Julien Salingue: « A quoi sert un Etat palestinien sans souveraineté palestinienne? »

Une remarque intéressante de Julien Salingue, dans un entretien accordé à L’Express:

Le principal enjeu de la Palestine, c’est la souveraineté, politique et territoriale. Elle peut toujours être reconnue par 191 Etats, mais elle n’est pas souveraine. Une partie de son territoire est toujours occupée par Israël, et le fait d’être un « Etat » ne réglera pas la question des réfugiés ou des Palestiniens discriminés en Israël.

Il ne croit pas si bien dire: il y a même des entités reconnues en tant qu’Etat qui ne recouvrent aucune réalité – la RASD par exemple, reconnue par une quarantaine d’Etats et membre de l’Union africaine mais qui n’exerce aucune souveraineté…

Tel père, tel fils, même en Palestine

abbas1
La défense inconditionnelle de la cause palestinienne est en de bonnes mains:

Yasser Abbas, the son of Palestinian Authority President Mahmoud Abbas, revealed this week that he’s a self-made millionaire who started his own business shortly after the signing of the Oslo Accords.

In an interview with the Dubai-based Al-Aswak.net economic magazine, Abbas’s son, who was named after former PA leader Yasser Arafat, also declared that « a majority of Palestinians, » including himself, « collaborate with Israel. »

Le devouement a la cause ne paie pas:

In the interview, the first of its kind, the 46-year-old Yasser, who is a Canadian national, claimed that 25 percent of his income went to the PA budget. In return, he said, the PA government had never offered him so much as a free airline ticket or one pill of Aspirin for his daughter. (…)

The son also revealed that he owns a number of companies (Falcon Trading Group) with an annual income of $35 million. He complained, however, that he had never received any privileges due to the fact that he’s the son of the PA president.

Sa contribution à l’édification d’une société palestinienne libre et indépendante est indéniable:

One of his smaller companies, Falcon Tobacco, has a monopoly over the marketing of US-made cigarettes such as Kent and Lucky in the West Bank and Gaza Strip, he added.

Son engagement pour une économie palestinienne indépendante et forte est inflexible:

Asked if he was doing business with Israelis, Yasser replied: « How can you get merchandise into the Gaza Strip if the Israeli and Palestinian ministers of economy don’t talk to each other? Dozens of Hamas supporters are receiving medical treatment in Israeli hospitals. Most Palestinians collaborate with Israel, while the rest live on the rain. »

Par ailleurs, je vous rappelle qu’Abbas sr vient d’avoir une conversation des plus chaleureuses avec le militant pacifiste israëlien Benyamin Netanyahu:

JERUSALEM (CNN) — Palestinian Authority President Mahmoud Abbas telephoned Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu on Sunday, and the two enjoyed a « warm and friendly » conversation, Netanyahu’s office said in a statement.

During the talk, Netanyahu « recalled the cooperation between them — and the talks that they held — in the past, and noted that he intended to do so again in the future in order to advance peace between Israel and the Palestinians, » the statement said.

Abbas wished Netanyahu a Happy Passover, and agreed that both sides need to work toward peace.

Self-explanatory, comme disent les juristes anglais.

Selon le cheikh al islam Shimon Peres, la confrontation entre sunnites et chiites est inévitable

swisstxt20070126_7469321_3
Dans une récente fatwa, Shimon Peres a tranché – « le conflit entre le Moyen-Orient sunnite et la minorité iranienne qui tente d’en prendre le contrôle est inévitable« :

« The collision between the Middle East, which is Sunni Arab, and the Iranian minority that seeks to take it over, is inevitable » (…)

« Sooner or later, the world will discover that Iran has the aspiration to take over the Middle East and that it posses colonial ambitions »

Toute ressemblance avec un autre pays de la région serait purement fortuite.

Bon, j’ai essayé de poursuivre un peu plus loin dans le persiflage, à la mode d’un Fhamator ou d’un Zakaria Boualem mais je dois avouer mon pitoyable échec en arrivant au passage suivant, devant lequel même le satiriste le plus motivé ne peux que baisser les bras:

Earlier Monday, Peres told Palestinian President Mahmoud Abbas on Monday that Israel hoped every nation in the Middle East would attain freedom.

