Abdellah Taïa: « Faut-il avoir peur des islamistes? La réponse est très simple: non! »

Pour rester dans la lignée de Femmes du Maroc, voici la réaction de Abdellah Taïa, écrivain homosexuel engagé – je n’oublie pas sa prise de position courageuse en faveur de Nadia Yassine, pourtant aux antipodes de ses idées et de son mode de vie:

Le monde arabe est entré sérieusement dans la révolution, et grâce à des jeunes Arabes très courageux, le mur de la peur est tombé. Les esprits, au Maroc comme au Yémen, se sont ouverts. Une conscience politique est née. Pour toujours.

Aujourd’hui, on assiste à la victoire des partis islamistes en Tunisie, au Maroc et en Egypte. Et, erreur, la question de la peur est en train de revenir. Faut-il avoir peur des islamistes? La réponse est très simple: non! On sait d’avance que ce ne sont pas ces derniers qui vont continuer le travail de la libération de l’individu arabe, l’hétérosexuel comme l’homosexuel. La société civile, les partis de gauche, les jeunes révolutionnaires vont et doivent résister davantage, continuer leur lutte, poursuivre leurs buts: la laïcité, la justice, la répartition des richesses, la dignité et la culture pour tous.

L’espoir est dans nos coeurs arabes et révoltés. Les islamistes ont gagné « démocratiquement ». Il ne faut surtout pas les diaboliser. Il faut leur demander simplement de tenir leurs promesses électorales. Ne pas s’adresser à eux comme s’ils étaient plus forts que nous, les citoyens. Le gouvernement doit être au service du peuple, et non l’inverse.

Les jeunes du mouvement du 20 février ont ouvert une grande porte au Maroc. On n’a pas le droit de les laisser tomber. (Femmes du Maroc, janvier 2012)

Mon respect pour Abdellah Taïa s’accroît de jour en jour.

Publicités

And now, Morocco

The revolutionary ignition of the Arab world initiated by the Tunisian revolution and fueled further by the extraordinary Egyptian revolution is a fact, as much as a sceptic like me would like to tone down the enthusiasm. Forget the diversions around the role of social media or the shameless fear-mongering about the role played – or not – by islamist movements, whether it be Ennahda in Tunisia or the Muslim Brotherhood in Egypt. These are mere side attractions. The main factor at play here is psychological – the sudden recognition among the people that they can actually change their situation. Previous protests in Morocco since 1999 have been marginal, save the popular marches in 2000 for – and against – the reform of family law on March 12, 2000 (I’ll leave aside the very substantial popular protests against the Israeli 2002 offensive in Palestine and the 2003 US-led invasion of Iraq, which drew millions of protesters across Morocco). The 2000 pro- and anti-Moudawana reform protests were however limited in scope and did not touch the overall political situation or equilibrium.

Since then, Morocco has sometimes experienced very localised popular protests – Sefrou in 2007, Sidi Ifni in 2008 and Laayoune last November spring to mind. These protests, although prompted by universal ills (unemployment, lack of housing, protests against abuse of power), have all been geographically limited – manifestations of solidarity mainly took place on the cyberspace, save for the usual AMDH solidarity protests in front on the Parliament building in Rabat.

What is moving the protesters? Well, it’s not as though Moroccans lack cause for protests against their ruler(s). While the UNDP’s human development index has improved slightly (Morocco ranks a lowly 114th, up though from 124th in 2005) , Morocco’s achievements are still abysmal. On the political front, the initial moves towards deepening liberalisation taken under King Mohammed VI’s first few years on the throne have now long stalled, and the régime is in full reverse gear. The Palace’s smothering control of the political and parliamentarian scene has made partisan politics irrelevant, while the cronyism of close associates to the King (Fouad Ali el Himma, de facto leader of  upwardly mobile Parti authenticité et modernité (PAM) a.k.a. « the King’s shadow« , or Mounir Majidi, in charge of the Palace’s ever increasing economic and financial interests) fuels cynicism, disillusion and anger. The absolute fraud that is Morocco’s judiciary merely compounds the twin problems of corruption and repression that have beset Morocco since independence.

Reading the little that’s left of independent media, plus the much freer social networks and blogosphere, disillusion seems to have spread, trickling down into foreign media reports and marring the undeservedly positive image initially created around King Mohammed VI. While this disillusion is definitely a minority taste in Morocco today, the revolutionary wildfire that has spread has put at the forefront an issue most people would have thought reserved to the ravings and musings of bloggers and human rights activists: constitutional reform.

Morocco’s successive constitutions have invariably been granted – « constitution concédée » as they say in French – by the King, with no input from elected representatives of the people. The low legal quality of Morocco’s Constitution, in substantial terms, is worsened by the very little respect paid to it by the executive and the judiciary. Except for article 19, which sets out the King’s special standing as « Amir al muminin » (« Commander of the Faithful« ), the rest of this shoddy constitutional text is of no or little import to Morocco’s political or legal life. Among the protesters’ claim is therefore a demand that an assembly be elected to draft a new Constitution, to be then adopted – or not – by referendum. The last time this demand was at the forefront was prior to the widely decried 1962 constitutional referendum – radical constitutional reform, with severe curtailment of executive (and royal) power and strong guarantees for civil liberties and judicial independence.

The stagnation affecting domestic politics is rendered more difficult by the stark slide in Morocco’s international standing: while Morocco is now entirely absent from the Arab and Middle Eastern scene, the Sahara dispute is still ongoing, with no final issue at hand. The official chatter surrounding Morocco’s autonomy plan has remained just talk, with no concrete steps being taken to move decisively on a final settlement allowing for this territory to be internationally recognised as part of Morocco while being granted the widest autonomy – and the Gdim Izik (Laayoune) riots last November should really be seen as a last warning shot.

