A working class hero was something to be, or so they say

FMR STIK1MODIF

Sur Florange, site sidérurgique faisant l’objet d’un plan dit social de son propriétaire indien, Arcelor Mittal, et Longwy, cité anciennement sidérurgique en Lorraine, bastion communiste et syndical, cet article (ancien) des Inrockuptibles ("Full Mittal racket"). Florilège:

S’ils ne redémarrent pas, après les dernières mines fermées dans les années 90, un second maillon de la chaîne de l’acier disparaîtra totalement de la région.

“La gauche et la droite, c’est pareil”, résume un ancien qui a vécu quantité de fermetures d’usines.

Cette phrase, mot pour mot, nombre d’ouvriers la prononcent. Marcel*, 46 ans, nous la crache avant même de préciser qu’il pointe au chômage depuis deux mois. “Moi je me battrai pas pour la France en cas de guerre”, ajoute l’homme, rencontré à moins de dix kilomètres de Florange, devant les Restos du coeur de Gandrange. Cet ancien contrôleur de la qualité de l’acier, qui ne se déplace qu’à vélo, a été licencié en 2002 par son usine située non loin, à Joeuf. Depuis, il vivote avec de petits boulots et passe ici prendre de la nourriture, “uniquement les fins de mois. C’est pas bon pour le moral de se sentir assisté”.

Le golf et la société du spectacle ont remplacé l’aciérie:

Aujourd’hui, un cinéma multiplex et son parking ont effacé l’ancienne aciérie visitée par Johnny. Outre un musée, l’une des dernières traces de ce passé sidérurgique de la ville se situe au niveau du panneau “200 mètres” du practice du nouveau golf.

Et à l’usine Peugeot d’Aulnay, menacée de fermeture en 2014, l’heure est aux syndicats jaunes:

Il y a plus d’un an, le SIA (Syndicat indépendant de l’automobile, 40% de voix aux élections du CE) accepte de participer à l’intersyndicale aux côtés de la CGT (deuxième syndicat de PSA Aulnay avec 35%)*. Tous deux politiquement et stratégiquement opposés, les premières dissensions apparaissent depuis plusieurs semaines.

Historiquement, à Aulnay, le SIA est lié à la direction. Ce syndicat descend de la CSL (Confédération des syndicats libres), allié au patronat pour briser les grèves et casser le syndicalisme lié au PC. La direction d’Aulnay – du temps de Citroën – considérait les syndicats comme une plaie. En 1982, les ouvriers immigrés y mènent une grève victorieuse pour la liberté syndicale – ce qui fit bondir la CGT de 9 à 57% et baisser le CSL de 82% à 33%. En 1984, un plan de 800 licenciements décapite la CGT. En 2002, le CSL devient la SIA. "Ce syndicat est traditionnellement la courroie de transmission des messages managériaux de la direction aux salariés".

Le magazine rappelle que si les fermetures d’usine à Longwy ont commencé sous le premier ministre giscardien Raymond Barre, le socialiste (?) Laurent Fabius en avait accéléré le rythme entre 84 et 86. Il est vrai que les socialistes européens se préoccuppent désormais surtout de ce que dira d’eux The Economist ainsi que du respect intégral du catéchisme de Bruxelles. Et pour tenter de garder quelques voix dans l’électorat populaire, il y aura toujours le foulard islamique ou les demandeurs d’asile pour faire diversion.

Et ce n’est pas qu’en France: chez nous, au Maroc, l’USFP compte ses bastions électoraux, lors des éléctions législatives, en zones rurales, et ses élus sont des notables. Quant à Fathallah Oualalou et Habib El Malki, il y a longtemps que l’avis de la CGEM, des chambres de commerce ou des agences de notation est celui qui détermine réellement leur orientation économique. Il fut un temps, que les moins de quarante ans ne peuvent pas comprendre, où l’USFP pouvait menacer le pouvoir, c’est-à-dire le makhzen, c’est-à-dire le Roi, d’une grève générale (pour les jeunes, voir un bon dictionnaire pour le sens de ce mot).