« The people of Israel want peace, » Peres told the Palestinian leader by phone. « On the eve of the festival of Pesach, we are all praying for peace and freedom for every people in the region, and one must not lose hope on the way to peace. »

Pesach, or Passover, is a Jewish holiday commemorating the Israelites’ escape from enslavement in Egypt; as such, it is also known as the « Festival of Freedom. »

Abbas, who called Peres, said: « I want to wish you and the people of Israel a happy Pesach holiday. »

Il y a eu Elie Semoun et Dieudonné, il y a désormais Shimon et Mahmoud.

Voltes-faces, ou qui a dit que l’opinion publique n’existe pas?

Abdallah Abdallah, un dirigeant et député du Fatah en Cisjordanie, tient un discours unitaire. Il dément fermement que le Fatah serait prêt à rentrer dans Gaza sur les chars israëliens; il prétend qu’Israël ne souhaite pas que l’Autorité palestinienne (ce par quoi il faut entendre le Fatah) s’installe à Gaza. Ce n’est pas ce qu’ont dit les porte-paroles du gouvernement israëlien interviewés sur Al Jazeera, ni Ehud Barak lors de son discours hier. Et ce n’est pas conforme avec les premières réactions du Fatah au début de la guerre contre Gaza, qui, tout comme Israël, faisaient porter toute la responsabilité au Hamas.

Abdallah Abdallah a rajouté que les militants du Fatah à Gaza se battaient avec ceux du Hamas contre l’invasion, et que les Palestiniens tués en Cisjordanie ces derniers jours étaient tous des militants de Fatah.

Il y a eu ces derniers jours de nombreuses manifestations, y compris à Ramallah, fief du Fatah, appelant à l’unité et dénoncant sans aucune ambiguïté la guerre d’agression israëlienne. La révolte, en Palestine et même dans le reste du monde arabe, où Abou Mazen et ses complices arabes sont désormais ouvertement traités de supplétifs israëliens. L’influence des réactions de l’opinion palestinienne, arabe et mondiale est évidente. Il faut avoir entendu le sheikh Hamad de Bahreïn appeler à une action diplomatique arabe unifiée contre Israël, et critiquer l’Egypte, pour se rendre compte que les opportunistes les moins fermés aux choses de l’esprit sentent passer le vent du boulet.

Même le Jerusalem Post, proche du Likoud, reconnaît que les divisions sont fortes au sein du Fatah, où même des ministres du Fatah se sont révoltés:

Fatah: Let us help you fight Israel in Gaza
By KHALED ABU TOAMEH
RAMALLAH
Jerusalem Post Jan 2, 2009 0:11 | Updated Jan 3, 2009 2:13

Fatah operatives in the West Bank on Thursday criticized the Palestinian Authority leadership and accused its representatives of failing to take a « tough stance » against the current IDF military operation in the Gaza Strip.

One of them, Ziad Abu Ein, a deputy minister in the PA, called on Hamas to return the weapons it had confiscated from Fatah members in the Gaza Strip so they could help in fighting against the IDF during a ground offensive.

Abu Ein said Fatah had about 70,000 loyalists in the Gaza Strip, many of them former members of the PA security forces, who were prepared to repel an Israeli incursion.

Meanwhile, a senior aide to PA President Mahmoud Abbas launched a scathing attack on Hamas and accused it of being a puppet in the hands of Iran. He also denied allegations by Hamas and other Palestinians that Abbas was planning to return to the Gaza Strip « aboard an Israeli tank. »

Some Fatah representatives went as far as accusing the PA leaders of « collusion » with Israel to get rid of the Hamas government so they could return to the Gaza Strip.

The Fatah members, who spoke on condition of anonymity, pointed out that the PA leadership here had banned all forms of demonstrations in support of Hamas in the West Bank.

« They allowed people to demonstrate in the first two days, but then started cracking down on the demonstrators, » said a senior Fatah official. « You’re permitted to demonstrate only if you promise to refrain from voicing your support for Hamas. »

The Fatah official and some Palestinians told The Jerusalem Post that Abbas’s forces in some West Bank cities had forced merchants who were on strike to open their businesses. The strike was organized by various Palestinian factions in protest against the ongoing war in the Gaza Strip.

Another Fatah official said it was « ironic and sad » that people were demonstrating in Tokyo and London against the Israeli offensive while the PA was trying to halt such protests out of fear that they would turn into pro-Hamas rallies.

The criticism against Abbas and the PA leadership is a sign of growing divisions inside the ruling Fatah faction over how to relate to the anti-Hamas IDF campaign.

Senior Fatah members – including Marwan Barghouti, the top Fatah operative who is serving life terms in Israeli prison – are said to be « enraged » with the way Abbas is handling the conflict.

In messages to the PA leadership, some of the senior Fatah figures threatened to come out in public against Abbas unless he took « real » steps to exert pressure on Israel to halt the offensive. One of their primary demands was that Abbas suspend peace talks with Israel and stop security coordination with Israel and the clampdown on Hamas members in the West Bank.

Moreover, the Fatah officials demanded that Abbas release all Hamas detainees from his prisons and agree to the resumption of reconciliation talks with Hamas.

The Fatah officials are worried that the IDF operation will make their leaders appear as if they were collaborating with Israel. The Arab media has been full of unconfirmed reports suggesting that the main goal of the Israeli operation is to pave the way for the return of Abbas’s men to the Gaza Strip after they were kicked out in the summer of 2007.

On Thursday, the secretary-general of the Damascus-based Democratic Front for the Liberation of Palestine, Nayef Hawatmeh, joined Hamas in claiming that some Arab leaders, including Abbas, had apparently given Israel a green light to launch its attack.

While some Fatah members appeared to be unhappy with the IDF operation, others expressed hope that Israel would destroy Hamas.

« I have no sympathy for Hamas because of what they did to our Fatah brothers in the Gaza Strip, » said a Fatah activist in the nearby Al-Amari refugee camp. « They brought this disaster on themselves because of their crimes against our people. We will never forget what they did to us. »

Senior PA officials here strongly denied Hamas allegations that Abbas had established an emergency room to prepare for the return of his loyalists to the Gaza Strip after the collapse of the Hamas government.

Tayeb Abdel Rahim, a senior adviser to Abbas, accused Hamas of spreading « lies » and of incitement against the PA leadership. He admitted, however, that the PA had formed a special committee « to follow up on the situation in the Gaza Strip. »

The attack on Hamas was the fiercest by a top PA official since the beginning of the IDF operation. It came despite an order issued by Abbas earlier in the day banning PA and Fatah representatives from openly criticizing Hamas and Islamic Jihad.

« The Hamas leadership has disappeared, and someone needs to look after the Palestinians, » he said. « What’s wrong with the establishment of a committee to follow up on what’s happening in the Gaza Strip? Mahmoud Abbas is the president of all the Palestinians, and it’s his duty to follow up on the situation on all levels. »

Abdel Rahim denied allegations by Hamas that the PA was providing Israel with information about the whereabouts of Hamas leaders and the location of security installations.

« The information is coming from within Hamas’s ranks, » he charged. « Hamas has been infiltrated [by Israel]. »

He also denied that Fatah had set up special cells of its supporters in the Gaza Strip to help Israel get rid of Hamas and to prepare for the return of the PA.

The PA official accused Hamas of serving Iran’s agenda and of seeking to marginalize the role of Egypt, Saudi Arabia and other Arab countries in the region.

« Hamas is trying to turn this conflict into a card in the hands of the Iranians so that Teheran could later use it in negotiations with the Americans, » he said. « The Iranians want to appear as if they have influence in the region. »

Accusing the Hamas leaders of being « arrogant and political idiots, » Abdel Rahim said the Islamist movement did not believe that Israel would attack the Gaza Strip out of fear for the life of kidnapped IDF soldier Gilad Schalit and because of the upcoming general elections in Israel.

He also condemned Hamas Prime Minister Ismail Haniyeh for declaring that Hamas would not succumb even if the entire Gaza Strip were wiped out.

Les porte-paroles israëliens citent Abou Mazen et les gouvernements arabes à l’appui de leur propagande

Sur Al Jazeera, Osama Hamdan, porte-parole du Hamas à Beyrouth, a mélangé le meilleur – en indiquant la continuité de la violence israëlienne, qui a fait des centaines de mort avant la présente guerre contre Gaza, en soulignant la disparité entre la non-reconnaissance des droits palestiniens et l’exigence de la reconnaissance du droit d’Israël à exister – et le pire – la violence israëlienne est dans leurs gènes et dans leur sang. Ila fait les promesses habituelles d’apocalypse, dont on sait pertinemment que le Hamas n’a pas les moyens de réaliser. Ce n’est pas avec lui que le Hamas remportera des victoires médiatiques.

La meilleure prestation palestinienne, avec celle de Marwan Bishara à Washington en tant qu’analyste d’Al Jazeera, est celle de Mustafa Barghouti. Bishara a souligné que les agressions militaires israëliennes, en 1978, 1982, 1987 (la première intifada), 1996, 2000 ou 2006, n’ont rien résolu. La citation du jour est la sienne: « tous les pays du monde ont le droit de défendre leurs citoyens, mais aucun pays n’a le droit de défendre son occupation. Les Palestiniens ont droit de se défendre, mais pas en tirant des roquettes contre des cibles civiles ».

