Encore un classement favorable au Maroc (7eme place) – cartographie des bloggeurs persécutés

Je suis trop négatif, et j’ai décidé d’y remédier en publiant les classements dans lesquels le Maroc occupe une place dans le top ten. Voici donc un lien vers la mappemonde des bloggeurs poursuivis – Threatened Voices – dressée par Global Voices. Cette mappemonde indique le nombre de bloggeurs menacés, emprisonnés voire tués par pays, et comptabilise non seulement les cas toujours en cours mais aussi les anciens cas. Avec ses trois bloggeurs concernés, le Maroc occupe ma foi une fort honorable septième, ex-aequo avec l’Azerbaïdjan, Bahraïn et la Malaisie mais après la Chine (1ere, avec 33 bloggeurs emprisonnés ou tués), l’Egypte (2eme avec 29 bloggeurs), l’Iran (3eme avec 23 bloggeurs), la Tunisie (4eme avec 18 bloggeurs – on ne sait pas à ce stade s’il y a des Brésiliens naturalisés parmi eux), la Syrie (5eme avec 14 bloggeurs) et le Vietnam (6eme avec 9 bloggeurs).

Les bloggeurs marocains sont au nombre de trois, même si l’un d’entre eux n’a à ma connaissance jamais eu de blog mais plutôt une page Facebook au nom de SAR Moulay Rachid:

Fouad Mourtada;

Mohammed Erraji;

Hassan Barhon

Les initiateurs de cette mappemonde sont les premiers à en souligner les limites, et sont demandeurs d’informations complémentaires sur d’autres cas de bloggeurs menacés pour leurs écrits et opinions, indépendamment du pays – les Etats-Unis sont ainsi également épinglés

Fraternité maghrébine

Il n’y a aucune ironie dans le titre. Je viens simplement de découvrir que ce blog et quelques autres blogs marocains figurent dans l’aggrégateur de blogs algériens. Ca fait plaisir et ça ne mange pas de pain, comme dirait Abderrazaq El Melhaoui (vous savez, le copain d’Abdelhaq Bolabola et la bête noire de Madame Tazi).

Par contre, le type de fraternité maghrébine qui ne fait pas du tout plaisir c’est:
1- Que nos frères tunisiens nous aient refilé Roger Lemerre;
2- Qu’après la suspension du droit d’émettre d’Al Jazira au Maroc, nos frères algériens (du moins ceux qui gouvernent ce pays) aient retiré l’accréditation des correspondants de l’AFP et de Reuters à Alger.
3- Les émeutesrévoltes populaires.

%d blogueurs aiment cette page :