And I haven’t even mentioned the economic situation, with ever-growing trade unbalance, unemployment, and tepid growth (Egypt has had higher growth the last few years than Morocco)…

But none of this is really new – so why all the fuss over the planned February 20 protests? Simply because it has now dawned on Arab peoples that they no longer have to consider dictatorship as a fact of life. There is no reason why this spreading realisation would not reach Morocco – and the fact that trade-unions, islamists, leftists, facebookers, bloggers and even a royal prince have expressed support for the protests speaks volume, and is a substantial departure from earlier protests, either of a local or a partisan nature. There’s a substantial difference though – contrary to Tunisia and Egypt, and maybe Libya, there is simply no discernable popular traction for a régime change implying an overthrow of the monarchy or of the King – the only public supporters of republicanism in Morocco I have heard of are leftist Abdellah Zaazaa and islamist Nadia Yassine, none of whom have actually tried to act on their ideas. The objectives of the February 20 protestsaren’t timid though: democracy and democratic institutions are the aim, whether the head of state be called king or president, something to which I am personally indifferent (I’ve found last year’s republican trend among Swedish talking and writing classes – contemporaneous with Princess Victoria’s wedding – to be an impressive exercise in collective futility and sterile posturing).

I therefore personally support this day of protest, which I hope will mark a decisive stage in the democratisation of Morocco: this is our country, the rulers only rule because we let them – never ever let them forget that.

For updates on the February 20 protests, look here:

– Issandr el Amrani has clever posts on the protests, here and here;

– The Guardian’s Giles Tremlett: « Morocco protests will test regime’s claims to liberalism« ;

– The official February 20 Facebook group;

– On Twitter, follow @mamfakinch and @Hisham_G 

– An independent Moroccan newsportal is devoted to the event – Mamfakinch (also on Facebook)

Ce que je pense du réferendum suisse interdisant les minarets

Donc les Suisses ont par votation populaire interdit, à 57% des suffrages exprimés, interdit que les mosquées en Suisse soient dotées de minaret. Tous les cantons suisses ont voté pour l’interdiction, à l’exception de trois des quatre cantons francophones que sont Genève (probablement la ville la plus cosmopolite de Suisse, en raison de la présence de l’ONU et de l’OMC, et qui a le plus à perdre avec son importante clientèle des pays du Golfe, et qui a voté non à 59,7% – si vous boycottez la Suisse, ne boycottez en tout cas pas Genève), le canton de Vaud et Neuchâtel (le Jura est le seul canton francophone à avoir voté pour, ainsi que le canton italophone du Tessin, les quatorze cantons germanophones, les trois cantons bilingues français/allemand et le canton trilingue des Grisons).

Quelques réflexions en vrac, et je regrette par avance de ne pouvoir éplucher la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme pour juger de la conformité de cette prohibition avec la liberté de religion prétendument protégée par l’article 9 de la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH).

  1. En soi, l’interdiction d’ériger des minarets au-dessus des mosquées suisses n’est pas à proprement parler scandaleuse. Je me rappelle que lors de la discussion de l’édification de la superbe grande mosquée de Stockholm à Björns trädgård (Medborgarplatsen), il fût très tôt convenu entre Islamiska förbundet i Sverige (l’Association islamique de Suède, une des associations musulmanes de Suède) et la ville de Stockholm que la mosquée n’aurait pas de minaret surélevé, mais qu’une des tourelles existantes sur ce bâtiment vieux d’une centaine d’années tiendrait lieu d’un minaret, purement décoratif puisque l’adan n’a bien évidemment pas lieu en dehors des locaux de la mosquée. Je ne suis pas sûr que le fait d’avoir un minaret soit imposé par le Coran ou la Sunna, mais allahou alem. La loi scélérate française permettant l’exclusion de l’école de filles voilées (et également de garçons sikhs portant le turban rituel) est objectivement infiniment plus attentatoire aux libertés individuelles que cette interdiction des minarets.
  2. Mais bien évidemment, aucune décision ou déclaration politique ne peut être appréciée abstraction faite de son contexte. De la même façon qu’un blague juive est plus marrante quand elle est racontée par Woody Allen que par Dieudonné, l’interdiction de minarets a une autre signification lorsqu’il fait suite à une initiative explicitement islamophobe avec un débat public et médiatique à l’avenant, que lorsqu’il s’inscrit dans le cadre d’une négociation entre l’autorité municipale en charge de l’urbanisme et le propriétaire d’un bâtiment.
  3. Le contexte suisse est celui désormais tristement banal – pensons aux Pays-Bas, où certains souhaitent suivre l’exemple suisse, ou au Danemark – d’un pays relativement libéral (encore que la Suisse ait eu des problèmes à traiter correctement ses travailleurs immigrés, notamment italiens) voire multiculturel (la Suisse compte quatre langues officielles et est historiquement partagée entre catholiques et protestants) virant, sous l’effet conjugué de la crise et du 11 septembre, vers une xénophobie et tout particulièrement une islamophobie de plus en plus clairement affichée: l’UDC, parti de droite islamophobe et xénophobe derrière l’initiative populaire de ce dimanche dernier, veut poursuivre plus loin sa politique de votations populaires islamophobes, en en proposant sur la burqa, la mutilation génitale (au demeurant déjà prohibée) ou le port du foulard au travail.
  4. Pour une fois, les réactions à l’étranger semblent unanimement négatives, qu’il s’agisse de pays arabes ou musulmans ou de pays européens, à l’exception bien évidemment des islamophobes patentés que sont Marine Le Pen, Geert Wilders ou les racistes de la Lega Nord italienne (padanienne?). Même la France officielle et médiatique, championne hors concours en matière de mesures discriminatoires prises sous couvert de laïcité, semble estomaquée par l’absurdité patente de l’islamophobie populaire suisse. Je dois dire que ces réactions m’étonnent grandement: ainsi, il serait plus condamnable d’interdire la construction de minarets (et non, pas de mosquées, la construction de minarets ne semblant pas être une quelconque obligation religieuse) que d’expulser des écoles et de la fonction publique des musulmanes recouvrant leurs cheveux. Au nom de quoi? Pourquoi cette absence de réaction face aux prohibitions – de degrés divers – turque, française et allemande du port du voile?
  5. Cet étonnement est plus fort encore à lire les réactions françaises: le ministre des affaires étrangères Bernard Kouchner s’est déclaré « un peu scandalisé« , une formule d’une délicieuse hypocrisie – mais il faut reconnaître qu’il est isolé au sein de l’UMP, dont plusieurs dirigeants rotent d’aise en pensant aux perspectives offertes par l’islamophobie, le président du groupe parlementaire UMP à l’Assemblée nationale, Jean-françois Copé, bavant d’excitation à l’idée d’une loi interdisant niqab et burqa. Nul prise de conscience de l’incohérence à dénoncer l’interdiction des minarets et approuver celle du foulard porté par des collégiennes et lycéennes. Même les champions de la laïcité autoritaire est intolérante qui a cours légal en France (du moins s’agissant des musulmans, les cultes catholique, protestant et juif étant mieux lotis) semblent en retrait, notamment au PS, pourtant jamais le dernier à entonner le clairon de la laïcité en danger face aux hordes islamistes en hijab et burqa. Un coopérant français, Philippe brachet, avait écrit un livre intitulé « Descartes n’est pas marocain » sur son expérience marocaine. Un observateur neutre (suédois?) pourrait en écrire un autre aujourd’hui, intitulé « Descartes n’est pas (plus?) français« .
  6. L’effet d’entraînement de cette mesure islamophobe (deux Länder autrichiens l’avaient déjà adoptée) est aussi certain que celui de l’interdiction du voile dans les écoles publiques françaises, mesure reprise par des pays aussi éloignés de la laïcité à la française que la Belgique (régime de neutralité et non de laïcité, avec financement public du culte et cultes reconnus par l’Etat) et l’Allemagne (régime de concordat, avec impôt ecclésiastique et programmes scolaires explicitement basés sur les valeurs chrétiennes). Les constructions de mosquées font jaser en France (et ailleurs), et la droite islamophobe européenne s’est précipitée sur l’occasion – avec des débordements en vrille, comme en Italie, où la Lega Nord propose de rajouter un crucifix au drapeau italien, un peu sur le modèle de Saddam Hussein rajoutant Allahou akbar sur le drapeau irakien lors de l’invasion du Koweït (non pas qu’il soit illégitime pour les Italiens de se choisir le symbole qu’ils veulent sur leur drapeau, mais le contexte, le contexte…).
  7. Le summum de l’absurde revient cependant à certains dignitaires musulmans, qui devraient étouffer de honte plutôt que de prendre les mots « liberté religieuse » dans leur bouche. Je pense notamment à l’Arabie séoudite, mais aussi à l’OCI, qui a exprimé son inquiètude par le truchement de son secrétaire général turc, dont je n’ai pas souvenir qu’elle ait condamné l’interdiction de lieux de culte non-musulmans en Arabie Séoudite, ou des difficultés rencontrées pour l’édification d’édifices religieux chrétiens dans d’autres pays musulmans.
  8. Nadia Yassine, égérie d’Al adl wal ihsan, déclare dans un entretien à swissinfo.ch « les néo-conservateurs en ont rêvé, la Suisse l’a fait » et dénonce la victoire de l’émotionnel – je ne connais pas ses positions ou celles de son mouvement sur les lieux de cultes non-musulmans au Maroc, ce serait intéressant à creuser…
  9. Les églises catholique et protestante de Suisse étaient opposées l’interdiction des minarets – c’est souvent (pas toujours toutefois) des autres croyants européens que les musulmans peuvent attendre le plus de réconfort, et pas toujours des laïcs.
  10. La rapporteure spéciale de l’ONU sur la liberté de religion et de pensée, la pakistanaise Asma Jahangir, a condamné cette prohibition, de même que le secrétaire général du Conseil de l’Europe (à ne confondre sous aucun prétexte avec l’Union européenne).
  11. On parle déjà de recours devant la Cour européenne des droits de l’homme contre cette prohibition. Ne vous faites aucun faux espoir: cette Cour n’a pas eu la main tendre lorsque les libertés religieuses de musulmans ont été déférées devant elle. Elle est présidée par le français Jean-Paul Costa, qui prit activement part dans la campagne médiatique française en faveur de l’interdiction du voile en 2003/2004 en déclarant de manière décisive devant la bien nommée commission Stasi que le projet de loi d’interdiction du foulard à l’école publique était conforme à la CEDH. L’interdiction du foulard faite à une enseignante suisse (décision d’irrecevabilité dans l’affaire Dahlab contre Suisse (2001))  ou à une étudiante d’université turque (affaire Sahin contre Allemagne, jugements de 2001 et 2003) n’a pas ému la vénérable Cour, laquelle n’avait en son temps guère été émue par l’interdiction du parti communiste allemand (décision d’irrecevabilité du 20 juillet 1957, parti communiste d’Allemagne contre Allemagne), les interdictions professionnelles ouest-allemandes (Berufsverbote interdisant la fonction publique aux personnes soupçonnées de sympathies nazies ou communistes, affaire Kosiek contre Allemagne (1986), voir cependant en sens contraire l’affaire Vogt contre Allemagne (1995)), l’interdiction professionnelle d’un menuisier suédois travaillant pour le musée de la marine (affaire Leander contre Suède (1987)), et autres casseroles qui prouvent que la perfection n’est pas de ce monde, cette cour étant légitimement considérée comme une des plus légitimes de par le monde en matière de droits humains.
  12. Enfin, on peut lire des tombereaux de conneries de Marocains du genre « bein quoi, c’est bien pire au Maroc, les juifs et les chrétiens n’ont pas le droit d’y construire des synagogues ou des églises« . C’est faux: aucune interdiction de ce genre n’existe, aucun texte réglementaire ou législatif contient ce type d’interdiction. Il y a d’ailleurs un vide juridique regrettable s’agissant des lieux de culte chrétiens, réglementés par aucun texte normatif. Larbi en publie les preuves photographiques récentes, s’agissant des églises chrétiennes, et des projets de reconstruction de synagogues – la synagogue Simon Attias à Essaouira par exemple – ont pignon sur rue. Il y a des problèmes évidents de liberté religieuse au Maroc, mais cela n’autorise pas à dire n’importe quoi, de bonne ou de mauvaise foi.

Baisemain et protocole royal

1523319-2032134
On peut trouver des infos intéressantes même dans des magazines qui ne paient pas de mine, comme l’hebdo casablancais Finances News Hebdo du 30 juillet 2009. En effet, entre des dizaines de pages de panégyrique sur les dix années de règne, quelques pubs et une chronique où la journaliste Imane Bouhrara révèle qu’elle fait 1m78 pour 70 kg, on y trouve une interview très intéressante de Nadia Yassine, ainsi qu’un entretien avec le chercheur universitaire Aziz Chahir portant sur le protocole royal au cours de ces dix dernières années.

Dans un article qui accompagne cet entretien, Finance News Hebdo relève que si « les règles protocolaires sont restées pratiquement sans changements majeurs dans les relations du Souverain avec le corps des agents d’autorité« , le Roi serait moins protocolaire au contact de la foule lors de ses déplacements – « les mesures protocolaires durant le règne de Mohammed VI ne sont pas aussi imposantes que par le passé » (à vérifier, à mon sens).

Dans l’entretien, Aziz Chahir analyse l’instrumentalisation du protocole: « je pense que malgré le changement d’époque et des hommes, l’objectif du protocole royal demeure indéniablement le même, à savoir le maintien de la suprématie politique et symbolique du monarque à travers sa présence physique parmi ses sujets« .

Cette analyse est à contraster avec l’étonnant texte de Mohamed Ennaji, historien et sociologue qui fût disciple et collègue de l’immense Paul Pascon, avec lequel il écrivit « Le Makhzen et le Sous al-aqsa : la correspondance politique de la maison d’Illigh« , et qui a récemment fait parler de lui avec deux ouvrages récents, « L’amitié du Prince » et « Le sujet et le mamelouk« , dans lesquels il tente de démontrer la racine islamique de la sujétion. De manière assez étonnante, il dit s’être détourné de l’étude du makhzen (« C’est une certaine insatisfaction ressentie après tous les travaux sur le Makhzen et ne rendant pas fondamentalement compte de la sujétion au Maroc, qui est à l’origine de ce travail« , Economia, juin/sep 2008) et privilégie désormais une approche anthropologique s’écartant du contexte spécifiquement marocain.

Les mauvaises langues diront sans doute que cet éloignement de l’étude spécifique de la sujétion makhzénienne tombe bien, puisque Mohammed Ennaji est le fondateur et l’organisateur du festival des Alizés, qui se tient annuellement à Essaouira sous le regard bienveillant du conseiller royal André Azoulay, de même que le festival des Andalousies atlantiques (ah, ces noms de festival…) dans la même ville (1), et qu’il vient d’organiser le festival Awtar à Benguerrir pour le compte de la fondation Rhamna de Fouad Ali El Himma, répondant à un journaliste l’interrogeant sur sa proximité avec moul traktor que « je l’ai dit et écrit à plusieurs reprises : au Maroc, on ne peut pas organiser un festival sans passer par les relais du Pouvoir. Mais je peux vous assurer que j’ai eu une totale liberté pour la programmation« …

Comparons les deux textes – tout d’abord, l’entretien avec Aziz Chahir:

Entretien: « Le protocole adapté au style du Souverain »
Dans cet entretien, Aziz Chahir, enseignant-chercheur à la Faculté de droit de Casablanca, pense que le protocole royal n’a pas réellement changé malgré les différences de forme constatées.
Finances News Hebdo du 30/7/2009, p. 40

Finances News Hebdo: Quels sont, d’après vous, les grands indicateurs de la réduction des mesures protocolaires durant ces dix ans de règne de Mohammed VI?

Aziz Chahir: Après dix ans de règne, je crois personnellement que le Roi n’a pas mis sur pied un « nouveau » protocole royal. Au contraire, celui-ci demeure, au fond, intact puisqu’il continue à fonctionner selon les anciennes modalités (rites, codes, cérémonies,…). Je me rappelle à cet égard d’une déclaration du monarque à Paris Match au cours de laquelle il affirmait son engagement à préserver la spécificité et la rigueur du protocole marocain, à la condition toutefois qu’il soit adapté à son style de gouvernement. C’est dire tout l’attachement du Souverain à la tradition monarchique et en particulier à « la culture de Cour » qui s’installe au coeur même des Etats et des sociétés modernes, pour reprendre ici une idée de Norbert Elias.

Cependant, je crois que le monarque a tenté malgré tout d’adapter le système protocolaire à son style de direction qui se veut moderne et ouvert sur la société. Le Souverain a décidé ainsi d’opérer un allègement du lourd protocole royal en rendant, par exemple, facultatif le baisemain et en bannissant les militaires de la cérémonie d’allégeance. Et dans un élan plus réformiste, le Roi a même autorisé son épouse officielle à paraître en public et même à l’accompagner dans certains de ses déplacements officiels. En lui accordant le statut privilégié de « princesse », le monarque a accordé ainsi à son épouse une place inexistante jusqu’alors dans le protocole.

Finances News Hebdo: En sa qualité d’Amir al mouminine, des continuations subsistent certainement entre SM le Roi et les sultans alaouites. Est-ce que cela n’influence pas sur une réduction plus poussée des mesures protocolaires?

Aziz Chahir: Le protocole royal fait partie intégrante d’un modèle louis-quatorzien de Cour assez uniforme. Celui d’une institution minutieusement réglée au sein d’une monarchie de type dynastique. Pour preuve, il existe même un ministère de la Maison royale, du Protocole et de la Chancellerie. C’est dire toute l’importance accordée par la monarchie au système protocolaire dont la mission est d’assurer au Souverain sa double légitimité politique et symbolique à la tête de la Nation. Il est ainsi à la fois Commandeur des croyants et chef de l’Etat, détenteur d’un pouvoir spirituel et temporel.

L’exercice de ces pleins pouvoirs passe inéluctablement par une ritualisation des conduites du monarque grâce à un système protocolaire bien ancré d’ailleurs dans l’histoire de la dynastie alaouite. Par exemple, à l’époque de Moulay Ismaïl, le protocole royal a été érigé en culture politique et avait contribué à sacraliser la personne du Roi devenue, le temps aidant, inviolable et inacessible. Plus, la moindre apparition en public ou déplacement du Souverain est devenu un rite de passage pour marquer la suprématie et la domination royales.

Ceci étant dit, après des décennies de règne alaouite, le protocole n’a pas tellement changé malgré les différences de forme, par exemple entre la m’hala vulgarisée par le sultan Moulay Ismaïl, qui sillonnait le Royaume sur le dos de son cheval suivi d’esclaves et de fidèles, et le cortège royal en limousines blindées qui roulent sur des centaines de mètres de tapis même lorsqu’il pleut.

Je crois que malgré le changement d’époque et des hommes, l’objectif du protocole royal demeure indéniablement le même, à savoir le maintien de la suprématie politique et symbolique du monarque à travers sa présence physique parmi ses sujets. Pour ce faire, le Roi tient impérativement à renouer le lien avec le peuple grâce au rituel politique de la « baya » à travers laquelle les sujets manifestent leur allégeance au sultan. La symbolique de cet acte renforce ainsi l’autorité du monarque et lui permet de monopoliser les usages protocolaires pour consolider son pouvoir politico-religieux.

Finances News Hebdo: Enfin, est-ce que vous pensez que la nouvelle tradition inaugurée par le Roi sera un exemple à suivre pour les futurs rois du Maroc?

Aziz Chahir: Je crois que le monarque est plus que jamais conscient que la pérennisation de la monarchie passe inéluctablement par la préservation des fondements historiques de la dynastie alaouite. A l’instar de ses ancêtres, le Souverain tente ainsi de réinventer la tradition suivant laquelle, pour légitimer le protocole royal par exemple, il peut être utile de démontrer sa pertinence culturelle comme partie intégrante d’une civilisation ancestrale. A cela, il faudra ensuite adapter le protocole au contexte politique actuel et aux contraintes de la modernité. Par exemple, à l’ère de la mondialisation et de la communication de masse, il paraît insensé d’arrêter le pays pour regarder, en temps réel, sur place, ou à travers une télévision qui suspend ses programmes, un cortège royal qui mettrait le monde hors du temps.

Ceci étant dit, je crois que la protocole royal, tel qu’il a été recadré par le Souverain, sera vraisemblablement un exemple à suivre pour les futurs rois du Maroc. Ces derniers auront certainement du aml à abandonner un système protocolaire enraciné dans l’imaginaire collectif. Au contraire, les futurs monarques vont essayer de rationaliser le sytème protocolaire afin de sécuriser davantage les cortèges royaux, surtout avec la recrudescence de la menace terroriste.

Ensuite, l’article de Mohammed Ennaji publié dans la Gazette du Maroc, que je reproduis ici:

Le scoop du baisemain, de l’Histoire aux histoires
Mohamed Ennaji
La Gazette du Maroc 24 Juillet 2009

A la une du journal al-Massae, un auteur nous livre en avant première un scoop. Ce serait El Youssoufi, l’ancien Premier Ministre socialiste, l’ancien résistant en personne, qui aurait insisté auprès du Roi pour maintenir le rituel du baisemain ! L’information, on le voit, vaut son poids d’or. Par surcroît, elle n’est pas le fruit de spéculations théoriques, loin de là, elle sort du sanctuaire lui-même. C’est un homme de la maison fortunée qui aurait distillé la nouvelle au politologue. On imagine le Roi en colloque avec le Premier Ministre, débattant de la monarchie et de ses rites à haute voix : Qu’en pensez-vous maître ? Oui Majesté, on garde ceci et on abandonne cela ! Et convaincu par l’argumentaire infaillible d’un militant ayant vécu sa vie loin des rituels palatins, le Roi tient conseil avec ses serviteurs de l’intérieur pour les tenir informés de son décret concernant le rituel en question. Et notre auteur chanceux a la primeur de ces conciliabules ! Il n’y a pas à dire, la connaissance historique avance à grands pas !

Mais où est l’Histoire dans tout cela  ? C’est que les rituels du protocole de cours, à vrai dire, ne naissent ni ne meurent d’une décision prise à la légère du jour au lendemain. Ils naissent d’une lente accumulation fruit de la pratique quotidienne du pouvoir, de l’obligation où se trouve l’autorité de s’entourer d’une aura. Ils condensent en eux les péripéties de la formation du statut du chef. Ils expriment le contenu du lien d’autorité impliquant, il ne faut guère l’oublier, deux parties : le maître et ses sujets. Ils évoluent et disparaissent parce que les sociétés changent ainsi que les mentalités qui vont avec et donc le vécu du rapport au pouvoir. Le baisemain est dans ce cadre un produit historique. Il ne naît pas de la fantaisie d’un despote qui lui dicterait de tendre la main à tout propos à ses sujets. Il est le produit d’un rapport de force qui fait que le plus faible se soumet au plus fort parce que ce dernier lui tord le cou ou est en mesure de le faire. La main, avec le temps, devient le symbole de cette puissance parce qu’elle en fut initialement l’organe fondateur. Elle recueille les redditions qui, dans les sociétés pacifiées, se nomment allégeances. Dans celles-ci le chef n’est pas plus puissant uniquement parce qu’il concentre la force mais aussi le prestige et la richesse qu’il a pu engranger grâce à elle.

On s’approche de lui, on le courtise sans doute parce qu’on le craint, mais aussi et surtout pour en toucher les dividendes. En plus de ses trésors, l’autorité fascine les populations qui lui courent derrière, profitent de n’importe quelle occasion pour l’approcher. Le chef est adoré, sollicité, supplié, non pas seulement par les nécessiteux mais par les riches aussi qui s’agglutinent autour de lui, se jettent sur sa main, à ses pieds et les embrassent goulûment. Nous dirions aujourd’hui, comme le font les grands notables, pour la photo.

C’est ainsi que se forme et se consolide la servitude comme contenu d’un lien d’autorité tissé de contrainte et d’adoration. La main dans les rituels des palais trahit cette relation dont elle laisse deviner les origines guerrières mais aussi affectives et sacrées. Sans ce dernier aspect, on ne comprendrait pas le baiser déposé de nos jours encore en Occident sur la main du pape, par des personnes qu’on dit pourtant libérées par la modernité. On prend conscience, avec cette parenthèse, de la vivacité d’une telle pratique qui a la ressource de se lever jusque dans des recoins de la société moderne où le sacré lui donne refuge. De cette servitude nous avons, pour la plupart d’entre nous qui observons de l’extérieur, une vision simpliste et réductrice. L’enceinte du palais cache à nos yeux des secrets qui réduisent les volontés et font les sujets se prosterner sous la contrainte. Que de gens «très progressistes» vous raconteront comment peu à peu le mystère qui a présidé à leur accès à la maison fortunée, les a acculées, malgré elles, à baiser la main du monarque sans qu’elles y aient songé un seul instant auparavant. Or il suffit d’examiner de près le sentiment des serviteurs au Roi, pour se rendre compte que le baisemain traduit largement une volonté de celui qui l’accomplit.

Nous baisons bien la main de nos pères et de nos bien-aimées. Baiser la main du chef devant lequel on sent le trouble nous envahir comme dans le sentiment amoureux n’est pas plus compliqué. Le serviteur tient au plus haut point à manifester sa fidélité, son attachement et n’a de moyen plus indiqué de le faire, en présence du Roi, qu’en apposant un baiser sur sa main fortunée, al-maymouna. Le baisemain est un moment de proximité unique, qui explique que tant de responsables l’éternisent avec fierté par une photo qu’ils ont toujours bien en vue à leur bureau comme à la maison.

Vu ainsi, le baisemain, en tant que rapport entre deux parties consentantes, ne peut disparaître définitivement qu’en cas de changement radical du lien d’autorité. Dès lors, et vu son contenu et l’empressement de nombreux sujets à s’y appliquer, ce n’est pas au roi qu’il revient de l’interdire. C’est grand-pitié en effet d’empêcher un sujet de donner libre cours à ses effusions sincères. A ma connaissance, le Roi Mohammed VI ne contraint personne de nos jours à s’y conformer. Et personne parmi ceux qui ne baisent pas sa main n’a été livré jusqu’à présent à la solitude de l’exil.

C’est qu’un roi n’a pas besoin du baisemain pour conforter sa puissance, sa main en réalité est partout présente, elle s’est démultipliée avec l’appareil d’Etat. Déjà à l’entrée en audience, les présents sont, comme le dit l’expression en cours, entre ses mains, bayna yadayh, sans qu’ils aient à les toucher.
C’est qu’il a, pour reprendre les vocables en usage, la main haute et longue. Et puis nous ne sommes plus dans une petite communauté où le chef a besoin de bomber le torse pour se faire obéir.
Dans les sociétés complexes le chef délègue pour mieux contrôler, et justement pour mieux avoir en mains. Il éloigne de lui la fonction répressive notamment parce qu’elle porte ombrage à sa personne auguste et clémente.

C’est pour cela qu’on dit que Dieu n’a pas de main gauche dont il laisse le soin à l’ange de la mort. Il suffit pour mieux nous faire entendre à ce sujet de citer un exemple terrestre qui nous fut naguère familier, en se remémorant le cas du défunt Driss Basri qui en fut dépositaire dans le règne précédent et en supporta, à sa disgrâce, tous les désagréments. Aussi se fixer sur la main «physique» du monarque c’est faire fausse route et se refuser à bien comprendre un système dans sa complexité.

Mais c’est aussi une façon de se débarrasser de sa part de responsabilité dans un rituel dont nous sommes partenaires. Attendre du palais de rendre caduc le baisemain et lui en tenir force rigueur à lui seul pour cette pratique relève de la myopie. A supposer par ailleurs qu’il le fasse, il y aura toujours des serviteurs plus zélés que d’autres, ou plus adorateurs, qui ne pourront pas se retenir encore et toujours de baiser sa main à l’envers et à l’endroit.

La différence d’approche entre ces deux articles est frappante: le chercheur Aziz Chahir explique l’instrumentalisation politique et symbolique du protocole royal, élément parmi d’autres de la formation d’une identité politique marocaine marquée par la suprématie royale, tandis que Mohammed Ennaji, ancien disciple de Paul Pascon et ex-sympathisant d’Ilal amam, s’offusque de manière inexplicable de ce que l’ancien premier ministre Abderrahmane Youssoufi aurait conseillé à Mohammed VI le maintien du baisemain – et à le lire, on a l’impression que cela relèverait de la lèse-majesté. Si Ennaji a raison de dire que les rites et cérémonies relevant du protocole royal s’inscrivent dans le long terme, il termine son article en soulignant le caractère mystérieux, adorateur et volontaire du baisemain:

Que de gens «très progressistes» vous raconteront comment peu à peu le mystère qui a présidé à leur accès à la maison fortunée, les a acculées, malgré elles, à baiser la main du monarque sans qu’elles y aient songé un seul instant auparavant. Or il suffit d’examiner de près le sentiment des serviteurs au Roi, pour se rendre compte que le baisemain traduit largement une volonté de celui qui l’accomplit.
Nous baisons bien la main de nos pères et de nos bien-aimées. Baiser la main du chef devant lequel on sent le trouble nous envahir comme dans le sentiment amoureux n’est pas plus compliqué. Le serviteur tient au plus haut point à manifester sa fidélité, son attachement et n’a de moyen plus indiqué de le faire, en présence du Roi, qu’en apposant un baiser sur sa main fortunée, al-maymouna. Le baisemain est un moment de proximité unique, qui explique que tant de responsables l’éternisent avec fierté par une photo qu’ils ont toujours bien en vue à leur bureau comme à la maison.
Vu ainsi, le baisemain, en tant que rapport entre deux parties consentantes, ne peut disparaître définitivement qu’en cas de changement radical du lien d’autorité. Dès lors, et vu son contenu et l’empressement de nombreux sujets à s’y appliquer, ce n’est pas au roi qu’il revient de l’interdire. C’est grand-pitié en effet d’empêcher un sujet de donner libre cours à ses effusions sincères. A ma connaissance, le Roi Mohammed VI ne contraint personne de nos jours à s’y conformer. Et personne parmi ceux qui ne baisent pas sa main n’a été livré jusqu’à présent à la solitude de l’exil.

On ne comprend cependant plus très bien le raisonnement d’Ennaji: initialement, il s’indigne de ce que l’on ait pu croire que le Roi puisse s’abaisser à s’entendre donner conseil sur le baisemain par son Premier ministre. Ensuite, il explique que le rituel du baisemain s’inscrit dans la durée, qu’il n’est pas imposé, qu’il est volontaire et répond à l’affection ou l’adoration ressentie pour le Roi (miroir de celle que l’on ressent pour son père ou sa femme), y compris, mystérieusement, par des anciens progressistes – ce doit être autobiographique là… De deux choses l’une: soit le baisemain est imposé, et effectivement on voit mal le Roi en discuter avec un Premier ministre aussi peu farouche que’Abderrahmane Youssoufi, soit le baisemain est volontaire et reflète l’adoration des sujets pour leur Roi, et alors on comprend mal ce que cela aurait de choquant que le Premier ministre en parle avec le Roi adoré…

Tout juste pourra-t-on en conclure que la servitude volontaire ne se manifeste pas seulement par le baisemain, et que le fait d’avoir été un ancien disciple de Paul Pascon et ancien sympathisant d’Ilal amam n’est en rien une protection efficace.

(1) Ce festival des Andalousies atlantiques est organisé en coopération avec la fondation Tres Culturas del Mediterraneo, fondation qui associe le Maroc, le gouvernement de la province autonome d’Andalousie, Israël (par le biais du Centre Pérès pour la paix), et l’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas et Mohammed Dahlan – que du beau monde, on le voit… Petit détail: André Azoulay est président-délégué de cette fondation. Le comité de parrainage comprend, du côté israëlien, le boucher de Qana Shimon Peres, Shlomo Ben Ami, David Rosen (directeur de la fameuse Anti-Defamation League) et Ron Pundak du Centre Peres pour la paix. Du côté marocain, c’est une véritable dream team qui est déployée: Ahmed Herzenni, les frères Fassi Fihri (Ali et Taïeb), Driss Benhima (RAM), Leïla Benjelloun (l’épouse d’Othmane Benjelloun), Fadel Benyaïch du Palais et sa soeur Karima (ambassadeur du Royaume à Lisbonne), Zoulikha Nasri (conseillère royale), Touria Jabrane et – who else? – l’inénarrable, l’incomparable et l’irremplacable Khalid Naciri.

Chapeau, Abdellah Taïa!

Abdellah Taïa, un des écrivains marocains francophones les plus en vogue – sans doute autant pour son oeuvre que pour son homosexualité affichée et assumée – vient de signer une tribune très forte dans El Pais. Le motif: invité à un festival de Cartagena en Espagne, il a été surpris d’apprendre que Nadia Yassine, l’égérie islamiste et républicaine d’Al adl wal ihsan, et Ali Lmrabet, journaliste emprisonné puis interdit d’exercer pour lèse-majesté, avaient été déprogrammés à la dernière minute.

Comme le relève le bougnolosophe, cette alliance de circonstance entre un homosexuel affiché et une islamiste est inédit au Maroc, alors qu’en Europe, la condition minoritaire partagée des homosexuels et des musulmans a amené ponctuellement à des rapprochements. Il faut dire qu’Abdellah Taïa frappe fort: il annule sa participation au festival – une responsable dudit festival aurait également démissionné en guise de protestation- et dénonce la censure – un geste appréciable quand on sait combien un écrivain en début de parcours dépend de ce type de festival. Et sa tribune, intitulée « Qui est Marocain?« , n’est pas vraiment un robinet d’eau tiède, contrairement à ce qui sort de la plume d’autres éminents écrivains et poètes marocains francophones:

Après les avoir initialement inclus dans le programme de sa prochaine édition, le prestigieux festival de Carthagena vient d’exclure Nadia Yassine, la fille du Cheikh Yassine (le leader du mouvement islamiste Al-Adala Wa Al-Ihssane), et le journaliste exilé en Espagne Ali Lmrabet. Ils ne participeront donc pas aux débats qui auront lieu à cette occasion autour du Maroc et de ses productions littéraires et intellectuelles. Suite à cette censure inacceptable et incompréhensible, Lola Lopez Mondéjar, l’organisatrice de ces débats, a démissionné du festival. Et c’est pour la soutenir dans cette décision et annoncer mon retrait du prochain festival de Carthagena que j’écris ce papier. (…)

Pour se défendre, le directeur de ce festival a déclaré la semaine dernière dans EL PAIS que moi, Abdellah Taïa, 35 ans, écrivain et premier Marocain à avoir assumé publiquement son homosexualité, je participerai à ce festival et je parlerai donc librement de tout, y compris de ma sexualité.

Qu’est-ce que cela veut-il bien dire ? Que l’homosexuel marocain est bienvenu en Espagne mais pas une femme appartenant à un mouvement islamiste, ni un journaliste qui a eu de gros ennuis avec les autorités marocaines ? Je ne peux pas accepter cela. Je ne peux pas me laisser récupérer de cette façon-là. Je ne veux pas qu’on me donne la parole au détriment d’autres Marocains. Quand j’ai parlé au Maroc de mon homosexualité, c’était une nécessité intérieure (et je n’ai eu besoin d’aucune autorisation, d’aucune bénédiction), c’était avant tout un combat pour accéder à l’individualité, mais pas seulement pour moi.

Ce qui nous manque cruellement au Maroc et nous empêche d’avancer, de nous libérer, ce sont, entre autres, les débats contradictoires. Réels. Pas fictifs, pour la façade, pour donner une fausse image de progrès et de modernité. Malgré le très bon travail de certains médias (TEL QUEL, LE JOURNAL HEBDO, les radios, etc.), ce genre de débat, quand il y en a un, ne touche malheureusement pas tous les Marocains. Et ce n’est pas la décision du festival de Carthagena qui va aider à changer la situation. Décision étrange d’ailleurs : Nadia Yassine et Ali Lmrabet s’expriment régulièrement dans les journaux marocains. Pourquoi les écarter alors ? Mystère. Sont-ils moins marocains que moi ? Moins « fashion » peut-être ?! Plus « dangereux » ? (…)

J’entendais souvent au Maroc des excommunications à propos de tel ou untel qui aurait soi-disant trahi le Maroc et ses idéaux. J’entendais ce genre de phrases : « Il n’est pas Marocain, lui. Il ne l’a jamais été. Il ne le sera jamais. » Aujourd’hui, on entende aussi, de plus en plus, ces autres phrases : « Il n’est pas musulman, un bon musulman, lui. » Un mécréant, alors ? Ces négations dangereuses, et qui détournent l’attention des vrais sujets, sont proférées aussi, malheureusement, par certains intellectuels et artistes. Ces négations n’aident pas le Marocain à se relever pour crier, pour exister.

En mai 2007, j’ai entendu ces mêmes jugements scandaleux à propos des deux frères qui ont commis à Casablanca un double attentat suicide. Après avoir erré presque deux jours dans les rues, ils se sont faits explosé non loin du consulat américain. Ils n’ont tué personne. Juste eux-mêmes. C’était le comble du désespoir dans lequel vit depuis trop longtemps la jeunesse marocaine. C’était un cri du coeur, des tripes. Un appel à la société marocaine. Il n’a pas été entendu. On estimait sans doute que ce n’était pas notre faute, ni notre responsabilité. Normal, ces deux frères n’étaient pas des Marocains. N’est-ce pas ?!

Qui l’est alors ?

Rien à rajouter.

%d blogueurs aiment cette page :