Barghouti, candidat malheureux contre Abou Mazen aux présidentielles de 2005, a également bien montré les incohérences et hypocrisies de la version israëlienne des faits, et ce en dépit d’une erreur factuelle initiale, lorsqu’il a dit que le bombardement de Gaza, un territoire qu’elle contrôle et qu’elle occupe, était sans précédent depuis la répression allemande de l’insurrection du ghetto de Varsovie – il y a hélas d’autres exemples, du Sri Lanka à la Tchétchénie en passant par le Congo et le Soudan. Il a très clairement montré la disparité des moyens, et surtout l’incohérence des exigences des alliés arabes et occidentaux d’Israël, qui exigent désormais « l’unité palestinienne » – autour d’Abou Mazen bien entendu… – alors qu’ils avaient appliqué ou accepté l’embargo israëlien contre Arafat de 2000 jusqu’à sa mort, alors même qu’il y avait alors une union nationale palestinienne entre les factions, du Hamas à Fatah en passant par le FPLP. Il a demandé qu’Abou Mazen cesse tout contact avec Israël, et indiqué que le problème fondamental n’est pas le terrorisme, mais la colonisation et l’occupation (bien évidemment, l’occupation de Gaza n’a jamais cessé, comme l’ont constaté ONU et Croix Rouge).

Les différents porte-paroles israëliens ont fourni une prestation assez amusante. Il y a tout d’abord la blondasse porte-parole de l’armée israëlienne, la major Avital Leibovich, en uniforme, et déclarant, en réponse à une question du journaliste d’Al Jazeera sur les victimes civiles à Gaza, « je suis une civile et je n’ai pas de roquette dans ma cave« …

Il y a eu ensuite deux porte-paroles – le premier, avec l’air avenant d’un commissaire politique de l’Armée rouge sous Staline, représentait je ne sais plus trop quel ministère. Le second, un australien à en croire son accent, représentait la primature israëlienne.

Alors que le premier disait que le fait que des roquettes touchent encore Israël n’affectait en rien le succès de l’opération, aux objectifs plus larges: l’éradication « des structures terroristes » du Hamas – en gros, sa destruction en tant que mouvement, avec sans doute la destruction de la moitié des Palestiniens ayant voté pour lui, le second porte-parole insistait au contraire pour dire que seule la fin des tirs de roquette était visée par la guerre contre Gaza. Le journaliste le lui a fait savoir, citant Ehud Barak qui a parlé d’un « changement significatif de la situation à Gaza« , sous-entendu le renversement et la fin du Hamas en tant qu’autorité – si ce terme est adéquat – publique palestinienne, et d’une opération sur le long terme. Je doute qu’une guerre terrestre qui durerait jusqu’aux élections législatives israëliennes de février fasse plaisir aux électeurs israëliens, qui préfèrent les massacres par bombardements aériens.

L’harmonie était cependant de retour lorsque les deux porte-paroles parlaient de la nécessité de voir revenir le Fatah au pouvoir à Gaza, et lorsqu’ils ont cité à l’appui de leurs dires sur la responsabilité du Hamas dans le déclenchement de la guerre tant Abou Mazen que les gouvernement arabes.

Barack Obama a enfin trouvé des musulmans avec qui il accepte d’être pris en photo

Vous vous rappelez du meeting de campagne de Barack Obama où deux filles voilées avaient été empêchées de prendre place derrière le pupitre de Barack Obama, afin d’empêcher qu’elles apparaissent sur les photos officielles du meeting. Barack Obama avait dû s’en excuser auprès des deux électrices concernées.

Je suis heureux néanmoins d’informer son important fan club marocain que Barack Obama a accepté de poser auprès de deux musulmans lors de son récent voyage au Moyen-Orient – « Obama finally found a Muslim with whom he’s willing to be photographed« , comme l’écrit la percutante chroniqueuse « libérale » (au sens étatsunien du terme) du New York Times, Maureen Dowd.

Tout d’abord, le mari de cheikha Ghania, a.k.a. « the Playstation King« , le roi Abdallah II de Jordanie, qui lui a fait montre de ses talents d’homme civilisé en le conduisant lui-même à l’aéroport.

Ensuite, Abou Mazen (tout commentaire superflu).

Ah, ça fait plaisir, non?

%d blogueurs aiment cette page :