Malgré la propagande étatsuno-séoudienne, les opinions arabes n’ont pas bougé

Un sondage a récemment été publié par le Brookings institution et plus particulièrement l’universitaire Shibley Telhami, qui n’a rien d’un islamo-gauchiste assoiffé de sang – sa brève étude de ce sondage contient de manière liminaire des remerciements à Martin Indyk, ex-lobbyiste à AIPAC, ancien ambassadeur étatsunien à Tel Aviv, qui fût suspendu par le State Department pour violations des règles de sécurité et de confidentialité alors qu’il était toujours en poste – wink, wink, nudge, nudge, say no more – et guère soupçonnable d’antisionismeantisémitisme primaire ni de pacifisme bélant

Pour en revenir au sondage (conduit dans six pays arabes – le Maroc, l’Arabie séoudite, l’Egypte, la Jordanie, le Liban et les Emirats arabes unis), Shibley Telhami, qui a été récemment conseiller de l’administration Bush, souligne à quel point la question palestinienne est centrale dans l’opinion des pays arabes couverts par ce sondage (et probablement aussi dans les autres – je doute que les opinions algériennes, libyennes, tunisiennes, syriennes et irakiennes soient post-sionistes):

an analysis of the trends in the past six years, as well as demographic analysis of the 2006 poll, indicates that the Arab-Israeli conflict remains a central issue for most Arabs. Despite Iraq and increasing Sunni-Shiite tensions, the Arab- Israeli issue remains the prism through which most Arabs view the world

Au risque de déprimer les éditorialistes de L’Economiste et Tel Quel, Jamel Debbouze, Sofia Essaïdi, Abderrahim el Bouhmidi et l‘Institut Amadeus du frère et militant Brahim Fassi Fihri, je me dois de vous avouer une terrible réalité: le peuple marocain fait preuve d’un antisémitisme primaire, fanatique et atavique, comme en témoignent les chiffres suivants, à vous glacer le sang – 82% des Marocains interrogés estiment que la question palestinienne est parmi les trois questions les plus importantes pour eux, et 63% estiment qu’un accord imposant le retrait d’Israël des territoires occupés en 1967 contribuerait le plus à améliorer l’image qu’ils se font des Etats-Unis. Un tel déferlement de haine obscurantiste est accablant, et montre le profond besoin de réforme et travail en profondeur sur nous-mêmes, notre mentalité, et notre histoire auquel nous sommes confrontés, n’en déplaise à certains obscurantistes haineux et manipulateurs. Non, le Marock ce n’est pas cela!

Pour le reste, Telhami note les brillants résultats de la diplomatie de l’axe Washington/Tel Aviv/Riyad:

In the 2008 survey, we had a chance to test if the policy of the Bush Administration was paying off especially in the wake of the November, 2007 Annapolis Conference. In particular, one of the stated aims of Administration policy was to demonstrate that militancy does not work, while moderation can pay. Thus, the imposition of sanctions on Hamas and Gaza while negotiating improvement on the ground for the West Bank was a policy intended to weaken support for militancy and empower moderates, both regionally and among Palestinians. The results, as shown below in the 2008 graphs, indicate that the outcome is closer to the opposite of what was intended.

In particular, when asked which Palestinian faction they sympathize with most, 37% of Arabs polled said they sympathize with both to some extent while 18% said they sympathize with Hamas. Only 8% said they sympathize with Fatah. Similarly, when asked which Palestinian government they blamed more for the situation in Gaza, 39% blamed both, 23% blamed the government appointed by President Mahmoud Abbas and 15% blamed Hamas.

La vulgate néo-con veut que l’hostilité au gouvernement étatsunien soit dictée par la haine des valeurs démocratiques libérales qu’on lui prête. C’est raté:

First, the Arab public consistently and overwhelmingly expresses the view that attitudes toward the United States are shaped by American policies, not by American values. When asked to assess the role of the Arab-Israeli issue in forming their opinion of the United States, more than three quarters say it is at least somewhat important, and half or more consistently say it is « extremely important ».

