« Ghalia, détruite par un père psychopathe et un tyran »

Lu dans « Grossesses de la honte« , de Soumaya Naamane Guessous et Chakib Guessous, Editions Le Fenenc, Casablanca, 2005, pp. 13-14:

Ghalia vit avec sa mère, ses deux soeurs et un père psychopathe. « Il est fou. Il a toujours été fanatique du roi Hassan II et il continue. L’extérieur de notre appartement est en rouge et vert. L’intérieur est entièrement rouge et vert: les murs, l’ameublement, les rideaux. Tout est aux couleurs du drapeau. Des photos de Hassan II sont placardées partout. Mon père collectionne des couteaux, exposés dans toute la maison. Il nous menaçait avec. Notre maison est tristement célèbre dans le quartier. J’ai fini par détester Hassan II, le drapeau, le rouge et le vert. Mon père nous achetait deux tenues par an. Elles étaient toujours vertes et rouges. Même nos chaussures!« .

Un père très violent qui a toujours tabassé la mère et les enfants. « Mes soeurs avaient tellement peur de lui que dès qu’il leur parlait, elles urinaient dans leur culotte. Ce qui leur valait des gifles et des coups de pied. L’enfer doit être doux, comparé à ce que nous avons vécu« . (…)

J’ai été me plaindre à l’arrondissement de notre quartier. Personne n’a voulu me recevoir. Un agent auxiliaire m’a chassé en me disant « Va-t-en, tu n’as pas honte de te plaindre de ton père qui cherche à vous éduquer!« .

Et j’en passe. Un livre à lire absolument.

Note à l’attention d’Ahmed Benchemsi: proposition pour un prochain édito

J’ai trouvé les éditos de Benchemsi depuis celui consacré à la philosophe des Lumières Wafa Sultan un peu mous du bide et pauvres en dialectique, donc je me permets de suggérer une autre philosophe, dont le nom d’artiste est Atlas Shrugs (1). Je vous livre ci-dessus une de ses dernières péroraisons, au Collège de France ou à Harvard, je ne me rappelle plus très bien.

Nice swimming suit though – the top almost fooled me for half a second or so.

(1) Le pseudonyme st tiré d’un roman de la cheffe de secte capitaliste – j’exagère à peine – Ayn Rand, auteure d’un roman culte intitulé « Atlas shrugged« , pavé illisible à la gloire du capitalisme et des capitalistes (si, si, la vie de ma mère!). C’est aussi bien écrit que Thomas Friedman, et plus prétentieux encore.

%d blogueurs aiment cette page :