Comical Khalid, néo-makhzénien sublimé

Comical Khalid by Hisham
Le sketch de Comical Khalid, la réplique marocaine de Comical Ali, a eu le succès escompté, auprès de moi, de Larbi et de Politiconaute du moins. Il se murmure qu’il produira son nouveau spectacle en nocturne au Mégarama à compter de la première semaine de ramadan, avec ses sketches désormais célèbres « Nini le nihiliste », « dans les yeux d’un nihiliste sincère« , « la confrérie des refuzniks« , « ne dites pas à ma mère que je suis journaliste nihiliste, elle me croit pianiste dans un bordel », « je pense donc je suis contre« , « le grand orchestre du nihilisme ravageur« , « l’aristocratie verse de l’eau au moulin des chapelles« , « De quel droit, le regard anthropologique sur le «régime marocain» conclut-il de fait, que la sacralité de la monarchie n’est qu’un ersatz de démocratie, un sous-produit de la modernité ? » et surtout « le Maroc est irréversiblement engagé dans un processus d’édification démocratique et cela se fera dans la stabilité institutionnelle« . Sa prestation au journal de France 24 fait d’ailleurs l’objet d’un bootleg qui va chercher dans les 10.000 DH l’enregistrement à Bab el had.

Hat-tip: Hisham pour l’icône, disponible ici.

Ce que la presse et les blogs étrangers disent sur le mouvement des 9% au Maroc

La presse étrangère a consacré plusieurs articles à la protestation citoyenne sur le web – blogs, Facebook, Twitter – voici un florilège:

– « Moroccan dissent alive on Twitter« , John Thorne, The National, 5/8/2009;

– « Beaucoup de bruit pour 9% de Marocains« , Le blog des blogs, 4/8/2009;

– « Le mouvement des 9% soutient Le Monde« , par Dia Maini, Le Parisien 4/8/2009;

– « L’«affaire du sondage» suscite de nombreuses réactions« , Radio France Internationale, 4/8/2009;

– «Il y a une liberté d’expression réelle au Maroc, mais elle n’est pas garantie», Libération, 5/8/2009;

– « Sondage censuré : la blogosphère marocaine partagée« , de Sophie Gindensperger, Arrêt sur images, 4/8/2009;

Si vous avez d’autres liens sur le mobilisation pour la liberté d’expression au Maroc, merci de me les indiquer.

Khalid Naciri lance un appel aux « nihilistes sincères », « les yeux dans les yeux »

img_925_48

Les prestations de Khalid Naciri ces derniers jours ont permis aux Marocains de se remémorer Comical Ali, le porte-parole de Saddam Hussein qui assurait que les soldats étatsuniens aux portes de Bagdad commettaient des suicides de masse. On a eu l’interview collector sur France 24, un article dans le Matin du Sahara hier et une lettre ouverte dans le même Matin du Sahara aujourd’hui, « Maintenant parlons entre nous les yeux dans les yeux » – je vous jure que je n’invente rien, le titre et les citations qui suivent sont tous de Khalid Naciri:

Le Maroc est un Etat qui fonctionne loin de son optimum parce qu’il a trop peu de relais. L’essentiel de l’espace public est squatté par les vociférations du grand orchestre du nihilisme ravageur, dont les membres rivalisent de nuisance, insensibles aux terribles dommages qu’ils font subir à cette nation. Les revues «Tel Quel» et «Nichane» en sont des prototypes avérés.

En attendant, le pays est soumis au matraquage cacophonique du discours unique négativiste. Idem pour l’élite civile qui se déploie dans une démission généralisée, se contentant de «cultiver son jardin». Dans le meilleur des cas, cela advient dans une indifférence totale, allant jusqu’au boycott des élections et de la vie nationale, et dans le pire des cas, jusqu’à verser de l’eau au moulin de toutes les contestations, y compris les plus irrationnelles, réécrivant à sa manière le cogito de Descartes : « Je pense, donc je suis contre». Et pour encadrer tout ce beau monde, une presse largement acquise au sensationnalisme irresponsable, à la recherche des gains faramineux et cultivant le nihilisme sublimé. Quelques plumes courageuses toutefois sortent du lot… hirondelles incapables de faire le printemps en cet automne de la presse à principes.

Et voilà que grâce à cette alchimie incongrue, le Maroc passe insensiblement, des dérapages des années de plomb, aux dérapages contemporains des médias, c’est-à-dire d’une dictature ampoulée de l’Etat à une dictature nouvelle, celle de la presse nihiliste, qui rase tout sur son passage. Celle-ci qui réclame le droit de bousculer toutes les sacralités, s’auto-propulse elle-même en néo-sacralité, inaccessible et intouchable. Et gare à qui oserait élever la voix pour s’indigner de ses outrances, de ses mensonges, de ses injures, de ses diffamations. Il sera voué aux gémonies. Le terrorisme intellectuel a tué le débat et fait le lit de la médiocrité. Le résultat est un incommensurable gâchis. (…) C’est cette image schizophrénique qui caractérise le Maroc d’aujourd’hui. La raison est d’une extrême simplicité : seule la confrérie des refuzniks s’exprime parce qu’en face, une nouvelle terreur s’est installée, qui empêche les esprits les plus lucides, les plus équilibrés, les plus objectifs de leur apporter la contradiction.

C’est ce terrorisme intellectuel, qui a remplacé le débat par l’invective, l’injure et la diffamation. Le plus gros des titres de la presse dite «indépendante» ne fait pas d’analyse, ne s’adresse pas à l’intelligence. Cela est remplacé par des poncifs mal fagotés sur les « néo-makhzéniens »… Par le terrorisme intellectuel, cette déferlante de la médiocrité a fait le vide autour d’elle.

La conclusion est tout simplement fabuleuse: un appel aux « nihilistes sincères » pour qu’ils collaborent avec Khalid Naciri et le Palais dans la refondation du sytème (tout en respectant bien évidemment les sacralités):

En ce qui nous concerne, nous invitons les hommes et femmes des médias, y compris les nihilistes sincères, à s’y joindre. Osons le mot, c’est d’une véritable refondation qu’il s’agit, pour ouvrir une nouvelle page dans le cursus historique de ce pays. Le Maroc vaut bien ça.

Je n’ai malheureusement pas le temps d’entrer dans une analyse poussée de cette lettre ouverte aux nihilistes éclairés, mais il faut souligner des éléments permanents du discours réactionnaire: la victimisation (le gouvernement est victime de terrorisme intellectuel) avec l’inversion des rôles qu’elle implique, la dénonciation d’une classe politique (dont Naciri fait partie), l’invocation du sacré, l’invocation incongrue de l’indépendance nationale dans une tentative de mobilisation patriotique contre l’ennemi lié à l’étranger, l’opposition entre un gouvernement qui agit et les nihilistes qui ne font que parler stérilement, etc…

L’analyse du discours néo-makhzénien (pardon Khalid) est une chose sur laquelle il faudra revenir.

Hat-tip pour la comparaison avec Comical Ali: Moh blog.

%d blogueurs aiment cette page :