There was some variation across countries in the percentage of people who ranked the issue of policy toward the Arab-Israeli conflict as being “extremely important” in developing their views of the United States. In the 2006 survey, for example example, 65% of Moroccans, 76% of Jordanians, and 54% of Saudis ranked it as “extremely” important, whereas only 43% of Egyptians identified it this way.

Sur Israël, la paix, oui, mais une paix juste, et s’il faut des actions militantes pour atteindre la paix dans la justice, soit:

Those who are in principle opposed to an agreement with Israel are a minority in every country, with a majority stating that they would accept a peace agreement based on the 1967 borders. But the other side of the coin is a result that explains how people who support peace can also support militancy: a plurality of Arabs overall support peace, but do not believe that Israelis will ever accept such peace (1)

Même la médiévale guéguerre sectaire que médias séoudiens -voire certains médias « occidentaux » (2) – ont de toutes leurs forces tenté d’activer entre sunnites et chiites ne semble pas prendre:

It is also clear that the Iraqi sectarian conflict, the rise of Hezbollah as a militant Shiite group, and the increasing influence of Iran in the shadow of Iraqi devastation have highlighted the Sunni-Shiite divide. This divide entered the discourse in the Arab world in ways that have not been seen in decades. It is also true that some Arab governments have specifically made reference to this divide, notably in Jordan and Egypt, as a way of garnering Sunni Arab public support for their positions toward Iran and Hezbollah. The ugly way in which Saddam Hussein was executed also fueled more divisiveness, especially in the Jordanian discourse. The Lebanese crisis that followed the Lebanese-Israeli war of 2006 had a decidedly sectarian character—although the divisions were not entirely along sectarian lines. But is this divide the new lens through which the Arab public views the world?

The poll results from November/December, 2006, as well as the March 2008 poll, suggest a different story, although this continues to unfold. First, while a number of Arab governments took an anti-Hezbollah position (even publicly) their public had significantly improved its views of Shiite Hezbollah, even as some of the discourse continued to be sectarian. Surprisingly, this was even more so in the 2008 poll. When asked to identify the leader they admire most (in an open-ended question), the number one answer overall, (and especially in predominantly Sunni countries such as Egypt, Morocco, and Jordan) was Hasan Nasrallah, Hezbollah’s leader.

In fact, the leadership question is revealing in other ways. The top four leaders in 2006 (by relatively small margins) were all non-Sunni, with three being non- Arab: Nasrallah, Jacques Chirac, Hugo Chavez, and Iran’s Mahmoud Ahmadinajad. And while the 2008 poll had an Arab leader in the top three (Bashar Assad), none was Sunni Arab. These results indicate that most people are answering this question through the prism of their anger with Israel and the United States—not through the Shiite- Sunni divide or through the lens of Muslim vs. non-Muslim divide. While the public may not know much about these leaders and may not be embracing what they stand for in their own countries, their answers give clues about their sense of what is important to them at the time of the poll.

Choquant, n’est-il pas?

(1) Telhami fait preuve de son très fort tropisme gouvernemental étatsunien en commentant que ceux qui sont pour une paix juste impliquant le retrait de tous les territoires occupés en 1967 mais qui ne croient pas qu’Israël accepterait une telle paix « ne travaillent pas pour la paix » (p. 16). A mon humble avis, c’est ceux qui se refusent à cette paix juste « qui ne travaillent pas pour la paix », sauf à avoir la même conception de la paix que Sofia Essaïdi.

(2) J’utilise ce terme par paresse intellectuelle assumée, pas parce que je crois qu’il existerait une entité politique ou culturelle de ce nom – « Occident » n’est, tout comme « Orient », qu’un terme idéologique.

23 Réponses

  1. Pourquoi voulez-vous que les opinions arabes changent ?
    Rien ne change, tout s’aggrave!
    Pourquoi voulez-vous qu’en tant que citoyen marocain, je porte les USA dans mon coeur ? Comment oublier l’invasion injustifiée de l’Irak ? Comment accepter qu’un sanguinaire comme Bush ne sera jamais inquiété ni jugé ?
    Je vous avoue que j’ai la Haine, une Haine majuscule contre tous les puissants aveugles qui gouvernent le monde!
    Et je ne suis pas tendre avec les régimes arabes corrompus et lèche-bottes de l’administration américaine.

