Des citoyens marocains viennent en aide à Gaza

Sur Al Jazeera, on apprend que l’Egypte a – enfin, même si le problème de fond n’est pas le manque de médecins, mais l’agression israëlienne – laissé entré onze médecins arabes à Gaza aujourd’hui (seize n’ont pas été autorisés à entrer à Gaza par les autorités égyptiennes, faute de passeport en règle) – neuf Egyptiens, un Yémeni et un Marocain. On peut espérer que c’est de bonne augure pour la collecte « Médicaments pour Gaza » dont Lady Zee s’est amplement faite l’écho.

Mounir se fait l’écho de l’initiative d’ONG marocaines en faveur de Gaza et du peuple palestinien.

L’Etat marocain se contente d’ouvrir à grands flots le robinet d’eau tiède: des gestes humanitaires, qu’on ne peut décemment critiquer justement pour cette raison, comme par exemple l’accueil de 200 blessés palestiniens au Maroc, alors qu’il pourrait faire plus – par exemple, s’abstenir de participer à la pantalonnade séoudo-israëlienne autour de la menace chiito-iranienne contre le monde arabe, et ne pas cautionner l’affaiblissement diplomatique et sémantique du droit du peuple palestinien à résister contre l’occupation et l’agression. Ce n’est certes pas ça qui sauvera la mise aux Palestiniens, mais ça ne pourra pas faire de mal. Bon, ne révons pas.

5 Réponses

  1. J’ai connu certains, dans cette opération de collecte de médicaments, qui ont bien dépassé la compassion, l’indignation silencieuse.
    Bravo à ceux qui y ont participé.

  2. Je pense qu’au delà de l’urgence actuelle -qui est poignante et nécessite évidemment tous les efforts, toute la détermination- il faut se pencher sur le problème chronique que pose le duo, mutuellement entretenu, à savoir: le Sionisme, et les régimes Arabes. J’ai la conviction que -sans dépendre organiquement l’un des autres- l’un tire une bonne partie de sa force et relativement une -relativement- bonne partie de sa légitimité des autres; et vice versa!
    Il faut avoir beaucoup de courage et une sacrée conviction pour s’attaquer au Sionisme… et j’allais oublier: beaucoup, beaucoup de patience. Mais c’est un travaille qu’il faut entretenir le plus vite possible. Une phase « théorique, » me semble t-il s’impose: autrement dit, des gens mus par leur soif et leur désir de justice, [dispassionately] s’engageant dans un brainstorming, un débat ou toutes les idées son les bien venues, avec comme objectif l’élaboration d’un « framework » qui permettrait de passer à la deuxième phase que j’appellerai: « idéologique » où il serait question de formuler en terme claire l’idée et la stratégie. Ensuite pourquoi pas: penser aux moyens de les appliquer.

    J’adorerais qu’IK et les co-bloggeurs, Marocains et autres, fidèles comme moi à ce site, mus par leur soif et leur désir de justice puisse s’engager dans un projet de ce type, aussi naïf que cela puisse paraître…

  3. Hisham,

    1) sans être mué par des idéologies ou des sentiments bien nobles mais généralement peu pratiqués par l’espèce humaine (et encore moins par des populations sous-développées), you can make the case très pragmatiquement pour le besoin d’un changement en faveur de plus de démocracie/coopération interarabe/sécurité pour les arabes.

    2) Les gens se lassent du théorique sur le long terme. Ce que tu veux, c’est du concret. Tout en étant réaliste sur les acteurs (peu agiront, et pas nécessairement les gens qui ont le plus de pouvoir, ni les gens qui en parlent beaucoup), et réaliste sur les moyens et les résultats que les participants peuvent atteindre à un niveau individuel. C’est l’accumulation d’actions individuelles qui amène le changement, pas un messie ou un petit groupe d’illuminati.

    3) En tant qu’individus, la plupart d’entre nous avons des motivations qui fonctionnent par cycles, souvent corrélés avec des incréments de bruit dans l’actualité. Il faut être clair avec soi même vis-à-vis de ce point: une action ne sera durable que si elle coincide avec l’utilité de l’individu. Le sacrifice et le héroïsme sont des commodités trop rares pour être efficaces (et donc désirables) de toutes façons. En d’autres termes, si tu veux faire quelques chose qui réponde à tes objectifs, assure toi que ça t’amuse et/ou que ça te rapporte, etc; et que t’en as les moyens (temps/argent/support familial/etc). Il y a alors non seulement le bénéfice de l’activité elle même dans ce cas, mais aussi la satisfaction que, contrairement aux autres moutons, tu as contribué ta part.

    4) Quelques suggestions: Apprendre à communiquer autour de soi, dans la langue et la culture de ses interlocuteurs. C’est particulièrement vrai pour les Arabes vivant en démocracie. Le moindre effort, c’est de glisser quelques mots de manière subtile et effective lorsque les occasions se présentent. S’inscrire à des partis politiques (même si on n’est pas nécessaire d’accord avec tout) pour ceux que ça amuse. Utiliser ses atouts linguistiques/culturels pour ses propres bénéfices personnels (en business, en academia, etc) et incidemment créer plus de liens/dépendences/intérêts partagés avec des gens qui partagent ton point de vue dans le monde arabe (ex: les atouts linguistiques et culturels en tant qu’intermédiaires potentiels par exemple pour les Arabes de France, voire même intra-pays arabes, sont très peu utilisés).

    Pour résumer: poursuit efficacement ton intérêt personnel, sachant qu’à travers lui tu contribueras ta part à renforcer la capacité économique/politique/etc. des pays arabes.

    Les bénéfices (libertés, sécurité, droits, etc.) sont une conséquence du développement de cette capacité.

  4. Voilà un titre qui fait chaud au cœur. De même ces lignes d’Alexander Cockburn: « Israel’s onslaught on Gaza, appalling though the carnage has been, is not only a crime but a blunder, like the attack on Lebanon in 2006, which demonstrated Israel’s military weakness, and the corruption of its armed forces after long years of bravely tormenting unarmed Palestinian peasants at check points, sawing down their olive groves and crushing their homes with bulldozers and high explosive. ».
    Oui, je crois que cette attaque est pire qu’un crime, c’est une erreur, comme disait le grand Talleyrand. Parlant du blocus criminel de Gaza, comment démontrer l’horreur d’une bouteille de médicaments vide? Mais rien de plus facile que de mettre en évidence l’atrocité du meurtre de petites filles palestiennes que leur mère pleure à la une du Washington Post. Eh oui, une armée qui passe le plus clair de son temps à trucider des paysans sans défense a du mal à démontrer sa grandeur, malgré la propagande.
    Ibn Kafka, je souhaite que tu acceptes d’être en course pour le titre de meilleur blog politique marocain. Ton travail sur l’ignoble attaque contre Gaza à lui seul mériterait récompense. Bon, je pense que ton refus vient de ta peur de renoncer à l’anonymat (et de te trouver en butte à toutes ces femmes folles de ton intelligence. Bon je comprends ton épouse!).
    Bref, tu fais ce que tu veux, mais pour moi tu es le vrai gagnant. Grosses bises!

  5. « Ibn Kafka, je souhaite que tu acceptes d’être en course pour le titre de meilleur blog politique marocain. » : je suis aussi demandeur🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :