« Personne dans le monde ne comprendrait que l’Allemagne interdise à ces concitoyens juifs de circoncire leurs garçons »

Je me suis toujours étonné que la question de la circoncision des garçons ne soit pas entrée plus tôt dans le Kulturkampf livrant les tenants d’une laïcité à la française (qui s’est largement exportée depuis) et les musulmans vivant en Occident. La laïcité à la française c’est cette forme de séparation de l’Eglise et de l’Etat qui:

  1. veut une séparation radicale – mais à sens unique, cf. point 3 ci-dessous – des deux s’agissant du culte musulman;
  2. adopte une séparation pragmatique et flexible s’agissant des cultes juif et chrétiens (financement public des écoles confessionnelles, financement de la rénovation ou réfaction des églises, temples et synagogues existant en 1905, régime du concordat maintenu en Guyane et Alsace-Moselle, protection des chrétiens d’Orient, jours fériés catholiques, etc);
  3. entend la séparation radicale décrite au point 1 comme concernant les rapports du culte musulman aux pouvoirs publics, mais pas comme ceux des pouvoirs publics au culte musulman, lesquels pouvoirs publics peuvent se permettre immixtions diverses et variées dans ledit culte (cf. organisation et élection du Conseil français culte musulman, CFCM);
  4. fait une distinction contra legem (cf. articles 25 et 27 de la loi du 9 décembre 1905, article 10 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, qui a valeur constitutionnelle, l’article 9 de la Convention européenne de sauvegarde des Droits de l’Homme et des Libertés fondamentales et l’article 18 du Pacte international des droits civils et politiques) entre la manifestation d’opinions ou pratiques religieuses dans la sphère privée, la seule qui serait légitime, et son interdiction dans la sphère publique (particulièrement pour l’islam – nul ne songe à interdire processions catholiques ou prières publiques catholiques sur la voie publique, même très polémiques);
  5. et qui restreint la pratique religieuse au nom de la liberté religieuse.

On a vu le voile, la viande halal, les piscines non-mixtes mais bizarrement pas  la circoncision des garçons, pratique religieuse musulmane (commune aux juifs, tout comme l’abattage rituel). C’est bizarrement dans des pays pratiquant plutôt la neutralité religieuse de l’Etat que la question a été débattue publiquement: en Suède et en Norvège, des débatteurs ont ainsi demandé l’interdiction de la pratique de la circoncision masculine sur des mineurs, au nom des droits de l’enfant, la circoncision étant vue comme une forme de mutilation. Il est vrai que des incidents dramatiques ont eu lieu, de jeunes garçons musulmans circoncis par des circonciseurs non-qualifiés et ayant eu des séquelles, allant dans quelques cas jusqu’à la mort.

En Suède, la loi (2001:499) sur la circoncision des garçons a ainsi été adoptée en 2001, et réglemente la circoncision qui ne peut être effectuée que par un médecin (une exception étant faite pour les mohels juifs, qui peuvent circoncire des garçons de moins de deux mois) – cette loi semble faire un accommodement raisonnable entre le désirs des parents de circoncire leur fils pour des motifs religieux et les droits de l’enfant à la santé et à la vie, en mettant la circoncision sous contrôle médical. Paradoxalement, la France laïque et un brin islamophobe n’a pas – encore – sauté sur l’occasion pour en faire un débat de société propice à susciter une belle unanimité contre les musulmans de France (le fait que cette pratique concerne aussi les juifs n’est pas vraiment un argument, si on considère le débat sur l’abattage rituel lors de la campagne présidentielle cette année).

De même en Allemagne: les cultes y sont reconnus, et un impôt ecclésiastique y est prélevé sur les revenus des membres des cultes reconnus (comme en Suède d’ailleurs). Mais récemment, un tribunal de Cologne a jugé (cf. le jugement intégral ici) qu’une circoncision sur un mineur était constitutive d’une atteinte à son intégrité corporelle ne pouvant être justifiée par des motifs religieux. Ce jugement d’un tribunal inférieur, dont la valeur de précédent est plus que limitée, a suscité un tollé auprès des milieux juifs et musulmans – appuyés en cela par l’Eglise catholique – et a causé la consternation du gouvernement chrétien-démocrate (CDU/CSU) & libéral (FDP) d’Angela Merkel. Le fait que les juifs soient touchés n’est bien évidemment pas étranger à la position du gouvernement et du parlement allemands de se prononcer en faveur de la circoncision religieuse – après tout, même sous le nazisme cette pratique ne fut pas interdite…

Mais les propos du ministre allemand des affaires étrangères Guide Westerwelle (FDP) doivent être soulignés:

« La résolution démontre que nous vivons dans un pays tolérant et cosmopolite. Personne dans le monde ne comprendrait que l’Allemagne interdise à ces concitoyens juifs de circoncire leurs garçons » (L’Express)

Sincèrement, que feraient les musulmans d’Europe sans les juifs pour défendre l’abattage rituel et la circoncision?

A lire sur le sujet: « Circoncision pour motifs religieux: Le prépuce de la discorde » de Céline Fercot, qui passe notamment en revue la jurisprudence française sur la question.

Du policier au ministre, la négrophobie au Maroc

La dernière fois que j’ai franchi le contrôle frontalier à l’aéroport Mohammed V de Casablanca plusieurs avions avaient atterri en même temps. Chaque guichet de police des frontières comporte un panneau indicatif – « passeports marocains » ou « autres passeports » – que les arrivants sont bien avisés de respecter. Bien qu’étant marocain, je voyage depuis très longtemps avec mon seul passeport européen, mais suis bien évidemment muni de ma CIN. Prudent et éternel pessimiste, j’avais dit à ma femme que nous devions prendre la file « autres passeports » car si nous sommes bien marocains de nationalité, nos passeports sont étrangers, et ce alors même que la queue pour les guichets « passeports marocains » était bien plus courte.

J’attends donc, remarquant la jolie noire devant moi, accompagnée d’un ami au style vestimentaire « clip de rap ». Je patiente pendant une quinzaine de minutes. La noire se voit indiquer l’ordre de rebrousser chemin, mais sans scandale et elle n’y trouve rien à redire – elle n’a probablement pas rempli la carte de débarquement, pratique typique des dictatures pays arabes.

En attendant, dans la file d’à côté, réservée aux passeports marocains, un passager noir, de petite taille, habillé très modestement, qui semble peu habitué aux aéroports, présente son passeport africain au policier. Celui-ci lui répond – ma femme attire mon attention là-dessus – par une mimique méprisante et moqueuse et un geste de la main au niveau de la tempe, lui demandant s’il était à jeûn, et lui indiquant avec brutalité et goujaterie que c’était la queue pour les détenteurs de passeports marocains, lui intimant l’ordre de prendre une file devant le bon guichet. Le noir, interloqué, ramasse son passeport et ses bagages et rejoint notre queue, passant avant les passagers qui comme moi patientaient depuis une bonne vingtaine de minutes. Ma femme, scandalisée par la scène à laquelle nous avons assisté, s’irrite cependant, alors que je compatis plutôt avec le malheureux. Et c’est là que le policier au guichet – alors que personne dans la file ne s’était plaint de rien – lui intime, avec la même discourtoisie que son collègue, d’aller à un guichet beaucoup plus loin, l’obligeant à traverser le grand hall avec ses papiers et ses sacs, l’air hébété et résigné, ne semblant d’ailleurs pas parler français, et devant se résigner à refaire une longue queue pour une seconde fois.

A peine avons-nous le temps, moi et mon épouse, de nous scandaliser à nouveau que voilà une troisième scène. Dans la file à notre gauche, elle aussi réservée aux passeports marocains, j’avais remarqué une femme en niqab noir. Semblant âgée de par sa corpulence et sa démarche, apparemment peu habituée – elle aussi – à fréquenter les aéroports (elle dépose un carton et un sac style Tati derrière le guichet du policier pour revenir ensuite devant présenter son passeport), elle se voit soudainement interpellée par une policière. Je comprends: la policière va l’emmener faire la vérification d’identité – en lui demandant de soulever son niqab – dans un bureau à l’abri des regards masculins. La policière, moins de trente ans, cheveux longs, un joli visage abîmé par un mélange de vulgarité et de méchanceté, n’est pas vraiment discrète: elle interpelle brutalement la niqabi, avec la douce mélodie de l’arabe dialectal parlé avec l’accent doukkali, mouline énergiquement des bras pour la faire se rendre audit bureau, et regarde ensuite autour d’elle avec fierté telle une danseuse du ventre d’un cabaret de Casa Port guettant la lubricité des regards des spectateurs après avoir fait tressauté sa marchandise. Elle va ensuite plaisanter avec ses collègues masculins.

Nous passons ensuite sans souci. Et je me dis que nos policiers et policières feraient d’excellents ministres ou éditorialistes progressistes et modernistes, défenseurs de la langue française sur 2M, et de la publicité pour l’alcool dans la presse écrite, tant pour leur mépris des sub-Sahariens que pour leur hargne à l’encontre des femmes en niqab (je hais le niqab à titre personnel mais un fonctionnaire de l’Etat doit être neutre et traiter tout administré de manière similairement respectueuse – ce n’était pas le cas ici).

Exhibit A: Abdelouahed Souhail, ministre PPS, c’est-à-dire post-communiste, de l’emploi et de la formation professionnelle. L’internationalisme prolétarien et la solidarité des travailleurs ne l’ont guère traumatisé: voilà déclare que si Lhoussine et Fatna sont au chômage au Maroc c’est parce qu’il y a trop de Mamadou et Fatimatou au plus beau pays du monde.

Le 6 juillet, à New York:

« Nous assistons, du fait de la crise économique et financière à deux phénomènes: d’un côté, le repli sur le Maroc de ses propres ressortissants touchés par la crise, et de l’autre, l’afflux de Sub-sahariens et l’intérêt grandissant affichés par des ressortissants des pays du Nord, pensant y trouver des niches insuffisamment exploitées »

Le quotidien de son parti, Al Bayane, a eu la délicatesse de bien insister sur ce point, en en faisant le point principal du discours ministériel: « Souhail aux Nations unies : «Les nouveaux phénomènes migratoires amplifient la crise de l’emploi au Maroc»« .

Exhibit B: Abdelhadi Khaïrate, député USFP, c’est-à-dire post-socialiste. Il a interpellé le ministre de l’intérieur Mohand Laenser, sans doute inquiété  – comme on le comprend – par le nombre d’attentats terroristes commis par les Camerounais, Libériens et Burkinabés au Maroc, sur le danger sécuritaire posé par l’immigration sub-saharienne:

Abdelhadi Khairate, député USFP a interpellé le ministre de l’intérieur Mohand Laenser, sur ce qu’il a qualifié de grave menace représentée par l’entrée sur le territoire de clandestins subsahariens aux antécédents douteux.

« Des armes libyennes équipent des candidats à l‘immigration clandestine embusqués au Maroc, attendant l’occasion de traverser vers l’Europe … Ceci est une menace pour la sécurité nationale et des citoyens, vue que la plupart d’entre eux ont subits des entraînement et sont expérimentés dans le maniement des armes» s’est ému Khairate, lors d’ une question adressée au gouvernement.

Le progressisme-modernisme marocain (disons Promod pour faire bref), dans sa définition courante actuelle, consiste surtout à s’offusquer de l’accroissement de l’usage de l’arabe sur 2M et à se scandaliser de l’interdiction de la publicité pour l’alcool, des combats à hauteur de des qualités et talents – considérables – de ses représentants et militants. Passer sous silence la très forte mobilisation des Promods à l’occasion de la publication de la circulaire Guéant serait également très injuste à leur encontre. On ne m’ôtera pas l’idée que les sub-Sahariens pourraient faire quelques efforts de leur part en gage de bonne volonté, et être un peu moins Africains et un peu plus blancs – ce n’est quand même pas aux Promods de faire le premier pas!

CAN : Regragui, le Franco-Marocain qui n’a jamais rêvé des Bleus

Total respect à la lecture de ces déclarations de l’ex-international marocain Walid Regragui:

Quand le Maroc l’appelle en 2000 pour rejoindre la sélection, il n’hésite pas une seule seconde. Il assume, lui le binational, de défendre les couleurs de son pays d’origine :

« Le Maroc était un choix naturel pour moi, même si je suis né en France. Et puis, honnêtement, l’équipe de France ne m’a jamais fait rêver. “

Il y a quelques mois, la question des binationaux, nés et formés en France mais internationaux dans le pays de leurs parents, avait fait polémique. Jouer pour son pays d’origine n’est pas forcément un choix par dépit.

Walid Regragui, défenseur latéral ou milieu droit, arrive dans le circuit professionnel sur le tard, à 24 ans. Toulouse puis Ajaccio, Santander (Espagne), Dijon et Grenoble.

En Ligue 1, il enchaîne les prestations solides et suscite l’intérêt quelques mois plus tard de son pays d’origine, le Maroc :

‘ Le Maroc, c’est mon pays, ma culture d’origine, mon histoire familiale et mon premier coup de coeur footballistique, pendant la Coupe du Monde 86 [en 1986, le Maroc devenait la première équipe africaine à passer le premier tour d'une phase finale de Coupe du Monde, ndlr].

Je ne me suis posé aucune question. C’était le choix du coeur, d’autant plus facile que je n’avais pas fait les sélections de jeunes avec la France.’

Et dire qu’il y en a pour douter de la loyauté et du sentiment d’appartenance des doubles nationaux (1)…

(1) Full disclosure: je suis double national…

Absents de marque

Je lis dans la presse française ceci – « Sarkozy décore des harkis lors d’une journée nationale d’hommage« , mais il doit s’agir d’une coquille car je ne vois aucune trace de Rachida Dati, Malek Boutih ou Fadela Amara lors de cette célébration.

Limpieza de sangre hier, préservation de la majorité juive aujourd’hui

Certains étaient en faveur d’un Etat blanc en Afrique du Sud du temps de la splendeur de l’apartheid, la ministre espagnole des affaires étrangères Trinidad Jimenez est en faveur d’un Etat juif en Israël:

Spain’s Foreign Minister Trinidad Jimenez presented a new policy for the Palestinian-Israeli conflict on Saturday, declaring Israel as the homeland of the Jews for the first time and saying that the issue of Palestinian refugees should be solved in such a way that it does not compromise Israel’s current demographic makeup of a Jewish majority. (Haaretz 25/9/2011)

Certains s’en étonnent. Je trouve personnellement que l’Espagne fait preuve là d’une très grande cohérence: n’avait elle pas expulsé musulmans et juifs en 1492 afin de faire de l’Espagne un Royaume chrétien et de ne pas compromettre la composition démographique de celui-ci au nom de la limpieza de sangre? Le soutien à la politique d’apartheid d’Israël envers la population arabe rappelle ainsi un national-catholicisme pas si lointain que ça. Je me demande simplement quels autres objectifs ethniques le gouvernement espagnol estime justifiés dans le cadre de sa politique étrangère voire interne…

Comment faire carrière en France quand on est un chiite libanais

C’est simple:

- se faire appeler Robert, c’est quand même plus facile à prononcer;

- « mange[r] du porc, boi[re] du vin et (…) fai[re] baptiser ses enfants« ;

- être « grand amateur de chablis« ;

- être « grand amateur de femmes sauf des Africaines« ;

- avoir une épouse se prénommant Catherine;

- avoir une Maserati;

- être « un ami très écouté de Nicolas Sarkozy« , et lui donner un coup de main quand il en a besoin;

- être « le seul à Paris qui peut dire à un ministre africain sans qu’il en prenne ombrage : « Tu m’emmerdes, sale nègre ! »« ;

Ah, j’oubliais: si vous faites dans le financement occulte de campagnes présidentielles françaises, c’est encore mieux.

L’Ordre du wissam alaouite décerné à « un blanc, blancos, white »

Hassan II avait reçu Jean-Marie Le Pen dans les années 90, Mohammed VI fait décerner une décoration à Manuel Valls en 2011.

Pour les incultes, Manuel Valls a:
annulé le 12 mars 2011 un débat public faisant suite à la projection du film « Gaza-strophe » de Samir Abdallah et Khéridine Mabrouk sur la guerre israélienne contre Gaza en 2009;
-déclaré face à une caméra, lors d’une promenade sur le marché d’Evry, ville dont il est le député-maire, confronté à la foule multicolore: «Belle image de la ville d’Evry… Tu me mets quelques blancs, quelques whites, quelques blancos… », phrase qu’il a par la suite affirmé assumer totalement;
soutenu l’idée d’une interdiction du voile islamique là où il y aurait des enfants, et notamment les crèches;
– voulu remettre « du porc et de l’alcool en rayon, et fissa! » dans une épicerie de sa ville passée à l’alimentation halal;
coupé, en février 2010, les subventions de l’association « Evry-Palestine »;
débordé Nicolas Sarkozy sur sa droite tout récemment au sujet des immigrés en provenance de Tunisie;
– a, en matière sécuritaire dont on sait combien elle est ethnicisée en France, « une posture populiste et autoritaire« ;
– une police municipale interdisant la vente de livres sur l’islam lors de brocantes;
exprimé son opposition à l’adhésion de la Turquie à l’Union européeenne;
dénoncé, en 2011 (deux mille onze), l’influence du marxisme-léninisme au sein de la gauche française (si, si!);
signé une tribune qualifiant le boycott d’Israël d' »indigne« ;

Distinction
Le député socialiste Manuel Valls fait Commandeur du Ouissam alaouite
Le Matin du Sahara Publié le : 16.06.2011 | 17h39

Le député et maire socialiste français d’Evry (région parisienne), Manuel Valls a reçu mercredi soir des mains de l’ambassadeur du Maroc en France, El Mostafa Sahel, les insignes de Commandeur du Ouissam alaouite en reconnaissance de son engagement en faveur de l’amitié franco-marocaine et de son action pour l’intégration de ses administrés marocains.

Ce responsable en vue du Parti socialiste (PS-opposition) et candidat aux primaires pour l’élection présidentielle de 2012, s’est dit «touché et ému par le geste de S.M. le Roi Mohammed VI et très sensible à l’immense honneur que lui fait un pays ami».

Ce catalan d’origine, très attentif à une relation harmonieuse entre les deux rives de la Méditerranée et à la consécration des valeurs de liberté et de démocratie à l’heure du «printemps arabe», a assuré que le Maroc jouait, dans ce contexte, un «rôle tout à fait essentiel».

A ce titre, il a salué «le dynamisme, la croissance économique et l’évolution politique, culturelle et sociétale que S.M. le Roi est en train d’impulser».

«Ce qui se passe en ce moment au Maroc et ce qui se passera après la révision constitutionnelle est un élément très important, en termes d’exemplarité, pour les autres pays» de la région, a estimé Manuel Valls devant une assistance formée de ses camarades, d’élus, d’intellectuels et d’acteurs associatifs de la ville d’Evry, dont notamment le philosophe Marek Halter, le recteur de la grande mosquée d’Evry, le marocain Khalil Merroun et le rabbin de la ville.

Il a redit «l’immense honneur» qu’il ressent face à ce geste de la part d’un «Maroc ancré dans l’histoire et des Marocains qui ont marqué la terre d’où je viens», en référence à sa Catalogne natale et à l’Espagne, mais surtout au modèle de la Cordoue du temps de l’Andalousie en termes de tolérance et de convivialité entre les religions et les cultures qu’il veut promouvoir dans la ville d’Evry.

En faisant l’éloge du récipiendaire, El Mostafa Sahel a rendu justement hommage à l’action de M. Valls et son «engagement connu de tous pour la promotion d’un nouveau +vivre ensemble+ porteur de beaucoup d’espoirs», dans cette ville baptisée «capitale spirituelle» du département de l’Essonne.

Le jeune maire d’Evry est connu pour son combat, «dans une conception ouverte de la laïcité», pour «la cohabitation entre confessions différentes et pour prévenir les risques du communautarisme» dans cette ville où se côtoient la dernière cathédrale bâtie en France, où officie un évêque né à Rabat, une synagogue dont le rabbin est d’origine marocaine, une pagode bouddhiste et la Grande Mosquée dirigée par le marocain Khalil Merroun.

Le Maroc est sensible à cette démarche car il est à son tour «une terre de tolérance, où se côtoient pacifiquement juifs, chrétiens et musulmans, mais aussi une terre où se mélangent harmonieusement plusieurs cultures», a relevé l’ambassadeur avant d’évoquer la grande réforme des institutions lancée par le discours royal du 9 mars en vue de consacrer la démocratie et l’Etat de droit.

Et de souligner que la «consécration de la pluralité de l’identité marocaine occupe une place de choix» dans la révision constitutionnelle.

L’ambassadeur a salué par ailleurs l’esprit d’ouverture et de tolérance de M. Valls et rendu hommage à son action pour «une intégration harmonieuse des populations immigrés» dont notamment la communauté marocaine.
Durant son parcours politique, Manuel Valls a été notamment le très proche collaborateur de plusieurs hommes d’Etat français, notamment les anciens Premiers ministres, Michel Rocard et Lionel Jospin.

Par MAP

Je trouve finalement que Manuel Valls et l’Ordre du wissam alaouite se méritent.

Fraternité maghrébine: Manuel Valls s’est rendu à Alger en 2010 afin de donner une conférence sur « La gestion d’une grande ville de la région parisienne (Evry) : un exemple d’organisation multiculturelle » – sans doute a-t-il appelé à l’exportation de « blancs, whites et blancos » afin de rendre Alger plus multiculturelle. Et j’oubliais la Mauritanie, où il s’est rendu pour y louer la musique mauritanienne.

PS: puisque nous sommes en période de réforme constitutionnelle, je souhaiterais que l’octroi de décorations marocaines à des étrangers soit soumise à approbation parlementaire préalable.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 110 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :