Pourquoi tant de pudeur, Pierre Assouline?

CORRIGENDUM: Une brochure légendaire de la LCR mettait en garde contre une vision policière de l’histoire. Effectivement, j’aurais dû voir que les commentaires sous le post d’Assouline étaient scindés en deux, et que le mien y figure toujours. Sans commentaire…

Le critique littéraire beidaoui Pierre Assouline n’aime pas le philosophe rbati Alain Badiou, et réciproquement. Le premier, sur son blog, s’était offusqué de ce que le second avait comparé Son Excellence le Président de la République française, M. Nicolas Sarkozy, à « l’homme aux rats« . Assouline en avait profité pour faire la remarque suivante:

La dernière fois dans ce pays qu’on a ainsi comparé des hommes à des rats, c’était, voyons, en 1942 dans un documentaire de propagande sur le péril juif.

Badiou a eu beau jeu de souligner, dans une tribune du Monde, que « l’homme aux rats« , du nom d’un patient de Freud, était une notion psychologique bien connue, et qu’Assouline avait sans doute voulu utiliser la figure de rhétorique connue sous le nom de reductio ad hitlerum une fois de trop:

Les ennemis de toute politique autre que celle qu’ils nomment très à tort « démocratie », vu qu’elle est, de notoriété publique, le pouvoir d’une maigre oligarchie de dirigeants d’entreprise, de détenteurs de capitaux, de politiciens consensuels et de stars médiatiques, ont inventé depuis quelques années un truc dont ils usent maintenant contre quiconque leur déplaît: insinuer qu’il est antisémite. J’ai l’honneur d’être flanqué de vrais professionnels de cette insinuation.

Badiou poursuit:

Quelqu’un de très modérément cultivé sait aussitôt que j’entrelace ici, non sans une subtilité rhétorique qui mériterait des éloges, la métaphore des rats qui quittent le navire, la légende du joueur de flûte qui entraîne les rats hors de la ville, et le cas, décrit par Freud, de « l’homme aux rats » comme exemple type de l’obsession. M. Assouline est-il cultivé ? Il sait en tout cas où il veut en venir. Depuis la dernière guerre et les nazis (suivez mon regard), proclame-t-il, personne n’a plus traité qui que ce soit de rat.

Assouline a répliqué hier soir sur son blog:

Un certain Alain Badiou me cherche querelle. Le fait qu’il soit natif de Rabat et moi de Casablanca n’en est pas la cause, nous ne sommes pas si sectaires (quoique, à la réflexion, les rbatis ne sont pas des gens comme nous). Rassurez-vous, je ne suis qu’un prétexte, son but à peine dissimulé étant de relancer par une vaine polémique qui n’abusera personne…

Puis il affirme de manière assez difficilement soutenable la chose suivante:

M. Badiou croit que je veux absolument faire de lui un antisémite. Même pas ! On connaissait déjà le juif imaginaire, catégorie brillamment conceptualisé naguère par Alain Finkielkraut. On découvre désormais avec M. Badiou l’antisémite imaginaire. Celui qui aimerait bien en être afin de tenir son rang au club des proscrits, la dernière posture intellectuelle appelée à devenir très tendance ; on peut être assuré qu’elle ne fera qu’ajouter à la confusion des idées s’agissant de ce que M. Badiou désigne comme ”le truc de l’antisémitisme”, expression destinée certainement à connaître une belle fortune.

Or, dans son premier post, Pierre Assouline avait bien écrit « la dernière fois dans ce pays qu’on a ainsi comparé des hommes à des rats, c’était, voyons, en 1942 dans un documentaire de propagande sur le péril juif« . Le rbato-beidaoui que je suis doit être définitivement perdu à l’entendement de la langue française, mais il me semble bien que cette phrase sous-entendait une assimilation des propos de Badiou à ceux des pétainistes antisémites sous l’occupation…

Passant par hasard sur le blog de Pierre Assouline, j’ai laissé un commentaire – numéro 9 je crois alors, juste après celui, sarcastique, d’un autre Marocain. Je n’ai malheureusement pas archivé ce que j’avais écrit, et ne le retrouve pas, parce que ce commentaire a été supprimé du blog d’Assouline. De mémoire, et je vous jure sur le fanion du Raja que je n’ai retranché aucune injure ou insulte hypothétique, voici ce que j’écrivais. Je vous laisse juge de savoir si cela méritait la poubelle:

Je suis beidaoui de coeur, mais suis plutôt convaincu par Alain Badiou que par vous, et sans doute parce que vous avez tort. Vous affirmez ainsi: « M. Badiou croit que je veux absolument faire de lui un antisémite. Même pas ! ».

Dans votre post précédent sur Badiou, vous écriviez ceci: « la dernière fois dans ce pays qu’on a ainsi comparé des hommes à des rats, c’était, voyons, en 1942 dans un documentaire de propagande sur le péril juif ». Ces deux assertions étant incompatibles, laquelle des deux récusez-vous?

Ceci donne une certaine saveur à cette polémique…

8 Réponses

  1. @ IK,
    « Je vous laisse juge de savoir si cela méritait la poubelle »
    Tu serais bien naif (ce dont je doute fortement) cher maitre si tu crois que tout le monde, même les plus cultivés, accepte la controverse ou plus encore de pouvoir dire, de surcroit en public, qu’ils ont eu tort.
    Ceci est à multiplier par n (n appartenant à N) chez certains.

  2. Nul besoin pour toi de jurer sur le Raja (bien que je sois un intraitable fan de l’OCK) voici le texte du commentaire que tu as laissé chez Passou:
    Bien que beidaoui de coeur, je suis plus convaincu par Badiou que par vous, Pierre Assouline, et sans doute parce que vous avez effectivement tort. Voici ce que vous écriviez il y a quelques temps sur Alain Badiou: “La dernière fois dans ce pays qu’on a ainsi comparé des hommes à des rats, c’était, voyons, en 1942 dans un documentaire de propagande sur le péril juif”. Peut-être suis-je fermé au sens commun des mots, mais je ne comprends dès lors pas ce que vous écrivez aujourd’hui: “M. Badiou croit que je veux absolument faire de lui un antisémite. Même pas !”. Laquelle de ces deux assertions récusez-vous, Pierre?

    You’re welcome!😉

  3. Querelle de 3roubia🙂

  4. une marocaine: en fait, je n’ai pas compris pourquoi Assouline a nié ce qui était indéniable, à savoir l’imputation implicite d’antisémitisme contre Badiou dans son premier post.

    mehdi: tu bosses à la DST ou quoi?

  5. IK : Je suis sous couverture😉
    Les commentaires n’ont pas été supprimés, ils sont toujours disponibles ici : http://passouline.blog.lemonde.fr/2008/07/25/m-badiou-est-un-aigle/comment-page-1/#comments

    Il a même répondu à ton commentaire par un tour de passe-passe qui ne lui est pas inhabituel:
    « A Def et Ibn Kafka, Si j’avais voulu dire de Badiou qu’il est un antisémite, je l’aurais écrit aussi clairement que cela. Ce que je pense, c’est que par son utilisation appuyée de la métaphore des rats, il a eu un recours à un procédé qui pue, qui a fait florès dans la presse antisémite de l’entre deux guerres ; manifestement, il ne se rend même pas compte de son évolution rhétorique, et des lieux où elle le mène, puisqu’il considère désormais l’antisémitisme comme un “truc” bien pratique pour se débarrasser de l’adversaire idéologique. »

  6. @ IK,
    Certains sont dans la logique « j’ai raison et quand j’ai tort j’ai raison d’avoir tort » !
    J’ai ENORMEMENT de respect pour les personnes qui sont capables de dire qu’ils se sont trompées. Ca parait normal ou allant de soi de dire qu’on s’est trompé mais ce n’est vraiment pas le cas pour tout le monde.
    Pour cette raison, j’apprécie bp cet aspect de la culture anglo-saxonne où confesser ses fautes et en public SVP est une chose très valorisée. En France, ça existe mais ce n’est pas aussi valorisé que chez les américains par exemple.

    @ Reda,
    J’aurais aimé connaitre ta récation si les protagonistes étaient un « bize3aoui » comprenez tétouanais et un tangérois😉🙂 ))))))

  7. Bonsoir
    J’ai remarqué ton intervention ce matin, sur le blog de Pierre Assouline (excellent au demeurant, y compris son billet de mauvaise foi que tu cites). Et je ne comprends pas pourquoi elle a été effacée. Sauf si on n’a pas apprécié ta question avec laquelle tu as introduis ton message « mais est ce que vous vous moquez du monde monsieur Assouline ? » (ne t’inquiètes pas, je ne suis pas au service de Yassine Mansouri, j’étais juste curieux de connaître les opinions des autres sur le sujet, quand je suis tombé sur la tienne)….

    en tous cas, sur le fond, on vit une drôle d’époque en France. le communautarisme n’est pas exclusif à ceux qu’on en accuse, et à force de crier au loup antisémite, les locataires de la bergerie finiront par se retourner contre le fermier paranoïaque…..j’espère que je n’ai pas utilisé dans la zoologie sacrée le nom d’un animal intouchable….

  8. Piz3at sont trop occupés à fumer pour s’exciter sur des sujets comme ceux ci😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :