« El Himma is relying on the three parties most known for lacking a clear message and being nothing more than a collection of pro-palace elites »

Tiré de l’Arab Reform Bulletin du Carnegie Endowment for International Peace – bulletin qui n’est pas trop ma tasse de thé – plus spécifiquement d’un article d’un chercheur – James Liddell – du Project on Middle East Democracy, un think-tank très mainstream de Washington tout dévoué à la « démocratisation » du Moyen-Orient par la bonne fée étatsunienne, cet article sur Fouad Ali el Himma et son PAM (programme alimentaire marocain Parti authenticité et modernité):

While it is too early to predict the PAM’s long-term impact on the dynamics of Moroccan politics, its initial maneuvers reveal a reinforcement of embedded elite structures rather than any sort of renewal or change. From the outset, El Himma aggressively pursued alliances with the Popular Movement (MP), Constitutional Union (UC), and National Rally of Independents (RNI). The PAM merged recently with RNI to form the largest coalition in Parliament—“Rally and Modernity”—and the MP and UC are expected to follow suit. El Himma is relying on the three parties most known for lacking a clear message and being nothing more than a collection of pro-palace elites. Representatives from these parties are primarily rural notables and urban elites who gain parliamentary seats due to their patronage networks. They have little to no contact with their constituents and typically move from party to party.

power and personality—and not formal institutions—remain the most effective means of accomplishing things in Morocco.

In his efforts to build support for the PAM, El Himma routinely invokes the discourse of modernity; time after time, however, he resorts to practices of clientelism that contradict such language.

The irony, of course, is that the PJD is—by any definition—the most modern political party in Morocco. It is the most internally democratic party, the only one with a constituent relations program, and the only one that draws votes based on the party’s message and not the candidates’ family names. While most representatives view parliament as an old boys’ club for renewing personal contacts, the PJD has enacted a parliamentary code of ethics to discipline its representatives. This requires them to draft amendments, propose new legislation, and ask oral questions. While many parliamentarians from other parties do not bother to show up most of the time, the PJD requires attendance at plenary and committee sessions.

Intéressant de relever que même un think-thank washingtonien, par définition plutôt prédisposé à voir d’un bon oeil une initiative d’un proche du palais – fidèle allié étatsunien – pour contrer l’islamisme politique et « moderniser » la vie politique, ne soit pas dupe de la modernité authentique. La lune de miel aura été courte.

Addendum: Je ne croyais pas si bien dire dans ma dernière phrase – il y a six mois, un autre chercheur – Andrew Ng – du même think-tank était d’un optimisme béat au sujet de l’aventure du programme alimentaire marocain Parti authenticité et modernité, comparant même – merci de contrôler votre vessie en lisant ce qui suit – moul traktor à Barack Obama (yes, they did!):

While little noted outside of Morocco, the emergence of the movement carries notable implications for reform in the kingdom. As with presidential candidate Barack Obama’s rhetoric of “post-partisan politics” in the United States, the movement begs the immediate question of what a broad-based call to transcend the current political system can actually amount to.

Ironically, the movement may well absorb some of the anger and alienation that expressed itself in the 37 percent voter turnout and alarmingly high rate of ballot spoilage in the 2007 elections. Himma’s castigation of national elites and parliament resonates with public opinion, while his association with the king actually works in the movement’s favor on balance by lending it credibility.

That the movement will simply renew the political system and not reform it is not necessarily a foregone conclusion, depending upon the movement’s vision for parliament. The more the MAD behaves like a royally-blessed association dismissive of parliament, the more it will reinforce the political status quo. The more, however, the movement builds up a grassroots network that puts the parliament to work and creates pressure among existing traditional political parties to step up—especially as it transitions from a movement into a political party—the less ironic its name will sound.

I’ve never heard anything funnier in the field of political satire since Tina Fey’s impersonification of Sarah Palin.

Obama, Newsweek et le « président d’Espagne »

On a reproché à Bush 43 ses « bushisms« , et à Sarah Palin ses « palinisms » et son inculture encyclopédique. On a guère lu ou entendu parler de gaffes à mettre au débit d’Obama.

En lisant l’excellente série de Newsweek sur la campagne présidentielle, je suis tombé, au chapitre 6 consacré aux débats présidentiels, sur un passage intéressant, relatif à la préparation par Obama de ces débats:

Obama was instructed to point out that McCain was so averse to personal diplomacy that he had declined to meet with the president of Spain. Obama can be a little bloodless and dull in his preternatural calm, but his goofy side showed up at debate prep. He would appear very somber and emphatic when he accosted Craig/McCain for refusing to speak to the president of Spain. « You wouldn’t even talk to the president of Spain! » he would intone with mock gravity. Then he would begin to giggle.

Président d’Espagne? Je sais que Mc Cain est âgé, mais last time I checked, le dernier président espagnol avait cessé d’exercer ses fonctions en 1939… Et ni Obama, ni ses conseillers, ni Newsweek ne l’ont relevé…

Colin Powell and the « f*** crazies »

Pour vous dire à quel point Barack Obama est un candidat révolutionnaire (McCain le traite de socialiste, ce qui aux Etats-Unis est l’équivalent ailleurs dans le monde d’un sataniste cannibale pédophile): Colin Powell, l’ex-chef d’état-major de Bush père lors de la deuxième guerre du Golfe (1) et ex-secrétaire d’Etat de Bush fils lors de la troisième guerre du Golfe (celle qui a commencé en 2003 avec l’invasion illégale de l’Irak) lui a déclaré sa flamme, maintenant que son élection semble être plus que probable (même si elle n’est pas acquise – remember Florida 2000 et Dallas 1963). Si les larmes ne vous viennent pas encore aux yeux, il suffira peut-être de préciser que Barack Obama souhaite le voir dans son staff pour son boulot de dans trois mois, pour paraphraser les Guignols.

Car il faut dire que Colin Powell est un homme d’un courage politique extrême: ayant servi Bush père et fils dans deux guerres contre l’Irak (certes, seule la seconde était illégale), ayant contribué par son image de modéré – je ne sais pas trop ce que ça veut dire: probablement que Powell n’est ni Cheney ni Rumsfeld – à l’élection puis la réélection de Bush fils, et ayant défendu, devant le Conseil de sécurité de l’ONU, le 5 février 2003, l’existence de fantomatiques armes de destruction massive (2), le voilà qui accourt au secours de la victoire annoncée du candidat Obama. N’égorgez donc pas vos moutons tout de suite, et ne baptisez pas tous vos fils présents et à venir Colin: ni Guantanamo, ni Bagram, ni Abou Ghraïb n’avaient fait démissioner notre héros, qui fût lourdé comme un chaouch une fois la réélection de Bush acquise.

Le commentateur David Corn de Mother Jones a bien noté que ce choix n’avait rien de téméraire:

By Wilkerson’s explanation, the circumstances are indeed in place for a Powell endorsement this weekend. At this stage–with Obama opening a lead, McCain failing to win the last debate, the economic crisis continuing to dominate the news, and not much time left for a major change of direction in the campaign–such an endorsement would be rather significant but it would also be only 60-percent gutsy.

Granted, les adversaires d’Obama ne sont pas très sympas: comme le résume Kevin Drum, également chez Mother Jones, « Obama is a Black Muslim, Anti-Christian Socialist Plotting with an Evil Jewish Billionaire« . Il ne manque plus qu’une mention de Bob Ménard, Moulay Hicham, Ali Lmrabet et le réseau Belliraj pour qu’un Marocain ne se sente pas dépaysé.

Pas besoin d’être paranoïaque pour craindre le pire – et se rappeler du beau palmarès des années 60: JFK, Malcolm X, Martin Luther King et RFK. Pour être certain que c’est pire de l’autre côté, en dépit des jambes de Sarah Palin, il suffit de voir cet extrait d’Al Jazeera English repris par Lenin’s Tomb:

Pour en revenir à Powell, il ressort d’un livre que je suis en train de terminer – « The accidental American: Blair and the presidency » de James Naughtie – que Powell a fait son sale boulot de secrétaire d’Etat – c’est-à-dire ministre des affaires étrangères – de Bush sans conviction, conformément à la tradition du mercenariat militaire:

Referring to the Cheney-Rumsfeld-Wolfowitz group, Powell did not find it necessary to conceal his irritation and feeling of alienation from their view. He told Straw in one of their conversations that they were « fucking crazies ». (James Naughtie, « The accidental American« , Pan Books, London, 2005, p. 127).

Ce bouquin, consacré à la « special relationship » censée lier le Royaume-Uni aux Etats-Unis, contient une autre citation intéressante, faite par un intime de Blair profondément impliqué dans la formulation de la politique étrangère à 10, Downing Street à l’époque (3):

People speak of the special relationship with the United States. Not only is it misleading as far as Britain is concerned, it misses the truth. There is only one special relationship in Washington. That is with Israel, because it is the only foreign country that can affect domestic politics in America. (id., p. 207)

(1) Nonobstant le nombrilisme étatsunien, la première guerre du Golfe fût celle entre l’Iran et l’Irak entre 1980 et 1988.

(2) Soit dit en passant, pour le volet nucléaire de ces armes de destruction massive, les Etats-Unis sont le seul Etat au monde à en avoir fait usage.

(3) Cette description, donnée par l’auteur, semble correspondre à Sir David Manning.

Shoe-fetishism, ou trop is te veel

J’en parlais avec Judith Butler ce matin: les prises de vues des photographes d’agences de presse couvrant la campagne présidentielle étatsunienne sont étonnantes lorsqu’est photographiée Sarah Palin – mais est-ce vraiment le personnage politique Sarah Palin qui est photographié?

Un exemple: voyez cette photo.

plasing the crowds or the photographer?

pleasing the crowds or the photographer?

On y voit au premier plan, certes un peu flou, les jambes de Sarah Palin, sur une tribune surélevée, avec au centre de la photo un membre extatique de l’audience, la main sur le coeur, regardant vers Sarah Palin – ou ses jambes, si on en croit la légende particulièrement équivoque de l’AFP (telle que lue sur yahoo.com):

Pleasing the crowd : A supporter holds his chest as he stares up at vice-presidential candidate Sarah Palin (L) during a rally in Virginia Beach,Virginia.
(AFP/Jim Watson)

Pleasing the crowd all right…

Rajoutez à cela une série impressionnante de prises de vue sur les chaussures à talon de Sarah Palin:

Cette photo est particulièrement intéressante par la légende qui l’accompagne:

Supporters listen to Republican vice presidential running mate, Alaska Gov. Sarah Palin, legs visible, during a rally with Republican presidential candidate, Sen. John McCain, R-Ariz., not visible, in Bethlehem, Pa., Wednesday, Oct. 8, 2008.
(AP Photo/Gerald Herbert)

Et quand ce ne sont pas ses jambes, il y a toujours celles de Cindy Mc Cain:

Pas étonnant que l’on voit se vendre des t-shirts du style de celui-ci, qui est parmi les plus décents:

Je sais que nombre parmi vous sont impatients à l’idée de voir les clichés des chaussures de Joe Biden, le pendant démocrate de la candidate républicaine à la vide-présidence Sarah Palin. Les voici:

Ah, mince, j’oubliais: en cherchant sur le site « photo on Yahoo news« , je n’ai rien trouvé. Etonnant, non?

Ca n’a pas échappé au blog Sarah Palin Sexism Watch, qui n’approuve pas ses positions anti-féministes notamment sur l’avortement et qui appelle à voter pour Obama, mais qui épingle le traitement sexiste de Sarah Palin, ou plutôt de ses jambes. Un autre blog féministe, Shakesville, détaille également les attaques sexistes subies par Palin, tout en rejetant fermement ses opinions. De manière assez ironique, Fox News, guère connu pour ses prises de position féministes, a dénoncé le sexisme dans les prises de vue des photographes fétichistes de Reuters…

L’exploitation commerciale de ce filon a en tout cas déjà commencé. Parmi les produits les moins grossiers, j’aime assez le boxer-short « How dare Obama run for office with two small children at home » :

%d blogueurs aiment cette page :