La leçon la plus importante du printemps arabe

Je suis à 100% d’accord avec cet activiste égyptien, Khalid Fahmy, et je crois aussi que c’est là une des leçons les plus durables de ce printemps arabe de 2011 qui est loin d’être terminé (de la même façon que 1989 n’est pas véritablement terminé en ex-URSS voire dans certains pays d’Europe de l’Est):

As someone who has been in Tahrir since 25 January, missing only a few Friday demonstrations since then, one of the most amazing things that I noticed was the conspicuous absence of slogans against foreign powers. It is not that people in Tahrir were oblivious of the role traditionally played by Saudi Arabia, Israel or the US over the past three decades in bolstering Mubarak and his defunct regime. Rather, it is that Egyptians (and I suspect Tunisians, Libyans, Yemenis, Syrians and millions of other Arabs) have felt, probably for the first time in a hundred years, that they don’t have to take their cue from Washington, London or Paris; that they are the ones who write their own history, and that they are the shapers of their own destiny. I consider this self-confidence, which is often infused with a witty, non-cynical sense of humor, to be the most important feature of the Arab Spring. And it is this self-confidence that the SCAF views as posing an existential threat and which it tries to counter with a venomous xenophobic discourse. (Egypt Independent 26/2/2012)

Il suffit de voir, exception faite de la Libye, à quel point les Etats occidentaux ont eu peu d’influence sur le cours des événements au Moyen-Orient – rétrospectivement, les historiens diront sans doute que l’invasion de l’Irak marqua l’apogée, et sans doute la fin durable, de l’influence occidentale de type post-colonial dans cette région du monde. L’Europe et les Etats-Unis demeurent des partenaires importants, mais leurs souhaits et instructions n’ont plus cours – les peuples arabes sont en train de récupérer leur souveraineté vis-à-vis de leurs anciens colonisateurs, protecteurs et parrains et ça, ça sera durable. Il n’y a sans doute que quelques potentats arabes qui ne sont pas encore au courant, un peu comme ces Espagnoles que chantait Brel dans "Knokke-le-Zoute tango":

Les soirs où je suis espagnol
Petites fesses grande bagnole
Elles passent toutes à la casserole
Quitte à pourchasser dans Hambourg
Des Carmencitas de faubourg
Qui nous reviennent de vérole
Je me les veux fraîches et joyeuses
Bonnes travailleuses sans parlote
Mi-andalouses mi-onduleuses
De ces femelles qu’on gestapotte
Parce qu’elles ne savent pas encore
Que Franco est tout à fait mort

 

About these ads

2 Réponses

  1. "Il suffit de voir, exception faite de la Libye, à quel point les Etats occidentaux ont eu peu d’influence sur le cours des événements au Moyen-Orient" T’as pas lu le livre de T. Ramadan ou alors t’as pas cru :)

    J’approuve aussi les propos tout en ajoutant un autre élément. Il faut se souvenir de la façon dont les gouvernants égyptiens ont accusé l’Occident (ou plutôt d’Israël, et derrière les USA et par extension tout l’OCcident) d’être responsables de leurs propres échecs et de leur propre médiocrité. L’Occident a été proposé comme un exutoire pour contenir la rage populaire et l’orienter vers un ennemi désigné plutôt que vers l’Etat. Les seules manifestations autorisées voire encouragées : contre ISraël, contre les caricatures du Prophète ou l’invasion de l’IRak par les USA. Le plus détestable est que cette propagande a été répétée ad nauseam par le peuple. J’ai toujours pensé que tant que tant que les Egyptiens regardaient ailleurs les raisons de leurs problèmes, le pays n’était pas près de changer. AMHA la raison principale pour laquelle les slogans contre l’étranger n’ont pas été scandés réside là. Moubarak avait raison. L’énergie de son peuple quand elle n’est pas orientée contre un ennemi extérieur peut être dévastatrice…pour lui

  2. les egyptiens bouffent trop gras, regardent trop la télé, ont des milliers de gourous, une conscience de leur histoire et de leur présent qu’ils ajustent en fonction de leur chauvinisme légendaire, et surtout, aucune notion de leur poids et réalités politiques dans le contexte géostratégique du moyen orient, sauf lorsqu’il s’agit d’assommer leur propre peuple d’un sousentendu leadership afin de maintenir la cohésion nationale !

    Voici donc un autre allumé typiquement egyptien qui cherche coûte que coûte une issue imaginaire héroique et nassérienne au printemps arabe egyptien ! je suis prêt a parier que l’ancienne comme la nouvelle génération de cinéastes, actrices hot et acteurs confirmés, certifiés "place attahrir" sont d’ores et déjà entrain de concocter quelques millions de feuilletons sur la révolution sublime et ses bienfaits sur le monde arabe pour les lustres à venir !!

    faudrait rappeler sans méchanceté à nos amis egyptiens que sans les subsides directes et cash des etats unis, de l’europe, des pays du golf, et même indirects d’israel (pour maintien du peuple Palestinien en etat de siège et sous perfusion), les egyptiens seraient en famine et en etat de guerre civile ! il faudrait aussi leur dire tout bas que malgré la chute de Moubarak, l’egypte est hélas encore très très loin de pouvoir se passer d’une économie planifiée et sponsorisée pour les plus pauvres qui continuent de constituer 80% de sa population, et que si le colonialisme de jadis à disparu dans sa forme politique directe (bien avant la guerre d’irak), ça fait un bail que l’économique à pris le dessus et à été en réalité la principale cause du soulèvement de la place tahrir !
    ce n’est nullement Moubarak qui a enrichi une génération de spéculateurs vivant à l’occidentale, ce n’est pas encore lui qui a dicté au FMI et à la banque mondiale les politiques strictes destinées à assurer le "minimum vital" au egyptiens du peuple, comme ce n’est pas son immitation de ses pairs arabes à vouloir leguer le pouvoir a son fils, ou alors se servir dans les marchés juteux que le marché libre à permis qui ont dépossédé le peuple de pouvoirs et d’argent, mais c’est bel et bien l’ère de la consommation effrénée, associée à la vague de surendettement des ménages, et l’ettouffement d’une économie insuffisante à répondre aux besoins d’une population de plus de 80 millions d’habitants ! hélas..

    on a tous suivi le printemps de place attahrir, ce qui devait déboucher sur une véritable révolution libératrice et rassurante sur la destinée politique et socio économique du pays à tourné en fiasco ! mais bien entendu, c’est très mal vu et mal poli de l’interpréter de cette manière…il vaut mieux dire que la révolution egyptienne à tourné "court" et que les prochains alliés de Washington et Tel Aviv porteront des barbes et feront tout pour que les choses se fassent en secret !

    en effet, quelle con et grande gueule était ce moubarak ! il faisait tout au grand jour et presque "sans gène" !

    Ceci dit, je suis d’accord pour dire que Brel aurait certainement pris son pied avec des danseuses de baladi et autres arabes sulfureuses dont aucun pays ne peut produire comme l’egypte continue d’en produire encore en 2012…! et là-dessus, certaines canditates marocaines entre autres n’ont pas à s’inquiéter, la carrière y est toujours assurée !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 108 autres abonnés

%d bloggers like this: