Galik, séparation des pouvoirs

mansouri

En passant par hasard sur un article de Maroc Hebdo sur les tractations RNI/PAM suite à la création d’un groupe parlementaire commun (mais il s’est déjà disloqué avec le passage du PAM dans « l’opposition »), je suis tombé sur ce passage relatif à l’élection du successeur de Moustapha Oukacha, défunt président RNI du président de la Chambre des Conseillers (probablement l’institution la plus inutile du paysage constitutionnel marocain), dans lequel Mustapha Sehimi de Maroc Hebdo cite Mustapha Mansouri, leader du RNI:

Mustapha Mansouri, lui, ne se prononce pas, déclarant simplement que l’élection du nouveau président de la Chambre des Conseillers ne pouvait se faire alors que le Souverain était à l’étranger. «C’est une question de courtoisie, précise-t-il. J’ai estimé qu’il n’y avait aucune urgence». Quant à ceux qui lui ont reproché d’attendre en fait un signe ou une orientation royale, il réplique que depuis son intronisation en 1999, SM le Roi s’est fixé pour ligne de conduite de n’interférer ni dans la vie des partis ni dans des élections dans des institutions constitutionnelles. De fait n’est-ce pas l’USFP qui, en maintenant sa candidate – contre l’avis du Premier ministre – sollicitait un parrainage royal en sa faveur?

Je ne suis pas sûr que ce soit cela que l’on entend par monarchie parlementaire…

On relèvera au passage que Mansouri revendique 100.000 adhérents, ce qui, par rapport au 447.244 suffrages recueillis par la liste nationale du RNI aux législatives de 2007, signifierait un rapport de un à 4, 5 entre adhérents et électeurs. A l’échelle française, et indépendamment de toute autre comparaison entre la scène partisane marocaine et celle de l’hexagone, ce serait comme si l’UMP revendiquait 2,5 millions d’adhérents en 2007 (l’UMP en revendiquait 256.000 en 2008)…

Le PAM, les éléctions et l’article 5 de la loi sur les partis politiques, ou comment avoir juridiquement raison et politiquement tort

Untitled-516

Si vous croyez que le PAM de Fouad Ali el Himma – et la telenovela des dernières semaines autour de la transhumance des khobzistes attirés par l’odeur du makhzen – marque un changement qualitatif dans l’emprise du makhzen sur la scène politique marocaine, vous vous trompez lourdement: c’est le maintien au gouvernement en décembre dernier d’Abdelouahed Radi, premier secrétaire de l’USFP, qui est de très loin bien plus significatif. Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :