KHamas, dit-elle

avital-leibovich
Avital Lebovich, la major israëlienne, porte-parole du ministère israëlien de la guerre (on dit défense aujourd’hui, et on était moins pudique au XIXeme où leur nom officiel était ministère de la guerre) qui parle en uniforme à la télé, et qui a déclaré hier « je suis une civile, et je ne garde pas des roquettes dans ma cave, moi » (certes non, l’armée israëlienne le fait pour elle, et si la Palestine était un Etat ayant une armée les résistants palestiniens pourraient se lancer dans des duels aériens, des combats navals et des échanges d’artillerie), est taclée par la journaliste d’Al Jazeera. Comme tous les porte-paroles israëliens, et comme par ailleurs les ministres des affaires étrangères et éditoriaux amis et alliés, elle fait porter la responsabilité de la guerre contre Gaza au Hamas. La journaliste lui rétorque que c’est l’armée israëlienne qui bombarde Gaza, pas le Hamas. La civile en uniforme lui sort une de ces phrases pré-mâchées par les conseillers en com’, sans répondre à la remarque de la journaliste. Le gouvernement israëlien devrait par ailleurs faire prendre des cours chez un orthophoniste à tous ceux de ses porte-paroles parlant aux médias étrangers, du moins à Al Jazeera, pour qu’ils arrêtent de prononcer Hamas Khamas (ou Hezbollah Khezbollah). Etonnant d’ailleurs que même le porte-parole Regev, qui a un accent faiblement australien, prononce également Hamas de cette manière – un Australien pourrait-il me dire si c’est là l’accent de Perth ou d’Adelaïde?

Christopher Gunness de l’UNRWA dément formellement la propagande gouvernementale israëlienne selon laquelle il n’y aurait pas de crise humanitaire à Gaza.

Tous les travaillistes britanniques ne sont pas pétris dans la même boue browno-blairiste. Le MP travailliste Jeremy Corbyn dénonce la guerre israëlienne comme « irrationnelle et illégale« , et la réaction des pays occidentaux comme pathétique et embarassante.

Un « expert » militaire israëlien, Jonathan Spyer, présenté comme « chercheur« , se voit aussi présenté par l’animateur d’Al Jazeera comme ayant participé comme soldat à la guerre israëlienne contre le Liban en 2006. Excellent: trop rarement les experts sont présentés de manière complète – on dira qu’ils sont « chercheurs » dans un « centre d’études« . Le chercheur est mis à mal par l’animateur, qui rappelle que Khaled Meshaal lui a déclaré à l’antenne, en 2006, que le Hamas était prêt à la paix sur la base d’un retrait israëlien aux frontières de 1967. Il déclare de manière jubilatoire, l’oeil brillant de plaisir, avoir des amis au Fatah (quelle surprise…) qui approuvent la guerre contre Gaza, et qui auraient dit « c’est la vengeance d’Allah » (je sais, on dirait un mauvais film d’action, mais ce sont ses propos).

%d blogueurs aiment cette page :