« Le public ne s’intéresse plus à la recherche de la vérité, au mieux il s’en divertit, au pire elle l’ennuie »


In Marc Dugain, « La malédiction d’Edgar« , Gallimard, Paris, 2005, page 18:

Le public ne s’intéresse plus à la recherche de la vérité, au mieux il s’en divertit, au pire elle l’ennuie, car il se persuade qu’elle ne lui est pas accessible. Sauf si des imposteurs lancent des thèses extravagantes qui flattent sa tendance au manichéisme, sa paresse, et le conforte dans l’idée qu’il est la victime d’une minorité machiavélique qui mène le monde. Comme si cette engeance-là n’était pas l’émanation de ses propres contradictions… A vouloir se contenter d’une seule vérité, ce qui demande effort et abnégation, on n’accède à aucune.

%d blogueurs aiment cette page :