  2. Cf. https://ibnkafkasobiterdicta.wordpress.com/2008/07/02/the-haj-is-good-for-your-personal-harmony/#comment-1138 .

  3. Ce nom AMADEUS me dit quelque chose, quand je préparais mon diplôme en transports aériens, il y a quelques années, on faisait des stages de formation sur un logiciel de réservation et de base de données qui s’appelait « AMADEUS » et qui existe toujours d’ailleurs…

    Fassi Fihri ? le frère ou le fils de papa Taib Fassi Fihri ?

    On n’est jamais mieux servi que par soi-même, oh pardon par le papa, oh pardon par le fils, oh pardon par le frère, oh pardon par le tonton, oh pardon par la tatie…

    Alors là, on aura des bons tuyaux sur le tempérament familial concernant la diplomatie marocaine et les exclusivités en matière de la géopolitique des consulats dynastiques!

    N’est-ce pas un des objectifs majeurs de cette fondation familiale est le lobbying en vue de la consolidation de l’image de marque de la dynastie !

    N’est-ce pas que c’est pour ça qu’elle a mérité plusieurs dépêches de la Map et plusieurs couvertures dans la presse des petites annonces !

  4. Dire que la question palestinienne est centrale dans le monde arabe est un pléonasme. Nul besoin d’un sondage pour le comprendre. Le pifomètre, le doigt mouillé ou une discussion sur une terrasse de café à Casablanca, le Caire ou Aman, peuvent le relever…..mais ce qui appartient également au domaine de l’évidence, et que l’auteur de ce poste, avec tout le respect que je dois à ses convictions, feint de ne pas admettre , est l’existence d’un sentiment fort, dominant et irréversible d’antisémitisme au Maroc et dans le monde arabe.

    Si cet antisémitisme n’existe pas, comment expliquer donc les attentats à Casablanca en 2003 qui visaient des lieux liés à la présence juive au Maroc ? comment expliquer les attentats contre la synagogue de Djerba en Tunisie ? comment expliquer que « mein kampf » du grand philosophe de la philanthropie, Adolf Hitler, soit un best seller dans le monde arabe ? comment expliquer les sermons des imams sur « les fils des porcs et des singes » qu’une arme de propagande israélienne comme le MEMRI considère comme du pain bénit et diffuse à grande échelle ? comment expliquer ce sentiment de haine qu’ont les jeunes européens de souche maghrébine envers les « feujs » ? comment expliquer que de 300 000 juifs vivant au Maroc au début du siècle on est passé à 2500 ? comment expliquer des expressions comme « yehoudi hachak !! » « ana rani yehoudi si je fais ça » ?

    Il faut avoir le courage d’admettre et de reconnaître que nos sociétés arabes, et le Maroc en l’occurrence, sont désormais animées par une haine viscérale à l’égard des Juifs. le mythe d’un « andalous » où juifs et musulmans vivaient en osmose ou le fameux « dialogue des civilisations » ne sont que des mythes et de gentils slogans brandis, entre kémia et broiouate, par des élites qui se rassurent comme elle peuvent.

    Un jour, je lisais « Festins nus » de Pierre jourde, un roman écrit avec l’acide citrique, décrivant l’école de la banlieue d’une province française, où un prof désabusé et cynique, commentait l’antisémitisme de ses élèves d’origine maghrébine en disant « si de nos jours, il y avait des capos, leurs noms seront Farid et Karim »…et je ne crois pas qu’il a tort ;..

  5. « ce qui appartient également au domaine de l’évidence, et que l’auteur de ce poste, avec tout le respect que je dois à ses convictions, feint de ne pas admettre , est l’existence d’un sentiment fort, dominant et irréversible d’antisémitisme au Maroc et dans le monde arabe » – si tu peux trouver une seule de mes déclarations dans lesquelles je nierais l’existence d’antisémitisme, au Maroc ou ailleurs, je te paie un an d’abonnement à Haaretz.

  6. 🙂

  7. « The results, as shown below in the 2008 graphs, indicate that the outcome is closer to the opposite of what was intended. »

    I forget who said it, but fortunately someone did: « If history is any indication, force is the only language that the Arabs do NOT understand. »

  8. @ IK,
    Tu écris :
    « 82% des Marocains interrogés estiment que la question palestinienne est parmi les trois questions les plus importantes pour eux, et 63% estiment qu’un accord imposant le retrait d’Israël des territoires occupés en 1967 contribuerait le plus à améliorer l’image qu’ils se font des Etats-Unis. Un tel déferlement de haine obscurantiste est accablant, et montre le profond besoin de réforme et travail en profondeur sur nous-mêmes, notre mentalité, et notre histoire auquel nous sommes confrontés, n’en déplaise à certains obscurantistes haineux et manipulateurs. Non, le Marock ce n’est pas cela! »

    Je t’avoue que je ne vois pas le lien entre le fait que la question palestinienne et les accords de paix qui en découlent et le « deferlement de haine etc… » dont tu parles.
    La cause palestienne est la plaie du monde arabe et musulman tout le monde le sait. Ce n’est pas pour rien que les chefs d’Etats arabes l’instrumentalisent à souhait. Que « la rue arabe » (je n’aime pas cette expression mais je m’en accommode) conditionnent l’amélioration de l’image qu’elle se fait des USA au retrait des territoires occupés ne me parait absolument pas suprenant ou même nouveau. Je dirai même que depuis 1948 les positions arabes ont évolué puisqu’à la base, les arabes dirigeants et peuples (pour fois ils étaient en symbiose !) étaient contre le partage de la Palestine sous quelle que forme que ce soit.

    Sinon, à décharge pour « Telquel », j’avais lu l’un de leurs dossiers sur l’exode des juifs marocains vers Israel, je me rappelle qu’ils avaient mentionné l' »antisémtisme » (je n’aime pas non plus ce mot quand il est réservé exclusivement aux juifs, ce qui est le cas tout le temps, car les arabes sont aussi sémites ») qui existe dans la société marocaine. Ils avaient démystifié pas mal de mythes que certains médias officiels (parfois même des marocains lambda) utilisent à souhait pour parler de la tolérence de la société marocaine. Ils avaient même traité de l’image de Mohamed V sauveur des juifs ou « juste » comme il est convenu d’appeler ceux qui ont sauvé des juifs lors de la seconde guerre mondiale. Un autre de leur dossier dont je ne me rappelle plus le sujet, traitait, quant à lui, des almoravides et du sort qu’ils avaient résevé aux juifs du Maroc et de l’Andalousie (obligation de se convertir entre autres) et même à toute la société marocaine par leur interprétation rigoureuse de l’Islam. Je signale au passage que je n’avais pas aimé l’excès avec lequel ils avaient décrit cette dynastie.

    PS : je reconnaitrais tes articles ou tout papier où est mentionné « l’arabie saoudite » entre mille. Tu es le seul que je connais qui écrit le nom de ce pays avec « é » (séoudite) et non pas « a » ‘saoudite)🙂

  9. Ce Royaume désertique des bédouins a failli s’appeler autrement si ce n’était pas la bénédiction des Américains par la grâce de Dieu du pétrole…Ils ont choisi de l’appeler par le nom de la famille régnante les El Saoud, propriétaire exclusive des puits et des gisements pétroliers !

    Il aurait pu s’appeler aussi par le nom de la famille spirituelle des Al Wahhab !!! Mais l’essentiel
    du pouvoir est économique avant d’être politique ou spirituelle. Même chose pour le Royaume hachémite de Jordanie mais pour d’autres motifs purement géostratégiques !

    « Un autre de leur dossier (Telquel),…, traitait des Almoravides…Je signale au passage que je n’avais pas aimé l’excès avec lequel ils avaient décrit cette dynastie.

