseoir durablement l’État de droit, élément essentiel d’un véritable rapprochement avec l’UE. (p. 2)

En matière de lutte contre la corruption, aucun événement significatif n’est à signaler par rapport à 2008. (p. 3)

La législation tunisienne dans le domaine des droits de l’homme est déjà largement conforme aux standards internationaux. Il existe néanmoins un décalage persistant entre les positions officielles de soutien aux libertés fondamentales et au respect des droits de l’homme et l’application concrète des lois. (p. 3)

En ce qui concerne les conditions de vie carcérale et les droits des détenus, la Tunisie a adopté des mesures visant à faciliter la réinsertion des anciens détenus et à appliquer des peines alternatives à la prison, mais des progrès restent à faire. Le coordinateur général tunisien des droits de l’homme a le droit d’effectuer des visites imprévues dans les prisons. (p. 4)

La Tunisie continue à faire preuve d’une politique étrangère de modération et d’unité dans les diverses enceintes internationales avec une attention particulière attribuée aux affaires régionales et notamment au conflit israélo-palestinien. (p. 5)

La Tunisie a poursuivi ses efforts en matière de contrôle des frontières et de lutte contre l’immigration irrégulière, et s’est dotée des équipements et infrastructures nécessaires pour un contrôle de qualité. L’adoption des nouveaux passeports à lecture optique permet de renforcer la répression des délits liés au trafic des clandestins et l’infrastructure aux points de contrôle des frontières correspond aux normes internationales. (p. 12)

Comme en 2008, la Tunisie a poursuivi ses efforts dans l’application des mesures de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme au sein des institutions financières. La mise en oeuvre d’un régime de contrôle efficace dans les banques s’est renforcée. Une commission spécialisée en lutte contre le blanchiment d’argent a été créée en 2009 et présenterait un rapport début 2010. La Tunisie a demandé l’adhésion au Groupe Egmont. (p. 13)

L’enveloppe financière de l’Instrument européen de voisinage et de partenariat (IEVP) allouée à la Tunisie dans le cadre du programme indicatif national 2007-2010 s’élève à 300 millions d’euros auxquels se sont ajoutés 30 millions d’euros complémentaires en 2007 (pour le programme d’appui à la gestion budgétaire par objectifs). (p. 18)

Soyons honnêtes – de l’autre côté de l’Atlantique, on a partagé – en public, mais pas dans les cables diplomatiques à usage interne – la même analyse:

"Rumsfeld described Tunisia as a moderate country and a democracy" (Al Jazeera)

Mais ceci serait incomplet sans la finesse d’analyse du locataire du Palais de l’Elysée:

L’un de nos plus grands auteurs, FLAUBERT disait, avec une certaine justesse, qu’en Tunisie le climat est si doux que l’on oublie d’y mourir… À travers l’Histoire, qui n’a succombé aux charmes de cette Tunisie ? (…)

Je sais, Monsieur le Président, le prix que vous attachez au dialogue des civilisations. Une chaire de l’université de Tunis porte votre nom pour permettre à de grands esprits arabes et européens de se rencontrer, d’échanger et de bâtir dans ce respect mutuel sans lequel il n’y aurait ni paix ni harmonie, ce dialogue indispensable (…)

Pour que les civilisations se rencontrent, pour que les Hommes se parlent, il faut la confiance. À ceux qui pensent que l’humanisme est une invention occidentale et qui regardent donc les autres avec un peu de suffisance, je veux rappeler que Tunis a aboli l’esclavage en 1846, deux ans avant Paris, et que la Tunisie fut, en 1861, le premier pays arabe à se doter d’une constitution. Plus tard, le président Bourguiba a fait, le jour même de l’indépendance de votre pays, un double choix fondamental : celui de la modernité pour les Tunisiens, femmes et hommes, et celui de l’amitié avec la France. (…)

Signataire des grandes conventions des Nations unies, votre pays s’est engagé dans la promotion des droits universels et des libertés fondamentales, en respectant — et, Monsieur le Président de la République, j’y suis très sensible parce que c’est une question qui m’a toujours passionné — un moratoire strict sur la peine capitale, à laquelle naturellement j’ai toujours été opposé à titre personnel. Aujourd’hui, l’espace des libertés progresse. Ce sont des signaux encourageants que je veux saluer et qui font écho à ce que disait déjà feu le président Bourguiba lorsqu’il confiait : « Je suis réaliste. Être réaliste, c’est préférer une réforme modeste, qui en permet une autre, à un miracle impossible. » Je sais d’où vous venez, Monsieur le Président de la République, d’où vient la Tunisie et la Tunisie peut se comparer sans rougir à tant d’autres pays. Ces signaux, ces réformes s’inscrivent sur un chemin, étroit et difficile, mais essentiel, celui de la liberté et du respect des individus sans lesquels un pays n’est pas un grand pays. Ce chemin, aucun pays ne peut prétendre l’avoir entièrement parcouru et personne ne peut se poser en censeur. Je viens d’un continent dont l’histoire, y compris l’histoire récente, recèle des tragédies abominables et je ne vois pas au nom de quoi je me permettrais, dans un pays où je suis venu en ami et qui me reçoit en ami, de m’ériger en donneur de leçons. J’ai pleinement confiance dans votre volonté de voir continuer à élargir l’espace des libertés en Tunisie. Nous en avons parlé vous et moi. (2008)

Mais tout est bien qui finit bien: l’Union européenne, les Etats-Unis et la France ont désormais courageusement salué la chute de l’ex-président Zine el Abidine Ben Ali…

links for 2011-01-24

links for 2011-01-23

links for 2011-01-22

The most incendiary charge against Israeli NGOs: that they are funded by "Arab" money…

In the context of Israeli politics, it is the most incendiary charge made thus far against human rights groups and other left-wing nongovernmental organizations: that some of the money that funds their work comes from Arabs — or even from terrorists.

As the Knesset steams ahead with plans to probe the country’s human rights groups, critics of the NGOs are now seeking to advance this charge with a study that purports to supply supporting data.

Im Tirtzu, a right-wing group that says domestic human rights groups are undermining Israel’s legitimacy, released a report January 11 claiming to prove that money from Arab countries, organizations and funds is channeled to Israel through Palestinian charities “in order to influence internal Israeli state policies.” (Forward)

Could you even start imagining the outrage if say Moroccan media or political parties aired their concern that Moroccan human rights NGOs were funded with "Jewish" money?

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 108 autres abonnés

%d bloggers like this: