Il s’honore, dit-il

Vous avez tous lu ou écouté le discours du Roi hier, annoncant des réformes constitutionnelles présentées comme devant être d’envergure. Une commission chargée de rédiger les dispositions révisées et de les soumettre à la Haute Appréciation du Roi sera présidée par Abdeltif Menouni, professeur de droit public à Rabat, ex-membre du Conseil constitutionnel de 1994 à 2008 et de l’Instance équité et réconciliation (2004-2006), et par ailleurs membre de la très intéressante Commission de Venise, organisme consultatif du Conseil de l’Europe composé de juristes et sortant des rapports d’une très grande richesse sur les libertés publiques dans les Etats membres du Conseil de l’Europe (que chacun d’entre vous aura instinctivement distingué de l’Union européenne, autre institution européenne entièrement distincte de celui-là). Il a également été « membre de la commission chargée d’élaborer le projet d’autonomie pour les provinces du Sahara marocain« . Il a été dans les années 60 et 70 un militant et membre des organes dirigeants de l’UNEM, de l’UMT et de l’UNFP (ce dernier étant l’ancêtre de l’USFP).

Ce qui a marqué sa période d’enseignant universitaire, selon ses propres dires:

Enseignement et recherche
Il s’honore dans ce cadre d’avoir été professeur de Sa Majesté Mohamed VI alors prince héritier et de son Altesse royale Moulay RACHID.

Un vrai dissident.

J’adore la constitution cambodgienne

Tiens, le Roi du Cambodge aussi a un parapluie...

Lu sur le net:

Article 7.
Le Roi du Cambodge règne mais ne gouverne pas.
Le Roi est le Chef de l’Etat à vie.
La personne du Roi est inviolable.

Article 8.
Le Roi incarne le symbole de l’unité et de la
continuité nationales.
Le Roi est le garant de l’indépendance nationale, de
la souveraineté et de l’intégrité territoriale du Royaume du
Cambodge. Il est le garant du respect des droits et libertés
des citoyens et du respect des traités internationaux.

Article 9.
Le Roi joue le rôle d’arbitre suprême pour garantir le
fonctionnement régulier des pouvoirs publics.

Article 10.
La monarchie cambodgienne est une monarchie
élective.
Le Roi n’a pas le pouvoir de désigner un héritier pour
régner.

(…)

Article 15.
L’épouse du Roi porte le titre de Reine du Royaume
du Cambodge.

Article 16.
La Reine du Royaume du Cambodge n’a pas le droit
de s’impliquer dans la politique, d’exercer une fonction
dirigeante étatique ou gouvernementale ou d’exercer un
rôle administratif ou politique.
La Reine du Royaume du Cambodge se consacre à
des tâches d’intérêt social, humanitaire, religieux et assiste
le Roi dans Ses devoirs protocolaires et diplomatiques.

Article 17.
La disposition de l’alinéa 1er de l’article 7 de la
présente Constitution, selon laquelle le Roi règne mais ne
gouverne pas, ne peut en aucun cas être modifiée.

Bon, il n’y a pas que la monarchie dans la vie, donc j’ai également lu ceci:

CHAPITRE IV
DU REGIME POLITIQUE

Article 51 nouveau
Le Royaume du Cambodge pratique une politique de
démocratie libérale pluraliste.
Tout citoyen khmer est maître de la destinée de son
pays.
Tous les pouvoirs appartiennent aux citoyens. Les
citoyens exercent leurs pouvoirs par l’intermédiaire de
l’Assemblée Nationale, du Sénat, du Gouvernement Royal
et des juridictions.
Les pouvoirs sont séparés entre le pouvoir législatif,
le pouvoir exécutif et le pouvoir judiciaire.

Article 52.
Le Gouvernement Royal du Cambodge s’engage
fermement à préserver et défendre l’indépendance, la
souveraineté, l’intégrité territoriale du Royaume du
Cambodge, à appliquer la politique de réconciliation
nationale pour protéger l’unité nationale, à préserver
les bonnes moeurs et coutumes de la nation.
Le Gouvernement Royal du Cambodge doit défendre la
légalité, garantir l’ordre et la sécurité publics. L’Etat veille
prioritairement aux conditions de vie et au bien-être des
citoyens.

Article 53.
Le Royaume du Cambodge maintient fermement une
politique de neutralité perpétuelle et de non-alignement.
Le Royaume du Cambodge coexiste pacifiquement avec
les pays voisins et avec tous les autres pays du monde.
Le Royaume du Cambodge n’agresse jamais aucun
autre pays, ne s’ingère pas directement ou indirectement et
sous quelque forme que ce soit dans les affaires intérieures
des autres pays, règle tous les problèmes par des moyens
pacifiques et dans le respect des intérêts mutuels.
Le Royaume du Cambodge n’adhère à aucune
alliance militaire ni conclut aucun accord militaire
incompatible avec sa politique de neutralité.
Le Royaume du Cambodge n’autorise ni l’installation
de bases militaires étrangères sur son territoire, ni non plus
l’installation de ses bases militaires à l’étranger, sauf dans
le cadre de la requête de l’Organisation des Nations Unies.
Le Royaume du Cambodge se réserve le droit de
recevoir des aides étrangères sous forme de matériels
militaires, armements, munitions, instruction des forces
armées, ainsi que diverses aides pour se défendre et
garantir l’ordre et la sécurité publics à l’intérieur du pays.

Article 54.
La production, l’utilisation et le stockage des armes
atomiques, des armes chimiques ou des armes
bactériologiques sont formellement interdits.

Article 55.
Tous traités et accords qui ne sont pas compatibles
avec l’indépendance, la souveraineté, l’intégrité territoriale,
la neutralité et l’unité nationale du Royaume du Cambodge
sont abrogés.

On ne pourrait pas se contenter de traduire la constitution cambodgienne en arabe?

links for 2011-03-09

%d blogueurs aiment cette page :