    Et à votre avis pourquoi ces descendants d’Andalousie veulent-ils dénigrer cette impériale dynastie berbère des Almoravides, pourtant qui les a protégé pendant des siècles ?

    Les Almoravides sont intervenus de nombreuses fois en Andalousie pour sauver leurs ancêtres Andalous (musulmans et juifs) !

    Les Andalous sous le régime des Royaumes de taifas étaient menacés par l’avancée des armées chrétiennes d’Alphonse VI de Castille…et à partir de 1080 les Andalous sollicitaient sans cesse l’intervention des Almoravides pour les protéger des Chrétiens !

  10. […Un tel déferlement de haine obscurantiste est accablant, et montre le profond besoin de réforme et travail en profondeur sur nous-mêmes, notre mentalité, et notre histoire auquel nous sommes confrontés, n’en déplaise à certains obscurantistes haineux et manipulateurs. Non, le Marock ce n’est pas cela!…]

    Il n’y a pas de lien entre les résultats du sondage et le sus-mentionné puisque ce dernier fait partie de l’ironie et de la dérision. C’est aussi un clin d’oeil aux amateurs de l’auto-flagellation…

    NB: Un Bémol. Le sondage omet juste de s’énquérir de la popularité de Ben Laden au Maroc. En 2003 le Journal-Hebdo avait publié un sondage où Ben faisait plus de 80% de popularité.

  11. @ momo ould jacqueline,
    Pour commencer, je tiens à te dire que j’adoooooooooore ton pseudo🙂
    Sinon, j’avais compris que c’était de l’ironie. Toutefois, je ne vois tjrs pas le lien ou pour être précise le pourquoi de ce que tu as appelé « le clin d’oeil aux adeptes de l’auto flagellation ».

    @ citoyen,
    Ahhhhhhhhhhhh cette dynastie des Al Saoud. Hnnnnnnnnnnnn. C’est pas bien de généraliser mais une bonne partie de ses membres c’est vraiment de la bêtise humaine sur pattes !
    Concernant le dossier de Telquel qui traite des Almoravides, j’avais écarté l’hypothèse dont tu as parlé selon laquelle c’est parce que le tenant de ce magazine est descendant de mauresques qu’ils ont traité cette dynastie avec tant d’excès. Je marque une pause pour dire que je ne parle que du cas de Telquel car de l’animosité entre les mauresques et cette dynastie existent bel et bien. Je me rappelle d’une discussion avec mon père au sujet des relations entre les souverains marocains et l’Andalousie des Tawaefs, il m’avait parlé de pas de certains bouquins et auteurs marocains dont un certain nombre reprend des auteurs occidentaux qui ne sont pas tendres avec entre autres les Almoravides. Et il va sans dire que c’est injuste historiquement parlant d’être aussi impartial surtout de la part des historiens.
    Si j’ai écarté cette hypothèse dans le cas de Telquel c’est parce que j’avais lu et je lis encore des dossiers faits par ce magazine sur les amazighs et « la cause amazighe » (si je puis m’exprimer ainsi) et je dois dire qu’ils sont loin de prendre de haut les amazighs. A mon avis, cet excès s’explique plus par le fait que sur certains sujets leur unique source reste les références occidentales. Au sujet desquelles il y a bp à dire quand il s’agit d’histoire. A titre d’exemple, ARB a découvert Mehdi Ben Toumaret et Ibn Toufail grâce à Jacques Attali !

    PS : c’est très intéressant de voir la tête de certains descendants de mauresques quand on leur dit qu’ils sont un mélange d’arabe venus de Syrie mais qui ne représentent qu’une infime partie, de bp d’amazighs (ben oui ceux qui sont allés à la conquête de l’Andalousie étaient majoritairement amazighs) de chrétiens et de juifs. Tu sens que d’un coup l’air manque dans la pièce même quand c’est un endroit ouvert !🙂

    @ IK,
    Là où la propagande des monarchies du glof avec l’Arabie Saoudite à leur tête me fait réellement peur c’est dans la régression sociétale qu’elles sont en train de mettre en place tout en douceur dans les pays arabes avec comme arme fatale leurs chaînes satellitaires. Et pour ça les USA ou l' »occident » n’ont rien à voir. Ca parle de religion plutôt d’une certaine interprétation de la religion assez spéciale du matin au soir. Aucune place pour aucun notre type de programme culturel, scientifique, de découverte ou autre. C’est désespérant. De l’autre côté ceux-mêmes qui tiennent ces chaînes en ont d’autres qui diffusent de la déchéance à l’état pur et sous toutes ses formes intellectuelle, morale, sociétale. Va comprendre la logique si logique il y a.
    Il n’y a pas pire que l’argent entre les mains d’ignorants.

  12. Merci pour ta généreuse proposition d’abonnement à Haaretz, mais je préfère un abonnement à Tel Quel, si c’est possible…. lol ça me fera de précieuses économies à la fin du mois.

    Pour répondre à ta question, il suffit de lire ce que tu as écris, « Au risque de déprimer les éditorialistes de L’Economiste et Tel Quel, Jamel Debbouze, Sofia Essaïdi, Abderrahim el Bouhmidi et l‘Institut Amadeus du frère et militant Brahim Fassi Fihri, je me dois de vous avouer une terrible réalité: le peuple marocain fait preuve d’un antisémitisme primaire, fanatique et atavique, comme en témoignent les chiffres suivants, à vous glacer le sang – 82% des Marocains interrogés estiment que la question palestinienne est parmi les trois questions les plus importantes pour eux, et 63% estiment qu’un accord imposant le retrait d’Israël des territoires occupés en 1967 contribuerait le plus à améliorer l’image qu’ils se font des Etats-Unis. Un tel déferlement de haine obscurantiste est accablant, et montre le profond besoin de réforme et travail en profondeur sur nous-mêmes, notre mentalité, et notre histoire auquel nous sommes confrontés, n’en déplaise à certains obscurantistes haineux et manipulateurs. Non, le Marock ce n’est pas cela! »….

    sur le ton de l’ironie, tu présentes le résultat de ce sondage comme si c’était une preuve qu’au Maroc, l’issu du conflit israélo-palestinien est représentée sous la forme du retrait israélien des territoires occupés en 67, tandis que la perception de ce conflit est plus complexe, où le religieux est indéfectiblement lié au politique…..dois je te rappeler, à titre d’exemple, que pour beaucoup de nos concitoyens, la fin de ce conflit est annonciatrice de la fin des temps et qu’une guerre opposera les Musulmans et les Juifs, et qui finira par la déroute des Juifs, en s’appuyant sur un ensemble de hadiths…je serai bien curieux de savoir quel aurait été le pourcentage de marocains favorables à la destruction de l’Etat d’Israël, si une question dans ce sens leur a été posée… !!
    PS : le titre du roman de Pierre Jourde que j’ai cité est « festins secrets », tandis que Festin nu ( naked lunch) est le titre du roman de l’américain William Burroughs…..

  13. de passage: relis Maxime Rodinson, qui parle de l’antisémitisme « de guerre » dans les pays arabes.

    alle: väl sagt!

    momo: il faudrait consulter les sondages de Pew Global.

    une marocaine: « la propagande des monarchies du glof avec l’Arabie Saoudite à leur tête  » – je ne mélangerais pas l’Arabie séoudite et les EAU ou le Qatar par exemple.

  14. Ibn Kafka,

    Question bête: « L’opinion arabe » c’est quoi ?

