Quand ce qui n’est pas dit est plus important que ce qui est dit

On n’apprend autant par ce qui n’est pas dit dans cette nécrologie de Haaretz que par ce qui y est dit. Voici ainsi un passage consacré à David Kimche, ancien du Mossad et diplomate, d’origine britannique, qui vient donc de nous priver de sa présence parmi nous:

During the 1950s, Kimche was involved in exposing Avri Elad, an Israeli intelligence officer who betrayed his comrades and enabled the Egyptian security services to arrest a network of local Jewish youths working for Israeli intelligence. Two of them were hanged. Kimche was in Germany in 1957, attempting to recruit a German with a Nazi background in order to send him to Egypt to spy for the Mossad, when he learned of Elad’s relations with the Egyptian military attache in Germany. This discovery led to Elad being investigated. Eventually, he was arrested and sentenced to 10 years in prison.

Vous aurez complété de vous-même: les deux jeunes Egyptiens juifs, Moshe Marzouk et Shmuel Azrar, travaillant pour le Mossad arrêtés et exécutés l’ont été pour avoir posé des bombes dans des lieux publics fréquentés par des Juifs égyptiens, afin de leur faire craindre pour le sécurité et de les faire partir pour Israël. C’est la fameuse affaire Lavon, qui déclencha un scandale politique de tout premier ordre en Israël. Du terrorisme, quoi, mais attention hein: pour la bonne cause.

Le sionisme est une valeur canadienne

« If you’re going to label Israel as Apartheid, then you are also… attacking Canadian values » (Haaretz) – Peter Shurman, parlementaire conservateur canadien du parlement de l’état de l’Ontario, au sujet de l’Israeli Apartheid Week.  Il sous-entend même que déclarer qu’il y a une situation d’apartheid en Israël/Palestine est au-delà de la ligne rouge séparant les opinions acceptables et la provocation à la haine raciale (« hate speech« ):

« The use of the phrase ‘Israeli Apartheid Week’ is about as close to hate speech as one can get without being arrested, and I’m not certain it doesn’t actually cross over that line »

Il devrait en parler à Ehud Barak, ministre de la défense d’Israël, qui est la dernière personnalité israëlienne en date à parler de risque d’apartheid en Israël/Palestine. Un juif ayant la haine de soi, sans doute. Et parler d’apartheid pour qualifier la situation actuelle en Israël/Palestine n’expose pas encore à des poursuites pénales en Israël. Le Canada serait-il le dernier Etat sioniste? En même temps, ce qui se passe en Palestine n’est pas sans rappeler le sort des autochtones du Canada

« Ca se voit sur eux »

« Usually you can tell who belongs to a terrorist organization » (Haaretz)- Yonatan Salomon, soldat israëlien de la brigade Golani qui patrouille la frontière entre Gaza et Israël, au sujet de la difficulté à distinguer, parmi les Palestiniens qu’il surveille, les « bons » des « mauvais ».

« Peres est choqué et inquiet »

« Peres, who is working overtime as super-foreign minister, is shocked and concerned by Israel’s international status » (Haaretz).

Bonne nouvelle.

%d blogueurs aiment cette page :