Enfin un regard lucide sur Millenium de Stieg Larsson


J’ai lu comme tout le monde la trilogie Millenium, de l’auteur suédois Stieg Larsson. Contrairement à beaucoup, je n’ai pas été follement subjugué. Si j’ai lu la trilogie en quelques jours, c’est parce que c’est également ce que je fais avec les rares polars que je lis – ils se lisent vite, et je les lis en vacances. Le style n’a rien d’extraordinaire – on est loin de la prose célinienne d’un James Ellroy par exemple, les personnages ne sont guère crédibles (une Lisbeth Salander n’ayant pas fait le lycée, parlant couramment l’anglais, et se sortant d’un trou avec une balle dans la tête pour revenir tuer son père à la hache) et les intrigues contiennent des failles même si elles tiennent la route. Mon verdict donc: de bons romans policiers, sans plus. Rien à voir avec le duo suédois Maj Sjöwall & Per Wahlöo, ou le Suédois Leif G W Persson, ou encore James Ellroy, Ray Chandler, Georges Simenon, Patricia Highsmith, Dashiel Hammett ou mes favoris – Janwillem van de Wetering et Nicolas Freeling. Les livres sont captivants, mais c’est passager, et la platitude relative des personnages et des dialogues est une lacune – John Grisham est bien meilleur à cet égard.

Je préfère le journaliste Stieg Larsson – avant qu’il ne devienne célèbre à titre posthume, j’achetais régulièrement le magazine anti-raciste et anti-fasciste qu’il avait créé, Expo, et ai acheté et lu un de ses ouvrages sur l’extrême-droite suédoise, « Extremhögern » (« L’extrême-droite« ).

D’où ma satisfaction de voir que je ne suis pas le seul à avoir des réserves à l’égard de son style – « Man of Mystery
Why do people love Stieg Larsson’s novels?
« :

However much the book was revised, it should have been revised more. The opening may have been reworked, as Gedin says, but it still features an episode—somebody telling somebody else at length (twelve pages!) about a series of financial crimes peripheral to the main plot—that, by wide consensus, is staggeringly boring. (And, pace Gedin, it is preceded by a substantial description of a flower.) Elsewhere, there are blatant violations of logic and consistency. Loose ends dangle. There are vast dumps of unnecessary detail. When Lisbeth goes to IKEA, we get a list of every single thing she buys. (“Two Karlanda sofas with sand-colored upholstery, five Poäng armchairs, two round side tables of clear-lacquered birch, a Svansbo coffee table, and several Lack occasional tables,” and that’s just for the living room.) The jokes aren’t funny. The dialogue could not be worse. The phrasing and the vocabulary are consistently banal. (Here is Lisbeth, about to be raped: “Shit, she thought when he ripped off her T-shirt. She realized with terrifying clarity that she was out of her depth.”) I am basing these judgments on the English edition, but, if this text was the product of extensive editing, what must the unedited version have looked like? Maybe somebody will franchise this popular series—hire other writers to produce further volumes. This is not a bad idea. We’re not looking at Tolstoy here. The loss of Larsson’s style would not be a sacrifice.

Pour les films tirés de la trilogie, la version suédoise est très bonne, plus noire et captivante que les livres – l’actrice suédoise Noomi Rapace incarne parfaitement l’héroïne Lisbeth Salander. Pour une fois, on peut donc dire « attendez voir le film »…

Rétroactes:

Stieg Larsson, auteur de Millenium et agent du makhzen chauvin et compradore

Stieg Larsson, auteur de Millenium et agent du makhzen chauvin et compradore

la-reine-du-palais-des-courants-dair-stieg-larsson
En terminant la trilogie « Millenium » de l’auteur de polars suédois Stieg Larsson, je suis tombé, à la fin du dernier volume de la série (« Luftslottet som sprängdes » en suédois, ça donne « La Reine dans le palais des courants d’air » en français – une traduction bancale car « luftslott » donnerait plutôt « château en Espagne » en français), sur le passage suivant – qui démontre que l’idéologie chauvine du « Grand Maroc » cher à Allal el Fassi et poussée par un makhzen compradore aux abois ne connaît pas de frontières:

Hon gillade Gibraltar. Det var hennes tredje besök på den besynnerliga klippan med en absurt tättbefolkad engelsk stad vid Medelhavet. Gibraltar var en plats som inte riktigt liknade någon annan plats. Staden hade varit isolerad i decennier, en koloni som ståndaktigt vägrade införlivas med Spanien. Spanjorerna protesterade naturligtvis mot ockupationen. (Lisbeth Salander ansåg dock att spanjorerna borde hålla truten så länge de besatte enklaven Ceuta på marockanskt territorium på den andra sidan av Gibraltarsundet). (Stieg Larsson, Luftslottet som sprängdes, Norstedts, Stockholm, 2008, p. 655)

Traduction: Elle aimait Gibraltar. C’était sa troisième visite à ce rocher étrange avec un ville anglaise absurdement surpeuplée au bord de la Méditerannée. Gibraltar était une place qui ne ressemblait à aucune autre. La ville avait été isolée pendant des décennies, une colonie qui refusait résolument d’être annexée à l’Espagne. Les Espagnols protestaient bien sûr contre l’occupation. (Lisbeth Salander estimait cependant que les Espagnols feraient mieux de se la fermer tant qu’ils occupaient l’enclave Sebta en territoire marocain de l’autre côté du détroit de Gibraltar).

Par ailleurs, Stieg Larsson, mort à 50 ans avant la publication de sa trilogie qui a fait un triomphe mondial, était un journaliste engagé – correspondant suédois du légendaire magazine anti-fasciste britannique Searchlight et fondateur de l’excellent magazine anti-raciste et anti-fasciste suédois Expo – ce dernier lui consacre une page d’hommages, dont certains en allemand et en anglais.

Rétroactes:
– « Je suis de retour des territoires occupés »
– « Le chercheur Yves Zurlo sur la récente crise des présides occupés de Sebta et Mlilya »
– « Provocation gratuite »
– « Le séparatisme c’est bon pour les moriscos« 

%d blogueurs aiment cette page :