  15. L’opinion publique n’existe pas, comme disait Pierre Bourdieu…

  16. @ IK,
    OK. Même en y mettant de la nuance est-ce que sur le fond ça change quelque chose ?! Franchement, je vois pas de différence. Si tu en as à me faire découvrir je suis preneuse. Ca me rassurait sur notre avenir…
    J’ai vu des émissions sur la chaîne de Qatar et d’autres sur la chaine Abou Dabai j’en avais même fait un billet :
    http://monagora.hautetfort.com/archive/2008/01/03/les-conneries-de-la-tele.html

    Juste une anecdote qui m’avait révolté. Deux jours après Aid Al fitr dernier, je suis passée voir l’oncle de ma meilleure copine. Dans le salon, la télé était sur la chaîne du « qatar ». Une émission avec un prêcheur battait son plein. Parmi ceux qui ont appelé il y a eu deux qui m’ont poussé à crier famine ! Le premier de l’Arabie saoudite le second du Bahreïn pour presque la même question existentielle (!) : ils se demandaient si il pouvaient souhaiter à leurs collègues chrétiens une bonne fête quand c’est le nouvel an (à titre d’exemple) de peur de les renforcer dans leur mécréance !!! Franchement, payer le prix d’une communication pour poser une question pareille.
    Je peux te dire que quand il m’arrive de tomber sur des émissions pareilles je regrette énormément « rokn al mofeti ».
    Des perles comme ça j’en ai vu sur d’autres chaînes arabes. Pourtant, je ne les regarde qu’occasionnellement car je ne les aies pas chez moi. J’ose même pas imaginer la quantité de « perles » pour ne pas dire autre chose qu’on peut y trouver en les regardant de manière soutenue !

  17.  » ils se demandaient si il pouvaient souhaiter à leurs collègues chrétiens une bonne fête quand c’est le nouvel an (à titre d’exemple) de peur de les renforcer dans leur mécréance !!! »

    Si jamais on se rencontre IRL, je tâcherai d’apporter avec moi une publication du ministère des habous dialna sur la jurisprudence malékite qui contient exactement la même injonction – ne pas saluer les non-musulmans en premier… Pas besoin d’aller chercher le mal au Qatar, il est chez nous…

  18. @ IK,
    Les télé arabes je les mets toutes dans le même sac ! Il y a certes des nuances mais encore une fois la logique sous-jacente est la même.
    D’ailleurs, le billet que j’avais fait je l’avais intitulé « Quelques conneries des télé-arabes ».
    Toutefois, les chaines du Glof me font plus peur car ceux qui les détienennt ont une réelle volonté de propager / promouvoir leur « modèle » de société. Et quand on sait les moyens qu’ils ont ça donne matière à réfléchir.
    Je le constate de manière empirique : le discours de mes concitoyens sur notre société marocaine forgée par la vision que leur sert ces chaines a changé et des fois ça fait froid dans le dos.

  19. C’est toutes les télés qu’il faudrait mettre dans le même sac, ou alors faire des nuances et des distinctions selon les chaînes, les programmes et les animateurs – il n’y a pas de voie médiane.

  20. Je te le concède. Généraliser n’est jamais bon. Le problème que j’ai avec les chaînes arabes c’est qu’il faut bp bp bp chercher pour trouver une émission qui en vaut la peine.
    Mais, il est une chose qui devient de plus en plus trait commun même pour les émissions les plus distinguées c’est le fait de mal mener la langue arabe. Ce phénomène a commencé en orient et à mon plus grand regret il a été repris par les maghrébins. Des « yaes nissebas » qui a été supprimé d’un trai comme ça et sans raison valable genre « al 3anawiane arraissa » ! Même chose pour « jame3e attakessire » sauf qu’il a été remplacé par par « jame3e al moaanate assalem » « machakil » devient « mochekilate », « mawadi3e » devient « mawdou3ate » etc…
    Je suis hors billet là mais franchement toutes ces choses p’tites et grandes font que personnellement j’ai du mal à regarder les chaînes arabes.

  21. Triste

  22. Com 21

    Oui, c’est triste devoir un peuple qui a subi la Kristallnacht….se comporter de la même manière que ses bourreaux d’hier envers un autre peuple

  23. […] these who needs friends?“; – “L’Economiste-watch – flashback persan“; – “Malgré la propagande étatsuno-séoudienne, les opinions arabes n’ont pas bougé“; -”Un intéressant sondage iranien“; – “Le sondage Zogby sur l’opinion […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :