La Kabylie, Bengurion Taghine les juifs marocains et Israël – ou comment donner une mauvaise réputation aux théories de la conspiration

Il y aurait de quoi écrire sur la sympathie de certains militants amazighs radicaux – guère représentatifs – pour Israël, sur la base du principe « l’ennemi de mon ennemi est mon ami » – n’est-ce pas, Ahmed Adghirni (1)? Mais là, ça devient franchement ridicule: un complot – dévoilé par le torchon algérien Ennahar – regroupant Ferhat Mehenni, fondateur du Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK) – pour lequel je n’ai aucune sympathie, c’est une litote de le dire – la CIA, Israël, les juifs marocains et le judaïsme européen, sous l’ombre tutélaire de la France…

Comme je l’ai écrit chez Maghreb Politics Review, il ne manque que les chiites, Bob Ménard et Moulay Hicham…

Par ailleurs, toujours chez Maghreb Politics Review, le post le plus complet du web sur le psychodrame des parlementaires nomades du PAM de moul traktor, dû à alle.

(1) Cf Tel Quel n° 304 du 29/12/2007:

Adghirni. I love Israël

Le trublion amazigh a brisé le tabou de la normalisation avec Israël, en se rendant à Tel Aviv du 17 au 20 décembre. Ahmed Adghirni était invité par l’Organisation de la sécurité et de la coopération en Europe en tant que président du Parti démocratique amazigh marocain, une formation non reconnue par le ministère de l’Intérieur. Objet de l’invitation : un séminaire sur “La tolérance et l’antisémitisme”. Adghirni était d’ailleurs accompagné par un de ses camarades au sein de l’association d’amitié entre les juifs et les amazighs. “Nous avons assisté aux débats généraux et n’avons pas eu de contacts privés avec les Israéliens”, nous a déclaré le militant berbère.

%d blogueurs aiment cette page :