Diplômés-chômeurs, Nadia Salah et golf – où trouver le fric?

Suite à la véritable avalanche d’opinions favorables à Nadia Salah lors d’un de mes récents billets, dans lequel je tentais follement vainement d’attirer l’attention de certains pinailleurs qui font du mal aux mouches mes aimables lecteurs sur les contradictions internes du discours salahesque, une discussion s’est tenue sur la désirabilité de décapiter les diplômés-chômeurs au sabre, de les brûler vifs, ou de les lâcher par hélicoptère au milieu de l’Atlantique. Si les avis là-dessus sont partagés parmi les contempteurs des fainéants qui veulent être payés à vie à ne rien foutre diplômés-chômeurs réclamant l’intégration dans la fonction publique, une voix isolée, visiblement à la solde du nihilisme, écrivait:

Le budget de l’Etat, c’est l’argent du peuple Marocain
Il faut injecter du social dans la politique de développement. En plus, il faut prendre l’argent là où il est : chez les grands fortunés qui gagnent plein de pognon et qui n’investissent même pas dans des secteurs porteurs et créateurs d’emploi..
Nous avons une bourgeoisie non bourgeoise et paresseuse qui ne prend aucun risque : une lumpen bourgeoisie qui forcément génère un lempen developpement du pays.
Il faut les taxer ! une sorte de contribution généralisée pour la solidarité avec les plus démunis de notre pays.

Vous me connaissez: je m’en voudrais d’encourager une telle déferlante de haine de classe, mais je ne peux m’empêcher de donner un tuyau, chimiquement pur de tout populisme et de toute démagogie, tiré de la loi de finances n° 38-07 pour l’année budgétaire 2008, article 54, tableau E (page 57 du document):

4.2.1.0.0.04.001 ROYAL GOLF DAR ES SALAM 23 000 000

En clair: la dotation budgétaire que le contribuable marocain consacre au Royal Golf Dar Es Salam de Rabat lui coûte 23 millions de dirhams par an. Vous me direz, c’est moins que les indemnités journalières de Roger Lemerre, mais tiens, voilà une autre idée de financement de l’embauche à vie des diplômés-chômeurs…

%d blogueurs aiment cette page :