Absents de marque

Je lis dans la presse française ceci – « Sarkozy décore des harkis lors d’une journée nationale d’hommage« , mais il doit s’agir d’une coquille car je ne vois aucune trace de Rachida Dati, Malek Boutih ou Fadela Amara lors de cette célébration.

Ne dérangez pas la DCRI avec ça, elle est en train de compter le nombre de niqabs en banlieue

Il semblerait qu’une organisation musulmane française enverrait 55 de ses militants en « voyage de solidarité militante » dans les territoires occupés en 1967  – parmi les conditions posées pour participer à ce tourisme militant figure celle d’avoir une formation militaire, et ce afin de protéger la population palestinienne contre d’éventuelles attaques israéliennes. Enfin, organisation française est un abus de langage: cette organisation, initialement créée aux Etats-Unis en 1968 par un imam palestinien, figure sous un autre nom sur la liste étatsunienne des organisations terroristes, et elle est bien sûr interdite en Israël. Le ministère français des affaires étrangères ignore cependant son existence, et la Direction centrale du renseignement intérieur français se refuse à tout commentaire. La presse israëlienne s’est émue de ce voyage, et le Shin Bet souligne que ces organisations extrémistes constituent une menace terroriste. Cependant, contrairement à ce qui fut le cas en juillet dernier lorsque des militants pro-palestiniens tentèrent d’embarquer pour manifester pacifiquement en Israël, ces 55 militants solidaires ne feront pas l’objet d’une décision d’interdiction d’embarquer sur les avions devant les amener en Israël.

ADDENDUM: un lecteur attentif me fait remarquer qu’il s’agit d’une organisation juive fondée par un rabbin américano-israélien et non pas une organisation musulmane fondée par un imam palestinien. Autant pour moi.

Limpieza de sangre hier, préservation de la majorité juive aujourd’hui

Certains étaient en faveur d’un Etat blanc en Afrique du Sud du temps de la splendeur de l’apartheid, la ministre espagnole des affaires étrangères Trinidad Jimenez est en faveur d’un Etat juif en Israël:

Spain’s Foreign Minister Trinidad Jimenez presented a new policy for the Palestinian-Israeli conflict on Saturday, declaring Israel as the homeland of the Jews for the first time and saying that the issue of Palestinian refugees should be solved in such a way that it does not compromise Israel’s current demographic makeup of a Jewish majority. (Haaretz 25/9/2011)

Certains s’en étonnent. Je trouve personnellement que l’Espagne fait preuve là d’une très grande cohérence: n’avait elle pas expulsé musulmans et juifs en 1492 afin de faire de l’Espagne un Royaume chrétien et de ne pas compromettre la composition démographique de celui-ci au nom de la limpieza de sangre? Le soutien à la politique d’apartheid d’Israël envers la population arabe rappelle ainsi un national-catholicisme pas si lointain que ça. Je me demande simplement quels autres objectifs ethniques le gouvernement espagnol estime justifiés dans le cadre de sa politique étrangère voire interne…

%d blogueurs aiment cette page :