Israel and the « moderate » Arab countries, or with enemies like these who needs friends?

74143980KE002_Aqaba
Lu dans une dépêche d’agence, que je reprends ici dans son intégralité, Yahoo ne conservant pas d’archives des dépêches publiées. Le lecteur attentif notera que le Maroc faisait partie du groupe d’Etats arabes « modérés« … Je me demande ce que Si Taïeb a bien pu dire – le Maroc redoute-t-il les ayatollahs duodécimains d’Alger et de Tindouf? Une offensive généralisée et sans concession contre le zawaj muta’a? Moulay Hicham, Ali Lmrabet et Bob Ménard ont-ils été identifiés du côté de Qom?

Je vous laisse à vos méditations:

Les Arabes font part aux Occidentaux de craintes sur l’Iran
9 nov 2008 18h11
Arshad Mohammed et Alaa Chahine

Les pays arabes modérés se sont ouverts aux Etats-Unis et à l’Union européenne de leurs inquiétudes concernant l’influence croissante de l’Iran au Moyen-Orient.

Cet échange a eu lieu à Charm el Cheikh en marge d’une réunion du « quartet » des médiateurs internationaux pour le Proche-Orient visant à faire le point du processus de paix israélo-palestinien un an après la conférence d’Annapolis.

Ont participé à la discussion sur l’Iran les ministres des Affaires étrangères d’Egypte, des Emirats arabes unis, de Bahreïn, du Maroc et de Jordanie ainsi que la secrétaire d’Etat américaine Condoleeza Rice, l’émissaire diplomatique européen Javier Solana et Bernard Kouchner, ministre français des Affaires étrangères, dont le pays préside l’UE.

Solana a déclaré aux participants que les négociations des grandes puissances avec l’Iran sur son programme nucléaire étaient « dans une impasse » et qu’il attendait une réponse de son interlocuteur iranien Saeed Jalili à sa proposition de le rencontrer à nouveau, pour la première fois depuis juillet.

Selon un participant à cet échange de vues qui souhaite garder l’anonymat, le chef de la diplomatie jordanienne a surpris par sa vigueur en soulignant que, si le dossier du nucléaire iranien était devenu un problème pour les Occidentaux, « la quête hégémonique de l’Iran » dans la région constituait depuis longtemps aux yeux des Arabes la véritable « crise« .

Il a notamment dénoncé l’accroissement de l’influence du régime théocratique de Téhéran en Irak, au Liban, en Syrie et auprès de groupes radicaux palestiniens comme le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza.

LE MINISTRE RUSSE ABSENT

Selon le même participant, Solana et Kouchner ont semblé surpris de la franchise et de la véhémence des ministres arabes dans la formulation de leurs griefs.

Un responsable américain a pour sa part déclaré que Rice avait pris note de la crainte de la part des pays arabes modérés que l’Occident, et particulièrement les Européens, négligent leurs préoccupations face aux appétits régionaux prêtés à l’Iran chiite.

Selon Solana, cette réunion avec les ministres arabes s’est tenue à leur propre demande à la faveur de la présence dans la station balnéaire égyptienne de la mer Rouge des membres occidentaux du « quartet » de médiateurs pour le Proche-Orient.

Celui-ci est composé des Etats-Unis, de l’Union européenne, de la Russie et des Nations unies. Mais le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, qui participé à la réunion du « quartet » n’a pas pris part à celle avec les ministres arabes.

Face à Téhéran, Solana représente six puissances – France, Etats-Unis, Grande-Bretagne, Allemagne, Chine et Russie – qui pressent l’Iran de cesser ses activités nucléaires sensibles sous peine de nouvelles sanctions, auxquelles Pékin et Moscou se montrent toutefois réticents.

Lors de sa première conférence de presse depuis son élection à la présidence américaine, Barack Obama a jugé vendredi « inacceptable » la mise au point éventuelle par l’Iran de l’arme nucléaire et exhorté la communauté internationale à l’empêcher.

Le président du parlement iranien, Ali Larijani, lui a répondu en l’invitant à « un changement changement fondamental » d’attitude, soulignant que « réitérer les objections au programme nucléaire iranien serait accomplir un pas dans la mauvaise direction« .

Lors de sa campagne électorale Obama n’a pas exclu de discuter directement avec les dirigeants iraniens, y compris du dossier nucléaire.

