Quand l’extrême-droite scandinave soutient Israël

Les personnes les plus fermées aux choses de l’esprit n’ignorent pas les racines historiques et idéologiques de l’extrême-droite européenne. Les dix dernières années offrent cependant le spectacle intéressant d’une profonde évolution: l’antisémitisme s’est mué en sionisme, ou du moins en soutien affirmé à Israël. Cette évolution n’est pas forcément inconnue dans les annales, même si elle s’est parfois faite en sens contraire (voir l’ouvrage de Lenni Brenner, « Zionism in the Age of Dictators« , accessible en version intégrale ici). J’en ai déjà parlé: en Belgique, le Vlaams Belang, successeur du Vlaams Blok créé par un ancien SS flamand, se proclame meilleur allié d’Israël en Belgique. En Italie, le post-fasciste Gianfranco Fini s’est rendu à Yad Vashem, le maire post-fasciste de Rome Gianni Alemanno – de même en Roumanie et au Royaume-Uni.

Nul besoin de PhD en political science pour en comprendre les raisons: l’antisémitisme est désormais très minoritaire dans la grande majorité des pays d’Europe – occidentale du moins. Passez pour antisémite et une mort politique est généralement inévitable (il y a des exceptions, comme Le Pen en France et Haider en Autriche, mais là aussi des tendances se manifestent pour se débarasser des remugles antisémites, et atteindre des nouvelles catégories d’électeurs, rétifs à l’idéologie réactionnaire de l’extrême-droite et son traditionalisme en matière de misogynie, d’homophobie et d’antisémitisme, mais sensibles à des mots d’ordre islamophobes et/ou xénophobes). La xénophobie en général, et l’islamophobie en particulier

La récente guerre israëlienne contre Gaza confirme cette tendance, déjà relevée par d’autres observateurs (voir par exemple l’intéressante étude « Learning to love the Jews: the impact of the War on Terror and the counter-jihad blogosphere on European far right parties » de Toby Archer sur le rapprochement entre bloggeurs islamophobes et pro-israëliens d’une part, et extrême-droite d’autre part): la nouvelle extrême-droite européenne est représentée par des quadras mangeant du suhi, buvant du Sancerre et ayant, comme le vice-président du parti xénophobe suédois Sverigedemokraterna (les Démocrates de Suède) Tony Wiklander, une fille adoptive d’origine indienne ou, comme feu Pim Fortuyn, des moeurs homosexuelles affichées.

Cette démarche, consciente chez ces dirigeants en recherche d’une respectabilité – l’antisémitisme la rend impossiblie, alors que la simple islamophobie n’est pas un obstacle – les amène à montrer patte blanche de la manière la plus efficace qui soit: se montrer pro-israëlien (même Le Pen s’y est essayé, mais chez lui, le naturel a repris le dessus). En Norvège, en Suède et au Danemark, cela s’est vérifié avec la récente guerre d’agression israëlienne contre Gaza.

En Norvège, le parti xénophobe Fremskrittspartiet (Parti du progrès, 22,1% des voix et 38 sièges sur 169 au Storting aux élections de 2005, ce qui en fait le deuxième parti de Norvège), a ainsi voulu manifester, par le biais de sa présidente Siv Jensen, aux côtés des partisans d’Israël à Oslo, mais a dû y renoncer par peur des violences supposées des contre-manifestants – mais on peut également penser que les organisateurs de la manifestation ne souhaitaient pas d’un appui si encombrant alors que l’opinion norvégienne s’est mobilisée comme aucune autre opinion publique européenne, galvanisée par les témoignages des deux chirurgiens norvégiens à Gaza, Mads Gilbert et Erik Fosse (un politologue estime d’ailleurs que Fremskrittspartiet perdra des voix en raison de ce soutien affirmé à Israël).

Au Danemark, le Dansk Folkeparti (Parti populaire danois qui fait 13,8% des voix aux législatives de 2007 et 25 sièges sur 179 au Folketing) parti xénophobe qui fait partie de la majorité parlementaire – mais sans sièger au gouvernement d’Anders Fogh Rasmussen – depuis 2001, a ainsi déclaré, par son député Søren Espersen, qu »Israël a le droit de résister, que Hamas est un groupe terroriste, et que l’armée israëlienne n’a pas réagi de manière disproportionnée« .

En Suède, les Sverigedemokraterna (les Démocrates de Suède, 2,9% aux législatives de 2006, aucun siège au Riksdag – une courte présentation en français est disponible sur leur site) sont également depuis quelques années officiellement et fermement pro-israëliens (du moins aux échelons supérieurs du parti – le secrétaire du parti, Björn Söder, s’affirme ouvertement ami d’Israël sur son blog), une évolution qui a contraint le leadership du parti à se débarasser de membres fondateurs qui ont eu du mal à suivre ce rythme évolutif, principalement mû par des considérations électorales. Leurs leaders semblent ne pas avoir digéré le buffet de Noël, même si leur prise de position ne fait aucun doute – les Sverigedemokraterna avaient soutenu sans état d’âme la guerre d’Israël au Liban de 2006 et célébré les 60 années d’Israël en 1948. Leur revue de presse note l’affirmation d’un professeur israëlien selon laquelle la Suède serait hostile à Israël – les commentaires partagent majoritairement ce constat pour le déplorer. Dans son dernier billet sur son blog, le président du parti, Jimmie Åkesson, s’inquiète des 30 suédo-palestiniens rapatriés de Gaza – qui paie leur retour, ont-ils vécu d’aides sociales suédoises à Gaza, comment ont-ils obtenu la nationalité suédoise, si ce sont des réfugiés comment ont-ils pu alors retourner à Gaza, etc…

Des Sverigedemokrater parmi les partisans d'Israël

Des Sverigedemokrater parmi les partisans d'Israël


sverigedemokrater-stoder-israel1

L’artisan de cet effort de rapprochement notable – historiquement, la très marginale extrême-droite suédoise a toujours été sous l’emprise du nazisme, contrairement à d’autres pays européens qui ont connu une extrême-droite moins marquée idéologiquement (comme la Norvège et le Danemark, par exemple) – n’est autre que le lauréat du prix Herzl 2006, Ted Ekeroth (son blog est ici), prix qui lui a été décerné par la World Zionist Organisation – elle a toutefois regretté son geste lorsque son affiliation politique a été rendue publique. Il a créé une association pro-israëlienne, FIDIM (För Israel och Demokrati i Mellanöstern – Pour la Paix est la Démocratie au Moyen-Orient – leur site est ici).

Les extrêmes se rencontrent.

13 Réponses

  1. « Les extrêmes se rencontrent »

    Tout à fait… Comme ces nazis allemands, sionistes.

  2. C’est essentiellement en raison du renouvellement des « élites » dans ces mouvements. Tu a raison en France, le pen n’a toujours pas oublié ses racines …

    C’est l’un des hommes politiques qui a eu le diescours le plus dur vis à vis de cette invasion de Gaza qu’il a qualifié de crime contre humanité.

  3. Il faut dire aussi qu’entre Israel, un état nucléaire, relativement démocratique, prospère et Hamas, un groupe Islamiste, Arabe, considéré comme terroriste par La Puissance Mondiale et avec une rhétorique ouvertement sexiste, raciste, etc., le choix est vite fait.

    C’est pas personnel. Juste de la politique.

    Et il faudrait préciser que les Bonniers sont Juifs. Le jour ou les Arabes se bougeront le cul et acquerront des empires médiatiques, peut être que la situation changera.

    Marre!

