If the CIA says you’re safe, begin to worry


Mes expériences cinématographiques passées m’ont incité à commencer la biographie du Che par Jorge Castañeda (qui fût par la suite ministre des affaires étrangères du président mexicain Vicente Fox – « Compañero: the life and death of Che Guevara« : autant le dire tout de suite, c’est un chef d’oeuvre du genre biographique. Cette spécialité anglo-saxonne – j’ai des souvenirs de la biographie sur Huey Long de T. Harry Williams, où le moindre fait de l’enfance jusqu’à la mort de ce légendaire gouverneur populiste et progressiste de Lousiane était consigné, reposant sur des entretiens avec des témoins ou des archives d’époque.

Je ne recommande pas la lecture de l’ouvrage de Jorge Castañeda à quiconque souhaite se lancer dans la biographie – il ou elle y renoncerait, faute de ne pouvoir être à la hauteur. Parmi les sources, on trouve le courrier du Che à sa famille, à ses amis, des témoignages de personnes ayant travaillé avec lui, des sources officielles, des sources confidentielles, ainsi que la marée d’articles et d’ouvrages consacrés au Che et à Cuba, en espagnol, en anglais et en français. Certes, l’ouvrage peut être critiqué sur tel ou tel point – sur la mort du Che, Jorge Castañeda semble avoir été dupé par les ignobles mensonges de Régis Debray (1) – mais il est impressionnant de nuance, d’empathie et de sens critique – les passages sur la catastrophique politique économique suivie par le Che lors de son passage au ministère cubain de l’industrie (qui contraste par ailleurs avec sa politique sensée en tant que gouverneur de la banque centrale cubaine) sont sans aucune concession.

Parmi les très nombreux documents confidentiels – dont certains ont depuis été déclassifiés – cités par Jorge Castañeda, on trouve cette fascinante dépêche de la CIA, rédigée et communiquée à Langley un mois avant l’entrée triomphale de Fidel Castro, le Che et Camilo Cienfuegos et leurs partisans à La Havane, le 3 janvier 1959:

Castro has failed to prevent the majority of the Cuban people that his personality and program, in preference to Batista‘s, are worth fighting for. Cuba continues to enjoy relative economic prosperity, and a large part of the population, probably concerned that revolution would jeopardise their well-being, appears to hope that there can be a peaceful transition from authoritarian to constitutional government. (Director of Central Intelligence, Special National Intelligence Estimate, nos 85-58, « The situation in Cuba », November 24, 1958)

On se rappelle également des prévisions de la CIA sur l’avenir politique du Shah d’Iran, et on pourrait également évoquer, dans l’autre sens, leurs prévisions erronées sur le sort de feu Hassan II, donné condamné après les deux coups d’Etat avortés de 1971 et 1972…

(1) Ciro Bustos, compagnon du Che lors de la désastreuse aventure bolivienne, fût fait prisonnier. La postérité du Che, notamment par le biais du mondialement célèbre Régis Debray, prisonnier en même temps, en fît le bouc-émissaire, le traître censé avoir dénoncé la cachette du Che. Cet Argentin, qui obtint l’asile politique en Suède dans les années 70, et qui vit à Malmö, fît l’objet d’une réhabilitation suite au documentaire « Sacrificio » des deux journalistes suédois Tarik Saleh et Erik Gandini.

%d blogueurs aiment cette page :