Un peu de hasbara algérienne

Ca faisait longtemps que je ne vous avais pas entretenu des écrits de nos frères algériens d’El Watan – voilà un oubli de réparé – leur éditorial d’aujourd’hui, jeudi 5 mai. Il y a trois choses certaines dans la vie: la mort, les impôts et les éditoriaux d’El Watan:

Menace sur nos intérêts
El Watan le 05.05.11 | 01h00
L’Algérie n’est plus ce qu’elle était. Elle donne l’impression d’être dépassée par les événements et d’être tétanisée devant les mouvements révolutionnaires qui secouent le monde arabe. Elle est tellement fragilisée qu’elle ne serait plus en mesure de résister à d’éventuelles pressions extérieures. C’est ainsi qu’on parle de plus en plus, ces derniers jours, de la réouverture de la frontière algéro-marocaine dans un avenir plus ou moins proche, sans plus d’explications. Certaines sources font état de fortes pressions des Etats-Unis et de la France pour obliger l’Algérie à agir en ce sens afin de permettre à leur protégé marocain de recevoir une bouffée d’oxygène qui l’aiderait grandement à faire face à la crise économique qui frappe le royaume de plein fouet. Rabat n’offrirait rien en contrepartie de ce geste.

Pour rappel, des terroristes marocains avaient attaqué en 1994 un hôtel touristique de Marrakech, tuant plusieurs touristes. Le roi Hassan II avait immédiatement accusé les services algériens d’être les commanditaires de l’attentat. Il a alors décidé d’instaurer le visa pour nos ressortissants et procédé à l’expulsion manu militari de milliers de touristes algériens. Un geste qu’il regrettera amèrement. En représailles, Alger décide de fermer les frontières terrestres entre les deux pays, décision qui aura des répercussions très négatives sur l’économie marocaine. Constatant la gravité de son geste, le Maroc demande de façon récurrente à l’Algérie de réviser sa position. Il ne retire pas pour autant ses accusations contre nos services et ne présente pas d’excuses pour les exactions dont ont été victimes les touristes algériens.

Dans un geste de bonne volonté, Alger propose à Rabat une négociation sur tous les dossiers en litige. On sait par exemple que des propriétaires terriens algériens ont été dépossédés de leurs terres lors de la Guerre des sables, en 1963, et d’autres en 1975, à la suite de l’agression monarchiste contre le peuple sahraoui. De même que l’Algérie avait expulsé de façon injuste et irréfléchie des ressortissants marocains à la même époque.Malheureusement, le pouvoir marocain refuse les négociations globales et ne s’attache qu’à un seul point : la réouverture des frontières sans condition.

Si Alger venait, par malheur, à se plier à cette exigence, cela signifierait l’abandon des intérêts des citoyens algériens spoliés par le trône. Cela signifierait offrir au Maroc 6 milliards d’euros par an contre un plus grand flux de drogue, d’alcool frelaté et de marchandises contrefaites en provenance de ce pays, pour rappeler les propos de Yazid Zerhouni lorsqu’il était ministre de l’Intérieur. Ce serait une véritable forfaiture contre l’Algérie.

On pourrait conseiller à El Watan la lecture de l’entretien en cinq parties de Libération avec l’ex-agent du DRS (ex-Sécurité militaire algérienne) Karim Moulai, qui affirme que son ancien service était derrière l’attentat de l’hôtel Atlas Asni de 1994. On pourrait aussi leur conseiller un cours accéléré de macro-économie – l’ouverture de de la frontière avec l’Algérie rapporterait au Maroc 6 milliards d’euros par an?

Mais je crois qu’El Watan faiblit un peu au fil des ans: aucune allusion aux putes marocaines venant souiller la terre sacrée du pays du million de martyrs. Tss, tss…

%d blogueurs aiment cette page :