  4. Moi si j’étais israélien, je m’inquiéterais de ce genre de support.
    Ton ‘journaleux’ préféré a commis une chronique aujourd’hui ds le NYT assez intéressante🙂
    http://www.nytimes.com/2009/01/14/opinion/14friedman.html

  5. […] Quand l’extrême-droite scandinave soutient Israël – Ibn Kafka has a good post on the alignment of the European far-right on a pro-Israel line. What could be more normal: fascists and their intellectual heirs stick together. Zionism – a European supremacist nationalism for Jews – is a fascism (is there, one wonders, a more militarized society than Israel today?) […]

  6. lixy: Tu écris n’importe quoi, je ne vois pas ce que la famille Bonnier a à voir dans l’histoire. Leurs maisons d’édition et journaux – notamment Dagens Nyheter – font part d’opinions diverses sur la question palestinienne comme sur d’autres. Et s’agissant de la sympathie de l’extrême-droite pour Israël, outre les considérations électorales précitées, elle n’a rien à voir avec une fascination pour la démocratie, mais plutôt pour le fait de tuer des arabes.

  7. Et quand la droite espagnole (10 millions) « accuse » Zapatero (par ailleurs un lâche) de parler de Gaza . . . pour détourner le débat sur la crise économique!

    N’est-ce tout de même pas incroyable!

    Genre, ne me parlez pas de massacres, mais qu’en est-il de nos épargnes, Monsieur?
    La droite d’Aznar a Rasmussen en Europe est aussi fanatique que la classe politique américaine, et la gauche, aussi courageuse que Chamberlain en 1938.

    Et se peut-il que l’on donne des leçons de démocratie à la planète internationale?

    Bien à vous et merci, depuis l’Espagne,

  8. @IK: Je n’ai jamais dit que les SD etait fascinée par la democratie. Mais, a choisir entre Hamas et Israel, il est evident que leur interet seront mieux servi avec cette derniere.

    Et quand je parle des Bonniers, c’est pour montrer que les Juifs ont un poids contrairement au petites putes qui ne font que raler et taper sur les autres tout en restant silencieux face aux dictateurs domestiques. Que DN soit pro-Sionistes ou pas n’est pas la question. C’est pour demontrer que si l’antisemitisme est suicidaire pour les SDs, c’est pour une raison.

  9. Qu’y-t-il d’étonnant à ce que l’idée de nation ethniquement pure convienne à l’extrème droite ?

  10. élémentaire et pas si réviso que ça : le sionisme n’est pas l’apanage de la gauche du 19e et 20e , c’est bien l’antisionisme du front anti national socialiste qui a crée les problèmes attenants à l’anti sémitisme .

  11. الى كل المسلمين واحرار العالم قاطعوا ايكيا لانها موجودة باسرائيل PLease boycott ikea in saudi arabia, emiratees and kuwait the owner of ikea is a zionist

  12. Lisa: Bullshit: le fondateur d’IKEA, Ingvar Kamprad, est notoirement connu pour avoir eu de fortes sympathies nazies lors de sa jeunesse. J’imagine que cette campagne est lancée par les détaillants dans le secteur du mobilier de maison du Golfe qui ont tout à craindre de la concurrence d’IKEA…

  13. Solidarity with Jan Inge FLÜCHT
    His photo-evidence and comments page banned. And Jinge informs shortly about such fascistic eliminaZional case; here (his own word):

    One country is prevented from seeing this site!

    It is a state that denies people their human rights, and where the country’s Ministry of Foreign Affairs are continuously seeking through all websites around the whole world for articles which may be construed as adverse to this country’s policies.

    When such a web site is found they mobilize the country’s lawyers -the lobby- to persecute and denigrate those who criticize them, they shoot the messenger – rather than follow the easiest way – the UN rules of Human Rights.

    That is a policy that is – pure fascism.

    ¤¤¤

    Independent Intellectuals are proud of Jan Inge FLÜCHT and his work/photos/thoughts (although we sometimes hard critized him/he critized our works) Solidarity with Jan Inge FLÜCHT

    Anti-Zionist Solidarity=Anti-Imperialist Honour of Humanity

    Ekrem TOS; lawyer-interpreter
    Consulting_Bureau@hotmail.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :