Une Palestinienne de 50 ans tuée par un soldat israëlien alors qu’elle tenait un drapeau blanc

17mideast_6001
Entendu sur Al Jazeera. La victime, Rawhiya Najar, du village de Khuza’a, avait été sommée, ce mardi 13 janvier au matin, avec une cinquantaine de civils palestiniens, de quitter son logement – les maisons devaient être détruites par l’armée israëlienne. Alors qu’elle sortait de la maison avec un drapeau blanc, afin de permettre à sa famille de la suivre sans risques, elle fût abattue par balles par des soldats israëliens.

L’après-midi, une trentaine d’autres habitants avaient été sommés, par hauts-parleurs, de quitter leurs logements. Ayant fait environ une vingtaine de mètres, ce groupe de civils se vit tirer dessus par l’armée israëlienne – trois civils furent tués: Muhammad Salman Najar, 54 ans, Ahmad Jum’a Najar, 25 ans, et Khalil Hamdan Najar, 80 ans.

La version de Btselem:

13 Jan. ’09: Witness reports that Israeli soldiers shot woman waving white flag in Gaza Strip

A Palestinian who is besieged with his family in the Khuza’a area, in the south-eastern Gaza Strip, notified B’Tselem that soldiers had shot a woman waving a white flag and several civilians who were fleeing a bombed house on army orders.

Munir Shafik a-Najar, a resident of Khuza’a village, told B’Tselem’s researcher by telephone that as of 2.30 A.M., the army has been demolishing homes in his area, which lies near the border with Israel. The forces have been using gunfire to signal civilians to evacuate their homes.

This morning, Rawhiya a-Najar, 50, stepped out of her house waving a white flag, so that the rest of the family could leave the house and walk behind her. The witness reported that she was shot and fell. Neither family members nor rescue workers have managed to reach her to ascertain her condition, but she is still lying motionless where she fell.

This afternoon, the army announced on loudspeakers that residents are to leave their homes and walk to a school in the village center. Some 30 people left their houses carrying white flags. The witness reported that after they had walked approximately 20 meters, fire was opened at the group, killing three of his relatives: Muhammad Salman a-Najar, 54, Ahmad Jum’a a-Najar, 25, and Khalil Hamdan a-Najar, 80. Many others were injured.

The rest of the group took cover in a nearby house, in which there are currently 46 persons waiting to evacuate the premises and take shelter in the village school. B’Tselem has passed on the information at its disposal to the army and the Red Crescent.

Although B’Tselem cannot, at present, independently verify or disprove the witness’s claims, it believes their severity merits immediate notification of the media.

Précisions sur l’accusation de crime de guerre formulée par le chirurgien norvégien Mads Gilbert

Reda a demandé, dans les commentaires sous mon dernier billet, si les déclarations que j’avais reprises émanant du chirurgien norvégien Mads Gilbert étaient exactement celles du journal norvégien Aftenposten (entre parenthèses, c’est le journal de référence norvégien).

Je cite donc le passage de l’article en question, d’abord en version originale norvégienne, puis en version française, traduite par mes soins.

Version originale:

Familien hennes ble utslettet
_tittel_jpg_933903x1
Ni måneder gamle Joumena måtte amputere den ene armen. Elleve av hennes familiemedlemmer ble utslettet i et israelsk bombeangrep, ifølge den norske legen Mads Gilbert. FOTO: MADS GILBERT
Israelerne skal ha samlet hele familien i to hus. Deretter skal husene ha blitt bombet. Legen Mads Gilbert er sjokkert.OLAV RØLI

Angrepet skal ha skjedd i 8-tiden i dag tidlig, i landsbyen Zytom i Gaza. Israelerne skal ha samlet kvinner og barn i ett hus, mennene i et annet hus. Deretter skal tanks ha bombet husene.

– Dette er fattige bønder og har ingen forbindelse med Hamas. Hadde de hatt det, ville jeg ha fått vite det, understreker legen Mads Gilbert overfor Aftenposten.no. Gilbert er i Gaza sammen med lege Erik Fosse fra Norwac, og har meget god kontakt med det palestinske folket.

Han understreker at han ikke har kunnet undersøke husene, men har fått den sterke historien gjenfortalt av en rekke kilder. Deriblant bestemoren til barnet.

– Denne saken må få internasjonal oppmerksomhet, sier Gilbert.

Traduction intégrale et littérale:

« – Sa famille a été éliminée

Jomena, neuf mois, a dû être amputée d’un bras. Onze membres de sa famille ont été éliminés dans un bombardement israëlien, selon le médecin norvégien Mads Gilbert. PHOTO: MADS GILBERT

Les Israëliens auraient rassemblé toute la famille dans deux maisons. Ces maisons auraient ensuite été bombardées. Le médecin Mads Gilbert est choqué.OLAV RØLI

L’attaque aurait eu lieu à huit heures, tôt aujourd’hui, dans le village de campagne Zytom à Gaza. Les Israëliens auraient rassemblé femmes et enfants dans une maison, et les hommes dans un autre maison. Des tanks auraient ensuite bombardé la maison.

– « Ce sont des paysans pauvres et ils n’ont aucun lien avec le Hamas. S’ils en avaient, je l’aurais su », souligne le médecin Mads Gilbert en parlant avec Aftenposten.no. Gilbert est à Gaza avec le médecin Erik Fosse, et a un très bon contact avec le peuple palestinien.

Il souligne qu’il n’a pas pu examiner les maisons, mais cette forte histoire lui a été répétée par plusieurs sources. Parmi elles, la grand-mère de Joumena.

– « Cette affaire doit avoir un retentissement international », dit Gilbert.

Commentaires:
– j’ai essayé de faire une traduction littérale, sans adapter le style de la traduction française;
– éliminé-e-s est un euphémisme, en anglais on dirait « knocked out« ;
– je n’ai pas la date de l’article d’Aftenposten – je ne sais pas s’il date de dimanche, lundi ou mardi;
– Olav Røli est le nom du journaliste d’Aftenposten ayant recueilli les propos de Mads Gilbert;
– je n’ai traduit que la partie de l’article relatant le crime de guerre allégué par Mads Gilbert.

Si des lecteurs ont des informations complémentaires, ou des remarques sur la traduction, merci de me le faire savoir.

%d blogueurs aiment cette page :