Version française Marc Delteil

11 Réponses

  1. Désolée Ibnkafka, mais je «preums » encore :
    Sans doute faut-il y voir une forme d’allégeance des Arabes raisonnables, à défaut d’être modérés, au messie black Barak Obama qui a plaidé vendredi pour une action concertée de la communauté internationale afin d’empêcher la République islamique de se doter du feu nucléaire.
    Tout le monde sait depuis les terribles armes de destruction massives de Saddam et l’extraordinaire pillage et ruine définitive de l’Irak, comment il est nécessaire pour la bonne marche du monde (vers le chaos !) que l’expérience soit retentée en Iran jusqu’à ce que tous les Etats musulmans du monde se transforment en serpillière «modérée » sur laquelle se torche les gouvernements américano-sionistes successifs.

  2. Qu’allait-il donc faire dans cette galère-là…!

    Un peu d’érudition : Moulay Idrîss, l’arrière petit fils de Hassan fils de Ali, premier monarche de la première dynastie marocaine était chiite ! C’est un des grands impensés de l’Histoire marocaine…

  3. P.S. Voici un article sur les préparatifs de la guerre par les conseillers d’Obama : http://mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=10884

  4. Comme nous le savons tous, les pays arabes sont à majorité écrasante sunnites et ont du mal avec l’Iran chiite surtout depuis que l’Irak est devenu ce chaos que nous déplorons tous et que les ricains ont découvert que les chiites y sont majoritaires ! (l’administration est nulle en géopolitique et se permet d’envahir des pays !!!) Ce qui a modifié l’équilibre de cette région.
    J’ai lu à plusieurs reprises, entre autres dans le courrier international, des articles sur les problèmes entre sunnites et chiites dans le golfe arabique et la montée des revendications, à juste titre, des chiites dans ces pays. Ils sont complétement marginalisés faut-il le rappeler ?

    Les européens et les américains quant à eux ont d’autres soucis avec l’Iran principalement celui relatif au dossier nucléaire et la position d’Israel dans cette équation.

    Qu’ils fassent alliance ne me surprend pas. On peut regretter cet état de choses mais ce n’est pas surprenant. Le seul truc dans cette dépêche qui me parait incongru c’est le Maroc. Je ne vois pas ce qu’il vient faire dans cette histoire.

    @ Aisha Q.,
    Tjrs aussi modérée !!!

  5. @Aisha Q.: »afin d’empêcher la République islamique de se doter du feu nucléaire »

    Une autre « République islamique ». Le Pakistan en a déjà des armes nucléaires.

  6. @marocaine

    Je te cite :
    « Le seul truc dans cette dépêche qui me parait incongru c’est le Maroc. Je ne vois pas ce qu’il vient faire dans cette histoire.

    Non, ce n’est pas incongru : c’est à cause des affaires Mourtada, Erraji, Yassine Belassal et …Nini .…qui commencent à se multiplier au Maroc .

    Ces jeunes gens constituent la tête de pont de la future invasion du Maroc par les chiites de tout bord et pas seulement de l’Iran, car tout le monde sait que ces jeunes gens, spécialistes de la subversion, sont des chiites notoires et, pour ce qui concerne Rachid Ninni, son allégeance à l’Iran n’a jamais fait de doute !

    Tu comprend maintenant !

  7. @ alibaba,
    Merci bp pour ces éclaircissements🙂 J’avais perdu de vue la signification au sens propre du mot chiisme…

  8. Marocaine, c’est vrai, j’ai du feu atomique qui coule dans les veines !

  9. Aïcha Q, alibaba: bravo, vous commencez à piger, par les pouvoirs qui me sont conférés, je vous nomme porte-paroles du réseau Belliraj…

    Nobo: et si je me trompe pas, l’Egypte était chiite jusqu’à la chute des Fatimides et l’Iran sunnite jusqu’aux Safavides, soit il y a « à peine » trois-quatre siècles… Filali raconte de plus dans ses mémoires comment les Iraniens, post-shah, avaient du respect pour H2 en tant que descendant présumé du prophète, en dépit de l’inimitié entre Khomeiny et lui.

    une marocaine: un fait important est que la volonté farouche des étatsuniens et séoudiens de raviver la flamme de la discorde sunnites/chiites a lamentablement échoué – Ahmedinejad (hélas) et Nasrallah sont sans doute les leaders musulmans les plus populaires du monde arabe, moins pour leurs convictions que pour leur opposition aux USA et à Israël…

  10. Tais toi malheureux, tu veux m’envoyer à Guantanamo!

  11. […] Honni soit qui mal y pense“ – “Hier l’Iran…“; – “Israel and the “moderate” Arab countries, or with enemies like these who needs friends?“; – “L’Economiste-watch – flashback persan“; – “Malgré la propagande […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :