Quand ce qui n’est pas dit est plus important que ce qui est dit

On n’apprend autant par ce qui n’est pas dit dans cette nécrologie de Haaretz que par ce qui y est dit. Voici ainsi un passage consacré à David Kimche, ancien du Mossad et diplomate, d’origine britannique, qui vient donc de nous priver de sa présence parmi nous:

During the 1950s, Kimche was involved in exposing Avri Elad, an Israeli intelligence officer who betrayed his comrades and enabled the Egyptian security services to arrest a network of local Jewish youths working for Israeli intelligence. Two of them were hanged. Kimche was in Germany in 1957, attempting to recruit a German with a Nazi background in order to send him to Egypt to spy for the Mossad, when he learned of Elad’s relations with the Egyptian military attache in Germany. This discovery led to Elad being investigated. Eventually, he was arrested and sentenced to 10 years in prison.

Vous aurez complété de vous-même: les deux jeunes Egyptiens juifs, Moshe Marzouk et Shmuel Azrar, travaillant pour le Mossad arrêtés et exécutés l’ont été pour avoir posé des bombes dans des lieux publics fréquentés par des Juifs égyptiens, afin de leur faire craindre pour le sécurité et de les faire partir pour Israël. C’est la fameuse affaire Lavon, qui déclencha un scandale politique de tout premier ordre en Israël. Du terrorisme, quoi, mais attention hein: pour la bonne cause.

%d blogueurs aiment cette page :