Spike Lee à Clint Eastwood: « we’re not on a plantation »…

Ca a commencé avec ça:

Clint Eastwood folds his gangly frame behind a clifftop table at the Hotel Du Cap, a few miles up the coast from Cannes, sighs deeply, and squints out over the Mediterranean. « Has he ever studied the history? » he asks, in that familiar near-whisper.
The « he » is Spike Lee, and the reason Eastwood is asking is because of something Lee had said about Eastwood’s Iwo Jima movie Flags of Our Fathers, while promoting his own war movie, Miracle at St Anna, about a black US unit in the second world war. Lee had noted the lack of African-Americans in Eastwood’s movie and told reporters: « That was his version. The negro version did not exist. »

Eastwood has no time for Lee’s gripes. « He was complaining when I did Bird [the 1988 biopic of Charlie Parker]. Why would a white guy be doing that? I was the only guy who made it, that’s why. He could have gone ahead and made it. Instead he was making something else. » As for Flags of Our Fathers, he says, yes, there was a small detachment of black troops on Iwo Jima as a part of a munitions company, « but they didn’t raise the flag. The story is Flags of Our Fathers, the famous flag-raising picture, and they didn’t do that. If I go ahead and put an African-American actor in there, people’d go, ‘This guy’s lost his mind.’ I mean, it’s not accurate. »

La réplique:

After Eastwood told him to « shut his face » and stop criticizing him about not including African-Americans in his 2006 Iwo Jima movies, « Flags of Our Fathers » and « Letters From Iwo Jima, » Lee’s lashing out.

« First of all, the man is not my father and we’re not on a plantation either, » he told ABCNEWS.com. « He’s a great director. He makes his films, I make my films. The thing about it though, I didn’t personally attack him. And a comment like ‘a guy like that should shut his face’ — come on Clint, come on. He sounds like an angry old man right there. »

Lee has a proposal for Eastwood:

« If he wishes, I could assemble African-American men who fought at Iwo Jima and I’d like him to tell these guys that what they did was insignificant and they did not exist, » he said. « I’m not making this up. I know history. I’m a student of history. And I know the history of Hollywood and its omission of the one million African-American men and women who contributed to World War II. »

(…)
Lee’s response to Eastwood’s claim?

« I never said he should show one of the other guys holding up the flag as black. I said that African-Americans played a significant part in Iwo Jima, » he said. « For him to insinuate that I’m rewriting history and have one of the four guys with the flag be black … no one said that. It’s just that there’s not one black in either film. And because I know my history, that’s why I made that observation. »

Et encore:

Lee however promised to draw a line under the bitter war of words, alluding to the tone of the bid for the White House of Barack Obama, who went to see Lee’s Do The Right Thing on his first date with his wife Michelle. Lee said of Eastwood: « Even though he’s trying to have a Dirty Harry flashback, I’m going to take the Obama high road and end it right here. Peace and love. »

Avantage Lee.

Roger Lemerre, ciment de l’unité maghrébine

Je vous conseille tous la lecture quotidienne du Soir, le meilleur quotidien francophone marocain (bon, OK, ses concurrents sont L’Opinion, Le Matin du Sahara, Libération, Al Bayane et – don’t snigger – L’Economiste). Je pense notamment à ma belle-soeur Khadija, admiratrice inconditionnelle de Yassine Zizi – elle me piquait Le Journal pour le lire quand il y écrivait encore – car on l’y retrouve, avec une chronique quotidienne – « Dans les filets ».

Dans Le Soir du mardi 10 juin, on retrouve donc une chronique de Zizi que je me dois de reprendre in extenso:

« L’équipe nationale tunisienne a perdu à domicile face au Burkina Faso (1-2) lors de la première journée comptant pour les éliminatoires de la Coupe du Monde et de la CAN 2010. Jusqu’ici, rien de bien méchant, dans un match de foot, il y a toujours une équipe qui gagne et le Maroc qui perd. Et c’est parce que les Tunisiens ont perdu que nous, on va annoncer trois jours de deuil et se mettre la gueule en berne. Ce qu’il y a surtout à retenir de cette défaite, ce sont les propos de Roger Lemerre après le match: « ce n’est pas une catastrophe, ce ne sera pas la première fois que vous ne serez pas qualifiés pour la Coupe du Monde ou la CAN ».

Les Tunisiens n’ont pas été contents d’entendre ça et à mon avis, les Marocains non plus. Parce que, c’est de Roger Lemerre que nous allons hériter à partir du mois prochain. Vous imaginez? Ce type, payé grassement en Tunisie et une fortune à partir du mois prochain au Maroc, va venir entraîner notre équipe nationale et nous dire après une défaite que ce n’est pas une catastrophe. Je sais, je sais, nous non plus ça ne sera pas la première fois (ni la dixième) que nous ne qualifions pas pour quoi que ce soit, mais ce n’est pas une raison pour le rappeler. Surtout si ça vient d’un entraîneur payé sur l’argent du contrib’ pour pallier à ce genre de mésaventure.

Il est pas encore en poste, et déjà il me démoralise, le Roger. En tout cas, le fin fond de ma pensée est que Lemerre n’est pas une bonne affaire pour notre foot. Ils sont 3 ou quatre à se relayer sur la catastrophe footballistique nord-africaine et personne pour remédier à ça. Les Michel, les Kasperczak, les Coeelho… et maintenant Lemerre.

A moins que ce ne soit pas eux, l’erreur. Alors quoi? On exporte notre fédé en Tunisie et on essaie la leur? »

Je dirais pour ma part que la législation marocaine sur les injures publiques et la diffamation m’empêche de vous livrer le fond de ma pensée, s’agissant de Lemerre ou de ceux qui l’ont fait venir.

%d blogueurs aiment cette page :