Post-scriptum: après avoir publié la première version de ce post, je trouve dans ce même (ancien) numéro des Inrockuptibles un autre article le passage suivant, détaillant la réunion entre des syndicalistes de l’usine Ford de Blanquefort et deux conseillers d’Arnaud Montebourg:

Pour Philippe Poutou, “même si c’est déjà bien d’être reçu, la réunion n’a rien apporté au niveau du contenu. Ils se demandaient ce que l’on allait faire lors de la manif au Mondial de l’auto et nous ont demandé d’être ‘responsables’. Mais c’est la pression des salariés qui permet que les choses bougent”. Gilles Penel, élu du CE, la cinquantaine et depuis plus de vingt ans chez Ford, présent à Bercy, a senti “une certaine impuissance”. Frappé par la jeunesse des conseillers,“qui n’ont jamais dû mettre les pieds dans une usine”, il voit là “deux mondes vraiment très éloignés”.

* La CGT est historiquement liée au Parti communiste français, même si les liens sont aujourd’hui distendus du fait de la disparition effective du PCF sur la scène politique nationale française (le parti est présent localement, au travers d’élus locaux et de quelques députés, le plus souvent députés-maires).

Si vous ne devriez lire qu’un seul blog…

… ce serait Greek crisis de l’anthropologue et historien grec de langue française Panagiotis Grigoriou. Découvert via le portail de gauche Rezo, je ne peux plus m’en passer. La crise du point de vue de ses victimes grecques pourrait être son titre alternatif. Cette crise me rend très pessimiste – de par ses conséquences sociales d’abord, et de par la paralysie qui semble tenir la gauche occidentale (en Amérique latine, elle se pose moins de questions – voir la nationalisation récente de la filiale argentine du géant du pétrole espagnol Repsol par la présidente Cristina Kirchner) – à telle enseigne que la contestation la plus dure de la politique de rigueur de l’UE et du FMi émane sans doute d’un économiste libéral keynésien étatsunien, Paul Krugman. Comparaison n’est pas raison, et je ne crois pas à une guerre européenne aboutissant à un génocide. Mais entre un racisme – l’islamophobie – désormais acceptable, la répétition des erreurs de politique économique de 1929 (une politique de réduction des dépenses publiques en période de récession) et la paralysie politique, ça ne sent pas la rose, et cela impactera l’économie mondiale, le Maroc en premier. Le torrent de mépris et la condescendance vis-à-vis du peuple grec ne sont pas sans rappeler ce qui permit, là aussi sous couvert du paiement des dettes publiques de ces pays, l’instauration de protectorats au Maroc, en Tunisie et en Egypte.

Ne lisez donc pas le blog du camarade Panagiotis si vous croyez que "les marchés" sont une force naturelle, qu’il est impossible de quitter une monnaie commune, que le non-paiement des dettes publiques serait apocalyptique (cf. l’Islande et l’Argentine) et que les critères dits de Maastricht (les fameux plafonds fixés par le Traité de l’Union européenne pour l’accession à l’euro, soit principalement 3% du PIB au maximum pour le déficit budgétaire et 60% du PIB pour la dette publique) sont scientiques et incontestables. Sinon, lisez, en priant que ce que décrit Panagiotis ne soit pas aussi votre futur proche…

"Si l’on vous entend bien c’est tout notre système qui est en cause?" "Oui"

Au sujet du changement climatique:

«Mais si l’on vous entend bien, au travers de tout ce que vous décrivez, de ces évolutions catastrophiques, provoquées et accélérées par les pratiques de notre système, si l’on vous entend bien c’est tout notre système qui est en cause?»

Un autre auditeur s’exclame «Eh oui!», puis un des membres du panel répondit d’un seul mot: «Oui.» Il y eut un lourd silence de bien plus d’une minute, ce qui paraît fort long, comme si l’on attendait soit une contradiction-miracle, soit un développement explicatif, soit un débat inévitable, – mais rien ne vint.

Lu chez dedefensa.org – hat-tip: Sanaa.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 108 autres abonnés

%d bloggers like this: