« L’Algérie découvre le bilan désastreux de sa politique »

C’est pas moi qui le dit, c’est El Watan:

L’Accord d’association entre l’Algérie et l’Union européenne illustre une gestion maladroite d’un dossier sensible qui, pourtant, risque d’hypothéquer l’avenir des entreprises locales. Entré en vigueur en septembre 2005, le processus de démantèlement tarifaire a «sensiblement creusé les équilibres des échanges commerciaux hors hydrocarbures», a souligné hier Mohamed Benmeradi, ministre de l’Industrie, de la PME et de la Promotion de l’investissement, lors d’une réunion de la commission mixte algéro-allemande. Entre 2005 et 2011, les pays membres de l’UE ont exporté vers l’Algérie pour près de 100 milliards de dollars de biens et services alors que les exportations algériennes hors hydrocarbures vers le marché européen n’ont pas totalisé 5 milliards de dollars durant la même période, a-t-il rappelé dans son discours devant des hommes d’affaires allemands.

Pour le ministre, cette situation s’explique «par les difficultés réglementaires auxquelles sont confrontées les entreprises algériennes pour l’accès au marché européen, mais aussi et surtout par le degré encore insuffisant de la productivité et de la compétitivité de ces mêmes entreprises». Même constat pour les échanges agricoles. «Sur les 17 contingents tarifaires au profit des produits algériens, 11 ont connu une consommation nulle et 6 une utilisation symbolique alors que sur les 80 contingents arrêtés pour les produits européens, 52 ont été totalement épuisés et le reste consommé à des niveaux appréciables», a souligné M. Benmeradi.

Au final, le démantèlement tarifaire a eu pour conséquence une perte de recettes pour le Trésor de 3 milliards de dollars, a encore fait savoir le ministre. L’Algérie aurait payé encore cher sa politique si elle n’avait pas procédé au gel du démantèlement tarifaire en septembre 2010. «Une simulation constante des exportations en provenance des pays membres de l’UE aboutirait, de l’aveu de M. Benmeradi, à une perte additionnelle de 8,5 milliards de dollars pour le Trésor public sur la période allant de 2010 à 2017

Toujours d’après le ministre, le démantèlement tarifaire, qui a atteint près de 80%, «suscite déjà de graves préoccupations sur le devenir de l’économie algérienne». «De nombreuses entreprises n’arrivent pas à soutenir la concurrence sur le marché local avec les produits européens importés sans taxes et sont menacées de disparition.

Je me suis toujours demandé quel était l’intérêt de l’Algérie de signer des accords de libre-échange, ou de vouloir adhérer à l’OMC (démarche soutenue par le Maroc de manière surprenante et même carrément stupide, vu le peu d’entraint du voisin de l’Est à rendre la pareille sur d’autres dossiers). Les faits sont assez simples:  97% des exportations algériennes sont, bon an mal an, constituées par des hydrocarbures. Les hydrocarbures ne font pas l’objet d’obstacles à l’importation car les pays importateurs n’ont en général pas, ou pas assez, de ressources energétiques de substitution. Un pays exportateurs d’hydrocarbures n’a donc en principe pas d’incitation – commerciale ou économique du moins – à entrer dans des accords de libre-échange – sauf s’il exporte également d’autres produits. Ce n’est pas le cas de l’Algérie, même si elle affiche des ambitions officielles en la matière. D’où le déséquilibre structurel des échanges commerciaux algériens avec l’Union européenne: de 2005 à 2011, si l’on excepte les hydrocarbures, le taux de couverture des importations par les exportations est de… 5%. Et puisque l’Algérie a signé l’accord d’association qui impose le libre-échange à l’horizon 2017 (au Maroc, le libre-échange total en matière de produits manufacturés est entré en vigueur le 1 mars de cette année), le peu qu’il lui reste d’industrie et d’agriculture locales sera encore plus durement concurrencé par les produits de l’UE.

D’autres le pensent aussi:

En résumé, les gains de l’ouverture du marché algérien aux produits de l’UE, sont loin d’être significatifs et si gain il y a, tout de même, ils sont probablement interceptés par des forces extérieures à la sphère économique. (L’Accord d’association Algérie-UE : un bilan-critique)

Si on peut penser que le gouvernement algérien a espéré relancer ses secteurs agricole et industriel par l’ouverture des marchés européens, on doit bien admettre que, tout comme pour le Maroc, les aspects diplomatiques, sécuritaires et politiques ont déterminé la politique commerciale. Sortant d’une décennie noire (la guerre civile des années 1992-??) tant sur le plan sécuritaire que diplomatique, lors de laquelle l’Etat algérien n’a échappé que de justesse à une ingérence politico-humanitaire de l’ONU ou de l’UE, se voulant le concessionnaire régional de la coopération anti-terroriste avec les Etats-Unis, l’insertion dans l’ordre économique et commercial et donc dans l’ordre institutionnel du libre-échange avec les pays occidentaux a sans aucun doute obéï à la volonté d’être désormais un partenaire normalisé des pays occidentaux, loin des tirades des années 70 et 80 sur le nouvel ordre économique international.

On voit donc un trait commun entre la diplomatie des deux frères ennemis: une politique étrangère axée sur un partenariat asymétrique avec les pays occidentaux, dans laquelle la défense d’intérêts aussi concrets que la protection des équilibres commerciaux et budgétaires est finalement secondaire- les symboles plutôt que la substance.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :