Pascal Bruckner, roitelet de l’essaysime à la française

Deux posts intéressants consacrés à Pascal Bruckner avaient échappé à mon attention lorsque j’avais commenté son invitation officielle au dernier Salon du Livre de Casablanca, où il pérora de manière lymphatique et hypocrite sur son rapport à la liberté d’expression, à la guerre en Irak et à la colonisation.

Le bloggeur Harold Bernat-Winter, dont le blog s’intitule opportunément Critique, et critique de la critique, s’attaque – en deux parties (I et II) – au roitelet de l’essayisme à la française (il me semble que l’expression a aussi été utilisée par Bourdieu s’agissant de cette dernière discipline) qu’est Pascal Bruckner.

Dans le même ordre d’idées, je vous conseille son billet « A Garcin, Assouline, Enthoven, Onfray, Cespedes, Redeker et tous ceux à venir… » ou celui consacré à Luc Ferry. Par contre, ses billets sur le 11 septembre, je ne les sens pas trop…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :