Libye: la roue tourne… jusqu’au Maroc?

C’est comme n’importe quel sub-saharien que le dernier premier ministre de l’ex-Guide suprême, Al Baghdadi Al-Mahmoudi, a été arrêté et condamné à six mois de prison ferme en Tunisie, pour « franchissement illégal de la frontière« . Il ne semble pas, à en croire Jeune Afrique qui rapporte l’histoire, que Al Mahmoudi ait plaidé être un demandeur d’asile politique, ce qui aurait pourtant pu être plaidable à défaut d’être vraiment recevable. Pour apprécier l’ironie de la situation, il faut savoir que la Libye, qui a acceuilli des centaines de milliers de travailleurs tunisiens et marocains pendant l’ère de Kadhafi, leur réservait un sort soumis à l’arbitraire le plus total, les expulsions massives de travailleurs d’une nationalité étrangère donnée se faisant au gré des humeurs diplomatiques du Guide suprême.

On apprend qu’un compagnon de Kadhafi, le commandant Khouildi Hamidi, a lui aussi été poursuivi – mais finalement relaxé par le tribunal – pour les mêmes faits de franchissement illégal de la frontière tunisienne. Sauf que lui n’a pas été arrêté dans un 4×4 dans le désert libyo-tunisien, mais à l’aéroport de Tunis, où il s’apprêtait à s’envoler pour… le Maroc. Ceci est surprenant: le Maroc n’a fait aucune difficulté à reconnaître le Conseil national de transition (CNT) libyen, et certaines informations – non confirmées – font état d’un éventuel soutien militaire et logistique aux « rebelles » libyens avant même la chute de Kadhafi. On peut se dire que Hamidi a choisi le Maroc sans l’accord préalable des autorités marocaines, mais il est également possible que le Maroc, naturellement proche d’un CNT venu au pouvoir avec l’appui de l’OTAN, confirme sa tradition de donneur d’asile aux despotes en perdition (pensons à Mobutu et au Shah d’Iran), sans risquer cependant trop d’ennuis avec le nouveau pouvoir libyen, contrairement à ce qui fut le cas avec la république islamique d’Iran.

On notera en outre que le Maroc, tout comme la Tunisie et contrairement bien évidemment à l’Algérie, est sur les starting blocks pour remporter des contrats lors de la reconstruction à venir de la Libye:

Le Maroc IN, l’Algérie OUT

Les entreprises du royaume chérifien sont-elles insensibles au changement de régime en Libye ? Pas complètement. Immobilier, construction, infrastructures, banques… Plusieurs groupes évaluent actuellement les opportunités nées de la chute de Kaddafi. Mais il faudra sans doute attendre plusieurs années avant de voir les relations commerciales entre les deux pays véritablement décoller. L’an dernier, la Libye apparaissait au-delà du 50e rang dans l’ordre des clients du Maroc. Et en matière économique, les projets communs sont souvent restés au stade de l’annonce, à l’image du partenariat, en 2008, entre l’Office chérifien des phosphates et le fonds souverain Libya Africa Investment Portfolio. Côté algérien, la Sonatrach, qui a un volume de contrats d’environ 350 millions d’euros dans le pays, risque d’être pénalisée, comme toutes les autres entreprises du pays, par le soutien des autorités à Kaddafi. J. C. (Jeune Afrique)

A suivre donc…

2 Réponses

  1. Les médias des fennecs enragés et leurs acolytes étrangers
    se répandent dans leur délire contre le Maroc.
    Il m’a été permis de constater à la lecture d’une certaine presse, citée dans le titre, qu’une campagne dénigrement, il est vrai savamment orchestrée par certaines officines hostiles au Maroc, est actuellement menée tambour battant depuis le début du procès des prévenus impliqués dans l’attentat du café Argana de Marrakech du 28 avril 2011.
    Ce rush médiatique mensonger est toujours concomitant à des démantèlements par les services de sécurité marocains de cellules terroristes liées à l’AQMI ou à la pieuvre Al Qaida.
    Il est vrai que le professionnalisme, la vigilance, la réactivité et les résultats positifs obtenus par la sécurité marocaine sur le terrain de la lutte antiterroriste, reconnus sur le plan international, ont fait que le Maroc suscite bien des jalousies de la part de certains de nos voisins.
    Parmi, les arguments fallacieux repris par ces médias hostiles au Maroc, je ne citerai que celui-ci, car très éloquent en matière d’intoxication et de désinformation digne de la période soviétique :
    l’implication directe des services de sécurité marocains dans la planification d’actes terroristes afin de détourner l’opinion nationale et internationale sur les évènements en cours dans la région du monde arabe et, partant, porter préjudice au mouvement du 20 février. Il faut l’avouer que c’est bien trop court comme argumentaire, surtout lorsque des citoyens étrangers ont été tués lors de l’attentat du café d’Argana et que des avocats étrangers ainsi que des membres de famille de personnes décédées ou blessées sont présents au procès.
    Par ailleurs, et pour apporter des éléments contradictoires à ces pourfendeurs à trois sous et qui prouvent que le Maroc est très bien outillé en matière de lutte antiterroriste, contrairement à son voisin de l’est totalement incapable d’endiguer la vague d’attentats qui sévit sur son territoire quotidiennement et dans l’incapacité de démanteler une quelconque cellule terroriste et de présenter ses membres devant la justice. Pour preuve, l’arrestation dernièrement au Maroc de trois membres d’une cellule terroriste liée à Al Qaida qui projetaient de perpétrer des actes criminels contre des cibles sécuritaires et juives marocaines et des intérêts occidentaux.
    Ces nouvelles arrestations prouvent sans conteste la réelle volonté du Maroc à combattre sans répit, le phénomène terroriste dans le respect total des réglementations en vigueur.
    A signaler, que l’AQMI s’acharne par tous les moyens vouloir s’implanter au Maroc afin de porter sa menace sur l’Europe, notamment la France et l’Espagne. Jusqu’à présent Le Maroc a fait barrage à ce sinistre dessein.
    Toutefois, et pour plus d’efficacité dans cette lutte contre l’AQMI, il serait hautement utile d’associer le Maroc, qui pour l’heure est exclu, à toutes les réunions relatives aux questions sécuritaires des pays du Sahel. Cette exclusion résulte d’une décision exclusive d’Alger mais aussi de Bamako.
    J’ajouterais, que les autorités maliennes se doivent de développer leur coopération avec des pays comme le Niger, le Nigeria, et le Tchad, et ne pas laisser l’exclusivité de la lutte antiterroriste à l’Algérie.
    En effet, les liens entre Boko Haram du Nigeria et AQMI doivent amener le gouvernement malien à diversifier ses relations et ses méthodes de lutte. Des membres de la secte islamiste nigériane Boko Haram, dont Mamman Nur, cerveau présumé de l’attentat contre l’ONU à Abuja le 26 août dernier, ont des liens avérés avec Al-Qaîda.
    Enfin, je conclurais ma démonstration analytique sur les tentatives fallacieuses de certains médias hostiles au Maroc par le fait que :
    1/ les efforts entrepris par les autorités marocaines en matière de lutte antiterroriste en 2010 ont permis de réduire de manière effective la menace terroriste au Maroc. Ces efforts ont été notamment soulignés par le Département d’Etat américain dans son rapport annuel sur le terrorisme dans le monde, rendu public jeudi soir 22 septembre 2011 à Washington,
    2/ ce même rapport indique que le Maroc a renforcé les mesures de sécurité et de vigilance et intensifié sa coopération régionale et internationale en matière de lutte antiterroriste, ajoutant que les autorités marocaines ont également renforcé les politiques visant à contrer le radicalisme et l’extrémisme religieux,
    3/ que le Département d’Etat américain s’est félicité de la solidité de la coopération antiterroriste entre le Maroc et les Etats-Unis, notant que les autorités marocaines ont réussi à faire avorter des complots visant à s’attaquer à des cibles marocaines, américaines et occidentales tout en enquêtant de manière approfondie sur plusieurs individus liés à des groupes terroristes internationaux,
    4/ ne voulant pas répondre aux multiples appels de l’Algérie, la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a affirmé, lors du Forum coprésidé par les Etats-Unis et la Turquie, qu’aucun pays ne peut combattre seul le terrorisme, il est désormais question d’unir les forces pour lutter contre l’émergence du phénomène qui pèse lourd sur la région du Sahel,
    5/ c’est pourquoi ce Forum sera constitué de cinq groupes de travail. La réunion du groupe de travail chargé du renforcement des capacités au Sahel, relevant du Forum global de lutte antiterroriste, est prévue les 16 et 17 novembre prochain à Alger, et verra la participation du Maroc.
    Ainsi donc, l’Algérie, qui se considérait comme axe central et pivot incontournable dans la lutte contre le terrorisme au Sahel et dans le monde, se voit notablement gêner dans ses entournures par le Maroc sur ce domaine spécifique en raison de ses échecs répétés à développer une stratégie à même de combattre de manière efficiente le terrorisme sur son territoire et, à plus forte raison, dans la région sahélienne.
    Tous ces éléments expliquent, en conséquence, concrètement le titre de cette analyse, à savoir que certaines officines hostiles aux réussites du Maroc dans tous les domaines, social, éducation, santé, logement, infrastructures, équipements, de lutte contre la pauvreté, judiciaire, politique, législatif et sécuritaire, ont ordonné aux médias à leur solde de le discréditer par tous les moyens honteux .
    Ainsi donc, les fennecs enragés et les médias à leur botte sont lâchés contre le Maroc. Une tentative vouée heureusement à l’échec.
    Enfin, et je me dois de terminer mon intervention par un message que j’adresse aux autorités algériennes.
    Depuis le départ de la France en 1962, la question kabyle vous hante. Guérilla du FFS en 1963, manifestation du Printemps berbère en 1980, grève du cartable en 1994-95, émeutes de 1998 suite à l’assassinat du poète-chanteur Matoub Lounès, immense mouvement de protestation dit « des Aarchs » en 2001-2002, sans oublier le triste évènement d’octobre 1988, etc. Cette région de langue et culture amazighes (berbères) s’est régulièrement distinguée des autres contrées algériennes. Votre nature coloniale à l’égard des Kabyles et de la Kabylie n’est un secret pour personne. Votre régime n’est en fait que le reflet du système jacobin arabo-islamiste, digne héritier du pouvoir colonial qui l’a précédé. Il est à l’image de celui qui élève un singe ; il ne produit ni fourrure ni lait.
    En vous demandant de bien vouloir publier et diffuser ce papier. Une réponse par courriel à cette demande serait appréciée. Merci. Farid Mnebhi.

  2. Khouildi était l’homme du Maroc dans l’ancien régime libyen!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :