« Morocco: negotiating change with the Makhzen » – un nouveau rapport sur le droit d’association au Maroc

La Fundación para las Relaciones Internacionales y el Diálogo Exterior (FRIDE) vient du publier un rapport, rédigé par une chercheuse allemande, Kristina Kausch, et intitulé « Morocco: negotiating change with the Makhzen« , rédigé dans le cadre des travaux du Club de Madrid.

Le rapport estime que la réputation de « libéralisme » tout relatif du Maroc par rapport aux autres pays du sud de la Méditerranée est surfaite:

Morocco compares very favourably throughout the region in terms of democratic achievements, and has often been held up as a model of Arab progressive political liberalisation by Moroccan authorities and international observers. Upon closer inspection, however, the picture of Moroccan democratic reform does not appear quite as bright. While King Mohammed VI and the government have implemented a number of very important and valuable reforms, these have remained selective, ad-hoc, and in many cases flawed and superficial. Most importantly, the concentration of all meaningful political power in the palace has remained untouched.

Surprise, surprise, le rapport met en évidence non seulement les failles du dahir de 1958 relatif au droit d’association, mais surtout à sa non-application et aux règles informelles qui continuent d’être appliquées par les autorités – en l’occurence le ministère de l’intérieur, en charge de l’enregistrement des associations:

Firstly, NGOs across the board described a large number of difficulties regarding the process of registration of an association, and its ability to freely develop its activities thereafter. While some of the difficulties were attributed to flaws in the law regulating public liberties, most were said to be rooted in the predominance of informal rules and the lack of practical implementation of legal provisions.

Vient ensuite le manque d’accès aux médias et lieux de rassemblement publics:

Secondly, the limited access of associations to the public sphere, both in terms of public assembly and in terms of access to a wider audience via independent broadcasting media, was harshly criticised. Unnecessary administrative hindrances and informal rules regulating free assembly, the persistent de-facto state control over broadcasting media, and the flawed legal framework for freedom of expression and the press were highlighted in this regard.

L’existence de lois anti-terroristes contestées, qui discriminent indirectement les islamistes et les séparatistes, est mentionnée:

Thirdly, security and anti-terror measures, and in particular the anti-terrorism law adopted in the aftermath of the 2003 Casablanca terrorist bombings, were said to essentially undermine human rights and fundamental liberties, among them freedom of association.The frequent discrimination or exclusion of some constituencies, in particular some Islamist and Saharawi groups, received special mention.

Comme d’habitude, la nullité radicale de la justice marocaine est considérée comme l’obstacle le plus sérieux à des réformes réelles dans le domaine de la liberté d’association:

Fourthly, the lack of independence of the judiciary as a guarantor and safeguard of all codified fundamental liberties was underlined by all interlocutors as an overarching problem, which must be solved before any legal amendments to specific laws can take meaningful effect. Efforts to establish a strong and independent judiciary must therefore be at the forefront of all reforms aimed at strengthening freedom of association.The judiciary, however, cannot be independent without an effective separation of powers in constitution and practice, paired with major efforts to combat the widespread corruption of judges.

On notera la fatuité assez risible de certains responsables marocains, flattés de se comparer favorablement à la Libye, la Tunisie et la Syrie:

According to some high government officials, Morocco’s comparatively advanced democratic reform process, and its modern approach to human development, are the subject of both envy and alarm in some of the less democratic and modern countries in the region, which have criticised Morocco for jeopardising their own internal stability. (…) Asked about the remaining challenges to freedom of association in Morocco, the Minister of the Interior replied he was “not aware of any particular problems”. (pp. 2, 8 )

Commentaire: someone should wake up and smell the coffee – Moroccans certainly do not compare their politics with those of Libya or Tunisia…

L’auteure du rapport en convient:

Especially since 9/11,which focused international attention on the value of democratic governance, foreign actors have seen Morocco as “one of the easy cases” which required comparatively little attention. At the same time, the Moroccan experience has increasingly been held up as a regional model for democratisation, even though political reforms have in fact remained ad-hoc, partly superficial, and have notably failed to establish any accountability of decision-makers vis-à-vis the citizens. (…) While liberalisation under Mohammed VI has partially widened the space for political debate, the mechanisms of democratic governance have hardly been further developed, and popular participation has remained largely superficial.(p. 2)

Elle relève notamment le sempiternel problème de la non-délivrance du recépissé de déclaration d’une association, non-délivrance qui permet aux autorités de court-circuiter le dahir de 1958 en prétendant que le demandeur n’a jamais déposé de déclaration officielle de création d’une association:

In the case that there are no legally founded objections, a definitive receipt must be issued within a maximum of sixty days. Otherwise, after 60 days have expired, the association may freely carry out its activities according to the declared statutes (art. 5). So in theory, if there are no legal grounds for rejection, the association is automatically legally registered. No such automatic legality, however, is provided if the authorities fail to provide the provisional receipt in the first place. In this case, associations remain without proof of having submitted the dossier, and without legal recourse. (…) While the government affirms such irregularities to be the exception rather than the rule, civil society representatives claim the opposite, saying that in the vast majority of cases (estimated at 90 per cent) associations that apply for registration do not get the required receipt upon submission of their dossier. In addition, denials of receipt are often based on grounds of public security, most notably the fight against terrorism, although the anti-terror law adopted after the 2003 Casablanca bombings does not provide any authorisation to do so.19(pp. 4, 9)

Le refus de création sur base idéologique est relevé:

Assessment of a registration dossier by the authorities must have as its sole objective the verification of the formal legality of the declaration. No evaluation on political grounds should take place. While Moroccan association legislation foresees legal assessment only, in practice the administration also revokes the legal status of associations depending on “problematic” activities. According to an official in the Ministry of the Interior, some associations have had their registrations revoked for being “too active or busy”. Again, vague formulations in the law help in justifying such actions. The groups and constituencies most affected by such discrimination are reportedly Islamist and leftist organisations, but also certain Berber and Saharawi groups. (p. 11)

Une fois n’est pas coutume, l’auteure consacre une part substantielle de son rapport au sort fait à al Adl wal ihsan, sans doute l’organisation politique marocaine la plus persécutée des pouvoirs publics à l’eheure actuelle, victime depuis 2006 de rafles et de procès collectifs à répétition, en l’absence cependant de toute violence de sa part:

As the rejection of the group’s status as a legally registered association has never been explicitly confirmed by a court ruling, the group continues to consider itself a legal association. In fact, the organisation was able to keep on developing its activities as usual and without major interference by the authorities until 2000, when the latter initiated measures to inhibit these activities (eg: summer youth camps, which were forbidden by court order). Official discourse by the Moroccan authorities explicitly calls the group an “illegal” and “unrecognised” organisation, and state agents persecute the movement and treat all of its activities (publications, associative activities, assemblies etc.) as illegal. (…) The de-facto illegality of Al Adl Wal Ihsane affects not only the movement’s members but also other organisations, and freedom of association in general, as any link to the group. For example, the participation of a member in an event or activity, almost automatically leads to the suspension of this activity. Human rights activists report cases where a neighbourhood association could not be founded because of a single Justice and Charity member living in the locality; and public roundtables organised by other NGOs being prohibited due to the participation of individuals linked to Al Adl Wal Ihsane. Letters of complaint that human rights associations have sent to the ministry, demanding explanation, received no response.

Une remarque critique sur ce rapport: l’auteure semble confondre la Cour internationale de justice et la Cour pénale internationale, à moins que ce soit ses interlocuteurs marocains (cf. pp. 19-20)…

Base de données de l’UNHCR sur les droits de l’homme au Maroc

Le site du Haut Commissariat des Nations-Unies aux Réfugiés contient une base de données extrémement intéressante, RefWorld. Cette base de données – anglophone – vise à fournir des informations de qualité pour permettre aux autorités nationales de prendre des décisions de qualité en matière d’asile. Il contient dès une quantité impressionnante d’informations, classées par pays, sur la situation en matière de persécution, de torture, etc.

Sur la page consacrée au Maroc, on trouve des rapports de l’US State Department (!), Human Rights Watch, RSF, The Committee to Protect Journalists, Amnesty International et de l’ONU, mais également des décisions et des jugements de tribunaux nationaux en matière d’asile concernant des demandeurs marocains – on y trouve ainsi des arrêts du Conseil d’Etat français, de la Cour fédérale canadienne, de l’Australia Refugee Review Tribunal, et de l’Immigration and Refugee Board of Canada.

Une vraie mine d’or, indispensable pour avoir une vue panoramique des rapports et documents internationaux sur la situation des droits de l’homme au Maroc.

Abdelhamid Amine (AMDH): le sombre bilan de l’IER

Lu sur l’excellent site de la revue française Mouvements, ce texte d’Abdelhamid Amine, SG sortant de l’AMDH (il a été remplacé à ce poste par Khadija Raydi).

Il dresse tout d’abord l’évolution des vingt dernières années:

J’essayerai ici d’exposer la politique du pouvoir face aux violations des droits humains (qui est, en fait, celle du palais, que le gouvernement se contente de suivre dans le domaine, comme sur toutes les questions sensibles), en distinguant son approche avant la création de l’Instance équité et réconciliation (IER) et après.

Avant 1999, le long combat des défenseurs des droits humains Jusqu’en 1990, des centaines de disparus sont séquestrés, avec autant de prisonniers politiques et de citoyens contraints à l’exil. À cette époque, le pouvoir nie les disparitions et même l’existence de prisonniers politiques, alors considérés comme des criminels de droit commun. Les droits humains sont alors perçus comme subversifs et leurs défenseurs considérés comme des personnes voulant nuire à la renommée du pays. Les membres d’Amnesty International en mission au Maroc sont filés, harcelés et parfois persécutés. Des libérations prématurées de détenus politiques peuvent avoir lieu par le biais de grâces royales qui jouent le rôle de soupape pour détendre l’atmosphère politique ; voilà tout ce que peut, à ce moment, concéder le pouvoir.

Après 1990, on constate un changement dans l’attitude à l’égard du dossier des droits humains – en rapport avec les luttes des forces démocratiques locales et les changements à l’échelle internationale : chute du Mur de Berlin et de l’Union soviétique, offensive de la démocratie libérale et montée en force du mouvement mondial des droits humains. C’est alors qu’au Maroc, le pouvoir abandonne son attitude hostile aux droits humains pour épouser un discours et des mesures en phase avec ceux-ci : création du Conseil consultatif des droits de l’homme (CCDH), d’un ministère et reconnaissance de ces droits dans le préambule de la Constitution de septembre 1992. Ces changements positifs, au niveau législatif, s’accompagnent de la libération de centaines de détenus politiques, du retour de la plupart des exilés et de la réapparition d’une bonne partie des disparus (Tazmamart, Kalaa Mgouna, etc.). Pour couronner le tout, un gouvernement d’alternance a été mis en place en mars 1998. Apparemment, Hassan II tenait à « clore » le dossier des droits de l’homme avant sa mort qu’il sentait proche.

A l’accession au trône de Mohamed VI (23 juillet 1999), les mesures de libéralisation se poursuivent avec un renforcement du discours favorable aux droits humains ; une instance indépendante d’arbitrage est mise en place pour l’indemnisation des victimes de violations graves et quelque 4 000 personnes en bénéficient. Tout cela n’empêche pas les victimes de ces violations graves des droits humains, l’AMDH et l’ensemble du mouvement marocain des droits humains, d’exprimer son insatisfaction quant au cours général du dossier.

Puis des critiques du travail de l’IER:

La faible collaboration de l’IER avec le mouvement des droits humains, dont la force et la dynamique sont incontestables au Maroc. Pourtant, les spécialistes de la justice transitionnelle, dont relève le processus IER, ne cessent d’insister sur la nécessaire collaboration des instances de vérité et d’équité, là où elles se trouvent, avec le mouvement de défense des droits humains comme une condition nécessaire au succès de la mission de ces instances ; au Maroc, l’IER n’a pas manqué d’exprimer ses réserves vis-à-vis du mouvement des droits humains dans son ensemble et les contacts avec l’Instance de suivi des recommandations du colloque ont plutôt été formels ; sans parler de l’hostilité déclarée de certains membres de l’IER à l’endroit de l’AMDH ; (…)

L’IER ne s’est pas donnée les moyens nécessaires (juridiques, politiques et pratiques) pour parvenir à la vérité, ne serait-ce que dans son aspect descriptif, des événements ; les dirigeants de l’IER, qui n’ont cessé de déclarer qu’ils bénéficiaient de l’appui royal, se sont finalement résolus à écrire dans leur rapport que certains responsables sécuritaires ont refusé de collaborer aux investigations. Quid alors de l’appui royal ?

Une remarque perfide sur le public-cible de l’IER:

les résultats des travaux de l’IER ont été très peu médiatisés à l’intérieur, en tout cas beaucoup moins qu’à l’étranger…

Amine est critique sur la recherche de la vérité opérée par l’IER, qu’il juge partielle et inefficace:

S’agissant de la vérité, l’IER a déclaré que 742 cas de présumés disparus ont été élucidés et que 66 cas restaient en suspens. Outre le fait que ce nombre est bien faible par rapport aux milliers de victimes dont le sort est resté inconnu, on notera que l’IER ne s’est même pas donné la peine de publier la liste des 742 et des 66 pour que l’opinion publique puisse savoir de qui, et de quoi, il s’agit. En outre, il a été déclaré que les investigations continueront pour atteindre la vérité sur les 66 cas restants ; mais rien n’a été révélé jusqu’ici par le CCDH qui a la charge de ce dossier.

Force donc est de constater que l’IER n’est arrivé qu’à des vérités limitées et partielles et que des dossiers entiers et des affaires importantes sont restés sans réponse : vérités partielles sur les dossiers de la répression et des soulèvements populaires de mars 1965 et de juin 1981 à Casablanca, de janvier 1984 dans les villes du Nord, du 14 décembre 1990 à Fès, mais black-out total sur la répression du Rif de 1958-1959 et sur les victimes de l’« opération Ecouvillon » [3] de 1958 – qui avait pour objectif de liquider l’armée de libération marocaine basée au Sud. Une autre affaire restée sans suite a eu lieu, en 1971, dans le Gharb : la révolte des Oulad Khalifa, réprimée dans le sang. Un colon français avait vendu ses terres à plusieurs paysans issus de cette tribu, avec l’aval du ministère de l’Agriculture ; mais ce bien leur fut arbitrairement repris pour être attribué à deux grands propriétaires, l’un n’étant que le prête-nom de la famille royale. Quand les paysans, non sans légitimité, s’élevèrent contre cette injustice, la réponse du pouvoir fut sanglante : les gendarmes tirèrent sur la tribu réunie, hommes, femmes et enfants.

Pas de révélations non plus sur des dossiers emblématiques comme celui de l’enlèvement et de l’assassinat de Mehdi Ben Barka et de Houcine Manouzi, ou ceux de la torture à mort de Zeroual et Tahani, de l’attentat contre Omar Benjelloun, ou encore du PF3, ce centre de détention secrète où sont enterrés de nombreux cadavres de disparus.

Puis Amine sa déception sur le dossier de l’impunité:

Pour ce qui est de l’impunité, qui a été rejetée dès le départ par l’IER, on aurait pu espérer – mais en vain – une recommandation de cette instance visant à écarter, même sans les nommer, les responsables des violations graves des postes que certains d’entre eux détiennent encore au niveau de l’État. On aurait pu espérer également une recommandation visant à restituer à ce dernier les richesses accumulées de manière indue, parallèlement aux violations graves commises.

On notera toutefois qu’un grand progrès a été enregistré sur la question de l’impunité à la fin des travaux de l’IER, puisqu’elle a préconisé la mise en place d’une stratégie de lutte contre l’impunité, ce qui revient à réhabiliter cette notion qui a été bien dénigrée au départ, lors de la plateforme constitutive de l’IER.

Amine reconnaît le caractère positif des recommandations de l’IER, mais estime qu’elles sont insuffisantes en l’absence d’une profonde réforme institutionnelle:

Mais des recommandations importantes ont été faites par l’IER pour que les violations graves ne se répètent plus. Il s’agit essentiellement du renforcement de la protection constitutionnelle des droits humains (notamment par la stipulation, au niveau constitutionnel, de la priorité des conventions internationales sur la législation interne), de la ratification d’un certain nombre de conventions (deuxième protocole facultatif, annexe au Pacte sur les droits civils et politiques concernant l’abrogation de la peine de mort, convention de Rome relative à l’adhésion à la Cour pénale internationale), et de la levée des réserves sur les conventions ratifiées – cas notamment de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination (EDAW), du renforcement de l’arsenal juridique en faveur de libertés individuelles et collectives, de la pénalisation des violations graves des droits humains, de la mise en place d’une stratégie de lutte contre l’impunité. Ce qui implique une remise à niveau de la politique et de la législation pénale, qui rende la justice marocaine indépendante, avec une bonne gouvernance dans le domaine sécuritaire et la promotion des droits humains, à travers l’éducation et la sensibilisation.

Toutes ces recommandations, prises séparément et globalement, sont positives et leur application peut contribuer à la protection et à la promotion des droits humains. C’est bien pour cela que l’AMDH et l’ensemble des mouvements des droits humains critiquent le retard quant à leur application et sont décidés à continuer le combat pour leur mise en œuvre.
Toutefois, l’AMDH estime que ces recommandations sont insuffisantes pour la mise en place des mécanismes d’édification de l’État de droit et d’une société de citoyen(ne)s, libres, égaux et solidaires, seul rempart contre les violations graves dans l’avenir.
La Constitution actuelle – non démocratique, à caractère autocratique et semi théocratique – ne peut être le cadre de l’édification de l’État de droit.

Il est donc nécessaire de mettre en place une Constitution réellement démocratique, qui reconnaisse la souveraineté populaire, la priorité des valeurs et normes des droits humains, l’égalité homme/femme, le gouvernement en tant que détenteur de l’ensemble du pouvoir exécutif, le Parlement en tant que pouvoir législatif unique, la justice indépendante, la séparation des trois instances législative, exécutive et judiciaire, ainsi que la séparation entre la religion et l’État. Il n’y a nulle trace de ces principes dans les recommandations de l’IER, qui resteront donc sans effet majeur sur l’édification de l’État de droit.

A lire.

Pour rappel, le rapport finale de l’IER est accessible ici.

%d blogueurs aiment cette page :